Top 5 Wednesday • Back to school

Le thème de cette semaine s’intitule Back to school. Le sens peut être très large, puisque sont acceptés les livres lus durant les études ou ceux parlant d’écoles, de lycées, d’universités… C’est plutôt dans ce sens-là que j’ai axé ma sélection. Les romans que je vous propose ont tous été lus.

The Assignment • Liza Wiemer

SENIOR YEAR. When an assignment given by a favorite teacher instructs a group of students to argue for the Final Solution, a euphemism used to describe the Nazi plan for the genocide of the Jewish people, Logan March and Cade Crawford are horrified. Their teacher cannot seriously expect anyone to complete an assignment that fuels intolerance and discrimination. Logan and Cade decide they must take a stand. As the school administration addressed the teens’ refusal to participate in the appalling debate, the student body, their parents, and the larger community are forced to face the issue as well. The situation explodes, and acrimony and anger result. What does it take for tolerance, justice, and love to prevail?

They never learn • Layne Fargo

Scarlett Clark is an exceptional English professor. But she’s even better at getting away with murder.

Every year, she searches for the worst man at Gorman University and plots his well-deserved demise. Thanks to her meticulous planning, she’s avoided drawing attention to herself—but as she’s preparing for her biggest kill yet, the school starts probing into the growing body count on campus. Determined to keep her enemies close, Scarlett insinuates herself into the investigation and charms the woman in charge, Dr. Mina Pierce. Everything’s going according to her master plan…until she loses control with her latest victim, putting her secret life at risk of exposure.

Meanwhile, Gorman student Carly Schiller is just trying to survive her freshman year. Finally free of her emotionally abusive father, all Carly wants is to focus on her studies and fade into the background. Her new roommate has other ideas. Allison Hadley is cool and confident—everything Carly wishes she could be—and the two girls quickly form an intense friendship. So when Allison is sexually assaulted at a party, Carly becomes obsessed with making the attacker pay…and turning her fantasies about revenge into a reality.

In my dreams I hold a knife • Ashley Winstead

A college reunion turns dark and deadly in this chilling and propulsive suspense novel about six friends, one unsolved murder, and the dark secrets they’ve been hiding from each other—and themselves—for a decade.

Ten years after graduation, Jessica Miller has planned her triumphant return to southern, elite Duquette University, down to the envious whispers that are sure to follow in her wake. Everyone is going to see the girl she wants them to see—confident, beautiful, indifferent—not the girl she was when she left campus, back when Heather’s murder fractured everything, including the tight bond linking the six friends she’d been closest to since freshman year. Ten years ago, everything fell apart, including the dreams she worked for her whole life—and her relationship with the one person she wasn’t supposed to love.

But not everyone is ready to move on. Not everyone left Duquette ten years ago, and not everyone can let Heather’s murder go unsolved. Someone is determined to trap the real killer, to make the guilty pay. When the six friends are reunited, they will be forced to confront what happened that night—and the years’ worth of secrets each of them would do anything to keep hidden.

Métamorphoses, Vita Nostra • Marina et Sergueï Diatchenko

Vita nostra brevis est, brevi finietur…
« Notre vie est brève, elle finira bientôt… »

C’est dans le bourg paumé de Torpa que Sacha entonnera l’hymne des étudiants, à l’« Institut des technologies spéciales ». Pour y apprendre quoi ? Allez savoir. Dans quel but et en vue de quelle carrière ? Mystère encore. Il faut dire que son inscription ne relève pas exactement d’un choix : on la lui a imposée… Comment s’étonner dès lors de l’apparente absurdité de l’enseignement, de l’arbitraire despotisme des professeurs et de l’inquiétante bizarrerie des étudiants ?

A-t-on affaire, avec Vita nostra, à un roman d’initiation à la magie ? Oui et non. On évoque irrésistiblement la saga d’Harry Potter et plus encore Les Magiciens de Lev Grossman. Mêmes jeunes esprits en formation, même apprentissage semé d’obstacles. Mais c’est sur une autre terre et dans une autre culture, slaves celles-là, que reposent les fondations d’un livre qui nous rappellera que le Verbe se veut à l’origine du monde. Les lecteurs de fantasy occidentale saturés d’aspirations à l’héroïsme tous azimuts en seront tourneboulés.

My dark Vanessa • Kate Elizabeth Russell

2000. Bright, ambitious, and yearning for adulthood, fifteen-year-old Vanessa Wye becomes entangled in an affair with Jacob Strane, her magnetic and guileful forty-two-year-old English teacher.

2017. Amid the rising wave of allegations against powerful men, a reckoning is coming due. Strane has been accused of sexual abuse by a former student, who reaches out to Vanessa, and now Vanessa suddenly finds herself facing an impossible choice: remain silent, firm in the belief that her teenage self willingly engaged in this relationship, or redefine herself and the events of her past. But how can Vanessa reject her first love, the man who fundamentally transformed her and has been a persistent presence in her life? Is it possible that the man she loved as a teenager—and who professed to worship only her—may be far different from what she has always believed?

