L’Envers du décor #7 Comment réussir à tout gérer ?

Pour le mois d’octobre, c’est un sujet autour de l’organisation que Virginie de Sur un petit nuage nous convie à la réflexion et plus particulièrement sur la manière dont nous gérons notre blog en plus de notre vie privée. Pour ma part, je suis actuellement en deuxième année de master et je compte présenter plusieurs concours de la fonction publique. Un programme chargé et, pour autant, je n’en oublie pas mon blog.

Comment j’arrive à tout gérer ?

Des carnets

Outre mon agenda qui me sert aussi bien à noter mon emploi du temps universitaire, les différents événements auxquels je participe ou que je compte assister, les deadlines, mes listes de choses à faire en plus de notes, j’ai un carnet dédié spécialement au blog que je n’ai quasiment jamais sur moi… Contrairement à mon agenda. Pourtant, dans les deux, je peux retrouver mes idées d’articles, la date de certains billets qui sont programmés, les programmes des mois thématiques…

Cependant, c’est un système qui a très vite prouvé ses limites. Les informations sont trop dispersées. Je n’ai pas toujours une vision globale des deux en même temps et j’oublie parfois où j’ai noté telles ou telles idées et je ne les retrouve plus. Il faut que je change mon organisation pour pouvoir m’y retrouver, car, en attendant, je m’y perds plus qu’autre chose. Je n’ai pas encore pris le temps d’y réfléchir non plus.

Écriture des articles

L’écriture d’un billet est ce qui me prend le plus de temps. Je passe toujours par une phase de brouillon à la main. Il peut y en avoir plusieurs. Pour cet article précis, il y a eu une première version que j’ai reprise avec un plan détaillé avant de rédiger un autre jet. C’est seulement après qu’il sera tapé, mis en forme et publié. Cela peut prendre quelques jours.

Comment je m’organise sur ce point précis ? Je ne me fixe aucune règle et je ne me dis pas qu’il faut que j’écrive un petit peu chaque jour ou un article par semaine… Peut-être que je devrai ! C’est surtout quand je suis inspirée, mais surtout quand j’ai le temps devant moi. Je m’occupe de mon blog en soirée, après les cours et le fait que j’ai terminé mes travaux du jour pour l’université. Mon blog passe souvent en second lieu, après mon cursus universitaire, car je le vois vraiment comme ma petite pause, ma bouffée d’air frais…

Avoir quelques articles d’avance

J’essaie toujours d’avoir deux articles minimum en brouillon d’avance et qui me permettent d’avoir une petite réserve pour les jours sans. Je peux toujours proposer quelque chose, même quand une petite panne d’inspiration arrive ou quand je suis un peu débordée par l’université.

Depuis quelques semaines, je teste la planification d’articles et c’est décidément un outil pratique que je ne compte plus négliger. Il peut réellement m’être utile pour pouvoir continuer à gérer et alimenter mon blog tout en menant de front ma vie étudiante. Depuis le mois de septembre, j’ai programmé quelques articles jusqu’au mois de décembre.

Publicités

L’Envers du Décor #6 Ma manière de blogueur

Déjà le mois de septembre et l’heure de publier un nouvel article pour l’Envers du décor. Cette fois-ci, c’est sur la manière de blogueur que Virginie de Sur un petit nuage nous demande de réfléchir. Elle nous pose notamment la question suivante : ma manière de bloguer a-t-elle changé depuis le début ? Y a-t-il quelque chose que je ferai différemment ? 

À lire également : l’article de présentation du rendez-vous

Autumn & Latte est un blog relativement récent. Il fêtera sa première année d’existence le mois prochaine. J’avais prévu un article bilan à ce moment. Cependant, une partie de ce dernier reste parfaitement dans ce thème, je l’adapte donc un peu.

Quelle est ma manière de bloguer ?

Jusqu’à récemment, j’ai eu une relation d’amour/haine avec ma manière de tenir un blog, tout dépendant de mon humeur. Les blogs spécialisés en la matière n’étaient pas forcément mes meilleurs alliés et ils me filaient parfois le bourdon avec l’impression que j’étais totalement à côté de la plaque dans ma pratique du blogging. Ils m’ont souvent donné envie de tout arrêter. En commençant ce blog, j’avais dans l’idée de n’écouter que mes envies. Bloguer est avant tout suivre ses propres règles.

À lire également : Qu’est-ce que j’ai appris depuis que je blogue ?

