Top 5 Wednesday • Debut Novels

Le thème de cette semaine met en avant le premier roman publié d’un auteur. Quels sont mes cinq préférés ? J’ai essayé de me le limiter à ceux lus depuis le début d’année.

The Lost Apothecary • Sarah Penner

Rule #1: The poison must never be used to harm another woman.

Rule #2: The names of the murderer and her victim must be recorded in the apothecary’s register.

One cold February evening in 1791, at the back of a dark London alley in a hidden apothecary shop, Nella awaits her newest customer. Once a respected healer, Nella now uses her knowledge for a darker purpose—selling well-disguised poisons to desperate women who would kill to be free of the men in their lives. But when her new patron turns out to be a precocious twelve-year-old named Eliza Fanning, an unexpected friendship sets in motion a string of events that jeopardizes Nella’s world and threatens to expose the many women whose names are written in her register.

In present-day London, aspiring historian Caroline Parcewell spends her tenth wedding anniversary alone, reeling from the discovery of her husband’s infidelity. When she finds an old apothecary vial near the river Thames, she can’t resist investigating, only to realize she’s found a link to the unsolved “apothecary murders” that haunted London over two centuries ago. As she deepens her search, Caroline’s life collides with Nella’s and Eliza’s in a stunning twist of fate—and not everyone will survive.

The lights of Prague • Nicole Jarvis

In the quiet streets of Prague all manner of otherworldly creatures lurk in the shadows. Unbeknownst to its citizens, their only hope against the tide of predators are the dauntless lamplighters – a secret elite of monster hunters whose light staves off the darkness each night. Domek Myska leads a life teeming with fraught encounters with the worst kind of evil: pijavice, bloodthirsty and soulless vampiric creatures. Despite this, Domek find solace in his moments spent in the company of his friend, the clever and beautiful Lady Ora Fischerová– a widow with secrets of her own.

When Domek finds himself stalked by the spirit of the White Lady – a ghost who haunts the baroque halls of Prague castle – he stumbles across the sentient essence of a will-o’-the-wisp, a mischievous spirit known to lead lost travellers to their death, but who, once captured, are bound to serve the desires of their owners.

After discovering a conspiracy amongst the pijavice that could see them unleash terror on the daylight world, Domek finds himself in a race against those who aim to twist alchemical science for their own dangerous gain.

The lost village • Camilla Sten

Documentary filmmaker Alice Lindstedt has been obsessed with the vanishing residents of the old mining town, dubbed “The Lost Village,” since she was a little girl. In 1959, her grandmother’s entire family disappeared in this mysterious tragedy, and ever since, the unanswered questions surrounding the only two people who were left—a woman stoned to death in the town center and an abandoned newborn—have plagued her. She’s gathered a small crew of friends in the remote village to make a film about what really happened.

But there will be no turning back.

Not long after they’ve set up camp, mysterious things begin to happen. Equipment is destroyed. People go missing. As doubt breeds fear and their very minds begin to crack, one thing becomes startlingly clear to Alice:

They are not alone. They’re looking for the truth… But what if it finds them first?

The Miniaturist • Jesse Burton

On a brisk autumn day in 1686, eighteen-year-old Nella Oortman arrives in Amsterdam to begin a new life as the wife of illustrious merchant trader Johannes Brandt. But her new home, while splendorous, is not welcoming. Johannes is kind yet distant, always locked in his study or at his warehouse office—leaving Nella alone with his sister, the sharp-tongued and forbidding Marin.

Lien vers l’article

The Year of the Witching • Alexis Henderson

A young woman living in a rigid, puritanical society discovers dark powers within herself in this stunning, feminist fantasy debut.

In the lands of Bethel, where the Prophet’s word is law, Immanuelle Moore’s very existence is blasphemy. Her mother’s union with an outsider of a different race cast her once-proud family into disgrace, so Immanuelle does her best to worship the Father, follow Holy Protocol, and lead a life of submission, devotion, and absolute conformity, like all the other women in the settlement.

But a mishap lures her into the forbidden Darkwood surrounding Bethel, where the first prophet once chased and killed four powerful witches. Their spirits are still lurking there, and they bestow a gift on Immanuelle: the journal of her dead mother, who Immanuelle is shocked to learn once sought sanctuary in the wood.

Fascinated by the secrets in the diary, Immanuelle finds herself struggling to understand how her mother could have consorted with the witches. But when she begins to learn grim truths about the Church and its history, she realizes the true threat to Bethel is its own darkness. And she starts to understand that if Bethel is to change, it must begin with her. 

Molly Greeley • The Heiress, The Revelations of Anne de Bourgh

The Heiress, The Revelations of Anne de Bourgh • Molly Greeley • Janvier 2020 • William Morrow • 357 pages

As a fussy baby, Anne de Bourgh’s doctor prescribed laudanum to quiet her, and now the young woman must take the opium-heavy tincture every day. Growing up sheltered and confined, removed from sunshine and fresh air, the pale and overly slender Anne grew up with few companions except her cousins, including Fitzwilliam Darcy. Throughout their childhoods, it was understood that Darcy and Anne would marry and combine their vast estates of Pemberley and Rosings. But Darcy does not love Anne or want her.