Alternating between Vanessa’s present and her past, My Dark Vanessa juxtaposes memory and trauma with the breathless excitement of a teenage girl discovering the power her own body can wield. Thought-provoking and impossible to put down, this is a masterful portrayal of troubled adolescence and its repercussions that raises vital questions about agency, consent, complicity, and victimhood. Written with the haunting intimacy of The Girls and the creeping intensity of RoomMy Dark Vanessa is an era-defining novel that brilliantly captures and reflects the shifting cultural mores transforming our relationships and society itself. 

Top 5 Wednesday • Debut Novels

Le thème de cette semaine met en avant le premier roman publié d’un auteur. Quels sont mes cinq préférés ? J’ai essayé de me le limiter à ceux lus depuis le début d’année.

The Lost Apothecary • Sarah Penner

Rule #1: The poison must never be used to harm another woman.

Rule #2: The names of the murderer and her victim must be recorded in the apothecary’s register.

One cold February evening in 1791, at the back of a dark London alley in a hidden apothecary shop, Nella awaits her newest customer. Once a respected healer, Nella now uses her knowledge for a darker purpose—selling well-disguised poisons to desperate women who would kill to be free of the men in their lives. But when her new patron turns out to be a precocious twelve-year-old named Eliza Fanning, an unexpected friendship sets in motion a string of events that jeopardizes Nella’s world and threatens to expose the many women whose names are written in her register.

In present-day London, aspiring historian Caroline Parcewell spends her tenth wedding anniversary alone, reeling from the discovery of her husband’s infidelity. When she finds an old apothecary vial near the river Thames, she can’t resist investigating, only to realize she’s found a link to the unsolved “apothecary murders” that haunted London over two centuries ago. As she deepens her search, Caroline’s life collides with Nella’s and Eliza’s in a stunning twist of fate—and not everyone will survive.

The lights of Prague • Nicole Jarvis

In the quiet streets of Prague all manner of otherworldly creatures lurk in the shadows. Unbeknownst to its citizens, their only hope against the tide of predators are the dauntless lamplighters – a secret elite of monster hunters whose light staves off the darkness each night. Domek Myska leads a life teeming with fraught encounters with the worst kind of evil: pijavice, bloodthirsty and soulless vampiric creatures. Despite this, Domek find solace in his moments spent in the company of his friend, the clever and beautiful Lady Ora Fischerová– a widow with secrets of her own.

When Domek finds himself stalked by the spirit of the White Lady – a ghost who haunts the baroque halls of Prague castle – he stumbles across the sentient essence of a will-o’-the-wisp, a mischievous spirit known to lead lost travellers to their death, but who, once captured, are bound to serve the desires of their owners.

After discovering a conspiracy amongst the pijavice that could see them unleash terror on the daylight world, Domek finds himself in a race against those who aim to twist alchemical science for their own dangerous gain.

The lost village • Camilla Sten

Documentary filmmaker Alice Lindstedt has been obsessed with the vanishing residents of the old mining town, dubbed “The Lost Village,” since she was a little girl. In 1959, her grandmother’s entire family disappeared in this mysterious tragedy, and ever since, the unanswered questions surrounding the only two people who were left—a woman stoned to death in the town center and an abandoned newborn—have plagued her. She’s gathered a small crew of friends in the remote village to make a film about what really happened.

But there will be no turning back.

Not long after they’ve set up camp, mysterious things begin to happen. Equipment is destroyed. People go missing. As doubt breeds fear and their very minds begin to crack, one thing becomes startlingly clear to Alice:

They are not alone. They’re looking for the truth… But what if it finds them first?

The Miniaturist • Jesse Burton

On a brisk autumn day in 1686, eighteen-year-old Nella Oortman arrives in Amsterdam to begin a new life as the wife of illustrious merchant trader Johannes Brandt. But her new home, while splendorous, is not welcoming. Johannes is kind yet distant, always locked in his study or at his warehouse office—leaving Nella alone with his sister, the sharp-tongued and forbidding Marin.

Lien vers l’article

The Year of the Witching • Alexis Henderson

A young woman living in a rigid, puritanical society discovers dark powers within herself in this stunning, feminist fantasy debut.

In the lands of Bethel, where the Prophet’s word is law, Immanuelle Moore’s very existence is blasphemy. Her mother’s union with an outsider of a different race cast her once-proud family into disgrace, so Immanuelle does her best to worship the Father, follow Holy Protocol, and lead a life of submission, devotion, and absolute conformity, like all the other women in the settlement.

But a mishap lures her into the forbidden Darkwood surrounding Bethel, where the first prophet once chased and killed four powerful witches. Their spirits are still lurking there, and they bestow a gift on Immanuelle: the journal of her dead mother, who Immanuelle is shocked to learn once sought sanctuary in the wood.

Fascinated by the secrets in the diary, Immanuelle finds herself struggling to understand how her mother could have consorted with the witches. But when she begins to learn grim truths about the Church and its history, she realizes the true threat to Bethel is its own darkness. And she starts to understand that if Bethel is to change, it must begin with her. 