Si je dois définir ma pratique, ma manière de tenir un blog, elle serait un peu chaotique. Elle se fait surtout au fil de mes envies et de mes inspirations. Je ne suis aucun calendrier de publication ni de ligne éditorial, ne me fermant ainsi à aucun sujet. Je n’ai quasiment pas de réseaux sociaux. J’ai tenté d’animer une page Facebook pour le blog durant l’été et, sans grand succès d’ailleurs. Comme pour mon blog, je manque cruellement de régularité et je ne planifie absolument rien à l’avance. Je me laisse porter et cela résume bien ma première année avec Autumn & Latte.

Qu’est-ce qui a changé en un an ?

Je suis un peu plus à l’écoute des conseils des autres sur certains points, notamment pour certaines questions évoquées lors des rendez-vous d’écriture comme l’Envers du décor où lire les articles des autres participants, leurs arguments, leurs façons de faire est inspirant et ils sont faits avec une certaine bienveillance. Je ne culpabilise pas après la lecture d’un tel billet. Ils me permettent de réfléchir sur certains aspects de mon blog. J’ai été convaincue d’ouvrir une page Facebook ou de l’importance de programmer à l’avance des articles.

À lire également : Programmer ses articles

De plus, durant cette quasiment première année d’existence, j’ai eu le plaisir d’avoir eu deux de mes billets mis en avant sur Hellocoton, lors de leurs sélections quotidiennes : une playlist de Noël et mon article sur les clubs de lecture des célébrités. Cela me rassure en tant que blogueuse que je ne suis pas totalement à l’ouest et que ce que j’écris et propose plaît et est lu. J’ai aussi pris conscience de l’importance de travailler mes publications et plus précisément les visuels. Je suis aussi convaincue de la nécessité d’être régulière, de publier souvent, pas forcément quotidiennement, mais une à deux fois par semaine me semble déjà un bon début. C’est un aspect sur lequel j’aimerais travailler les prochains mois. Je ne suis pas encore prête à sauter le pas de mettre en place un calendrier de publication et je crois que je ne le serai jamais. Je garde ça pour les exceptions des mois thématiques.

Qu’ai-je prévu pour la prochaine année ?

Je trouve qu’Autumn & Latte marche de mieux en mieux (selon mes critères, j’en conviens). S’il continue sur cette lancée, j’avoue que j’ai très envie d’offrir à ce blog un design digne de ce nom.

J’aimerai aussi me mettre plus sérieusement à la planification d’articles, notamment pour des périodes où je sais pertinemment que je n’aurai pas le temps de publier.

Mon troisième objectif est d’améliorer mes visuels en progressant en photographie pour proposer de belles images.

Y a-t-il des choses que je ferai différemment ?

Si la question m’avait été posée avant que je tienne Autumn & Latte, la réponse aurait été oui, sans hésiter. J’aurai même pu fournir une liste longue comme le bras. À l’heure actuelle, je dirai simplement non. Finalement, j’aime prendre mon temps, de prendre doucement mes marques. Je souhaite d’abord maîtriser un aspect du blog avant de me lancer dans un autre défi. Pour le moment, mon défi est de tenter d’établir un routine concernant ma page Facebook pour le blog que je n’arrive pas à faire vivre.

Ma dernière année en tant qu’étudiante…

D’ici quelques jours, je vais poser mes valises pendant quelques mois pour ma deuxième année de master. C’est aussi ma dernière année en tant qu’étudiante. La réalité m’a frappé de plein fouet et j’ai eu besoin d’en parler. J’ai commencé à évoquer ma vie d’étudiante à travers une série d’articles sur mon année en Erasmus à Dublin et un petit autre sur mon cursus universitaire.

Cette rentrée sonnera ma dixième année sur les bancs de l’université où j’ai enchaîné deux licences (une en droit et une autre en histoire de l’art, un première année de master Conception et réalisation de projets culturels et une deuxième en conservation et gestion des collections d’art et d’histoire. Il était peut-être temps de tourner la page et d’aller de l’avant et j’ai encore du mal à me faire à cette idée.

À lire également : Mon parcours universitaire un brin chaotique

Quel est mon état d’esprit avant la rentrée ?

