Mon expérience Erasmus #4 Vivre en Irlande, Trouver un logement

Je me doutais du niveau de vie d’un pays comme l’Irlande et le problème d’être une île. J’avais un peu moins conscience de la crise du logement que subit Dublin avant d’être moi-même et de devoir trouver où me loger. La situation est relativement catastrophique. La capitale de la République d’Irlande attire toujours plus d’expatriés, d’Irlandais en quête d’une nouvelle vie ou d’un travail. C’est une ville dynamique et accueillante avec une vie nocturne et culturelle intéressante. Il y a également de nombreux étudiants. Dublin accueille deux des plus anciennes et grandes universités du pays, TCD, Trinity College Dublin, et UCD, University College Dublin, sans parler de petites universités moins connues.

Cela rend la ville, certes, très cosmopolite, mais malheureusement, tout ce qui touche aux logements n’avance pas aussi vite. Il y a trop de demandes pour l’offre. Les propriétaires le savent et en profitent largement. Les gens sont aussi prêt à tout accepter, et c’est normal. Certaines situations sont à la limite de l’indécence et trouver un logement correct avec un loyer qui ne coûte pas un rein devient un véritable parcours du combattant.

Pour ma part, j’ai commencé par chercher des petits studios, ou des chambres universitaires. En France, ce type de logements pour les étudiants restent relativement abordables. À Dublin, le loyer pour un studio commence aux alentours de 800-900 euros ; pour la résidence universitaire, il faut compter environ 1.000 euros par mois. La colocation est reine à Dublin. De ce que j’ai pu voir si les groupes de Français, c’est aussi plus difficile pour un couple de trouver une chambre dans une colocation que pour une personne seule.

Quelques conseils pour trouver un logement

Attention aux arnaques : elles sont malheureusement monnaie courante. Cela peut être, par exemple, un soi-disant propriétaire qui n’est pas sur Dublin et qui vous propose de louer le logement depuis AirBnB, mais, en réalité, celui-ci n’existe même pas. Cela sent l’arnaque à plein nez. N’hésitez pas à vous inscrire sur The Ideal Flatmate. Ils remontent les scénarios d’arnaques et vous pouvez soumettre votre cas. D’où mon deuxième conseil.

Visiter tous les appartements : absolument tous. Cela veut dire qu’il ne faut pas chercher quand vous n’êtes pas sur Dublin. Cela ne sert à rien et vous risquez de perdre votre temps. Prenez une ou deux semaines en auberge de jeunesse ou en AirBnB pour pouvoir visiter les logements. Le logement se cherche une fois sur place. Cela vous permet aussi de voir l’appartement, la qualité de ce dernier. Ce ne sont pas les mêmes normes qu’en France. Je faisais une colocation dans une maison ouvrière typique où il y avait toujours des problèmes d’humidité. Nous avons jamais pu chauffer correctement la maison et le vent s’infiltrait. Ce sont autant d’éléments à prendre en compte.

Une autre raison de chercher sur place ? Les bonnes annonces ne restent pas longtemps en ligne. Il faut regarder très tôt le matin et appeler avec un numéro irlandais, de préférence. Ensuite, se déplacer avec déjà tous les documents prêts. De mon expérience, il faut s’armer de patience.

Des petits différences avec la France

La première chose est l’électricité. Outre le fait qu’elle soit bien plus chère qu’en France, elle fonctionne soit par abonnement soit par « top-up ». Nous avions ce dernier système dans la colocation et c’était particulier, du moins, pour des Françaises. C’est un peu comme les vieux forfaits téléphoniques. Vous mettez un certain montant. Quand tout est consommé, vous remettez. Nous en avions pour entre quinze à vingt euros par semaine, parfois plus durant l’hiver. J’ai aussi connu ce qu’était une coupure d’électricité pour défaut de paiement. Il faut s’y faire, et ce fut déconcertant au début.

Un peu comme la douche électrique. Quand ma colocataire a commencé à m’expliquer le fonctionnement, elle a bien ri en voyant ma tête. En France, j’ai juste à ouvrir le robinet et l’eau coule. À Dublin, il fallait appuyer sur un premier interrupteur pour allumer la douche. Il est souvent situé à l’extérieur de la salle de bain. Pour faire couler, il y a un autre dispositif, au sein même de la douche. Il fallait appuyer sur un autre bouton pour que l’eau coule. Un bouton électrique dans une douche… Cela m’a un peu inquiété au début, mais il ne m’est jamais rien arrivé.

Il y a aussi des choses intéressantes également comme les interrupteurs au niveau des prises électriques. Par exemple, pour cuisinier, je devais d’abord allumer l’interrupteur puis la plaque. Les fermer et ouvrir sont rapidement devenus des habitudes et c’était une sécurité.

Publicités

8 réflexions sur “Mon expérience Erasmus #4 Vivre en Irlande, Trouver un logement

    • Sur trois logements que j’ai fait sur Dublin, deux avaient ce type de douche et un seul avait une douche « à la française ». En revanche, pour les prix, je payais 350 euros pour une chambre partagée avec uniquement une personne. Il faut rajouter presque 100 euros de charge par mois. J’avais un logement qui était pas cher du tout pour les critères de Dublin. Une autre personne de Strasbourg payait 490 euros et elle partageait sa chambre avec cinq autres personnes et il y avait une deuxième chambre avec quatre personnes. J’avais demandé un logement où je payais 500 euros pour partager ma chambre avec cinq autres personnes et que des lits superposés. La presse irlandaise fait souvent état de la crise du logement à Dublin. Mon colocataire sur Metz me soutenait que c’est pire à Paris… Non, pas du tout. La capitale irlandaise est pire.

      J'aime

  1. Bonjour !
    Billet en effet très intéressant. Merci pour ces différents retours d’expérience et ces conseils qui peuvent toujours s’avérer utile.
    Il n’a pas dû être aisé de trouver un logement. Très curieux ce système « top up » pour l’électricité. Tout comme l’interrupteur dans la douche d’ailleurs. Pas forcément rassurant comme tu l’as souligné, mais apparemment tu es toujours parmi nous 😀 .

    J'aime

    • Bonjour ! J’ai passé deux mois à chercher un logement depuis la France, sans succès. J’ai trouvé une annonce sympa juste avant d’embarquer pour Dublin (je n’avais pas de logement quand je suis arrivée dans la capitale irlandaise et je commençais les cours une dizaine de jours après). J’ai envoyé un message sans trop y croire et dans la file d’embarquement la fille me proposait un rendez-vous pour le lendemain que j’ai accepté sans me poser de question. Je l’ai visité et il était idéalement situé : sur la ligne de bus pour l’aéroport, dans un quartier qui commençait sa gentrification et à côté d’un côté bourgeois, sur une ligne de bus qui menait au centre ville, à côté du quartier commerçant, à deux pas d’un commerce de proximité et à trente minutes à pied du Trinity… Il était pas cher, 350 euros pour une chambre partagée et avec des étudiantes de la même université. Je n’allais pas aller chercher plus loin vu la situation actuelle.

      La douche est assez particulière, mais finalement, sans aucun problème.

      J'aime

  2. C’est une expérience enrichissante mais très bizarre pour nous ! Je n’ai pas beaucoup voyager, mais j’ai fait les US et quelques pays européens, mais c’est la première fois que je rencontre ça !
    Quand nous sommes allés voir notre amie en Irlande (partie en Erasmus et jamais revenue), c’était étonnant en effet ^^

    Merci pour cet article,
    A bientôt,
    Little No’
    http://touchesdenvie.wordpress.com

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s