Vol au musée : Le plus grand cambriolage de l’histoire de l’art (2021)

La série relate le plus grand vol d’œuvres d’art au monde. Le 18 mars 1990, 13 œuvres ont été volées au Isabella Stewart Gardner Museum de Boston aux premières heures du jour. Les gardiens ont admis deux hommes se faisant passer pour des policiers. Les voleurs ont ligoté les gardiens et pillé le musée au cours de l’heure suivante. Plus de 30 ans plus tard, le crime n’a toujours pas été élucidé.


Je suis une inconditionnelle des documentaires-enquêtes proposés par Netflix autour d’un crime réel, d’un événement paranormal… En avril dernier, la plateforme sortait Vol au musée sur le spectaculaire cambriolage du Musée Gardner de Boston.

En tant qu’historienne de l’art se passionnant pour ce genre de problématiques (les restitutions d’oeuvres d’art, les faux en art…), je ne pouvais pas manquer cette nouvelle mini-série. Je ne suis pas déçue du voyage. J’avais déjà entendu parler de ce vol alors que je suivais un cours sur la peinture de l’âge d’or hollandais au Trinity College. Or, parmi les oeuvres volées à ce musée, il y a un Vermeer et un important tableau de Rembrandt, son unique marine. Cependant, j’ignorais à quel point cette histoire pouvait être rocambolesque.

Le documentaire commence très classiquement par poser les faits et les principaux « acteurs » comme la police, la conservatrice, les employés, les principaux suspects… La mini-série reprend quelque peu la trame de l’enquête, ce qui permet de comprendre la logique des inspecteurs, où tel indice les a menés, pourquoi telle personne pouvait être soupçonnée… Et puis, à un moment donné, tout commence un peu à partir en cacahuète. Des voleurs d’art internationaux s’en m^lent, tout comme la mafia de Boston… C’est à partir de ce moment que le vol devient réellement inexplicable.

Impossible de ne pas enchaîner les épisodes pour en savoir plus. Comme souvent avec ce type de documentaire, j’espère avoir toutes les réponses aux différentes questions que je me pose et notamment les principales : qui est le coupable ? Où sont les oeuvres volées ? Forcément, aucune réponse n’est apportée, car l’affaire n’a toujours pas été résolue. Il y a toujours un côté mystérieux, plein de suspens que j’aime beaucoup dans ce type de documentaire. Doublé à un sujet qui me passionne, Vol au musée m’a totalement happé.

Il est rare de voir des documentaires true crime autour de l’art. Pour ma part, ces quelques épisodes ont été un véritable coup de coeur. J’espère secrètement que Netflix développera ce programme et proposera d’autres saisons autour de ce sujet.

Top 5 Wednesday • Halfway there!

Je reviens avec le Top 5 Wednesday (et un article en retard). Les thèmes de Juillet ne m’ont guère inspiré, contrairement à ceux d’août. Le premier est Halway there! Il consiste à présenter les cinq meilleurs livres publiés depuis le début d’année. Je ne les ai pas forcément rangés dans un ordre d’appréciation.

Don’t tell a soul – Kristen Miller

Goodreads

J’ai adoré ce roman d’un bout à l’autre. L’ambiance est parfaite, bien dosée avec le suspens. Ce dernier est présent et parfaitement maîtrisé. Impossible de mettre le livre de côté pendant quelques secondes.

Sistersong • Lucy Holland

Goodreads

Un très bon roman sur trois soeurs très différentes. Des jalousies, des drames, le tout sous fond de Bretagne historique et mythique… J’ai vraiment beaucoup aimé et j’ai vraiment envie de lire d’autres ouvrages dans cette veine.

The lost village • Camilla Sten

Goodreads

Un thriller psychologique avec énormément de suspens et de tension. Il est haletant et un vrai page-turner. Il est juste dommage que la fin ne soit pas à la hauteur de mes espérances.

Near the bone • Christina Henry

Goodreads

Christina Henry est une de mes auteurs préférés et chacune de ses nouvelle publications finies entre mes mains. J’avais très envie de découvrir celui-ci et je ne suis pas déçue. Encore un livre avec une ambiance sombre, des passages pas toujours facile. Un autre mythe est exploré.

The Lights of Prague • Nicole Jarvis

Goodreads

Je découvre une nouvelle auteur avec ce roman. Prague est une ville que je rêve de pouvoir visiter, et encore plus après cette lecture. J’ai adoré l’univers, l’ambiance et les personnages. Je serai bien partante pour un deuxième tome.

Sherlock, Saison 4

Les aventures de Sherlock Holmes et de son acolyte de toujours, le docteur John Watson, sont transposées au XXIème siècle… 

Avec : Benedict Cumberbatch ; Martin Freeman ; Mark Gatiss ; Amanda Abbington ; Andrew Scott…


J’ai pris mon temps pour regarder cette ultime saison de Sherlock. Sortie en 2017, je ne la découvre que bien des années après. C’est avec plaisir que je retrouve des personnages que j’adore. Ils sont toujours aussi attachants et il est difficile de le dire au revoir. L’épisode de Noël est un régal à regarder, en reprenant les costumes d’époque. J’ai beaucoup aimé la manière dont il lie cet épisode avec la troisième et la quatrième saison.

