L’Irlande se raconte avec le Emerald Island Challenge, Partie 2

Alors que j’avais en tête de ne faire qu’un seul article, j’ai dû en prévoir un deuxième pour présenter d’autres ouvrages autour de l’Irlande.

•••

Retour à Glenmoran • Éric Le Nabour • Éditions France Loisirs • 2016 • 358 pages

À l’aéroport de Dublin, Fallon aperçoit au loin Sarah, sa meilleure amie, qu’elle n’a pas revue depuis cinq ans. Quelques secondes plus tard, Sarah s’effondre dans une mare de sang. Si Fallon, franco-irlandaise de 27 ans, a décidé de remettre les pieds en Irlande, c’est pour renouer avec son père, le célèbre écrivain Liam O’Connor. Mais le meurtre brutal de Sarah change la donne. Que lui cachait la jeune femme ? Son exécution pourrait-elle être liée à la personnalité controversée de son père ? Pour Fallon, la quête de vérité ne fait que commencer…

C’est un peu par hasard que je me suis trouvé avec ce roman entre les mains. Il m’a été donné par un de mes oncles, gros lecteur également. Je ne connaissais pas du tout l’auteur, mais il rentre parfaitement dans ce mois dédié à l’Irlande. Éric Le Nabour, auteur français, nous transporte entre Dublin et la petite ville de Glenmoran, dans le Connemara, une des plus belles régions de l’île.

Retour à Glenmoran n’est pas le roman policier de l’année. Ayant l’habitude de lire ce type de livres, j’en comprends rapidement les ficelles et je deviens de plus en plus exigeante. Je m’attends à être étonnée lors de la révélation du coupable et du motif. Dans cet ouvrage, la personne à l’origine des meurtres se devine rapidement, tout comme une partie du mobile. Il n’y a pas eu de réelles surprises. Cependant, c’est un roman qui se laisse lire. Dès les premières pages, je me suis laissé entraîner dans cette histoire de meurtres et de secrets de famille, le tout sous un fond de guerre civile entre le Nord et le Sud. Je n’en garderai pas un souvenir impérissable.

•••

Fierce fairytales & Other stories to stir your soul • Nikita Gill • Hachette Books • Septembre 2018 • 176 pages

Traditional fairytales are rife with cliches and gender stereotypes: beautiful, silent princesses; ugly, jealous, and bitter villainesses; girls who need rescuing; and men who take all the glory. But in this rousing new prose and poetry collection, Nikita Gill gives Once Upon a Time a much-needed modern makeover. Through her gorgeous reimagining of fairytale classics and spellbinding original tales, she dismantles the old-fashioned tropes that have been ingrained in our minds. In this book, gone are the docile women and male saviors. Instead, lines blur between heroes and villains. You will meet fearless princesses, a new kind of wolf lurking in the concrete jungle, and an independent Gretel who can bring down monsters on her own.

Au début du mois, je découvrais Nikita Gill avec sa dernière publication, Great Goddesses, Life lessons from maths and monsters. À travers la mythologie gréco-romaine, l’auteur abordait des thèmes comme l’estime de soi, oser prendre sa vie en main, croire en son chemin… J’avais refermé ce recueil avec la volonté d’explorer un peu plus les écrits de l’auteur et, par le fruit du hasard, ma petite soeur m’a offert un ouvrage de cette auteur nord-irlandaise pour mon anniversaire (sans aucune concertation).

Cette fois-ci, elle prend possession des contes et légendes les plus connus, comme la Petite Sirène, le Petit Chaperon rouge, Baba Page, et en donnant la parole aux princesses qu’aux « méchantes » des histoires. Elle reprend un peu les mêmes thèmes que le précédent recueil : ce sont clairement des poèmes et des textes libres féministes. Ce sont des sujets qui peuvent paraître classique ou convenus, mais je suis un très bon public pour ce genre d’ouvrages et de messages. Il y a un petit côté thérapeutique, qui me fait dire que je ne suis pas la seule à penser et ressentir ainsi. J’ai également apprécié le fait qu’elle reprenne les petites morales des contes à la fin de certains poèmes.

Ce recueil est pour moi un coup de coeur que j’ai dévoré en une soirée et dont je relirai avec plaisir certains passages.

•••

In a glass darkly • Sheridan Le Fanu • Oxford University Press • 1872 • 384 pages

This remarkable collection of stories, first published in 1872, includes Green Tea, The Familiar, Mr. Justice Harbottle, The Room in le Dragon Volant, and Carmilla. The five stories are purported to be cases by Dr. Hesselius, a ‘metaphysical’ doctor, who is willing to consider the ghosts both as real and as hallucinatory obsessions. The reader’s doubtful anxiety mimics that of the protagonist, and each story thus creates that atmosphere of mystery which is the supernatural experience. This new annotated edition includes an introduction, notes on the text, and explanatory notes.

Recueil de nouvelles gothiques, In a glass darkly comprend les écrits du Docteur Hesselius, médecin expert en surnaturel. Ce dernier comprend notamment Carmilla, son texte le plus connu, et, à vrai dire, le seul que j’ai apprécié du recueil.

La littérature victorienne, à de très rares exceptions près, n’a jamais été mon fort. Encore une fois, je me suis profondément ennuyée, j’ai eu beaucoup de mal du début à la fin. C’est vrai que les nouvelles rappellent l’influence de Bram Stocker, autre auteur irlandais et père de Dracula. Or, Dracula et moi, ça n’a jamais été une histoire d’amour. Dix ans que j’essaie et je n’ai jamais réussi à dépasser les cent pages. Le Docteur Hesselius ressemble à Van Helsing. Le seul aspect intéressant est qu’elles montrent l’intérêt de l’époque pour le surnaturel, le spiritisme.

Carmilla est une nouvelle que je connais depuis des années maintenant, et que j’apprécie. Elle ressemble énormément à Dracula, mais en plus condensé : un château loin de toutes civilisations, des nouveaux arrivants qui découvrent une présence surnaturelle, un lien de dépendance par le sang… Toutefois, celle-ci est intéressante par son côté érotique et homosexuel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s