After her father dies unexpectedly, leaving her his vast fortune, Anne has a moment of clarity: what if her life of fragility and illness isn’t truly real? What if she could free herself from the medicine that clouds her sharp mind and leaves her body weak and lethargic? Might there be a better life without the medicine she has been told she cannot live without?

In a frenzy of desperation, Anne discards her laudanum and flees to the London home of her cousin, Colonel John Fitzwilliam, who helps her through her painful recovery. Yet once she returns to health, new challenges await. Shy and utterly inexperienced, the wealthy heiress must forge a new identity for herself, learning to navigate a “season” in society and the complexities of love and passion. The once wan, passive Anne gives way to a braver woman with a keen edge—leading to a powerful reckoning with the domineering mother determined to control Anne’s fortune . . . and her life.


Je continue ma découverte de livres s’inspirant de l’univers de Jane Austen. En décembre, je lisais The Jane Austen Society, en me promettant de lire les romans de cette auteur. La moitié de l’année est bien passée et je n’ai toujours pas ouvert l’un d’entre eux. Je reviens avec la chronique d’un livre qui se déroule dans l’univers de Pride & Prejudice, puisque Molly Greeley s’intéresse à un personnage tertiaire, Anne de Bourgh, la cousine de Fitzwilliam Darcy, qu’il aurait dû épouser.

Ne pas avoir lu le roman de Jane Austen n’est pas un problème. Il y a juste quelques éléments principaux de l’intrigue qui sont dévoilés. Cependant, c’est une histoire assez connue, donc pas de réels spoilers. La lecture a été plutôt en demi-teinte. En effet, le roman présente beaucoup de longueurs dès le début. À la rigueur, cela me paraissait être un choix parfait pour la première partie. L’histoire est racontée à la première personne et les premières pages sont racontées alors qu’Anne de Bourgh est sous l’emprise du laudanum, une drogue largement utilisée durant l’époque victorienne. Pour Anne, elle est traitée avec ce « médicament » depuis qu’elle est bébé. Toutefois, quand elle parvient enfin à s’en passer, je m’attendais à ce que le livre devienne un peu plus rythmée, dynamique, mais, malheureusement, le tout reste très lent. En tant que lectrice, j’ai bien eu souvent l’envie de secouer Anne.

C’est un aspect intéressant du livre que l’écriture suive l’état de santé du personnage principal. Cela permet de voir à quel point le laudanum avait une emprise sur Anne, à quel point il changeait sa personnalité. Il y a une véritable évolution de cette dernière. Elle sort de sa chrysalide après son sevrage, même si parfois trop doucement à mon goût. Le roman a un côté initiatique, aspect renforcé par le contexte historique de la saison londonienne où toutes les filles de bonne famille se retrouvaient pour trouver un mari. C’est souvent un rite de passage obligé à cette époque. L’aspect historique est bien développé.

Le fait que l’intrigue est issue de l’univers de Jane Austen devient presque anecdotique. Pendant de longs passages, j’oubliais presque que la base de l’oeuvre est Pride & Prejudice. C’est quand on croise Darcy et Elizabeth que je me rappelais qu’Anne de Bourgh est un personnage tertiaire de ce roman. Tout comme dans le roman de Jane Austen, les relations sociales et amoureuses, la pression faite aux jeunes femmes de trouver le meilleur parti est au coeur de l’intrigue. Molly Greeley évoque également les relations homosexuelles au sein de cette société conservatrice et c’est un point assez intéressant du roman. Par ailleurs, j’ai aussi beaucoup aimé les passages où la mère d’Anne évoque la maladie de sa famille. Ce sont des passages qui m’ont profondément révolté, mais c’est ce qui se faisait à l’époque.

The Heiress, The Revelations of Anne de Bourgh est un roman historique intéressant, mais qui souffre de nombreuses longueurs. Cependant, il m’a plu par d’autres aspects : le personnage principal attachant, la description du contexte historique. Le fait fait que l’auteur trouve son inspiration dans l’oeuvre de Jane Austen ne change pas grand chose à cette intrigue. Personnellement, je l’ai plus vu comme un détail anecdotique.

Top 5 Wednesday • Underrated authors

Le thème de cette semaine met en avant les auteurs que l’on pense « sous-côté » ou qui méritent plus d’attention. Pour créer ce top 5, qui ne comprend en réalité que quatre auteurs, je me base surtout sur les blogs que j’ai l’habitude de lire.

Christina Henry

Elle revient systématiquement sur mon blog, car je lis toujours ses nouvelles publications dès leurs sorties. Ce sont souvent des réécritures de contes ou autour d’un mythe comme Alice au Pays des Merveilles, le Yéti ou Peter Pan. Ses univers sont malsains, sombres et torturés. Ils peuvent mettre mal à l’aise, mais j’adore ça. Je n’ai pour l’instant jamais été déçue par ses romans et je les recommande chaudement. J’avais d’ailleurs écrit un article à son sujet. [lien]

Philip Kerr

Il est peut-être un peu plus connu que Christina Henry. C’est aussi un des auteurs les plus représentés dans mes bibliothèques. Sa série Bernie Gunther m’a tenu en haleine pendant de longues années. Je me suis énormément attachée à ce personnage et son humour noir, cynique. Le contexte historique est parfaitement documenté. J’en avais aussi parlé sur le blog il y a quelques années. [lien]

Émile Zola

Je redécouvre cet auteur depuis quelques mois. Alors qu’il était ma bête noire de mes années lycée, je l’apprécie de plus en plus. J’avance doucement mais sûrement dans les Rougon-Macquart, mais, pour le moment, rares sont les tomes que je n’ai pas apprécié.