Les trois épisodes sont intéressants, avec des moments plus épiques les uns que les autres. Une mention toute particulière pour le personnage de Mrs Hudson, qui amène tout autant un potentiel pour les émotions et le comique. Il y a encore quelques touches d’humour présentes et qui font aussi fait le succès de la série. Cependant, c’est une quatrième saison qui est encore plus sombre que les précédentes.

Cette saison voit l’apparition d’un nouveau personnage. Je ne me souviens pas qu’elle soit dans le canon holmésien, mais j’ai adoré cette soeur encore plus intelligente que les frères et beaucoup plus dangereuse également. Elle est l’égale de Moriarty au niveau de la malveillance. Elle apporte beaucoup de tension au fil de la saison avec l’apothéose du dernier épisode.

Ce dernier m’a laissé un sentiment un peu mitigé. Il y a du positif et du négatif. Globalement, c’est quand même plus positif. C’est tout de même un très bon épisode, digne de la série. Je vais commencer par le positif. Le premier aspect que j’ai apprécié est le huis clos qui prend place pendant une bonne partie de l’épisode, renforçant le drame et le suspens. Ces derniers n’ont eu de cesse de monter en pression depuis le début de la saison, notamment avec les « Miss me » disséminés. Par ailleurs, le spectateur, durant cet épisode, ne s’est jamais quel sera le prochain coup d’Eurus, rajoutant un effet d’anticipation, car tout peut bousculer d’un moment à l’autre dans le chaos.

Deuxièmement, mais quel plaisir de revoir Jim Moriarty. C’est un personnage que j’avais adoré dès sa première apparition et Andrew Scott en a fait une interprétation légendaire. Il a un charisme fou. Il nous avait habitué à des entrées fracassantes, et je suis loin d’être déçue. Les scénaristes m’ont régalé d’une nouvelle entrée épique, avec un choix de musique absolument parfait. Après Staying alive des Beegees, c’est au tour de Queen. Gros coup de coeur.

C’est un épisode prenant, plein de rythme qui rappelles des épisodes du canon qui n’ont pas fait l’objet d’un épisode spécifique, comme Les trois Garrideb, par exemple. Cependant, ce que je retiens du Dernier problème, ce sont les émotions présentes à cause des épreuves exigées par Eurus. Il y a eu des moments où j’ai eu la gorge serrée devant les choix que s’offrent à Sherlock, Mycroft et John. Les frères Holmes vont être bien malmenés par leur soeur et, pour une fois, ils vont montrer des faiblesses, surtout Mycroft, qui a toujours semblé sous contrôle et en parfaite maîtrise de lui-même. Sa façade vole en éclat dans cet épisode. J’ai apprécié d’en savoir plus sur les deux frères eux-mêmes, leur enfance… Gros point positif pour clore cette série et ce dernier épisode avait tous les ingrédients pour être une tragédie. En tout cas, je ne pouvais pas détourner les yeux de mon écran.

Le seul point négatif que je retiens est que quelques passages m’ont semblé tirer par les cheveux ou incohérents. Eurus apparaît toujours maître d’elle-même, calme, froide et calculatrice. Pourtant, dans les dernières scènes, elle devient une enfant effrayée et perdue… Pour que quelques scènes après, elle redevienne elle-même. J’ai trouvé ça un peu bizarre, je dois dire. À moins que, vu sous le prisme de la manipulation, ça peut constituer un début d’explications.

Sherlock aura été une série qui m’aura marqué par bien des aspects : la qualité du scénario et de la manière de filmer, les performances différents acteurs qui ont fait beaucoup de chemin depuis…

WandaVision (Saison 1)

Wanda Maximoff alias Scarlet Witch et Vision sont des super-héros, vivant dans une banlieue idéalisée mais commençant à soupçonner que tout n’est peut-être pas ce qu’il paraît être…

Avec : Elizabeth Olsen ; Paul Bettany ; Teyonah Parris ; Kathryn Hahn ; Randall Park ; Kat Dennings…


Depuis que j’ai Disney+, j’ai surtout revu de vieux dessins animés et ceux que je préfère. Je ne m’étais pas encore penchée sur les séries, même si The Mandalorian me tente énormément. Je les découvre enfin avec WandaVision, qui se déroule juste après les événements d’Endgame. Adorant Wanda, j’étais impatiente de voir cette première saison.

C’est une série étonnante par rapport au Marvel Cinematic Universe. Endgame a amené des changements dans ce monde, avec plus de noirceur. Cela se voit dans WandaVision où le sujet développé est celui du deuil. J’ai beaucoup aimé la manière dont la douleur de Wanda est traitée. La série, surtout vers la fin, est vraiment pleine d’émotions. Le spectateur en apprend énormément sur ce personnage, son histoire personnelle et sa magie en premier lieu. Ils m’ont clairement brisé le coeur, notamment quand on comprend pourquoi les séries, pourquoi elle a plongé Fairview sous un sort. Le spectateur ressent sa douleur et la partage.

