Les figures de la Grande Guerre • Manfred von Richthofen, le Baron rouge

Né à Breslau en 1892, Manfred von Richthofen est un héros de l’aviation allemande durant la Première Guerre mondiale. Il compte quatre-vingt victoires à son actif, jusqu’à son décès en 1918. Il est plus connu sous son surnom de Baron rouge. Il inspire encore les auteurs et les cinéastes. Petite sélection de trois oeuvres autour de cette figure historique.

Baron rouge (2008) de Nikolaï Müllerschön

Allemagne – Première Guerre mondiale. Le jeune pilote Manfred von Richthofen, alias Le Baron Rouge, est une célébrité au sein de l’armée de l’air allemande. Sa passion pour l’aviation lui ferait presque oublier que la guerre bat son plein en Europe. Quand il tombe amoureux de la belle infirmière Käte, il réalise peu à peu que son image est utilisée à des fins de propagande. Il doit alors faire un choix entre son dégoût pour la guerre et son sens du devoir…

Avec : Matthias Schweighöfer, Till Schweiger, Lena Heady, Joseph Fiennes…

C’est avec ce film que j’ai pris connaissance de l’existence du Baron rouge et de son histoire. Il se base sur des faits réels comme sa rivalité avec l’aviateur canadien Roy Brown (Joseph Fiennes) ou le fait qu’il aurait été amoureux d’une infirmière, jouée par Lena Heady. Pour une première approche sur cette figure historique, ce biopic peut être intéressant et aborde les principales étapes de sa renommée. Le film est bien tourné et je retiens surtout les scènes de combats aériens. Il date de 2008, mais les effets spéciaux ont relativement bien vieilli. Ils restent impressionnants et agréables à regarder.

Anno Dracula, Le Baron rouge sang de Kim Newman

1918. L’Europe est aux mains des vampires. Commandant en chef des armées allemandes, le comte Dracula a juré d’anéantir l’Angleterre, tandis qu’Edgar Poe rédige les mémoires du Baron Rouge. On croise aussi Mata Hari, Kafka et un petit caporal au front barré d’une mèche brune, qui salue en tendant le bras…

Kim Newman est un auteur anglais dont j’adore sa série Anno Dracula, qui mélange personnages historiques et personnages de fiction dans un univers fantastique largement inspiré la littérature anglaise victorienne. Par exemple, dans le premier tome, Dracula côtoie la reine Victoria. Dans le deuxième tome, nous sommes en pleine Première Guerre mondial et le Roi des Vampires est au service de l’Empire allemand. Son héros ? Le Baron rouge. Il s’approprie cet aviateur, tout en l’incluant dans son univers, un brin steampunk. J’adore ce mélange de genres et l’humour de l’auteur qui a une imagination débordante et ce deuxième opus est parfait. Tout fonctionne à merveille.

Baron rouge, Le bal des mitraillettes ; Pluie de sang ; Donjons et Dragons de Pierre Veys et Carlos Puerta

Baron Rouge est une fiction librement inspirée de la vie de Manfred Von Richtohfen ainsi que des évènements et personnages historiques liés à la Première Guerre Mondiale.

Une série en trois tomes autour de Manfred von Richthofen. Je m’attendais à des livres plus proches de la vérité historique. Le scénariste lui donne un pouvoir un peu mystique : il peut pressentir les mouvements de ses adversaires avant qu’ils les effectuent… J’ai eu du mal avec cet aspect de l’intrigue qui dénature un peu, à mon avis, la figure du Baron rouge. Après, ces trois ouvrages se laissent lire et je les ai enchaîné. Cependant, quelques jours après, je n’en garde pas un souvenir impérissable. Je garde plus en mémoire les dessins de Carlos Puerta qui sont magnifiques.

Publicités