Ben Aaronovitch

Il signe aussi une des séries que j’adore, les Peter Grant. Elle mêle magie, humour anglais et références à la pop culture britannique à coup de Sherlock Holmes, Doctor Who ou Harry Potter. Je me régale à chaque tome, et il m’en reste que quelques uns avant de l’avoir définitivement terminée… Pour mon plus grand regret, car c’est le type de livres que j’adore lire un cas de coup de mou.

Vol au musée : Le plus grand cambriolage de l’histoire de l’art (2021)

La série relate le plus grand vol d’œuvres d’art au monde. Le 18 mars 1990, 13 œuvres ont été volées au Isabella Stewart Gardner Museum de Boston aux premières heures du jour. Les gardiens ont admis deux hommes se faisant passer pour des policiers. Les voleurs ont ligoté les gardiens et pillé le musée au cours de l’heure suivante. Plus de 30 ans plus tard, le crime n’a toujours pas été élucidé.


Je suis une inconditionnelle des documentaires-enquêtes proposés par Netflix autour d’un crime réel, d’un événement paranormal… En avril dernier, la plateforme sortait Vol au musée sur le spectaculaire cambriolage du Musée Gardner de Boston.

En tant qu’historienne de l’art se passionnant pour ce genre de problématiques (les restitutions d’oeuvres d’art, les faux en art…), je ne pouvais pas manquer cette nouvelle mini-série. Je ne suis pas déçue du voyage. J’avais déjà entendu parler de ce vol alors que je suivais un cours sur la peinture de l’âge d’or hollandais au Trinity College. Or, parmi les oeuvres volées à ce musée, il y a un Vermeer et un important tableau de Rembrandt, son unique marine. Cependant, j’ignorais à quel point cette histoire pouvait être rocambolesque.

Le documentaire commence très classiquement par poser les faits et les principaux « acteurs » comme la police, la conservatrice, les employés, les principaux suspects… La mini-série reprend quelque peu la trame de l’enquête, ce qui permet de comprendre la logique des inspecteurs, où tel indice les a menés, pourquoi telle personne pouvait être soupçonnée… Et puis, à un moment donné, tout commence un peu à partir en cacahuète. Des voleurs d’art internationaux s’en m^lent, tout comme la mafia de Boston… C’est à partir de ce moment que le vol devient réellement inexplicable.

Impossible de ne pas enchaîner les épisodes pour en savoir plus. Comme souvent avec ce type de documentaire, j’espère avoir toutes les réponses aux différentes questions que je me pose et notamment les principales : qui est le coupable ? Où sont les oeuvres volées ? Forcément, aucune réponse n’est apportée, car l’affaire n’a toujours pas été résolue. Il y a toujours un côté mystérieux, plein de suspens que j’aime beaucoup dans ce type de documentaire. Doublé à un sujet qui me passionne, Vol au musée m’a totalement happé.

Il est rare de voir des documentaires true crime autour de l’art. Pour ma part, ces quelques épisodes ont été un véritable coup de coeur. J’espère secrètement que Netflix développera ce programme et proposera d’autres saisons autour de ce sujet.

Top 5 Wednesday • Halfway there!

Je reviens avec le Top 5 Wednesday (et un article en retard). Les thèmes de Juillet ne m’ont guère inspiré, contrairement à ceux d’août. Le premier est Halway there! Il consiste à présenter les cinq meilleurs livres publiés depuis le début d’année. Je ne les ai pas forcément rangés dans un ordre d’appréciation.

Don’t tell a soul – Kristen Miller

Goodreads

J’ai adoré ce roman d’un bout à l’autre. L’ambiance est parfaite, bien dosée avec le suspens. Ce dernier est présent et parfaitement maîtrisé. Impossible de mettre le livre de côté pendant quelques secondes.

Sistersong • Lucy Holland

Goodreads

Un très bon roman sur trois soeurs très différentes. Des jalousies, des drames, le tout sous fond de Bretagne historique et mythique… J’ai vraiment beaucoup aimé et j’ai vraiment envie de lire d’autres ouvrages dans cette veine.

The lost village • Camilla Sten

Goodreads

Un thriller psychologique avec énormément de suspens et de tension. Il est haletant et un vrai page-turner. Il est juste dommage que la fin ne soit pas à la hauteur de mes espérances.

Near the bone • Christina Henry

Goodreads

Christina Henry est une de mes auteurs préférés et chacune de ses nouvelle publications finies entre mes mains. J’avais très envie de découvrir celui-ci et je ne suis pas déçue. Encore un livre avec une ambiance sombre, des passages pas toujours facile. Un autre mythe est exploré.

The Lights of Prague • Nicole Jarvis

Goodreads

Je découvre une nouvelle auteur avec ce roman. Prague est une ville que je rêve de pouvoir visiter, et encore plus après cette lecture. J’ai adoré l’univers, l’ambiance et les personnages. Je serai bien partante pour un deuxième tome.

Umbrella Academy, Saison 2

Une famille de super-héros déjantés se réunit pour tenter de résoudre le mystère entourant la mort de leur père, la menace d’une apocalypse et bien plus encore.