Le début est déroutant, surtout les deux premiers épisodes, en noir et blanc. Ils ne donnent pas réellement une idée de ce que sera l’intrigue par la suite. Il n’y a aucun indice sur la direction générale que WandaVision prendra. La surprise est donc présente pendant une bonne partie de la saison. D’autant plus que des éléments surprenants montrent déjà que la machine est grippée, qu’il y a déjà des fissures dans cette façade de bonheur. Au fur et à mesure, j’ai été étonnée par la trame développée. Ce n’est clairement pas celle que j’avais imaginée, voyant plus le retour d’Hydra.

En effet, les épisodes sont ponctués de publicités qui reprennent également les codes de l’époque, tout comme les épisodes rendent hommage à des séries importantes de chaque décennie telles que Ma sorcière bien aimée, Malcolm ou Modern Family. Ce choix est parfaitement expliqué, mais pas celui des publicités pour des produits Hydra, que j’ai beaucoup aimé et qui présageaient du bon pour la suite. Hydra est un des grands ennemis au sein du MCU et j’étais bien tentée d’y voir leur grand retour. J’ai été un peu déçue de voir que ces petits passages n’aboutissent à rien. C’est ma seule véritable déception cette série.

Wanda est un personnage que j’ai tout de suite apprécié, dès sa première apparition dans Avengers, L’ère d’Ultron. WandaVision est une série que j’attendais avec impatience. Lui consacrer quelques épisodes permet de clairement développer son caractère et son histoire. Les bons dans le passé expliquent son évolution, comment elle est devenue Scarlett Witch. C’est un des rares personnages principaux qui n’a pas encore eu son film, et la série rattrape cela. Elizabeth Olsen est une actrice que j’aime beaucoup et c’est un plaisir de la retrouver dans ce rôle. Je n’arrive pas à imaginer quelqu’un d’autre à sa place. Il y a aussi l’apparition de personnages déjà aperçus dans d’autres films comme Darcy (Thor), par exemple. Il n’y avait aucun arrière goût de fan service pour ma part dans ça.

WandaVision est une série qui m’a tenu en haleine du début à la fin, et je ne suis pas déçue par la direction qu’elle prend avec des trahisons surprises… Cependant, la dernière scène, après le générique, laisse présager du lourd pour ce personnage et une évolution encore plus intéressante. J’ai hâte de voir ce que les scénaristes en feront. En tout cas, la série fait autant la part belle à l’action qu’aux émotions. Un coup de coeur. Il me tarde de découvrir la prochaine série Marvel, Falcon et le Soldat d’Hiver qui permet aussi d’en savoir un peu plus sur l’après Endgame.

Top 5 Wednesday #2 • Family Dynamics

Le thème de cette semaine m’inspire énormément. Le 15 mai a eu lieu la journée mondiale de la famille, d’où ce sujet pour ce mercredi. Il est pris dans un sens très large, car il est autant question des liens du sang que de la famille que l’on se crée. J’ai essayé, dans la mesure du possible, de piocher dans mes récentes lectures. La semaine dernière, sur le thème des « lieux communs », j’écrivais que j’aimais beaucoup les sagas familiales… Cet article est un peu la continuité de ce dernier.

Thème : Family dynamics

Among the leaving and the dead d’Inara Verzemnieks

Inara Verzemnieks was raised by her Latvian grandparents in Washington State, among expatriates who scattered smuggled Latvian sand over coffins, the children singing folk songs about a land none of them had visited. Her grandmother Livija’s stories vividly recreated the home she fled during the Second World War, when she was separated from her sister, Ausma, whom she wouldn’t see again for more than fifty years.

Journeying back to their remote village, Inara comes to know Ausma and her trauma as an exile to Siberia under Stalin, while reconstructing Livija’s survival through her years as a refugee. In uniting their stories, Inara honors both sisters in a haunting and luminous account of loss, survival, resilience, and love.

Cet ouvrage est un plus un essai autour de la famille, l’importance de cette dernière dans la construction d’un individu et de son histoire. L’auteur écrit à propos de sa grand-mère et de la soeur de cette dernière, de sa volonté de comprendre ses racines, leurs histoires. Il est dommage que parfois l’écriture poétique et lyrique de l’auteur prend trop le pas sur le sujet abordé, apportant des longueurs.

L’Assommoir d’Émile Zola

Qu’est-ce qui nous fascine dans la vie « simple et tranquille » de Gervaise Macquart ? Pourquoi le destin de cette petite blanchisseuse montée de Provence à Paris nous touche-t-il tant aujourd’hui encore? Que nous disent les exclus du quartier de la Goutte-d’Or version Second Empire? L’existence douloureuse de Gervaise est avant tout une passion où s’expriment une intense volonté de vivre, une générosité sans faille, un sens aigu de l’intimité comme de la fête. Et tant pis si, la fatalité aidant, divers « assommoirs » – un accident de travail, l’alcool, les « autres », la faim – ont finalement raison d’elle et des siens. Gervaise aura parcouru une glorieuse trajectoire dans sa déchéance même. Relisons L’Assommoir, cette « passion de Gervaise », cet étonnant chef-d’oeuvre, avec des yeux neufs.

