Les ombres de Katyn (2013) } Philip Kerr

Mars 1943. Le Reich vient de perdre Stalingrad. Pour Joseph Goebbels, il faut absolument redonner le moral à l’armée allemande et porter un coup aux Alliés. Or sur le territoire soviétique, près de la frontière biélorusse, à Smolensk, ville occupée par les Allemands depuis 1941, la rumeur enfle. Des milliers de soldats polonais auraient été assassinés et enterrés dans des fosses communes. L’armée Rouge serait responsable de ce massacre. Goebbels, qui voit là l’occasion de discréditer les Russes et d’affaiblir les Alliés, décide l’ouverture d’une enquête. Le capitaine Bernie Gunther du Bureau des crimes de guerre, organisme réputé antinazi, est la personne idéale pour accomplir cette délicate mission.

Philip Kerr frappe fort avec ce neuvième tome des aventures de Bernie Gunther. Il s’inspire une nouvelle fois d’un fait historique avéré, le massacre de Katyn où plusieurs milliers de Polonais ont été abattus par les Russes. Malgré l’intérêt que je porte depuis de nombreuses années à la Seconde Guerre mondiale et aux régimes totalitaires, je n’ai jamais eu connaissance de ces charniers. En faisant quelques recherches, j’ai vite compris pourquoi. Il existe encore un certain tabou autour de ce qui s’est passé dans la Forêt de Katyn, près de Smolensk.

Je referme ce roman avec l’impression d’en avoir appris beaucoup sur l’Histoire. Philip Kerr a encore une fois pleinement documenté son livre et il y a beaucoup de choses vraies dans Les ombres de Katyn, notamment ce que Goebbels a voulu en tirer pour sa propagande. L’auteur a un vrai don pour connecter son intrigue policière, oeuvre de fiction, et la grande Histoire. Il nous fait croiser un certain nombre d’aristocrates prussiens qui complotent contre Hitler. À ce propos, ce livre m’a fait penser à un film que j’ai vu il y a quelques années et qui aurait été la suite logique de ce qui se déroule dans le fond, Walkyrie de Kenneth Branagh. Le petit mot de l’auteur à la fin m’a donné raison. J’adore la manière dont des petits détails ouvrent sur des événements plus grands. Le tout est parfaitement bien écrit et ficelé.

Malgré plus de six cent pages, ce neuvième tome est un véritable page-turner, parfaitement maîtrisé d’un bout à l’autre. Philip Kerr sait doser son suspens. À chaque chapitre terminé, je devais en commencer un autre. Les ombres de Katyn a presque été trop vite lu et j’en redemande encore. Bernie Gunther reste un de mes personnages littéraires préférés. J’adore son humour, son cynisme. À Smolensk, il rencontre un aristocrate, von Gersdorff, qui lui a fait un peu de l’ombre de ce point. Certains de leurs échanges ont été plus que savoureux, des petits bijoux à lire. Je ne me lasse pas des romans de cet auteur anglais, parti trop tôt. Il a toujours su se renouveler.

En effet, cette série est une des rares que je suis jusqu’au bout. Même au neuvième tome, je n’ai jamais pensé que l’auteur cédait à la facilité  ou que chaque livre se ressemblait. Les ombres de Katyn est un coup de coeur absolu et sûrement un de mes préférés de la série. Il me reste encore quelques tomes à découvrir.

Publicités

8 réflexions sur “Les ombres de Katyn (2013) } Philip Kerr

  1. Bonjour Marion !
    Tes impressions sur les livres de cet auteur sont toujours très enjouées ; il faut vraiment que je découvre ces aventures !
    J’ai également découvert il y a quelques mois le massacre de Katyn, en lisant ‘Une saga moscovite’, de V. Axionov. C’est un pavé, mais toi qui aimes la deuxième guerre mondiale, la Russie, et l’Histoire, c’est vraiment une lecture qui pourrait te plaire.

    J'aime

    • Bonjour,
      Il faut lire Philip Kerr et surtout cette série.

      Il me semble que tu me l’avais déjà recommandé et je pense qu’il fera partie de mon mois russe pour les classiques ou les auteurs contemporains (je ne sais pas dans quelle catégorie nous pouvons le considérer). En tout cas, ton commentaire me donne encore plus envie de découvrir cette saga.

      Merci de ton passage ! Toujours un plaisir d’avoir un petit mot de ta part.

      J'aime

      • Je pense qu’on peut considérer cette saga comme de la littérature contemporaine.
        Elle fait à peu près 1500 pages. Si jamais tu te lances à sa découverte pour le mois russe, j’espère que tu n’as rien de prévu à côté 😀 .

        J'aime

  2. Mais quelle belle découverte !
    En lisant le résumé, je me suis dit « Non. Je n’en peux plus de la WWII. J’en ai trop bouffé au lycée, je fais un rejet complet ».
    Puis j’ai lu attentivement ton avis et tu m’as donnée envie d’au moins me renseigner sur les tomes précédents.
    Est-ce que c’est impératif de commencer par le premier? C’est une saga qui se suit?

    J'aime

    • Il y a quelques fois des rappels, mais, globalement, les tomes peuvent relativement se lire de manière indépendante. Pour ma part, je l’ai lis dans l’ordre de publication qui n’est pas forcément l’ordre chronologique. Tu as certains tomes où il est moins question de la guerre. La mort, entre autres évoque la fuite des nazis en Amérique du Sud et la complaisance de certains régimes envers eux. Après, il s’agit d’une série que j’adore et je ne peux que te recommander de la lire depuis le début ! ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s