Avec : Elliot Page ; Tom Hopper ; Emmy Raver-Lampman ; David Castaneda ; Robert Sheehan ; Aidan Gallagher…


J’ai profité du troisième confinement pour me remettre à jour dans certaines séries. Cette deuxième saison d’Umbrella Academy était dans mes priorités. La première avait été un coup de coeur et j’avais eu plutôt de bons échos sur cette nouvelle saison. Après l’avoir vu, je suis un peu plus mitigée.

Certes, Umbrella Academy est une série rythmée avec des scènes très décalées, qui avaient fait le charme de la première saison et qui se retrouvent aussi dans cette deuxième, mais en moindre nombre. Certaines restent vraiment sympa. La toute première scène où les frères et soeurs laissent présager du bon pour la suite. Par ailleurs, j’avais adoré la bande-son également, à la fois moderne et un peu plus vintage. Elle est toujours étonnante, placée au bon moment pour créer ce décalage. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé ces deux aspects dans cette nouvelle saison, et qui apporte une touche d’originalité.

Malheureusement, ce sont les deux seuls points qui m’ont réellement plu dans cette deuxième saison. Je suis plutôt déçue concernant le scénario. J’ai eu l’impression de voir une variation de celui de la première, avec une autre époque. Nous sommes à Dallas, quelques jours avec l’assassinat du président JFK. La trame est la même : empêcher l’apocalypse de se produire, dont le même personnage en est à l’origine. La fin rappelle également celle de la première. Pour moi, c’était vraiment la même histoire, le même méchant, le même protagoniste qui déclenche l’apocalypse, le même type de fin avec un autre saut dans le temps… Il n’y a vraiment rien de nouveau et cela a deux conséquences.

La première est qu’il y a beaucoup d’aspects qui se devinent bien avant qu’ils arrivent. Les quelques révélations tombent souvent à l’eau. Sur les six ou huit épisodes que comportent la saison, je n’ai été surprise qu’une seule fois. Le reste du temps, ce n’était que la confirmation d’un doute persistant.

La deuxième est que j’ai bien peur que la troisième saison ne soit dans la même veine que la première et la deuxième : une énième apocalypse, un autre saut dans le temps… La fin le laisse présager. La série a été officiellement renouvelée pour une saison trois. Elle sera vraiment déterminante pour moi. En effet, j’espère que les scénaristes sauront se renouveler et reverront le scénario.

Après une première saison géniale, cette deuxième me laisse un sentiment un peu négatif. J’ai l’impression que les scénaristes et autres se sont reposés sur leurs acquis et n’ont pas osé ou cherché à proposer d’autres originalités. Ce sont toujours les mêmes acteurs qui portent la série : Numéro 5 en tête avec Klaus.

Sherlock, Saison 4

Les aventures de Sherlock Holmes et de son acolyte de toujours, le docteur John Watson, sont transposées au XXIème siècle… 

Avec : Benedict Cumberbatch ; Martin Freeman ; Mark Gatiss ; Amanda Abbington ; Andrew Scott…


J’ai pris mon temps pour regarder cette ultime saison de Sherlock. Sortie en 2017, je ne la découvre que bien des années après. C’est avec plaisir que je retrouve des personnages que j’adore. Ils sont toujours aussi attachants et il est difficile de le dire au revoir. L’épisode de Noël est un régal à regarder, en reprenant les costumes d’époque. J’ai beaucoup aimé la manière dont il lie cet épisode avec la troisième et la quatrième saison.

Les trois épisodes sont intéressants, avec des moments plus épiques les uns que les autres. Une mention toute particulière pour le personnage de Mrs Hudson, qui amène tout autant un potentiel pour les émotions et le comique. Il y a encore quelques touches d’humour présentes et qui font aussi fait le succès de la série. Cependant, c’est une quatrième saison qui est encore plus sombre que les précédentes.

Cette saison voit l’apparition d’un nouveau personnage. Je ne me souviens pas qu’elle soit dans le canon holmésien, mais j’ai adoré cette soeur encore plus intelligente que les frères et beaucoup plus dangereuse également. Elle est l’égale de Moriarty au niveau de la malveillance. Elle apporte beaucoup de tension au fil de la saison avec l’apothéose du dernier épisode.

Ce dernier m’a laissé un sentiment un peu mitigé. Il y a du positif et du négatif. Globalement, c’est quand même plus positif. C’est tout de même un très bon épisode, digne de la série. Je vais commencer par le positif. Le premier aspect que j’ai apprécié est le huis clos qui prend place pendant une bonne partie de l’épisode, renforçant le drame et le suspens. Ces derniers n’ont eu de cesse de monter en pression depuis le début de la saison, notamment avec les « Miss me » disséminés. Par ailleurs, le spectateur, durant cet épisode, ne s’est jamais quel sera le prochain coup d’Eurus, rajoutant un effet d’anticipation, car tout peut bousculer d’un moment à l’autre dans le chaos.

Deuxièmement, mais quel plaisir de revoir Jim Moriarty. C’est un personnage que j’avais adoré dès sa première apparition et Andrew Scott en a fait une interprétation légendaire. Il a un charisme fou. Il nous avait habitué à des entrées fracassantes, et je suis loin d’être déçue. Les scénaristes m’ont régalé d’une nouvelle entrée épique, avec un choix de musique absolument parfait. Après Staying alive des Beegees, c’est au tour de Queen. Gros coup de coeur.

