La Culture avec un grand A et du latte #3

Mon mois d’avril fut pris par mon stage, qui fut intense, mais qui m’a permis d’apprendre de nouvelles compétences professionnelles, comme la rédaction de communiqués de presse. J’ai pu vraiment m’investir dans la vie de la Fondation, faire des propositions. J’ai adoré chaque minute passé là-bas. Du coup, j’en ai un peu oublié certaines choses.

Honte à moi ! En tant qu’étudiante dans le domaine de la culture, je n’ai visité aucun musée ni exposition durant le mois. Je compte bien me rattraper durant le mois de mai. Je compte aller voir la nouvelle exposition du Centre Pompidou de Metz, Couples modernes. J’aimerais aussi voir un peu plus d’oeuvres de l’incroyable exposition se déroulant dans la ville de Strasbourg, Industrie magnifique. Je suis déjà allée voir le mammouth se situant à côté de la cathédrale. Le 19 mai, c’est également la Nuit européenne des musées. Je n’ai pas encore arrêté de programme, mais j’y réfléchis.

Du point de vue des lectures, j’ai enchaîné avec des livres moyens ou des grosses déceptions. Je n’ai eu littéralement aucun coup de coeur ce mois-ci où j’ai presque joué de malchance ! Parmi les romans que je qualifierai de sympathique, mais sans plus, j’ai pu lire le premier tome de la trilogie Wicked de Jennifer L. Armentrout, auteur que je découvrais par la même occasion. Je retiens l’univers qui se développe autour des faës et de la Nouvelle-Orléans. Malheureusement, j’ai trouvé que la romance prenait parfois toute la place, au détriment de l’intrigue. De plus, la fin fut sans surprise également. C’est le reproche que je fais également à Poppy de Mary Hooper. Je pense en reparler plus longuement sur le blog en novembre, car je développe un petit projet dans lequel ce roman s’intègre parfaitement. Toutefois, si je devais retenir un seul ouvrage, ce serait Le musée disparu d’Hector Feliciano. C’est une enquête menée par un journaliste sur les oeuvres disparues durant la Seconde Guerre mondiale, très bien écrit et accessible.

En revanche, grosse déception pour le premier tome de L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante. J’en avais entendu tellement de bien sur la blogosphère et il était absolument partout. J’ai fini par craquer, après avoir longuement hésité. Le prologue m’avait quelque peu charmé, mais, très vite, je me suis ennuyée. J’ai trouvé le style de l’auteur mécanique et froid, voire impersonnel, des faits sans sentiments. Je ne me suis jamais attachée aux deux amies et j’ai fini par abandonner. Autre grosse déception pour The Muse de Jessie Burton. Il fera l’objet d’un prochain article, aussi, je ne vais pas m’étendre dessus.

Pour finir sur le récapitulatif de mes lectures du mois, je signale également Release de Patrick Ness (un article viendra dans quelques jours), Mrs Dalloway de Virginia Woolf que j’ai abandonné. Je n’ai jamais réussi à dépasser les cinq premières pages et j’ai essayé plusieurs fois, sans grand succès. Cela faisait presque un an que j’avais commencé The travels de Marco Polo. Même avec toute la bonne volonté du monde, je n’ai jamais réussi à dépasser les vingt pages lus…

En revanche, j’ai eu plus de chance avec les films et les séries que j’ai pu voir. Clairement, le mois d’avril fut placé sous le signe des zombies avec la sortie de la deuxième saison de Santa Clarita Diet, que j’ai dévoré en quelque jour. Encore un coup de coeur pour cette série qui change un peu de ce qui se fait autour des morts-vivants. C’est drôle, complètement loufoque et déjanté. Je ris franchement à chaque épisode. J’ai aussi regardé deux saisons de Z Nation, qui restera un de mes plaisirs coupables. Du côté des films, j’avoue ma passion pour les comédies horrifiques autour des zombies. Plus c’est nul, plus j’aime… Manuel de survie à l’apocalypse zombie était plutôt sympathique, avec des scènes bien comiques, frôlant parfois le grand n’importe quoi. J’ai également revu World War Z. Il se laisse voir.

