Gerri Chanel • Saving Mona Lisa, The battle to save the Louvre and its treasures from the Nazis (2014)

Saving Mona Lisa, The battle to save the Louvre and its treasures from the Nazis • Gerri Chanel • Icon Books Ltd • 400 pages

In August 1939,  curators at the Louvre nestled the world’s most famous painting into a special red velvet-lined case and spirited her away to the Loire Valley as part of the biggest museum evacuation in history. Over the next six years, directors and staff would risk their jobs and in many cases their lives to protect the artworks and the Louvre palace not only from the personal appetites of the Nazi leaders but also from bombing, fire, flood, theft and the viciousness of German military reprisals. Saving Mona Lisa is the sweeping, suspenseful narrative of their battle.

•••

De mon cursus universitaire en droit et histoire de l’art, je garde un intérêt tout particulier pour des questions liées à la sauvegarde et à la protection des collections d’art et du patrimoine en temps de conflit, mais également à la restitution des biens spoliés. Cet ouvrage de Gerri Chanel, journaliste américaine, rend compte de son enquête autour du sort des trésors artistiques du Musée du Louvre, durant la Seconde Guerre mondiale. Un sujet qui me passionne, mais Saving Mona Lisa présente quelques défauts dont un titre un peu trop racoleur (qui fonctionne).

En effet, en commençant ce livre, je m’attendais à ce que cette oeuvre célèbre de Léonard de Vinci soit véritablement au coeur de l’ouvrage, le fil rouge de l’enquête. Ce n’est pas totalement le cas, car, pendant de longs chapitres, le tableau peut ne pas être évoqué, ou au détour d’une ligne. Cependant, ma « déception » a vite été oubliée, car Chanel aborde plutôt les collections du Louvre avec des focus un peu plus importants sur les chefs d’oeuvre comme la Victoire de Samothrace, la Vénus de Milo, La Liberté guidant le peuple de Delacroix… Cela ouvre un peu plus les perspectives et d’aborder également le travail des conservateurs et du personnel du musée. Pour finir sur les collections, j’ai trouvé un petit côté brouillon quand elle a commencé à évoquer d’autres musées qui ne rentraient pas dans la catégorie des musées nationaux ou la tapisserie de Bayeux, qui n’appartient pas au Louvre, mais au musée de Bayeux.

Un autre point qui m’a quelque peu déplu est les quelques erreurs qui sont glissées dans le texte, comme des mots de français mal orthographiés. Pourtant, dans la biographie de l’auteur, il est dit qu’elle a vécu cinq ans en France et qu’elle vit encore entre Paris et New York. Le débâcle au lieu de la débâcle, ça ne passe pas. Une autre erreur qui m’a horripilée au plus haut point est d’affirmer que Louis Eiffel est l’architecte de la tour qui porte son nom… Mon coeur s’est arrêté. De son nom complet, Alexandre Gustave Eiffel, ce dernier est ingénieur. Ce sont des petites choses au fil des pages qui, mises bout à bout, commencent à peser sur le bilan final.

Dans les divers avis que j’ai pu lire concernant ce livre, certains personnes ont pu louer la qualité des recherches effectuées par Gerri Chanel. Je me situe plutôt à contre-courant de cette position. En regardant la bibliographie, je me suis questionnée sur la pertinence de certains choix : Sleeping with the enemy: Coco Chanel’s secret war de Hal Vaughn, Lettre d’un voyageur de George Sand… Outre cet aspect, la documentation utilisée est vraiment fournie et intéressante. J’ai surtout perçu le livre comme permettant au grand public de découvrir cet aspect de la guerre et comment certains Français ont tout essayé pour protéger les collections muséales et les trésors qu’elles recelaient. Pour une historienne de l’art qui s’intéresse à ce sujet depuis de nombreuses années, j’ai trouvé l’ouvrage un peu creux.

Il est intéressant de voir que l’auteur parle des conditions de conservations et des difficultés du transport. Ce sont des problématiques qui sont encore d’actualité. Cependant, quand je dis que le livre est creux, je veux dire par là que rien n’est véritablement développé. Elle passe très vite sur des points que je trouve essentiel : les batailles juridiques, politiques et diplomatiques pour sauver les oeuvres, parant rapidement à cela en évoquant des réunions, par exemple, mais sans vraiment de notions de temps. Elle évoque tout aussi rapidement la politique culturelle de l’Allemagne nazie. Le rôle de Rose Valland est évoqué en un chapitre synthétique. Au final, je garde l’impression d’un ouvrage qui s’attache plus aux petits faits et aux anecdotes. Clairement, ce n’est pas un ouvrage scientifique.

Néanmoins, Saving Mona Lisa est une lecture que j’ai apprécié de faire, à défaut d’avoir appris réellement quelque chose de nouveau. Le style de l’auteur est prenant et elle a écrit son livre presque comme un roman, éliminant le côté ennuyeux que pourrait avoir ce genre d’ouvrage. Pour une première approche du sujet, il peut être intéressant de le lire. Le livre n’a pas été traduit en français.

Pour aller plus loin

Pour explorer un plus le sujet, voici quelques recommandations de lectures autour de la protection de l’art durant la Seconde Guerre mondiale et les spoliations des collections nationales et juives. 

  • Monuments Men de Robert M. Edsel : ce livre est relativement connu, car il a fait l’objet en 2014 d’une adaptation cinématographique. Je l’ai lu il y a un moment, mais je l’avais trouvé très intéressant sur la nécessité de protéger l’art et le patrimoine, comment ils l’ont fait avec les moyens qu’ils disposaient alors que le conflit faisait encore rage… Il a écrit un autre ouvrage sur ce même sujet, mais plus spécifiquement sur l’Italie, Saving Italy: The race to ressue a nation’s treasures from the Nazis. Je suis incapable d’en parler à l’heure actuelle, ne l’ayant pas encore lu.
  • Le musée disparu : Enquête sur le pillage d’oeuvres d’art en France par les nazis de Hector Feliciano : une référence en la matière. Il est beaucoup plus poussé que le Gerri Chanel, ayant nécessité huit ans de recherches. Ce dernier a même pu retrouver quelques oeuvres qui avaient disparu.

6 réflexions sur “Gerri Chanel • Saving Mona Lisa, The battle to save the Louvre and its treasures from the Nazis (2014)

  1. Bon, je reprends mon commentaire qui a été effacé par une panne d’électricité inopportune, au moment où j’allais le publier!!

    Je disais donc que Monument Men est sur ma liste depuis que j’ai vu le film (j’ai l’impression que le livre en est fort différent, car dans le film on mettait beaucoup l’emphase sur les personnages américains…); j’y ajoute le Feliciano grâce à ta recommandation.

    J'aime

  2. J’avais vu le livre en ligne et il me faisait envie. Mais je me demandais ce qu’un auteur américain allait dire sur le sujet. Ton avis réveille mes appréhensions. Je lirais peut-être le livre par curiosité si j’ai le temps. Si tu ne l’as pas vu, je te conseille de visionner le formidable documentaire consacré à Jacques Jaujard, Illustre et Inconnu. Il évoque justement cette formidable opération de sauvetage avec des témoignages de personnes qui y ont participé. Il revient aussi sur le rôle joué par Rose Valland, au musée du Jeu de Paume, pour garder une trace des œuvres d’art spoliées. A la fin de la guerre, elle est partie jusqu’en Allemagne pour les retrouver.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s