Vladimir Fédorovski • Le Roman de la Russie insolite (2004)

Le roman de la Russie insolite • Vladimir Fédorovski • Le Livre de Poche • 2004 • 251 pages

Après Le Roman de Saint-Pétersbourg, et Le Roman du Kremlin, Vladimir Fédorovksi nous offre un livre inattendu, celui de l’âme slave. Le texte s’articule autour de trois femmes d’exception : Alexandra Fedorovna, la dernière tsarine, Inès Armand, l’égérie française de Lénine, et Catherine L., une célèbre espionne. Grâce à leurs histoires d’amour, nous parcourons les chemins sinueux de la civilisation russe, du Transsibérien à la Volga, de l’Anneau d’or aux monastères de la vieille Russie, de Dostoïevksi à Boulgakov, jusqu’à nos jours. Le Roman de la Russe insolite est aussi un livre de révélations, car Vladimir Fédorovski a pu consulter des archives jusque-là inaccessible et recueillir des témoignages totalement inédits sur le passé comme sur la période actuelle.

•••

Vladimir Fédorovski est un ancien diplomate russe et un auteur prolifique. Il a énormément écrit autour de la Russie et de ses personnalités emblématiques telles que Grigori Raspoutine ou Vladimir Poutine. Le Roman de la Russie insolite, Du Transsibérien à la Volga s’inscrit dans un cycle qui comprend Le Roman de Saint-Pétersbourg et Le Roman du Kremlin. Je souhaitais découvrir cet écrivain depuis un moment, mais plus pour ses ouvrages historiques que pour ses biographies. Le Roman de la Russie insolite est le troisième livre d’un ensemble qu’il n’est pas obligatoire d’avoir lu avant. Ils peuvent être découverts de manière totalement indépendante.

Pour être honnête, je ne sais que penser de ce livre dans sa globalité. Par certains aspects, il est plutôt intéressant et, par d’autres, il présente quelques défauts notables à souligner.

Le sous-titre donné à cet ouvrage est, pour rappel, Du Transsibérien à la Volga. En le lisant, je m’attendais véritablement à un voyage à bord de cette ligne mythique qui traverse toute la Russie et de découvrir des anecdotes au passage. Il est difficile de qualifier cet ouvrage. Il y a les souvenirs d’une certaine Catherine L. dont la vie est digne d’un roman d’aventures. L’auteur l’a rencontrée dans le Transsibérien et elle est souvent le prétexte des divagations de l’auteur sur la Russie en général. Ces dernières regroupent des biographies des trois plus grands auteurs russes : Dostoïevski, Tolstoï et Gogol, mais également de personnages historiques comme la dernière impératrice russe, Raspoutine… Il est également question de l’histoire du pays et la ville de Moscou tient une place prépondérante dans ce roman.

Une impression de brouillon se dégage de cet ouvrage. Les idées de l’auteur partent dans tous les sens et le lecteur est convié à un tout autre voyage, qui n’est pas celui du Transsibérien, mais des pensées de l’auteur. Il saute allègrement du coq à l’âne d’un chapitre à l’autre, d’un paragraphe à l’autre et il est parfois difficile de voir les liens apparaître entre ce qu’il évoque, la ligne de chemin de fer qui traverse une bonne partie de la Sibérie et surtout le côté insolite qui se trouve dans le titre. Ce mot d’insolite a été une des raisons de cette lecture et un des aspects sur lequel j’ai porté le plus d’espoir. Je me pose encore la question de ce qui a été insolite ou non. Cet aspect m’a échappé.

Cependant, l’ouvrage est loin d’être inintéressant. L’histoire de la Russie et de sa littérature, de ses personnages historiques me passionnent depuis de nombreuses années et j’ai appris des nouvelles choses durant ma lecture. J’ai trouvé certains angles d’approches étonnants, notamment par rapport aux auteurs russes et à leurs oeuvres, donnant l’impression que chacun se répond à travers le temps. Il évoque également les messages cachés que recèlent certaines oeuvres comme les critiques du communisme et de ses dirigeants, comment les personnalités de ses mêmes auteurs ressortent dans leurs romans… Il y a aussi des éléments sur l’histoire de la Russie que j’ignorais tels que l’importance des sectes religieuses, un fort mysticisme parfois… Ce point, finalement, rattrape quelque peu ce que j’ai pu développer juste avant.

Le Roman de la Russie insolite est tout de même agréable à lire. Une fois que j’ai arrêté de vouloir absolument relier les chapitres à quelque chose, je me suis juste laissée porter par les textes et l’écriture de Vladimir Fédorovksi qui reste fluide. Je suis arrivée au bout de cet ouvrage sans m’en rendre compte. Ma dernière impression reste positive, en définitif. Je referme ce livre avec l’envie de découvrir ses autres Romans… J’apprécie ce format court autour d’une thématique et le prochain que je pense lire est Le Roman de Saint-Pétersbourg, ville que je rêve de visiter, car très liée au règne des Romanov.

3 réflexions sur “Vladimir Fédorovski • Le Roman de la Russie insolite (2004)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s