Elisabeth Thomas • Catherine House (2020)

Catherine House • Elisabeth Thomas • Custom House • Mai 2020 • 320 pages

You are in the house and the house is in the woods.
You are in the house and the house is in you . . .
 

Catherine House is a school of higher learning like no other. Hidden deep in the woods of rural Pennsylvania, this crucible of reformist liberal arts study with its experimental curriculum, wildly selective admissions policy, and formidable endowment, has produced some of the world’s best minds: prize-winning authors, artists, inventors, Supreme Court justices, presidents. For those lucky few selected, tuition, room, and board are free. But acceptance comes with a price. Students are required to give the House three years—summers included—completely removed from the outside world. Family, friends, television, music, even their clothing must be left behind. In return, the school promises its graduates a future of sublime power and prestige, and that they can become anything or anyone they desire.

Among this year’s incoming class is Ines, who expects to trade blurry nights of parties, pills, cruel friends, and dangerous men for rigorous intellectual discipline—only to discover an environment of sanctioned revelry. The school’s enigmatic director, Viktória, encourages the students to explore, to expand their minds, to find themselves and their place within the formidable black iron gates of Catherine. 

For Ines, Catherine is the closest thing to a home she’s ever had, and her serious, timid roommate, Baby, soon becomes an unlikely friend. Yet the House’s strange protocols make this refuge, with its worn velvet and weathered leather, feel increasingly like a gilded prison. And when Baby’s obsessive desire for acceptance ends in tragedy, Ines begins to suspect that the school—in all its shabby splendor, hallowed history, advanced theories, and controlled decadence—might be hiding a dangerous agenda that is connected to a secretive, tightly knit group of students selected to study its most promising and mysterious curriculum. 


Publié en 2020, Catherine House est un roman qui aurait pu réellement me plaire. J’aime les livres qui se déroulent dans des écoles ou pensionnats particuliers. Ce sont des endroits propices pour développer des intrigues et ambiances pleines de mystères. J’ai trouvé ici que l’effet n’atteignait pas son but.

Ce roman m’a ennuyée dès le début et cela ne s’est pas amélioré au fil des pages, malheureusement. Avec ce type de livres, je place tous mes espoirs dans l’ambiance qui doit s’en dégager. L’intrigue peut être moyenne, mais si l’atmosphère est parfaite, elle peut améliorer mon appréciation de l’ouvrage. Pour ce roman, l’ambiance est terne et pas aussi sombre que je l’espérais. L’école renferme certes un secret, mais il se devine rapidement. De plus, l’auteur ne m’a jamais réellement donné envie d’en savoir plus. L’histoire ne m’a pas agrippé.

Les premières pages sont très longues, le lecteur ne sait pas vraiment où l’auteur nous amène, tout en ne créant aucun suspense. Une fois le secret deviné, il n’y a plus de surprise sur le déroulement. Un manque de suspense, plus un rythme très lent, la lecture devient un peu houleuse. Le point principal, le secret que renferme l’école, ne m’a fait l’effet d’une bombe, mais d’un cheveu qui tombe sur la soupe. Il est mal amené. C’est très soudain et il n’y a pas vraiment d’indices pour mettre le lecteur sur une piste et qui aurait pu amener un peu de tension, de mystère. En le commençant, il me faisait quelque peu penser à Never let me go de Kazuo Ishiguro, que j’ai lu il y a quelques années et qui m’avait profondément marqué, mais Catherine House ne lui arrive pas à la cheville. Au final, il me reste comme impression que l’histoire n’est qu’une succession de tout ce que les élèves mangent, boivent et à quelle fréquence ils se retrouvent totalement saouls…

Elisabeth Thomas s’intéresse principalement à Ines Murino, une jeune adolescente au passé trouble, qui a bénéficié d’une seconde chance en intégrant Catherine House. Clairement, j’ai détesté ce personnage. Elle est arrogante, ne se remet jamais en question. Elle se croit souvent supérieure aux autres personnages. Il y a un décalage entre ses actions et ce qu’elle peut parfois penser, certaines choses qu’elle fait et qui sont incompréhensibles. Par exemple, elle a tout fait pour être acceptée dans cette école dont le processus de recrutement est plutôt lourd et long. Pourtant, une fois accepté et dans les locaux, elle ne fait rien pour s’intégrer. Elle ne va pas en cours et ne montre aucune reconnaissance.

Catherine House est une publication qui me faisait très, très envie, mais qui a accumulé les déceptions dès le départ : l’intrigue, le personnage principal, les mystères et l’ambiance. Je m’attendais à mieux en le commençant, car le résumé montrait du potentiel. Il avait tous les ingrédients que j’aimais : un pensionnat, un secret, des dangers…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s