Comment ne pas parler de dynamiques familiales sans évoquer Zola ? Sa série Les Rougon-Macquart rentre pleinement dans cette catégorique. Elle est en l’exemple même, car Zola étudie à travers une famille les prédispositions à l’alcoolisme, par exemple, ou à la folie… J’en suis au septième tome, L’Assommoir et jusqu’à présent, rares sont les tomes qui m’ont déçue.

After Alice fell de Kim Taylor Blackemore

New Hampshire, 1865. Marion Abbott is summoned to Brawders House asylum to collect the body of her sister, Alice. She’d been found dead after falling four stories from a steep-pitched roof. Officially: an accident. Confidentially: suicide. But Marion believes a third option: murder.

Returning to her family home to stay with her brother and his second wife, the recently widowed Marion is expected to quiet her feelings of guilt and grief—to let go of the dead and embrace the living. But that’s not easy in this house full of haunting memories.

Just when the search for the truth seems hopeless, a stranger approaches Marion with chilling words: I saw her fall.

Now Marion is more determined than ever to find out what happened that night at Brawders, and why. With no one she can trust, Marion may risk her own life to uncover the secrets buried with Alice in the family plot.

Sorti cette année, ce roman serait presque un huis clos au sein d’une famille. En effet, la mort de la plus jeune soeur, Alice, rend les relations tendues entre Marion et son frère et sa belle-soeur. Il n’y a pas que la mort de la plus jeune des soeurs qui empoisonne l’atmosphère, mais bien d’autres sombres secrets. C’est un roman que j’ai beaucoup aimé.

Quand Hitler s’empara du lapin rose de Judith Kerr

Imaginez que le climat se détériore dans votre pays, au point que certains citoyens soient menacés dans leur existence. Imaginez surtout que votre père se trouve être l’un de ces citoyens et qu’il soit obligé d’abandonner tout et de partir sur-le-champ, pour éviter la prison et même la mort. C’est l’histoire d’Anna dans l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler. Elle a neuf ans et ne s’occupe guère que de crayons de couleur, de visites au zoo avec son « oncle » Julius et de glissades dans la neige. Brutalement les choses changent. Son père disparaît sans prévenir. Puis, elle-même et le reste de sa famille s’expatrient pour le rejoindre à l’étranger. Départ de Berlin qui ressemble à une fuite. Alors commence la vie dure – mais non sans surprises – de réfugiés. D’abord la Suisse, près de Zurich. Puis Paris. Enfin Londres. Odyssée pleine de fatigues et d’angoisses mais aussi de pittoresque et d’imprévu – et toujours drôles – d’Anna et de son frère Max affrontant l’inconnu et contraints de vaincre toutes sortes de difficultés – dont la première et non la moindre: celle des langues étrangères! Ce récit autobiographique de Judith Kerr nous enchante par l’humour qui s’en dégage, et nous touche par cette particulière vibration de ton propre aux souvenirs de famille, quand il apparaît que la famille fut une de celles où l’on s’aime…

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ce roman et son adaptation cinématographique sur le blog. [lien] C’est une très belle histoire d’une famille qui reste unie malgré les épreuves et qui fait preuve d’une grande résilience. Il y a un beau message dans ce roman, où la famille, le fait de rester ensemble malgré les difficultés sont les choses les plus importantes.

Guerre & Paix de Léon Tolstoï

1805 à Moscou, en ces temps de paix fragile, les Bolkonsky, les Rostov et les Bézoukhov constituent les personnages principaux d’une chronique familiale. Une fresque sociale où l’aristocratie, de Moscou à Saint-Pétersbourg, entre grandeur et misérabilisme, se prend au jeu de l’ambition sociale, des mesquineries, des premiers émois.

1812, la guerre éclate et peu à peu les personnages imaginaires évoluent au sein même des événements historiques. Le conte social, dépassant les ressorts de l’intrigue psychologique, prend une dimension d’épopée historique et se change en récit d’une époque. La “Guerre” selon Tolstoï, c’est celle menée contre Napoléon par l’armée d’Alexandre, c’est la bataille d’Austerlitz, l’invasion de la Russie, l’incendie de Moscou, puis la retraite des armées napoléoniennes.

Entre les deux romans de sa fresque, le portrait d’une classe sociale et le récit historique, Tolstoï tend une passerelle, livrant une réflexion philosophique sur le décalage de la volonté humaine aliénée à l’inéluctable marche de l’Histoire ou lorsque le destin façonne les hommes malgré eux.

Un autre auteur spécialisé dans les chroniques familiales, Léon Tolstoï. Dans ce récit, il s’intéresse à plusieurs familles de l’aristocratie russe. Il montre les relations au sein d’une même famille et celles qu’elles entretiennent entre elles. C’est une très bonne lecture que je recommande. Mon avis est disponible sur le blog. [lien]

Léon Tolstoï • Guerre & Paix (1863)

Guerre & Paix • Léon Tolstoï • 1863

1805 à Moscou, en ces temps de paix fragile, les Bolkonsky, les Rostov et les Bézoukhov constituent les personnages principaux d’une chronique familiale. Une fresque sociale où l’aristocratie, de Moscou à Saint-Pétersbourg, entre grandeur et misérabilisme, se prend au jeu de l’ambition sociale, des mesquineries, des premiers émois.