C’est un épisode prenant, plein de rythme qui rappelles des épisodes du canon qui n’ont pas fait l’objet d’un épisode spécifique, comme Les trois Garrideb, par exemple. Cependant, ce que je retiens du Dernier problème, ce sont les émotions présentes à cause des épreuves exigées par Eurus. Il y a eu des moments où j’ai eu la gorge serrée devant les choix que s’offrent à Sherlock, Mycroft et John. Les frères Holmes vont être bien malmenés par leur soeur et, pour une fois, ils vont montrer des faiblesses, surtout Mycroft, qui a toujours semblé sous contrôle et en parfaite maîtrise de lui-même. Sa façade vole en éclat dans cet épisode. J’ai apprécié d’en savoir plus sur les deux frères eux-mêmes, leur enfance… Gros point positif pour clore cette série et ce dernier épisode avait tous les ingrédients pour être une tragédie. En tout cas, je ne pouvais pas détourner les yeux de mon écran.

Le seul point négatif que je retiens est que quelques passages m’ont semblé tirer par les cheveux ou incohérents. Eurus apparaît toujours maître d’elle-même, calme, froide et calculatrice. Pourtant, dans les dernières scènes, elle devient une enfant effrayée et perdue… Pour que quelques scènes après, elle redevienne elle-même. J’ai trouvé ça un peu bizarre, je dois dire. À moins que, vu sous le prisme de la manipulation, ça peut constituer un début d’explications.

Sherlock aura été une série qui m’aura marqué par bien des aspects : la qualité du scénario et de la manière de filmer, les performances différents acteurs qui ont fait beaucoup de chemin depuis…

Sorties VO • Août 2021

A lesson in vengeance • Victoria Lee • Delacorte Press • 3 août • 384 pages

Felicity Morrow is back at Dalloway School.

Perched in the Catskill mountains, the centuries-old, ivy-covered campus was home until the tragic death of her girlfriend. Now, after a year away, she’s returned to graduate. She even has her old room in Godwin House, the exclusive dormitory rumored to be haunted by the spirits of five Dalloway students—girls some say were witches. The Dalloway Five all died mysteriously, one after another, right on Godwin grounds.

Witchcraft is woven into Dalloway’s history. The school doesn’t talk about it, but the students do. In secret rooms and shadowy corners, girls convene. And before her girlfriend died, Felicity was drawn to the dark. She’s determined to leave that behind her now; all Felicity wants is to focus on her senior thesis and graduate. But it’s hard when Dalloway’s occult history is everywhere. And when the new girl won’t let her forget.

It’s Ellis Haley’s first year at Dalloway, and she’s already amassed a loyal following. A prodigy novelist at seventeen, Ellis is a so-called “method writer.” She’s eccentric and brilliant, and Felicity can’t shake the pull she feels to her. So when Ellis asks Felicity for help researching the Dalloway Five for her second book, Felicity can’t say no. Given her history with the arcane, Felicity is the perfect resource.

The Dead & the Dark • Courtney Gould • Wednesday Books • 3 août • 352 pages

Something is wrong in Snakebite, Oregon. Teenagers are disappearing, some turning up dead, the weather isn’t normal, and all fingers seem to point to TV’s most popular ghost hunters who have just returned to town. Logan Ortiz-Woodley, daughter of TV’s ParaSpectors, has never been to Snakebite before, but the moment she and her dads arrive, she starts to get the feeling that there’s more secrets buried here than they originally let on.

Ashley Barton’s boyfriend was the first teen to go missing, and she’s felt his presence ever since. But now that the Ortiz-Woodleys are in town, his ghost is following her and the only person Ashley can trust is the mysterious Logan. When Ashley and Logan team up to figure out who—or what—is haunting Snakebite, their investigation reveals truths about the town, their families, and themselves that neither of them are ready for. As the danger intensifies, they realize that their growing feelings for each other could be a light in the darkness.

The Turnout • Megan Abbott • Putnam’s Son • 3 août • 352 pages

Ballet flows through their veins. Dara and Marie Durant were dancers since birth, with their long necks and matching buns and pink tights, homeschooled and trained by their mother. Decades later the Durant School of Dance is theirs. The two sisters, together with Charlie, Dara’s husband and once their mother’s prize student, inherited the school after their parents died in a tragic accident nearly a dozen years ago. Marie, warm and soft, teaches the younger students; Dara, with her precision, trains the older ones; and Charlie, back broken after years of injuries, rules over the back office. Circling around each other, the three have perfected a dance, six days a week, that keeps the studio thriving. But when a suspicious accident occurs, just at the onset of the school’s annual performance of The Nutcracker, a season of competition, anxiety, and exhilaration, an interloper arrives and threatens the delicate balance of everything they’ve worked for.

Once there were wolves • Charlotte McConaghy • Flatiron Books • 3 août • 272 pages

Inti Flynn arrives in Scotland with her twin sister, Aggie, to lead a team of biologists tasked with reintroducing fourteen gray wolves into the remote Highlands. She hopes to heal not only the dying landscape, but Aggie, too, unmade by the terrible secrets that drove the sisters out of Alaska.