J’aurai aimé ne pas y penser avant encore quelques semaines, pour profiter un maximum de cette dernière rentrée universitaire, une période que j’ai toujours adoré et durant laquelle je prends plus facilement de nouvelles résolutions. Pourtant, je suis à la fois terriblement excitée de commencer une nouvelle vie et de faire un pas dans la vie active. D’un autre côté, même en connaissant le monde du travail, car j’ai travaillé quasiment tous les étés depuis mes dix-huit ans et parfois même pendant l’année, je ne me sens pas forcément prête et préparée, que ce soit personnellement ou par l’université. Je me sens un peu submergée pour le moment et je me pose énormément de questions.

Se préparer à la fin des études ?

C’est la première question que je me pose. Dois-je me préparer au passage de la vie étudiante à la vie active ? Comment ? J’ai envie d’entreprendre certaines démarches avant la fin de mes études pour éviter de me retrouver sans rien à la fin de l’année. Je compte revoir entièrement mon CV, par exemple. Pourquoi pas m’inscrire sur des réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ? Pour le moment, tout cela reste un peu flou dans mon esprit. Du coup, je note les idées qui me viennent, les questions que je me pose, les points qu’il faut que je creuse…

Que faire après ?

Cette-là, j’en l’entends souvent et pas seulement par moi-même. Il est vrai que de nombreuses possibilités peuvent s’ouvrir à moi, et, à l’heure actuelle, je ne sais pas vraiment quelle voie choisir : chercher un travail, passer le concours de commissaire-priseur ou celui de conservateur du patrimoine, tenter d’autres concours de la fonction publique ayant un grade en dessous et évoluer en interne… Je ne veux pas me fermer aux possibilités qui peuvent s’offrir. Cependant, je me fixe jusqu’au mois de décembre pour tenter d’éclaircir ce point, car je dois aussi réviser, me remettre à jour sur certains sujets comme le droit, en approfondir d’autres (je ne connais strictement rien au mobilier, par exemple).

Cette dernière année ne s’annonce pas de tout repos. En plus des cours, du mémoire et du stage, la question de l’après va également se poser.

Avez-vous des conseils, des retours d’expérience ?

L’Envers du décor #5 Programmer ses articles : aide ou triche ?

Pour le mois d’août, l’Envers du décors nous invite à réfléchir sur la programmation d’articles. Est-ce tricher ? Ou, au contraire, une aide pour le blog ? Comment programmer efficacement ? Je me suis penchée sur la question.

Pour en savoir plus sur le rendez-vous : Sur un petit nuage
Planifier : triche ou un outil pratique ?

WordPress offre cette possibilité très facilement. Je n’ai qu’à choisir la date et l’heure une fois que j’ai terminé de rédiger mon article. C’est un outil que j’utilise pour mon blog, mais de manière très ponctuelle. Je ne le vois pas du tout comme de la triche. Déjà, rares sont les articles que je publie directement après avoir terminés le livre ou le film. J’écris toujours un brouillon à la main que je rature, reprends. Cela peut me prendre quelques jours pour être totalement satisfaite d’un article. Certains vont plus vite que d’autres, d’autres semblent plus spontanés… Par ailleurs, il arrive parfois qu’une idée vienne, mais ce n’est pas e bon moment pour la mettre en ligne. Pour donner un exemple, il y a quelques semaines, j’ai eu l’envie de rédiger une playlist avec des titres parfaits pour une apocalypse zombie. Ce genre d’articles en plein été ne me semble pas un choix judicieux. En revanche, le proposer vers la période d’Halloween est plus cohérent et l’impact pourra être différent.

J’utilise la planification pour mettre des articles déjà rédigés à des dates qui correspondent plus à un thème qui se rattache au calendrier comme Noël, la rentrée… En novembre et en décembre, j’ai deux mois thématiques et programmer en avance certains articles me permet de ne pas me laisser déborder et d’honorer mes engagements, notamment parce que je les co-organise. En revanche, je ne planifie pas mes articles pour des périodes creuses ou quand je sais que je ne pourrai pas publier. Je n’ai pas encore ce genre de réflexe, et je ne pense pas l’acquérir dans l’immédiat. Quand je mets un billet en ligne, j’aime le promouvoir un minimum, que ce sur la page Facebook du blog ou sur différentes plateformes (Hellocoton pour notamment mettre l’article dans la bonne catégorie, Passion Blogging…).

Comment je planifie mes articles ?