1812, la guerre éclate et peu à peu les personnages imaginaires évoluent au sein même des événements historiques. Le conte social, dépassant les ressorts de l’intrigue psychologique, prend une dimension d’épopée historique et se change en récit d’une époque. La “Guerre” selon Tolstoï, c’est celle menée contre Napoléon par l’armée d’Alexandre, c’est la bataille d’Austerlitz, l’invasion de la Russie, l’incendie de Moscou, puis la retraite des armées napoléoniennes.

Entre les deux romans de sa fresque, le portrait d’une classe sociale et le récit historique, Tolstoï tend une passerelle, livrant une réflexion philosophique sur le décalage de la volonté humaine aliénée à l’inéluctable marche de l’Histoire ou lorsque le destin façonne les hommes malgré eux.


Je continue mon exploration de la littérature russe avec Guerre & Paix de Tolstoï, un de ses romans qui m’effrayait le plus de commencer au regard du nombre de pages il y a encore quelques années. Depuis, les auteurs russes ont trouvé leur place dans ma bibliothèque et Tolstoï tout particulièrement. Il signe ici un témoignage, certes romancé, des campagnes napoléoniennes et le portrait de l’aristocratie russe.

Cette dernière est souvent le « personnage principal » des oeuvres de cet auteur. Et c’est ce que j’aime énormément chez Tolstoï. Il ne cache rien de ces hautes sphères de la société russe. Il dévoile leurs faiblesses, leurs vanités et frivolités, leur inconscience, parfois. Cela est d’autant plus vrai que la guerre fait rage, et se rapproche dangereusement de Moscou, avant que la ville ne soit abandonnée aux mains des Français. Certains des personnages semblent totalement déconnectés de la réalité, tant que le conflit n’est pas à leur porte et que leurs possessions matérielles ne sont pas en danger. L’auteur n’est vraiment pas très tendre avec cette aristocratie désoeuvrée et qu’il connait bien, puisqu’il est lui-même un comte. Le paraître est au coeur des préoccupations.

Elles se retrouvent même sur le champ de bataille, notamment au sein du haut commandement où la réputation compte plus que les compétences, où il faut se faire bien voir de ses supérieurs ou de l’empereur pour avoir de l’avancement. À lire le récit de cette campagne, nous pouvons nous demander comment les Russes ont pu gagner ce conflit au regard des défaites, des alliances de pouvoir, la volonté de contrecarrer certains ordres que l’on pense inefficace, ou parce qu’on ne trouve pas l’officier qui doit le donner à ses troupes, ou parce que la personne qui a pris la décision n’est pas appréciée… Il y a aussi les initiatives personnelles, par sens du devoir et de l’honneur, ou pour être bien vu. L’auteur fait ressentir au lecteur cette confusion et, finalement, j’ai appris à apprécier ces passages évoquant la guerre contre les troupes de Napoléon III. Au début, ils me semblaient arides à lire et peu passionnant. Cependant, petit à petit, j’y ai vu de l’intérêt. L’armée est aussi un lieu de parade. Ils sont beaucoup plus présents dans le deuxième tome (de la version Folio).

Ce deuxième tome possède quelques chapitres captivants. Tolstoï livre ses réflexions autour de l’Histoire, sur la manière de l’écrire, comment elle peut être interprétée différemment d’un pays à l’autre. Je comprends parfaitement que cet aspect de l’ouvrage peut paraître un peu fastidieux à la lecture. C’est très philosophique, mais ça s’intègre parfaitement dans cette fresque historique et sociale. En effet, ses observations touchent également à ceux qui font l’Histoire, les grandes gens comme les petites. J’ai aimé cette fin (plus que celle d’Anna Karénine d’ailleurs), car il écrit sur un sujet passionnant.

Pour en revenir aux différents personnages, Tolstoï nous en dévoile un certain nombre. Caractéristique de la littérature russe, on m’avait donné une fois comme conseil de commencer la lecture avec une petite fiche personnage, qui peut facilement se trouver sur Internet. Cela aide vraiment au début et je ne peux que recommander cette technique. Après, une fois dans l’intrigue, il est aisé de s’en passer.

Guerre & Paix est l’histoire de trois familles : les Rostov, avec notamment la charmante Natacha, les Bolkony et les Bézoukhov. Je me suis rendue compte, en relisant plusieurs fois Anna Karénine, qu’à chaque fois, un autre aspect et un autre personnage du roman avaient mon attention et ma préférence. Les oeuvres de Tolstoï sont foisonnantes, les personnages sont variés, tout comme leur motivation, leurs destins. Ils représentent parfois une qualité, une valeur ou un défaut. Si Pierre Bézhoukov représente la paresse et l’indolence, la princesse Marie serait l’abnégation, quitte à s’oublier. Cette dernière a été un des personnages que j’ai préféré et que je retiens de cette première lecture. Elle m’a touchée par l’austérité de sa vie, le peu de reconnaissance qu’elle a de son père alors qu’elle sacrifie sa vie pour lui. Elle est l’antagonisme de Natacha Rostov, frivole et insouciante. Elle a toutefois une évolution intéressante, tout au long des quasiment deux mille pages de cette fresque. Je me suis moins penchée sur les personnages masculins, je l’avoue. À part Pierre Bézhoukov qui m’a marqué, mais dans un sens très positif, les autres ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable.

