Kip Wilson • White Rose (2020)

White Rose • Kip Wilson • 2019 • Versify • 368 pages

Disillusioned by the propaganda of Nazi Germany, Sophie Scholl, her brother, and his fellow soldiers formed the White Rose, a group that wrote and distributed anonymous letters criticizing the Nazi regime and calling for action from their fellow German citizens. The following year, Sophie and her brother were arrested for treason and interrogated for information about their collaborators.

•••

En commençant ce livre, je m’attendais à lire un roman fantastique. Je ne sais même pas pourquoi, à vrai dire. White Rose est un roman jeunesse historique. Je n’avais pas fait le rapprochement avec la Rose Blanche, ce groupe d’étudiants munichois qui avait résisté au régime nazi. J’ai pourtant lu cette année le livre d’Inge Scholl, soeur de Sophie et Hans. Cela aurait dû me rappeler quelques souvenirs. La résistance des Allemands est un sujet qui est peu abordé en temps normal et encore plus dans la littérature jeunesse.

Hans Scholl et sa soeur Sophie ont été pendant de longues années le moteur d’un groupe de résistants, composé surtout d’étudiants et d’un professeur. Leur action a principalement consisté en la rédaction, impression et diffusion de tracts. Certains d’entre eux se sont malheureusement fait arrêter puis assassiner par la Gestapo. Kip Wilson se met dans la peau de Sophie Scholl, cette jeune femme d’un grand courage qui ose défier le régime, à son échelle et avec ses moyens. Je pense que l’auteur a réussi son pari, car elle donne véritablement l’impression que le livre aurait pu être écrit par la jeune femme ou extraits d’un quelconque journal. Il laisse une belle part aux sentiments de révolte de ces jeunes gens qui ne reconnaissent plus leur pays, mais également à l’espoir.

White Rose est un roman qui est écrit sous forme de poèmes. Ce n’est pas novateur en soi, car depuis quelques années, de nombreux livres sont rédigés ainsi. Je pense notamment à Elizabeth Acevedo (The Poet X et Clap when you land). Cela ne veut pas dire que je n’ai pas aimé cette manière de procéder. Au contraire, j’apprécie ce genre de romans dont l’écriture permet d’aller en profondeur des sentiments et des pensées d’un ou plusieurs personnages. La majorité des textes sont « écrits » par Sophie, mais quelques-uns sont des lettres de ses frères ou de son petit ami, de l’officier de la Gestapo chargé de l’interroger, du juge…

Le roman est court, mais plein d’émotions. Il nous raconte l’histoire de la Rose Blanche, mais avec un petit point qui m’a quelque peu chagriné. En effet, le livre est divisé en quelques parties qui elles-mêmes font l’objet d’une autre division en « Avant », « Après » et « La Fin ». Or, dans toutes ces divisions, j’ai eu du mal à dégager une thématique commune, un lien. J’aurais préféré que les divers poèmes s’enchaînent d’une manière chronologique, surtout si c’est un roman destiné avant tout à un public relativement jeune. Ici, il y a une certaine confusion qui s’installe et j’ai vraiment trouvé ça dommage et pas forcément pertinent.

Le coup de coeur n’était pas loin pour ce roman historique qui rend un bel hommage au groupe de la Rose Blanche. Pour évoquer une première fois le sujet du nazisme, de l’endoctrinement de la population qui commence, d’ailleurs, dès le plus jeune âge, de la police politique et de la résistance, je pense que c’est un très bon livre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s