Je ne publie jamais deux articles le même jour et j’essaie de leur donner une ou deux journées de respiration avant d’en publier un autre. La deuxième difficulté qui se présente est que je ne tiens pas de calendrier de publication. Ne planifiant pas un grand nombre d’articles dans l’année, je ne me suis jamais posé la question de savoir comment m’organiser sur ce point précis.

Mais avec deux mois thématiques approchant et ayant de plus en plus d’idées pour le blog, j’ai investi dans un carnet où je répertorie mes inspirations du moment, et surtout les calendriers de certains mois particuliers où je note le jour et le titre de l’article pour éviter un trop-plein de publication sur une date. La planification permet aussi de rapidement ajuster les dates, sans trop de contraintes.

La planification est un outil bien pratique et facile à utiliser. Je ne le vois absolument pas comme une tricherie de la part de la personne qui s’en sert, notamment s’il est pratiqué avec modération. Pour ma part, je ne l’exploite pas forcément beaucoup, sauf pour des mois thématiques que j’organise, tout en gardant de la place pour des articles plus spontanés.

L’Envers du décor #4 Les rendez-vous de création et d’inspiration

Encore un article pour l’Envers du décor, un rendez-vous d’écriture que j’apprécie de plus en plus. Il a été lancé par le blog Sur un petit nuage. Nouveau mois, nouveau thème et cette fois-ci, je livre mes impressions, mon vécu sur les rendez-vous d’écriture, d’inspiration auxquels je participe.

Je me suis intéressée relativement tard à ce type de rendez-vous. J’en fuyais même certains comme C’est Lundi, que lisez-vous ? et le Book Haul de la blogosphère littéraire. Je n’y trouve pas mon compte et je ne vois pas l’intérêt de présenter mes lectures en cours, terminées et à venir. Je ne les regarde aussi que très peu chez les autres, car ils ne m’inspirent pas forcément. Du coup, je ne participe à aucun rendez-vous d’écriture, d’inspiration ou de création autour d’une des thématiques centrales du blog. C’est dommage, car il peut y avoir des questions intéressantes à explorer sur la blogosphère littéraire. Si un tel rendez-vous existe, je veux bien que vous me le signaliez en commentaire.

En revanche, quelques rendez-vous annuels m’inspirent de nombreux articles comme le mois anglais, auquel j’ai participé en juin, pour la première fois. Organisé par Lou et Cryssilda, il a pour objectif de mettre en avant la culture anglaise en avant à travers divers billets. C’est un format qui plaît beaucoup. J’aime l’idée de mettre en avant un pays, un thème durant tout un mois. Depuis janviers et en partenariat avec Sapotille, du Monde de Sapotille, nous essayons de mettre en place quelque chose de similaire dans le format, une manifestation sur un mois, mais sur tout autre thème, et qui ne sera pas reconduit. En revanche, je prépare un mois russe pour cet hiver avec un autre partenaire. Cette idée est partie d’abord d’une volonté de notre part de découvrir la culture russe. Quelques personnes ont manifesté leur intérêt et nous allons nous embarquer dans un mois russe. Il sera sûrement présenté sur la toute nouvelle page Facebook du blog.  Ce sont quelques rendez-vous qui animeront le blog pour la fin de l’année.

Je ne peux pas ne pas citer L’Envers du décor. Il existe depuis quelques années maintenant, mais ça ne fait que quatre mois que je connais son existence et que j’y participe activement. Bon, il n’est jamais trop tard. C’est un rendez-vous que j’apprécie vraiment, pour de nombreuses raisons. La première tient au fait d’écrire sur ma pratique du blogging en me questionnant sur certains aspects, en exprimant ma position sur certains points. M’obligeant aussi à poser et structurer mes idées, de développer mes arguments, en faisant un vrai rendez-vous d’écriture.

Tout comme d’inspiration. Malgré le fait que le thème soit imposé chaque mois. Ce sont autant de sujets à aborder et à développer auxquels je n’avais pas forcément pensé que je n’ai pas voulu écrire. À mon avis, c’est aussi un bon exercice que d’écrire sur un sujet imposé, de chercher les idées. Ce rendez-vous m’a donné envie de m’investir dans d’autres (si j’en trouve), car il y a une certaine forme d’émulation. Elle se retrouve dans le fait de rédiger le billet, mais également dans les commentaires.