Inti is not the woman she once was, either, changed by the harm she’s witnessed—inflicted by humans on both the wild and each other. Yet as the wolves surprise everyone by thriving, Inti begins to let her guard down, even opening herself up to the possibility of love. But when a farmer is found dead, Inti knows where the town will lay blame. Unable to accept her wolves could be responsible, Inti makes a reckless decision to protect them. But if the wolves didn’t make the kill, then who did? And what will Inti do when the man she is falling for seems to be the prime suspect?

The family plot • Megan Collins • Atria Books • 17 août • 320 pages

At twenty-six, Dahlia Lighthouse has a lot to learn when it comes to the real world. Raised in a secluded island mansion deep in the woods and kept isolated by her true crime-obsessed parents, she has spent the last several years living on her own, but unable to move beyond her past—especially the disappearance of her twin brother Andy when they were sixteen.

With her father’s death, Dahlia returns to the house she has avoided for years. But as the rest of the Lighthouse family arrives for the memorial, a gruesome discovery is made: buried in the reserved plot is another body—Andy’s, his skull split open with an ax.

Each member of the family handles the revelation in unusual ways. Her brother Charlie pours his energy into creating a family memorial museum, highlighting their research into the lives of famous murder victims; her sister Tate forges ahead with her popular dioramas portraying crime scenes; and their mother affects a cheerfully domestic façade, becoming unrecognizable as the woman who performed murder reenactments for her children. As Dahlia grapples with her own grief and horror, she realizes that her eccentric family, and the mansion itself, may hold the answers to what happened to her twin.

In my dreams I hold a knife • Ashley Winstead • Sourcebooks Landmark • 31 août • 368 pages

A college reunion turns dark and deadly in this chilling and propulsive suspense novel about six friends, one unsolved murder, and the dark secrets they’ve been hiding from each other—and themselves—for a decade.

Ten years after graduation, Jessica Miller has planned her triumphant return to southern, elite Duquette University, down to the envious whispers that are sure to follow in her wake. Everyone is going to see the girl she wants them to see—confident, beautiful, indifferent—not the girl she was when she left campus, back when Heather’s murder fractured everything, including the tight bond linking the six friends she’d been closest to since freshman year. Ten years ago, everything fell apart, including the dreams she worked for her whole life—and her relationship with the one person she wasn’t supposed to love.

But not everyone is ready to move on. Not everyone left Duquette ten years ago, and not everyone can let Heather’s murder go unsolved. Someone is determined to trap the real killer, to make the guilty pay. When the six friends are reunited, they will be forced to confront what happened that night—and the years’ worth of secrets each of them would do anything to keep hidden.

The Witch Haven • Sasha Peyton Smith • Simon & Schuster • 31 août • 448 pages

In 1911 New York City, seventeen-year-old Frances Hallowell spends her days as a seamstress, mourning the mysterious death of her brother months prior. Everything changes when she’s attacked and a man ends up dead at her feet—her scissors in his neck, and she can’t explain how they got there.

Before she can be condemned as a murderess, two cape-wearing nurses arrive to inform her she is deathly ill and ordered to report to Haxahaven Sanitarium. But Frances finds Haxahaven isn’t a sanitarium at all: it’s a school for witches. Within Haxahaven’s glittering walls, Frances finds the sisterhood she craves, but the headmistress warns Frances that magic is dangerous. Frances has no interest in the small, safe magic of her school, and is instead enchanted by Finn, a boy with magic himself who appears in her dreams and tells her he can teach her all she’s been craving to learn, lessons that may bring her closer to discovering what truly happened to her brother.

Frances’s newfound power attracts the attention of the leader of an ancient order who yearns for magical control of Manhattan. And who will stop at nothing to have Frances by his side. Frances must ultimately choose what matters more, justice for her murdered brother and her growing feelings for Finn, or the safety of her city and fellow witches. What price would she pay for power, and what if the truth is more terrible than she ever imagined?

The woods are always watching • Stephanie Perkins • Dutton Books • 31 août • 304 pages

A traditional backwoods horror story set–first page to last–in the woods of the Pisgah National Forest in the Blue Ridge Mountains.

Two girls go backpacking in the woods. Things go very wrong.

And, then, their paths collide with a serial killer. 

The bookseller’s secret • Michelle Gable • Graydon House • 17 août • 400 pages

In 1942, London, Nancy Mitford is worried about more than air raids and German spies. Still recovering from a devastating loss, the once sparkling Bright Young Thing is estranged from her husband, her allowance has been cut, and she’s given up her writing career. On top of this, her five beautiful but infamous sisters continue making headlines with their controversial politics.

Eager for distraction and desperate for income, Nancy jumps at the chance to manage the Heywood Hill bookshop while the owner is away at war. Between the shop’s brisk business and the literary salons she hosts for her eccentric friends, Nancy’s life seems on the upswing. But when a mysterious French officer insists that she has a story to tell, Nancy must decide if picking up the pen again and revealing all is worth the price she might be forced to pay.

Eighty years later, Heywood Hill is abuzz with the hunt for a lost wartime manuscript written by Nancy Mitford. For one woman desperately in need of a change, the search will reveal not only a new side to Nancy, but an even more surprising link between the past and present…

The Women of Troy • Pat Baker • Doubleday • 24 août • 304 pages

Troy has fallen. The Greeks have won their bitter war. They can return home victors, loaded with their spoils: their stolen gold, stolen weapons, stolen women. All they need is a good wind to lift their sails.

