Prague Fatale (2015) | Philip Kerr

Berlin, 1942. Bernie Gunther, capitaine dans le service du renseignement SS, est de retour du front de l’Est. Il découvre une ville changée, mais pour le pire. Entre le black-out, le rationnement, et un meurtrier qui effraie la population, tout concourt à rendre la vie misérable et effrayante. Affecté au département des homicides, Bernie enquête sur le meurtre d’un ouvrier de chemin de fer néerlandais. Un soir, il surprend un homme violentant une femme dans la rue. Qui est-elle ? Bernie prend des risques démesurés en emmenant cette inconnue à Prague, où le général Reinhard Heydrich l’a invité en personne pour fêter sa nomination au poste de Reichsprotektor de Bohême-Moravie.

Depuis ma première rencontre avec Philip Kerr et son personnage atypique, Bernie Gunther, cette série reste une des rares qui a su garder ma fidélité. Déjà huit tomes de lus pour onze de parus et jamais je m’en suis lassée. Qu’est-ce qui peut expliquer qu’au bout de tant de livres, je reviens toujours vers cet auteur et son détective ? Pour ma part, je continue à lire dans l’ordre de parution et non dans un quelconque ordre chronologique. L’auteur avance ou recule dans le temps au fil des livres, mais sans pour autant qu’elle soit impossible à reconstruire. Dans Prague Fatale, il s’intéresse à ce que son personnage a fait durant les premières années de guerre.

Il doit exister une recette « Philip Kerr » qui réussit à tous les coups. Pour moi, le premier ingrédient magique est le mélange entre la réalité et la fiction qui est exécuté d’une manière absolument parfaire. Il est toujours difficile de savoir où s’arrête l’une et où commence l’autre. Si j’ai conscience que Bernie Gunther est un personnage fictif, il y a parfois d’autres protagonistes, plus secondaires généralement, où la question peut être légitimement posée. Il m’arrive quelques fois de faire des recherches, par pure curiosité pour découvrir qu’il ou elle a réellement existé ou non.

Lire un Philip Kerr, c’est aussi l’impression d’apprendre de nouvelles choses sur la Seconde Guerre mondiale alors que je pensais avoir fait le tour depuis longtemps. Derrière chaque roman de la série, il y a un incroyable travail de recherches qui permet de faire revivre la société nazie à différentes périodes de son existence ou ses principaux dirigeants. Dans Prague Fatale, il s’intéresse aux premières années de guerre et les quelques mois avant l’assassinat de Reinhard Heydrich, le Reichsprotektor de Bohême-Moravie. Le temps d’un tome, une ambiance glaçante est mise en place car il est véritablement décrit comme une personne froide et calculatrice, à qui personne ne peut faire confiance. Même en tant que lectrice, je n’avais pas très envie de le voir apparaître. Je n’avais plus ressenti cela depuis un autre tome où Philip Kerr faisait croiser le chemin de son détective avec celui de Joseph Mengele. Il y avait également un travail fantastique réalisé sur l’ambiance.

Une autre constante est la qualité d’écriture et de l’intrigue, notamment lorsqu’il s’agit de retranscrire les émotions des personnages et leurs caractères, donnant ainsi plus d’épaisseur à ces derniers et de réalisme à l’intrigue. Bernie Gunther est toujours un des personnages que je préfère avec son humour noir et son ironie. Il n’a pas sa langue dans sa poche et dans Prague Fatale, c’est l’une des rares fois où il reste silencieux. Pour des lecteurs qui le connaissent bien, cela renforce l’ambiance lourde de ce tome. Nous ne sommes pas devant n’importe quel officier de la SS et j’ai d’autant plus l’impression de côtoyer les différents personnages au côté de l’ancien policier.

De plus, l’intrigue policière est menée d’une main de maître d’un bout à l’autre. Parfois, Philip Kerr met en place plusieurs enquêtes policières et c’est le cas dans ce huitième tome. Entre celle menée par Bernie Gunther à Berlin, puis une autre ordonnée par Heydrich, il y a une autre enquête menée par la Gestapo qui recherche des terroristes tchèques… Premièrement, je ne me suis pas emmêlée les pinceaux car l’auteur arrive parfaitement à les intégrer dans l’intrigue et elles trouvent toutes plus ou moins une fin. En deuxième lieu, Philip Kerr garde à l’esprit que l’histoire doit rester plausible, comme si elle aurait pu réellement avoir eu lieu. Il reste toujours une dimension réaliste dans chacun de ses livres. Il n’y a pas toujours de coupables ou, comme c’est parfois le cas, Bernie Gunther trouve le coupable mais ce dernier ne sera jamais inquiété par la justice dans la mesure où cela n’arrange pas le pouvoir en place. Le cadre de l’intrigue est un régime politique totalitaire où la notion même de justice est biaisée.

Toutefois, ce que je retiens de ce Prague Fatale, ce sont les influences de l’auteur. Outre le fait que j’adorerai connaître les ouvrages dont Philip Kerr s’inspire pour construire sa série, cette huitième enquête menée par Bernie Gunther n’est pas sans rappeler les romans d’Agatha Christie, transposés dans la société du Troisième Reich. C’est un peu incongru, mais clairement revendiqué, même par le coupable du crime. Au final, cet emprunt fait au classique de la littérature policière fonctionne à merveille dans ce contexte et j’y ai vu un bel hommage aux maîtres du genre, faisant de ce tome un de ceux que j’ai préféré… Même s’ils sont tous incroyablement bons.

Philip Kerr reste une très bonne référence pour les romans policiers historiques. Ce sont des oeuvres de qualité sur tout un tas d’aspects différents : l’écriture, l’intrigue, les recherches documentaires pour donner plus de réalisme. Prague Fatale est déjà le huitième tome, mais je me réjouis de savoir qu’il m’en reste encore à lire. Une des dernières raisons faisant que je continue est qu’il n’y a jamais de redondances. Je n’ai, pour le moment, jamais eu l’impression de lire toujours la même chose et je croise les doigts pour que ça continue ainsi. L’auteur aborde toujours des points différents de l’histoire et de la vie de son personnage principal. Il arrive à me passionner à chaque fois et j’en redemande. Encore un tome qui s’est lu en un claquement de doigts.

Publicités

2 commentaires sur “Prague Fatale (2015) | Philip Kerr

  1. He bien ça fait des lustres que j’ai du Kerr dans ma PAL et je sens que je vais vite en lire. Ton avis me donne l’eau à la bouche. Etant passionnée par la seconde guerre mondiale et adorant Agatha Christie (que tu cites aussi), je penses que ça va me plaire ! Merci pour ton article !

    J'aime

    1. Il faut lire cette série. Elle est incroyable. Celui-ci est le huitième tome mais j’ai vraiment l’impression qu’ils peuvent se lire de manière relativement indépendante. C’est le seul où il fait clairement référence à Agatha Christie, les autres un peu moins. Mais j’ai tendance à la recommander ! Elle est vraiment parfaite. Je suis passionnée également par la Seconde Guerre mondiale et les livres de Philip Kerr font partie des meilleurs que j’ai pu lire.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s