Cependant, mon coup de coeur absolu du mois est dans un tout autre registre. J’ai plus qu’adoré… Roulements de tambour… Pierre Lapin. Oui, oui, Pierre Lapin. Je ne savais pas à quoi m’attendre en le voyant. Certainement pas à adorer chaque minute de ce dernier, à rire tout du long. Un article est déjà préparé pour vous expliquer le pourquoi du comment. J’ai commencé le mois avec un autre film sur les animaux, qui reste un classique du genre, sans vraiment de surprise. La fin est connue avant même d’avoir débuté le film. Benji reste toutefois un film adorable à voir, mais qui ne me laissera pas de souvenirs impérissable. Je dirai la même chose du troisième Pitch Perfect. Je ne regrette pas de ne pas l’avoir vu au cinéma. Il est mieux que le deuxième, mais moins bien que le premier.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Publicités

12 réflexions au sujet de “La Culture avec un grand A et du latte #3”

    1. Je pensais aussi. Mais avec ma petite soeur, on était explosé du début à la fin et puis la musique… Je ne m’attendais pas à ça. J’ai adoré… Aussi étonnant que ça puisse paraître. Je pensais aussi que c’était pour les enfants, mais les grands peuvent s’amuser aussi.

      J'aime

  1. Pour Pitch Perfect je suis totalement d’accord avec toi, j’avais vraiment adoré le premier film mais après ils n’ont jamais réussi à faire mieux. J’aurais aimé qu’il termine le 3ème film avec une reprise de la musique du 1er film, celle qui leur permet de remporter le concours. Je pense que ça aurait fait un beau clin d’œil.

    J'aime

  2. je me suis toujours demandée ce que valait réellement « L’amie prodigieuse ». Ce n’est pas mon genre de lecture, mais j’étais curieuse… et tu dis que le style est impersonnel, donc je peux oublier ce livre de suite. (oui, la plume est capitale pour moi).

    il faut aller voir toutes les oeuvres de l’Industrie Magnifique. Certaines sont assez… particulières mais beaucoup valent le coup d’oeil. Et puis, c’est une belle excuse pour redécouvrir Strasbourg.

    J'aime

    1. Beaucoup ont aimé L’amie prodigieuse, je n’ai juste pas été sensible à cette plume. J’ai lu quelques romans italiens qui m’avaient plus marqué. Emprunte le ou lis les premières pages pour te faire une idée.

      J’en ai vu quelques unes, mais c’est vrai que celle du mammouth m’a énormément marqué. J’ai adoré aussi La naissance du monde, place Gutenberg ou Flore, place Kléber, les fresques au Musée d’art moderne et contemporain… C’est vraiment une chouette initiative. J’aurai aimé faire plus de conférences, mais je suis aussi prise par mes révisions, l’écriture de mon mémoire et du rapport de stage.

      J'aime

  3. Alors, as-tu réussi à aller voir l’expositition Couples modernes ?
    Je ne saurais que te la conseiller. Je suis un néophyte en la matière, mais j’ai vraiment bien aimé. Très intéressant, même si je n’ai pas toujours trouvé le lien entre le couple et les oeuvres. A tel point qu’à l’heure de la fermeture, je n’avais fait qu’un étage sur les deux. La suite le weekend prochain (un des avantages de la carte étudiant :D) ! Je trouve toujours dommage que les explications sur les oeuvres soient trop succinctes. Cela dit, je comprends également que ce serait trop fastidieux que d’être exhaustif tout le temps. En bref, une belle recommandation (y compris d’ailleurs l’exposition du rez-de-chaussée sur l’aventure de la lumière)

    J'aime

    1. Grand drame de la semaine dernière, je n’ai malheureusement pas peu voir cette exposition, car mon rendez-vous avec mon directeur de mémoire a duré bien plus longtemps que prévu et je devais ensuite retourner sur Strasbourg. Cependant, je me tâte à faire un petit aller-retour pour la voir.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s