Guerre & Paix faisait partie des classiques de la littérature russe qui m’effrayait les lus, mais que j’ai adoré et dévoré au final. C’est un roman passionnant, qui se lit aisément. Tolstoï est définitivement un de mes auteurs fétiches et il me reste encore de ses écrits à découvrir, et ce pour mon plus grand bonheur. C’est une lecture que je ne peux que recommander. Il y a tellement de choses à évoquer autour de cette oeuvre sur des aspects très différents. Le tout est servi par une plume incroyable.

30 chansons pour mes 30 ans

Aujourd’hui, je franchis une nouvelle dizaine. Ne pouvant me passez de musique, j’ai envie de partager trente titres qui m’ont marqué, m’évoquent des souvenirs ou que j’écoute encore et toujours en boucle. Il n’y a pas d’ordre de préférence pour cette liste.

T. Kingfisher • The Hollow Places

The Hollow Places • T. Kingfisher • Gallery / Saga Press • Octobre 2020 • 352 pages

Pray they are hungry.

Kara finds these words in the mysterious bunker that she’s discovered behind a hole in the wall of her uncle’s house. Freshly divorced and living back at home, Kara now becomes obsessed with these cryptic words and starts exploring the peculiar bunker—only to discover that it holds portals to countless alternate realities. But these places are haunted by creatures that seem to hear thoughts…and the more you fear them, the stronger they become. 


Depuis 2017, j’ai eu beaucoup de mal à retrouver un roman d’horreur qui soit excellent. L’année 2020 a été celle qui m’a apporté deux beaux coups de coeur dans ce domaine avec des histoires différentes : The Year of the Witching d’Alexis Henderson, autour des sorcières et d’une société puritaine, et celui-ci de T. Kingfisher. Pour une première avec cette auteur, je ne suis pas déçue.

The Hollow Places est un roman d’horreur surtout tourné vers l’ambiance. Il y a quelques effusions de sang, quelques petites scènes un peu « gore » (après lecture, j’en ai que deux qui me reviennent réellement à l’esprit). Pourtant, la peur est omniprésente, mais elle s’installe insidieusement et progressivement tout au long de l’intrigue, sans vraiment s’en rendre compte. À mon avis, c’est encore pire qu’une peur sur le moment, qui ne durent pas dans le temps. Ce n’est clairement pas le livre à lire toute seule dans la nuit. J’avoue que je n’étais pas toujours très rassurée.

L’univers mis en place donne vraiment froid dans le dos. Déjà, j’ai adoré l’idée d’un bunker derrière le mur et menant à un autre monde : une île entourée d’autres îles qui se ressemblent et qui constituent autant de bunkers. C’est un univers brumeux. Au départ, il y a un côté excitant à l’exploration de ce nouveau monde, mais très vite, des éléments dérangent. Le lecteur sent quand même un danger, quelque chose qui est là, mais sans être visible, comme si, lui aussi, était épié, tels Simon et Kara. Les messages mettent la puce à l’oreille. Bizarrement, pour moi, le pire n’était pas tant quand ils étaient dans cet univers parallèle, qu’une fois rentrés. C’est là où la peur s’installe réellement. Il faut aussi dire que le musée de l’oncle de Kara est le genre d’endroits qui me met dans un état proche de la panique. J’appelle ça le cabinet des horreurs, personnellement. Cela a aussi joué dans ma peur avec l’apothéose de la fin. La tension est présente du début à la fin.

Malgré une atmosphère anxiogène et une peur insidieuse et omniprésente, The Hollow Places se dévore, même si j’ai eu plus d’une fois eu envie de le mettre de côté et de ne plus jamais le toucher. Tout simplement, j’ai été happée par l’histoire, le déroulé des événements, de savoir quand et comment ce cauchemar allait se terminer. Cela est aussi dû grâce aux deux personnages principaux. J’ai tout de suite adoré Kara et Simon, ils forment un duo dynamique. Je me suis attachée à eux et j’ai pris à coeur leurs destins. Ils ont parfois apporté une touche d’humour, avec leurs références à la pop culture, qui a été bienvenu dans toute cette noirceur.

The Hollow Places a été une très bonne surprise. Ce livre n’a pas du tout été ce à quoi je m’attendais. Il y a une belle intensité de peur qui continue bien après qu’il ait été refermé. Pendant quelques jours, je ne voyais plus du tout mes murs de la même manière. L’auteur a une imagination incroyable, servie par une très belle plume, très évocatrice. C’est un des meilleurs romans d’horreur que j’ai pu lire jusqu’à maintenant et j’ai très envie de découvrir d’autres ouvrages de l’auteur… Mais pas tout de suite, il faut encore que je digère cette lecture.