Je suis la première étonnée e voir le nombre de retours que ces articles génèrent. Ce sont des personnes qui me donnent leur avis sur ma manière de faire, qui évoquent la leur. Ce sont des échanges passionnants, avec des personnes qui rebondissent sur mes propos. Cela entretient aussi l’inspiration et la créativité, m’obligeant aussi à me remettre en question, à proposer des choses nouvelles.

Je ne participe que depuis peu de temps à ce type de rendez-vous de la blogosphère. Cependant, j’en ai une vision très positive, à tel point que j’aimerais en trouver d’autres. Je ne pense pas multiplier non plus, mais en faire d’autres me plairait énormément. J’attends vos suggestions.

L’Envers du décor #3 Mon blog et les vacances

Je reviens avec un nouvel article pour L’Envers du décor qui permet de parler de ma pratique de blogueuse. Tous les mois, un nouveau thème est proposé. Pour juin, c’est Le blog et les vacances qui est retenu. J’ai eu quelques difficultés à rédiger ce billet, car la période estivale ne change rien à mes habitudes dans la mesure où je ne mets jamais mon blog en pause. Je continue à écrire mes billets selon mes envies et mon inspiration.

À lire : le billet de présentation du challenge

Cependant, cette année, j’ai un peu plus de moments à consacrer à Autumn & Latte. Mon stage me laisse tous mes week-ends de libre ainsi que mes jours fériés. J’ai aussi une heure avant de commencer le travail et deux heures entre midi et deux. J’ai un peu plus le temps de lire, voir une série ou un film. Mon article se présentera plus sous la forme d’une liste d’objectifs, de choses que j’aimerai faire durant l’été.

Changer le design du blog

Depuis le début du mois, j’ai très envie de changer la bannière et le thème. J’ai pris le temps cette après-midi de faire les changements. J’aime la simplicité et je suis assez contente du rendu. Cela fait déjà un objectif réalisé.

Lancer une page Facebook

Dans un autre article, j’ai parlé de ma relation aux réseaux sociaux pour mon blog. Je n’ai pas de page Facebook à l’heure actuelle, mais, dans les commentaires, certaines personnes ont réussi à me convaincre d’en créer et animer une. J’aimerai me lancer dans cette aventure durant l’été.

Écrire des articles

J’aimerai écrire des billet pour avoir quelques articles d’avance. Cependant, je me fixe surtout l’objectif de rédiger dans des catégories dont j’ai moins l’habitude. Je souhaite me diversifier et l’été est une bonne période pour explorer et tester de nouvelles thématiques.

L’envers du décor #2 Qu’est-ce que j’ai bien pu apprendre depuis que je blogue ?

L’envers du décor est un rendez-vous qui a été mis en place par Sur un petit nuage qui propose tous les mois d’écrire autour de nos blogs selon une thématique déterminée. Le thème du mois de mai est de parler des leçons que nous avons appris en tenant un blog. Tout un programme.

S’il y a une leçon que j’ai apprise de toutes mes années de blogging est d’écouter mes envies. Pendant un long moment, je consultais fébrilement les blogs tels No Tuxedo ou tous les articles mis en avant par Hellocoton qui promettait d’être une meilleure blogueuse. J’essayais d’appliquer leurs conseils à la lettre. Pour autant, je n’ai jamais vraiment vu d’effets positifs sur mon blog. Au contraire, c’était contraignant pour une blogueuse non-professionnelle. Il y avait quelques indications utilises sur la manière de présenter un article, par exemple, sur les ressources, notamment les photographies libres de droit. Suivre leurs recommandations a aussi eu un effet pervers. Cela m’a totalement dégoûté de tenir un blog et je me sentais presque coupable de ne pas tenir compte de ce qui se fait ou non. Pendant quelques temps, je me suis éloigné de la blogosphère, éloignement qui fut bénéfique. Depuis, j’ai appris une leçon importante sur ma pratique du blogging : je ne suis pas faite pour les contraintes.

Exit la règle de tout chroniquer

Dès mes premiers blogs, je m’étais fixée comme objectif de chroniquer tous les livres que je lisais. Quand mes sites ont commencé à évoluer et que j’ai voulu parler aussi de films et de séries, puis de tout autre sujet, je gardais la volonté de tout mettre sur le blog. Que j’ai ou non quelque chose de pertinent ou intéressant à dire sur le sujet. Au fur et à mesure, je me retrouvais avec une liste absolument ingérable de billets à rédiger, qui me faisait un peu peur. L’envie et la motivation m’avaient totalement quittée. Faire un billet pour absolument tout était, pour moi, humainement impossible. Pire encore, j’avais le sentiment que mes articles perdaient en qualité, qu’ils commençaient à être un peu trop formaté, avec toujours la même manière d’aborder mon avis, les mêmes structures de phrases… Il n’y avait plus de personnalité derrière. Cela faisait beaucoup trop de contraintes.