But the wind does not come. The gods have been offended – the body of Priam lies desecrated, unburied – and so the victors remain in limbo, camped in the shadow of the city they destroyed, pacing at the edge of an unobliging sea. And, in these empty, restless days, the hierarchies that held them together begin to fray, old feuds resurface and new suspicions fester.

Largely unnoticed by her squabbling captors, Briseis remains in the Greek encampment. She forges alliances where she can – with young, dangerously naïve Amina, with defiant, aged Hecuba, with Calchus, the disgraced priest – and begins to see the path to a kind of revenge. Briseis has survived the Trojan War, but peacetime may turn out to be even more dangerous…

The Real Valkyrie: The Hidden History of Viking Warrior Women • Nancy Marie Brown • St Martin’s Press • 31 août • 336 pages

In 2017, DNA tests revealed to the collective shock of many scholars that a Viking warrior in a high-status grave in Birka, Sweden was actually a woman. The Real Valkyrie weaves together archaeology, history, and literature to imagine her life and times, showing that Viking women had more power and agency than historians have imagined.

Brown uses science to link the Birka warrior, whom she names Hervor, to Viking trading towns and to their great trade route east to Byzantium and beyond. She imagines her life intersecting with larger-than-life but real women, including Queen Gunnhild Mother-of-Kings, the Viking leader known as The Red Girl, and Queen Olga of Kyiv. Hervor’s short, dramatic life shows that much of what we have taken as truth about women in the Viking Age is based not on data, but on nineteenth-century Victorian biases. Rather than holding the household keys, Viking women in history, law, saga, poetry, and myth carry weapons. These women brag, “As heroes we were widely known—with keen spears we cut blood from bone.” In this compelling narrative Brown brings the world of those valkyries and shield-maids to vivid life.

The last Mona Lisa • Jonathan Santlofer • Sourcebook Landmark • 17 août • 400 pages

August, 1911: The Mona Lisa is stolen by Vincent Peruggia. Exactly what happens in the two years before its recovery is a mystery. Many replicas of the Mona Lisa exist, and more than one historian has wondered if the painting now in the Louvre is a fake, switched in 1911.

Present day: art professor Luke Perrone digs for the truth behind his most famous ancestor: Peruggia. His search attracts an Interpol detective with something to prove and an unfamiliar but curiously helpful woman. Soon, Luke tumbles deep into the world of art and forgery, a land of obsession and danger.

A gripping novel exploring the 1911 theft and the present underbelly of the art world, The Last Mona Lisa is a suspenseful tale, tapping into our universal fascination with da Vinci’s enigma, why people are driven to possess certain works of art, and our fascination with the authentic and the fake. 

WandaVision (Saison 1)

Wanda Maximoff alias Scarlet Witch et Vision sont des super-héros, vivant dans une banlieue idéalisée mais commençant à soupçonner que tout n’est peut-être pas ce qu’il paraît être…

Avec : Elizabeth Olsen ; Paul Bettany ; Teyonah Parris ; Kathryn Hahn ; Randall Park ; Kat Dennings…


Depuis que j’ai Disney+, j’ai surtout revu de vieux dessins animés et ceux que je préfère. Je ne m’étais pas encore penchée sur les séries, même si The Mandalorian me tente énormément. Je les découvre enfin avec WandaVision, qui se déroule juste après les événements d’Endgame. Adorant Wanda, j’étais impatiente de voir cette première saison.

C’est une série étonnante par rapport au Marvel Cinematic Universe. Endgame a amené des changements dans ce monde, avec plus de noirceur. Cela se voit dans WandaVision où le sujet développé est celui du deuil. J’ai beaucoup aimé la manière dont la douleur de Wanda est traitée. La série, surtout vers la fin, est vraiment pleine d’émotions. Le spectateur en apprend énormément sur ce personnage, son histoire personnelle et sa magie en premier lieu. Ils m’ont clairement brisé le coeur, notamment quand on comprend pourquoi les séries, pourquoi elle a plongé Fairview sous un sort. Le spectateur ressent sa douleur et la partage.

Le début est déroutant, surtout les deux premiers épisodes, en noir et blanc. Ils ne donnent pas réellement une idée de ce que sera l’intrigue par la suite. Il n’y a aucun indice sur la direction générale que WandaVision prendra. La surprise est donc présente pendant une bonne partie de la saison. D’autant plus que des éléments surprenants montrent déjà que la machine est grippée, qu’il y a déjà des fissures dans cette façade de bonheur. Au fur et à mesure, j’ai été étonnée par la trame développée. Ce n’est clairement pas celle que j’avais imaginée, voyant plus le retour d’Hydra.

En effet, les épisodes sont ponctués de publicités qui reprennent également les codes de l’époque, tout comme les épisodes rendent hommage à des séries importantes de chaque décennie telles que Ma sorcière bien aimée, Malcolm ou Modern Family. Ce choix est parfaitement expliqué, mais pas celui des publicités pour des produits Hydra, que j’ai beaucoup aimé et qui présageaient du bon pour la suite. Hydra est un des grands ennemis au sein du MCU et j’étais bien tentée d’y voir leur grand retour. J’ai été un peu déçue de voir que ces petits passages n’aboutissent à rien. C’est ma seule véritable déception cette série.

Wanda est un personnage que j’ai tout de suite apprécié, dès sa première apparition dans Avengers, L’ère d’Ultron. WandaVision est une série que j’attendais avec impatience. Lui consacrer quelques épisodes permet de clairement développer son caractère et son histoire. Les bons dans le passé expliquent son évolution, comment elle est devenue Scarlett Witch. C’est un des rares personnages principaux qui n’a pas encore eu son film, et la série rattrape cela. Elizabeth Olsen est une actrice que j’aime beaucoup et c’est un plaisir de la retrouver dans ce rôle. Je n’arrive pas à imaginer quelqu’un d’autre à sa place. Il y a aussi l’apparition de personnages déjà aperçus dans d’autres films comme Darcy (Thor), par exemple. Il n’y avait aucun arrière goût de fan service pour ma part dans ça.

WandaVision est une série qui m’a tenu en haleine du début à la fin, et je ne suis pas déçue par la direction qu’elle prend avec des trahisons surprises… Cependant, la dernière scène, après le générique, laisse présager du lourd pour ce personnage et une évolution encore plus intéressante. J’ai hâte de voir ce que les scénaristes en feront. En tout cas, la série fait autant la part belle à l’action qu’aux émotions. Un coup de coeur. Il me tarde de découvrir la prochaine série Marvel, Falcon et le Soldat d’Hiver qui permet aussi d’en savoir un peu plus sur l’après Endgame.

Nick Setchfield • The War in the Dark (2018)

The War in the Dark • Nick Setchfield • Titan Books • Juillet 2018 • 352 pages

Europe. 1963. And the true Cold War is fought on the borders of this world, at the edges of the light.
 
When the assassination of a traitor trading with the enemy goes terribly wrong, British Intelligence agent Christopher Winter must flee London. In a tense alliance with a lethal, mysterious woman named Karina Lazarova, he’s caught in a quest for hidden knowledge from centuries before, an occult secret written in a language of fire. A secret that will give supremacy to the nation that possesses it.
 
Racing against the Russians, the chase takes them from the demon-haunted Hungarian border to treasure-laden tunnels beneath Berlin, from an impossible house in Vienna to a bomb-blasted ruin in Bavaria where something unholy waits, born of the power of white fire and black glass . . .
 
It’s a world of treachery, blood and magic. A world at war in the dark.


Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre avec ce roman. Ma liseuse ne me donne que le titre et la couverture et aucun résumé. Je me doutais que c’était un livre fantastique. Je l’ai donc commencé sans aucune attente particulière, alors que j’étais depuis quelques semaines dans une bonne panne de lecture. Finalement, j’ai été surprise par ce livre. Je ne le qualifierai pas de coup de coeur, mais The War in the Dark est un bon divertissement.

Il y a de l’ADN de Cassandra Clare dans ce premier tome. Ils ont sensiblement la même idée de départ : une guerre secrète qui dure depuis des millénaires entre les démons, qui cherchent à envahir notre monde et des sorciers et sociétés secrètes qui soit les aident, soit essaient de les en empêcher. Dans mon cas, ce genre d’histoire marche toujours. Nick Setchfield se démarque de Cassandra Clare en proposant un roman d’espionnage classique. Or, c’est rare de trouver un mélange de genre entre espionnage et fantastique. En tout cas, dans ce roman, je trouve que ça fonctionne étonnamment bien… Le tout sous fond de Guerre froide et de conflits entre les services secrets britannique et russe. Le contexte est d’autant plus parfait qu’il se prête bien à ce type d’intrigue.

Cette dernière est prenante et, dès les premières pages, j’ai été happée dans cette aventure pour retrouver un mystérieux manuscrit. J’ai aimé la construction du roman, un peu comme un jeu vidéo avec un lieu (généralement une ville), une péripétie (trouver un indice, un morceau de manuscrit ou une personne) et à la fin, les « méchants » qui tombent sur les deux personnages principaux, un peu à la manière des « boss » intermédiaires avant le grand final. Cela donne du rythme à l’histoire et, pour sortir d’une panne de lecture, c’est parfait ! Après, j’ai aussi conscience que, sur certains points, cela gâchait quelque peu le suspens, car le lecteur sait comment la séquence va se terminer. Cependant, il y a quelques révélations et rebondissements que je n’ai pas vu venir, notamment concernant le personnage principal, Christopher Winter.

Concernant les personnages, je n’ai pas eu de réel coup de coeur pour l’un ou l’autre. Je suis restée très en retrait en ce qui concerne leurs drames, les morts qu’ils croisent au gré de leur aventure. Même leur destin ne m’a pas plus intéressée que ça alors que les dernières pages laissent penser qu’ils s’en sont sortis difficilement. Cela a été pour moi le plus gros point négatif du roman. Le duo est également quelque peu cliché entre l’espion britannique gentleman et au passé sombre, et une espionne russe, maîtrisant parfaitement les techniques de combat, le maniement des armes, froide et prête à tout…

Il existe un deuxième tome, The Spider Game. Il n’est absolument pas dans mes priorités du moment. Ce premier livre a une fin relativement fermée pour se suffire à lui-même. Les principales questions sont répondues et il n’y aucun cliffhanger. The War in the Dark a été un roman divertissant, mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.