Désormais, une infime partie de ce que j’ai lu et vu se retrouve sur le blog. J’ai arrêté d’écrire sur ce qui ne m’inspire pas et je m’en porte mieux. Du coup, je prends également plus de temps pour rédiger un article, faire la mise en page. Je suis plus attentive à la qualité, je fais mes propres photographies… La série d’articles La Culture avec un grand A et du latte fonctionne comme un bilan mensuel où j’évoque tout ce que j’ai vu et lu durant le mois. Parfois, les lecteurs réagissent à l’un ou l’autre qui ne feront pas l’objet d’un article, et de créer tout de même un petit débat.

Adieu calendrier de publication et ligne éditorial

Parmi les nombreux conseils dispensés aux nouveaux blogueurs, la mise en place d’une ligne éditoriale est un des premiers avec le calendrier de publication qui en découle. J’ai essayé, vraiment, de choisir une ligne éditoriale, le domaine de la culture étant suffisamment vaste pour pouvoir parler de mes lectures et différents visionnées, d’exposition et d’art… Cependant, écrire sur ma vie étudiante, mon Erasmus n’entraient pas forcément dans cette ligne. Pour autant, je n’avais pas envie de limiter à cause cette dernière.

J’avais également tenté le calendrier de publication et je reconnais ses avantages : une certaine rationalité dans la publication, avoir quelques articles d’avance… C’était trop contraignante, car je n’ai aucune régularité dans ma pratique au blogging, et ce depuis le tout début. J’ai toujours publié selon mes envies et mon emploi du temps.

Je garde la vision de mon blog comme un espace personnel où je suis libre d’évoquer les sujets que je veux. De nombreux blogs que je suis et d’autres qui m’inspirent osait aussi parler de choses différentes. C’est aussi ce que j’apprécie chez les autres, la diversité. Je ne culpabilise plus quand je veux parler de quelque chose qui ne rentre pas dans la thématique principale du blog. Je me suis aussi rendu compte qu’une chronique littéraire qu’un article sur mon Erasmus et le temps que j’ai passé en Irlande. Ce ne sont pas toujours le même type de visiteurs et de réactions, de discussions. Mais j’aime aussi cette variété. Publier au petit bonheur la chance, quand j’ai le temps et l’envie m’évite aussi d’en avoir marre de tenir un blog. Il doit rester avant tout mon plaisir et je ne culpabilise plus si je n’ai publié depuis des jours. Me libérer des contraintes a un effet salvateur, j’ai pu ainsi retrouver le plaisir d’avoir mon petit site.

Prendre mes propres photographies

Quand je voulais illustrer une de mes chroniques littéraires, je mettais simplement la couverture que j’avais trouvé sur Internet. À vrai dire, je n’allais jamais chercher plus loin. S’il y a bien une chose que j’ai appris après toutes mes années de blogging, c’est l’importance que peut revêtir le fait d’utiliser des photographies que j’ai moi-même réalisé. J’ai aussi pris conscience de la propriété intellectuelle. Je n’ai pas envie de voir mes images sur d’autres plateformes. J’ai pris le temps de la cadrer, de la mettre en scène, de la retoucher… Il y a aussi une certaine fierté de pouvoir illustrer un article que j’ai écrit avec ma photo. Cela me permet aussi de m’améliorer, de trouver de meilleurs angles de vue… Sans pour autant investir dans un appareil ! Si l’image n’est pas de moi, elle provient alors de sites proposant des images libres de droit. J’ai totalement banni d’en rechercher sur Google ou Pinterest.

Parmi mes envies et mes projets pour le blog, j’aimerais réellement continuer à utiliser de plus en plus mes propres images. À termes, mon souhait serait de me constituer ma propre banque d’images. Ce serait une des ressources que je pourrai utiliser sans culpabilité à propos de la propriété intellectuelle et avec une certaine fierté. J’ai aussi le sentiment de m’investir pour mon blog dans un sens que j’apprécie énormément. Cela me permet aussi de travailler ma créativité, ce qui est aussi important dans le cadre de mes études.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer