Bilan des sorties VO lues • Juillet à décembre 2021

Chaque mois, je partage les sorties VO qui ont attisé ma curiosité et j’en lis un certain nombre d’entre elles durant l’année. Mon avis ne se retrouve pas toujours sur le blog, d’autant plus que j’accumule aussi un énorme retard dans la publication de mes articles. Ce dernier est l’occasion de faire un tour d’horizon des dernières sorties que j’ai lu entre juillet et décembre. J’ai fait un premier billet pour mes lectures de janvier à juin. [lien]

Mes lectures sont rangées par mois de sortie, d’où le fait que l’article commence à janvier. En cliquant également sur les mois, vous tomberez sur les sorties correspondantes.

Janvier

Livres lus

Publié en français sous le titre Le train des enfants, il s’agit d’un roman historique sur un fait méconnu de l’après guerre en Italie où des familles napolitaines envoyaient leurs enfants plus au nord. J’ai eu du mal à accrocher au style de l’auteur. Le roman est écrit à la première personne du singulier et selon le point de vue d’un enfant d’une dizaine d’années. Je n’ai pas réellement eu d’atomes crochus avec lui, ou son histoire.

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • The last garden in England de Julia Kelly
  • The Historians de Cecelia Eckbäck
  • In the garden of spite de Camilla Bruce

Février

Livres lus

Je suis totalement passée à côté de ce roman. J’ai eu du mal avec l’histoire, mais surtout avec le personnage principal, Megan. Nos expériences de vie sont totalement différentes et cela m’a quelque peu empêché de réellement ce livre à sa juste valeur. Je ne comprenais pas Megan qui m’a plutôt énervée, son comportement et ses revendications. J’ai fini par abandonner.

J’étais impatiente de découvrir ce nouveau roman de Sylvain Neuvel. Cet auteur m’a introduite à la science-fiction, il y a quelques années, avec sa première trilogie autour de géants venant de l’espace… Malheureusement, ce premier tome de sa nouvelle série ne m’a pas du tout charmé alors qu’il avait de nombreux éléments en sa faveur : le contexte historique, des personnages principaux venus d’un autre monde, l’écologie… Cependant, c’est très lent, très scientifique et je n’ai pas compris grand chose. J’ai tout de même envie de retenter.

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • While Paris slept de Ruth Druart

Mars

Livres lus

L’auteur s’inspire d’une histoire vraie, celle de sa famille. C’est un roman que j’aurais vraiment voulu apprécier, mais, malheureusement, je n’ai pas du tout apprécié ce roman. Il y a des passages qui sont très longs et qui n’apportent rien à l’intrigue. Je ne me suis absolument pas attachée aux deux personnages principaux, Nina et Pietro, dont l’histoire d’amour est au coeur du livre.

Sorti en français sous le titre Le village perdu.

Lien vers mon article

Il a également été traduit en français, et publié sous le titre de La petite boutique aux poisons. Une excellente lecture ! J’ai beaucoup aimé suivre ce mystère et découvrir petit à petit les réponses avec le personnage principal. Les changements de narrateur sont bien amenés et ils apportent quelque chose à l’intrigue. J’ai vraiment apprécié ces trois personnages féminins, qui sont attachants. Le coup de coeur n’est pas très loin.

J’avais noté ce titre, car c’était un roman historique qui changeait de ce que j’ai l’habitude de lire en terme de lieux et d’époque. Le livre commence bien, avant de s’essouffler très vite. Il manque de perspectives à long terme et il en devient rapidement ennuyeux.

Ceux que j’aimerais lire en 2022

  • The Rose Code de Kate Quinn (pré-commandé et en attente de réception)

Avril

Livres lus

Je l’ai mis dans les nouveautés VO, mais sans faire attention qu’il a déjà été publié en français en 2019. Le livre s’intitule Le Voyageur.

[Lien vers mon article]

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • The dictionary of lost words de Pip Williams
  • The Mary Shelley Club de Goldy Moldavski
  • Ariadne de Jennifer Saint (PAL)

Mai

Livres lus

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant ce livre, notamment du point de vue des créatures fantastiques. Néanmoins, cette histoire m’a totalement transporté dans la ville de Prague (que j’ai encore plus envie de visiter depuis). C’est prenant et dynamique. J’ai trouvé l’univers très sympa et les personnages attachants. Un très moment de lecture et je ne dirai pas non à un autre tome.

Encore un autre roman qui est sorti en français avant l’anglais. Il est disponible depuis 2019 sous le titre Les trois vies de Josef Klein. En le commençant, je m’attendais à un vrai roman d’espionnage avec de l’action, beaucoup de rebondissements, mais le roman ne prend pas du tout cette direction. Malgré tout, c’est une lecture que j’ai aimé faire et que j’ai trouvé intéressante.

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • Madam de Phoebe Wynne

Juin

Livres lus

J’attendais l’automne pour découvrir ce roman. Il y a de très bonnes idées : des sorcières dont les pouvoirs dépendent des saisons, l’écologie avec le temps qui se dérègle, et une école de magie… Le livre a un rythme très lent et contemplatif, qui s’accorde bien avec le passage des saisons. Néanmoins, l’intrigue est redondante et même à une centaine de pages de la fin, il n’y a pas de grosses révélations ou une énorme révélation pour venir donner un petit coup de fouet à l’intrigue.

Publié en français, sous le titre Les Muses. Encore un thriller autour des universités qui ont renfermé beaucoup de tueurs en 2021. J’ai été happée dès les premières pages et j’ai beaucoup aimé le fait de s’inspirer de la mythologie grecque.

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • Daughter of Sparta de Claire M. Andrews
  • The Wolf and the Woodsman d’Ava Reid

Juillet

Livres lus

Encore un très bon thriller psychologique, très prenant. Le fait de connaître dès le début l’identité du tueur n’est pas un problème, car l’auteur apporte tout de même beaucoup de tensions et de suspens. Quasiment un coup de coeur.

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • The Book of Accidents de Chuck Wendling
  • Half sick of shadows de Laura Sebastian
  • The forest of vanishing stars de Kristin Harmel
  • The Final Girl Support Group de Grady Hendrix

Août

Livres lus

Je découvre cette auteur avec ce roman qui m’a tenu en haleine du début à la fin. J’ai adoré les va-et-vient entre aujourd’hui et quand les personnages étaient étudiants. Le suspens est parfaitement maîtrisé d’un bout à l’autre et une mention toute particulière pour la révélation finale qui m’a vraiment étonnée.

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • The real Valkyrie: The hidden history of Viking warrior woman de Nancy Marie Brown
  • The women of Troy de Pat Baker
  • The woods are always watching de Stephanie Perkins

Septembre

Livres lus

J’ai traîne ce livre pendant plus d’un mois sans avoir réussi à lire plus de cent pages. Au final, j’ai abandonné alors que je suis plutôt amatrice de romans d’horreur, mais je n’ai pas du tout réussi avec celui-ci qui m’a clairement ennuyé. Le début est très lent et il n’a pas su capter tout de suite mon attention.

Je sors de ma zone de confort avec cette romance de Hannukah. C’est tout mignon et parfait pour le mois de décembre. J’ai vraiment bien accroché à l’histoire et aux personnages. Il y a juste un petit passage problématique au regard du conflit israélo-palestinien, mais il ne faut pas oublier aussi que l’auteur est de confession juive.

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • All these bodies de Kendare Blake (PAL)
  • The girl behind the wall de Mandy Robotham (PAL)

Octobre

Livres lus

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • Medusa de Jessie Burton (PAL)
  • Whe we fought: Inspiring stories of resisting Hitler and defending freedom de Jerry Borrowman
  • The lighthouse witches de C.J. Cookes

Novembre

Livres lus

Ceux que j’aimerais lire :

  • All of us villain d’Amanda Foody et Christine Lynn Herman
  • Parting the veil dePauletteKennedy
  • The Haunting of Leigh Harker de Darcy Coates

Décembre

Livre lus

Ceux que j’aimerais lire en 2022 :

  • Learwife de J.R. Thorpe
  • Accidental gods: On men unwillingly turned divine d’Anna della Subin
  • The Bright Ages: A new history of medieval Europe de Matthew Gabriele et David M. Perry
  • The Ballerinasde Rachel Kapelke-Dale
  • Hidden Treasures de Michelle Adams
  • The sorority murders d’Allison Brennan
  • Inheritance of secrets de Sonya Bates

Sorties VO • Janvier 2022

The girl in the lake • India Hill Brown • Scholastic Press • 224 pages • 24 janvier

Celeste knows she should be excited to spend two weeks at her grandparents’ lake house with her brother, Owen, and their cousins Capri and Daisy, but she’s not.

Bugs, bad cell reception, and the dark waters of the lake… no thanks. On top of that, she just failed her swim test and hates being in the water-it’s terrifying. But her grandparents are strong believers in their family knowing how to swim, especially having grown up during a time of segregation at public pools. Without the opportunity to learn, Grandma’s sister drowned when they were kids.

But soon strange things start happening, like Celeste’s cousins accusing her of waking them up in the middle of the night. But Celeste hasn’t been awake during the night-she knows she’s been fast asleep because she’s been having terrible nightmares about drowning!

Things at the old house only get spookier until one evening when Celeste looks in the steamy mirror after a shower and sees her face, but twisted, different…

Who is the girl in the mirror? And what does she want?

The Latinist • Mark Prins • W.W. Norton Company • 442 pages • 4 janvier

Tessa Templeton has thrived at Oxford University under the tutelage and praise of esteemed classics professor Christopher Eccles. And now, his support is the one thing she can rely on: her job search has yielded nothing, and her devotion to her work has just cost her her boyfriend, Ben. Yet shortly before her thesis defense, Tessa learns that Chris has sabotaged her career—and realizes their relationship is not at all what she believed.

Driven by what he mistakes as love for Tessa, Chris has ensured that no other institution will offer her a position, keeping her at Oxford with him. His tactics grow more invasive as he determines to prove he has her best interests at heart. Meanwhile, Tessa scrambles to undo the damage—and in the process makes a startling discovery about an obscure second-century Latin poet that could launch her into academic stardom, finally freeing her from Chris’s influence.

A contemporary reimagining of the Daphne and Apollo myth, The Latinist is a page-turning exploration of power, ambition, and the intertwining of love and obsession.

Antoinette’s Sister • Diana Giovinazzo • Grand Central Publishing • 400 pages • 11 janvier

Austria 1767: Maria Carolina Charlotte—tenth daughter and one of sixteen children of Empress Maria Theresa of Austria—knows her position as a Habsburg archduchess will inevitably force her to leave her home, her family, and her cherished sister, Antoinette, whose companionship she values over all else. But not yet. The Habsburg family is celebrating a great triumph: Charlotte’s older sister, Josepha, has been promised to King Ferdinand IV of Naples and will soon take her place as queen. Before she can journey to her new home, however, tragedy strikes. After visiting the family crypt, Josepha contracts smallpox and dies. Shocked, Charlotte is forced to face an unthinkable new reality: she must now marry Ferdinand in her sister’s stead.
 
Bereft and alone, Charlotte finds that her life in Naples is more complicated than she could ever have imagined. Ferdinand is weak and feckless, and a disastrous wedding night plunges her into despair. Her husband’s regent, Tanucci, a controlling and power-hungry man, has pushed the country to the brink of ruin. Overwhelmed, she asks her brother Leopold, now the Holy Roman Emperor, to send help—which he does in the form of John Acton, a handsome military man twenty years Charlotte’s senior who is tasked with overseeing the Navy. Now, Charlotte must gather the strength to do what her mother did before her: take control of a country.
 
In a time of political uprisings and royal executions and with the increasingly desperate crisis her favorite sister, Queen Marie Antoinette, is facing in France, how is a young monarch to keep hold of everything—and everyone—she loves? Find out in this sweeping, luxurious tale of family, court intrigue, and power.

Waking Romeo • Kathryn Barker • Flatiron Books • 384 pages • 4 janvier

Year: 2083. Location: London. Mission: Wake Romeo.

It’s the end of the world. Literally. Time travel is possible, but only forward. And only a handful of families choose to remain in the “now,” living off of the scraps left behind.

Among them are eighteen-year-old Juliet and the love of her life, Romeo. But things are far from rosy for Jules. Romeo lies in a coma and Jules is estranged from her friends and family, dealing with the very real fallout of their wild romance.

Then a mysterious time traveler, Ellis, impossibly arrives from the future with a mission that makes Juliet question everything she knows about life and love.

Can Jules wake Romeo—and rewrite her future?

Devil House • John Darnielle • MCD • 416 pages • 25 janvier

Gage Chandler is descended from kings. That’s what his mother always told him.

Now, he is a true crime writer, with one grisly success–and movie adaptation–to his name, along with a series of subsequent lesser efforts that have paid the bills but not much more. But now he is being offered the chance for the big break: To move into the house–what the locals call « The Devil House »–in which a briefly notorious pair of murders occurred, apparently the work of disaffected 1980s teens. He begins his research with diligence and enthusiasm, but soon the story leads him into a puzzle he never expected–back into his own work and what it means, back to the very core of what he does and who he is. 

At the end of everything • Marieke Nijkamp • Sourcebook Fire • 400 pages • 25 janvier

The Hope Juvenile Treatment Center is ironically named. No one has hope for the delinquent teenagers who have been exiled there; the world barely acknowledges that they exist.

Then the guards at Hope start acting strange. And one day…they don’t show up. But when the teens band together to make a break from the facility, they encounter soldiers outside the gates. There’s a rapidly spreading infectious disease outside, and no one can leave their houses or travel without a permit. Which means that they’re stuck at Hope. And this time, no one is watching out for them at all.

As supplies quickly dwindle and a deadly plague tears through their ranks, the group has to decide whom among them they can trust and figure out how they can survive in a world that has never wanted them in the first place.

The girl who could breathe under water • Erin Bartels • Flemming H. Revell Company • 352 pages • 4 janvier

When Kendra Brennan moves into her grandfather’s old cabin on Hidden Lake, she has a problem and a plan. The problem? An inflammatory letter from A Very Disappointed Reader that’s keeping her from writing her next novel as long as its claims go unanswered. The plan? To confront Tyler, her childhood best friend’s brother–and the man who inspired the antagonist in her first book–in order to prove to herself that she told the truth as all good novelists should.

What she discovers as she delves into the murky past is not what she expected. Facing Tyler isn’t easy, but facing the truth of her failed friendship with his sister, Cami, may be the hardest thing she’s ever had to do.

Award-winning novelist Erin Bartels searches the heart with this lyrical exploration of how a friendship dies, how we can face the unforgiveable, and how even those who have been hurt can learn to love with abandon.

Just like the other girls • Claire Douglas • Harper Paperbacks • 400 pages • 11 janvier

CARER/COMPANION WANTED FOR ELDERLY LADY
YOUNG FEMALE PREFERRED
COMPETITIVE SALARY
ROOM AND BOARD INCLUDED
She thought she was safe. So did the others . . .

At loose ends after the devastating death of her mother, Una Richardson responds to an advertisement for a ladies’ companion, a position that leads her into the wealthy, secluded world of Mrs. Elspeth McKenzie.

But Elspeth’s home isn’t the comforting haven it seems.

Kathryn, her cold and bitter daughter, resents Una’s presence. More disturbing is evidence suggesting two girls lived here before her.

What happened to the young women?

Why won’t the McKenzies talk about them?

What are they hiding?

As the walls begin to close in around her, Una fears she’ll end up just like the other girls

The Paris Bookseller • Kerri Maher • Berkley Books • 336 pages • 11 janvier

When bookish young American Sylvia Beach opens Shakespeare and Company on a quiet street in Paris in 1919, she has no idea that she and her new bookstore will change the course of literature itself.

Shakespeare and Company is more than a bookstore and lending library: Many of the prominent writers of the Lost Generation, like Ernest Hemingway, consider it a second home. It’s where some of the most important literary friendships of the twentieth century are forged–none more so than the one between Irish writer James Joyce and Sylvia herself. When Joyce’s controversial novel Ulysses is banned, Beach takes a massive risk and publishes it under the auspices of Shakespeare and Company.

But the success and notoriety of publishing the most infamous and influential book of the century comes with steep costs. The future of her beloved store itself is threatened when Ulysses‘ success brings other publishers to woo Joyce away. Her most cherished relationships are put to the test as Paris is plunged deeper into the Depression and many expatriate friends return to America. As she faces painful personal and financial crises, Sylvia–a woman who has made it her mission to honor the life-changing impact of books–must decide what Shakespeare and Company truly means to her.

Anatomy • Dana Schwartz • Wednesday Books • 352 pages • 18 juin

Edinburgh, 1817.

Hazel Sinnett is a lady who wants to be a surgeon more than she wants to marry.

Jack Currer is a resurrection man who’s just trying to survive in a city where it’s too easy to die.

When the two of them have a chance encounter outside the Edinburgh Anatomist’s Society, Hazel thinks nothing of it at first. But after she gets kicked out of renowned surgeon Dr. Beecham’s lectures for being the wrong gender, she realizes that her new acquaintance might be more helpful than she first thought. Because Hazel has made a deal with Dr. Beecham: if she can pass the medical examination on her own, the university will allow her to enroll. Without official lessons, though, Hazel will need more than just her books – she’ll need bodies to study, corpses to dissect.

Lucky that she’s made the acquaintance of someone who digs them up for a living, then.

But Jack has his own problems: strange men have been seen skulking around cemeteries, his friends are disappearing off the streets. Hazel and Jack work together to uncover the secrets buried not just in unmarked graves, but in the very heart of Edinburgh society.

Beautiful Little Fools • Jillian Cantor • Harper • 336 pages • 4 janvier

On a sultry August day in 1922, Jay Gatsby is shot dead in his West Egg swimming pool. To the police, it appears to be an open-and-shut case of murder/suicide when the body of George Wilson, a local mechanic, is found in the woods nearby.

Then a diamond hairpin is discovered in the bushes by the pool, and three women fall under suspicion. Each holds a key that can unlock the truth to the mysterious life and death of this enigmatic millionaire.

Daisy Buchanan once thought she might marry Gatsby—before her family was torn apart by an unspeakable tragedy that sent her into the arms of the philandering Tom Buchanan.

Jordan Baker, Daisy’s best friend, guards a secret that derailed her promising golf career and threatens to ruin her friendship with Daisy as well.

Catherine McCoy, a suffragette, fights for women’s freedom and independence, and especially for her sister, Myrtle Wilson, who’s trapped in a terrible marriage.

Their stories unfold in the years leading up to that fateful summer of 1922, when all three of their lives are on the brink of unraveling. Each woman is pulled deeper into Jay Gatsby’s romantic obsession, with devastating consequences for all of them.

A letter to three witches • Elizabeth Bass • Kensington • 288 pages • 25 janvier

Nearly a century ago, Gwen Engel’s great-great-grandfather cast a spell with catastrophic side-effects. As a result, the Grand Council of Witches forbade his descendants from practicing witchcraft. The Council even planted anonymous snitches called Watchers in the community to report any errant spellcasting…

Yet magic may still be alive and not so well in Zenobia. Gwen and her cousins, Trudy and Milo, receive a letter from Gwen’s adopted sister, Tannith, informing them that she’s bewitched one of their partners and will run away with him at the end of the week. While Gwen frets about whether to trust her scientist boyfriend, currently out of town on a beetle-studying trip, she’s worried that local grad student Jeremy is secretly a Watcher doing his own research.

Cousin Trudy is so stressed that she accidentally enchants her cupcakes, creating havoc among her bakery customers—and in her marriage. Perhaps it’s time the family took back control and figured out how to harness their powers. How else can Gwen decide whether her growing feelings for Jeremy are real—or the result of too many of Trudy’s cupcakes?

The other family • Wendy Corsi Staub • William Morrow & Company • 384 pages • 18 janvier

It’s the perfect home for the perfect family: pretty Nora Howell, her handsome husband, their two teenage daughters, and lovable dog. As California transplants making a fresh start in Brooklyn, they expected to live in a shoebox, but the brownstone has a huge kitchen, lots of light, and a backyard. The catch: its previous residents were victims of a grisly triple homicide that remains unsolved.

Soon, peculiar things begin happening. The pug is nosing around like a bloodhound. Nora unearths a long-hidden rusty box in the flowerbed. Oldest daughter Stacey, obsessed with the family murdered in their house, pokes into the bloody past and becomes convinced that a stranger is watching the house. Watching them.

She’s right. But one of the Howells will recognize his face. Because one of them has a secret that will blindside the others with a truth that lies shockingly close to home–and to this one’s terrifying history.

A flicker in the dark • Stacy Willingham • Minotaur Books • 368 pages • 11 janvier

When Chloe Davis was twelve, six teenage girls went missing in her small Louisiana town. By the end of the summer, Chloe’s father had been arrested as a serial killer and promptly put in prison. Chloe and the rest of her family were left to grapple with the truth and try to move forward while dealing with the aftermath.

Now 20 years later, Chloe is a psychologist in private practice in Baton Rouge and getting ready for her wedding. She finally has a fragile grasp on the happiness she’s worked so hard to get. Sometimes, though, she feels as out of control of her own life as the troubled teens who are her patients. And then a local teenage girl goes missing, and then another, and that terrifying summer comes crashing back. Is she paranoid, and seeing parallels that aren’t really there, or for the second time in her life, is she about to unmask a killer?

J’Nell Ciesielski • The Ice Swan

The Ice Swan • J’Nell Ciesielski • Thomas Nelson • Juillet 2020 • 400 pages

1917, Petrograd. Fleeing the murderous flames of the Russian Revolution, Princess Svetlana Dalsky hopes to find safety in Paris with her mother and sister. But the city is buckling under the weight of the Great War, and the Bolsheviks will not rest until they have erased every Russian aristocrat from memory. Svetlana and her family are forced into hiding in Paris’s underbelly, with little to their name but the jewels they sewed into their corsets before their terrifying escape.

Born the second son of a Scottish duke, the only title Wynn MacCallan cares for is that of surgeon. Putting his talents with a scalpel to good use in the hospitals in Paris, Wynn pushes the boundaries of medical science to give his patients the best care possible. After treating Svetlana for a minor injury, he is pulled into a world of decaying imperial glitter. Intrigued by this mysterious, cold, and beautiful woman, Wynn follows Svetlana to an underground Russian club where drink, dance, and questionable dealings collide on bubbles of vodka.

Out of money and options, Svetlana agrees to a marriage of convenience with the handsome and brilliant Wynn, who will protect her and pay off her family’s debts. It’s the right thing for a good man to do, but Wynn cannot help hoping the marriage will turn into one of true affection. When Wynn’s life takes an unexpected turn, so does Svetlana’s—and soon Paris becomes as dangerous as Petrograd. And as the Bolsheviks chase them to Scotland, Wynn and Svetlana begin to wonder if they will ever be able to outrun the love they are beginning to feel for one another.


Ces derniers temps, j’ai testé plusieurs romances historiques autour de différentes périodes, mais sans grand succès. The Ice Swan ne déroge pas à cette règle. Pourtant, j’avais beaucoup aimé l’idée d’une princesse russe fuyant la Révolution d’octobre et se retrouvant à Paris durant la Première Guerre mondiale.

Malheureusement, le premier défaut que j’ai trouvé à ce roman est ses longueurs. Au bout d’un tiers du livre, il ne s’est pas passé grand-chose de réellement intéressant. Wynn et Svetlana font connaissance, ils sauvent une vie… Ils tombent amoureux… C’est d’ailleurs le charmant docteur écossais qui est le premier à être fou amoureux… Soit disant pour l’intelligence de la jeune Russe, mais les descriptions de l’auteur s’attardent surtout sur son physique : son corps de danseuse de ballet, ses cheveux argentés (comprendre sûrement des cheveux très blonds), des yeux très bleus, aussi bleus que la glace… Comme les paysages de Sibérie. Ciesielski s’éternise sur le physique de son personnage féminin à chaque fois que le personnage masculin se trouve en sa présence. C’est un ramassis de clichés que je développerai un peu plus tard. L’intrigue a un autre défaut : elle est sans surprise. Le roman n’a pas vraiment d’intérêt et ne met pas en place un énorme suspens pour dire de continuer.

Les personnages sont un autre point négatif, notamment les principaux. Pour Wynn, l’accent est mis constamment sur son charme et son humour, son sens du devoir très développé. Bref, un homme parfait. Il n’a aucun défaut et c’est presque sans saveur ce trop plein de perfection. J’ai déjà abordé la perfection physique de Svetlana. Son caractère est calquée sur les traits que l’on attache habituellement à la Russie : glaciale, et un brin hautaine. Elle ne laisse personne s’approcher d’elle. Cependant, je crois que le pire personnage du roman est la mère de cette dernière. Elle ne tourne pas la page de sa vie d’avant. Elle est égoïste et se comporte comme une enfant gâtée. Elle ne comprend pas que sa fille fait tout pour les protéger, elle et sa petite soeur. Elle est mesquine, un vrai personnage détestable. Au final, j’ai vraiment eu du mal à accrocher avec les personnages.

La culture russe semble se résumer aux ballets russes et à la vodka. La littérature est à peine évoquée, ou elle est dénigrée. J’ai aussi trouvé le conflit entre Russes blancs et Russes rouges très simplifiés. On peut comprendre qu’il s’agit du point de vue de Svetlana, une princesse russe. Le propos de l’auteur n’est pas nuancé. Le contexte historique semble, en réalité, plus le prétexte pour la romance, en lui donnant un côté dramatique. Malheureusement, c’est une période historique que j’adore et autour de laquelle j’ai énormément lu. Je m’attendais à un peu mieux.

The Ice Swan est une grosse déception. La romance ne m’a pas fait rêver. Le contexte historique est survolé. Je ne pense pas lire d’autres romans de l’auteur par la suite.

Présentation de ma pile à lire pour Il était neuf fois Noël

Cette année, je participe au challenge Il était neuf fois Noël. Le chalet ouvre ses portes le 29 novembre, pour ne les refermer que le 2 janvier. La nouveauté de cette année, ce sont les semaines thématiques.

Du 29 novembre au 5 décembre : Les Noëls du monde

Du 6 au 12 décembre : Si Noël m’était conté

Du 13 au 19 décembre : Noëls mystérieux

Du 20 au 26 décembre : La magie de Noël

Du 27 décembre au 2 janvier : Noëls blancs

Les organisatrices proposent également tout un programme, qui peut être trouvé ici, par exemple. Aujourd’hui, je présente donc ma pile à lire pour le challenge. Ce sont des livres que j’espère pouvoir lire et présenter durant le mois.

Ma PAL

Pauvre Andy Warner. L’ex-star contestataire des morts-vivants a passé une année entière soumis à des tests expérimentaux dans un laboratoire de recherches sur les zombies dans l’Oregon. Heureusement, un miracle se produit : à quelques jours de Noël, il parvient à s’échapper et fausse compagnie à ses poursuivants en enfilant un costume de Santa Claus. Le déguisement parfait… À deux réserves près : des collègues de décomposition le reconnaissent et exigent de lui qu’il soit leur chef ; et une adorable fillette solitaire le suit partout, convaincue qu’il est vraiment le père Noël… Une comédie horriblement délicieuse à lire sous le sapin.

There’s nothing Marietta Stelle loves more than ballet, but after Christmas, her dreams will be over as she is obligated to take her place in Edwardian society. While she is chafing against such suffocating traditions, a mysterious man purchases the neighbouring townhouse. Dr Drosselmeier is a charming but calculating figure who wins over the rest of the Stelle family with his enchanting toys and wondrous mechanisms. When Drosselmeier constructs an elaborate set for Marietta’s final ballet performance, she discovers it carries a magic all of its own. On the stroke of midnight on Christmas Eve, she is transported to a snowy forest, where she encounters danger at every turn.

Un Noël à la campagne dans le Gloucestershire. La perspective est séduisante pour un groupe de jeunes mondains, un peu las de la routine londonienne, qui décident de séjourner à proximité du domaine de Lady Bobbin et de ses enfants.

Multipliant péripéties invraisemblables et dialogues mordants, Nancy Mitford dresse un portrait décalé de la société anglaise dans les années 1930.

Habituellement, Basile, neuf ans, rentre de l’école avec son père ou un autre parent d’élève. Mais ce jour-là est un peu particulier… Ce jour-là, la maîtresse a reçu un coup de téléphone qui l’a forcée à abandonner sa classe plus tôt que prévu. Ce jour-là, le petit garçon a décidé que rentrer à pied pour aller voir les décorations de Noël était une bonne idée. Ce jour-là… c’est le jour où Basile va faire la connaissance d’un jeune homme d’apparence sympathique, et accepter sans le savoir de conduire un agresseur à sa victime…

Aux Galeries Hartmann, les Féeries sont le plus gros événement de l’année. Alors quand sept jours avant leur lancement, le nouveau directeur exige que la décoration de Noël soit intégralement refaite, le sang d’Agathe ne fait qu’un tour : personne ne touchera à son travail, et surtout pas cet arriviste arrogant. Mais le grand magasin est désormais sous la responsabilité d’Alexandre Hartmann, et aussi talentueuse que soit Agathe Murano, c’est avec lui qu’elle devra traiter. Lui et personne d’autre. Ces deux-là auraient préféré ne jamais se rencontrer, mais puisqu’un père Noël et son chat magique viennent d’être embauchés pour exaucer les souhaits, pourquoi ne pas en profiter pour s’amuser ? Mais aux dépens de l’un comme de l’autre, bien sûr…

Rachel Rubenstein-Goldblatt is a nice Jewish girl with a shameful secret: she loves Christmas. For a decade she’s hidden her career as a Christmas romance novelist from her family. Her talent has made her a bestseller even as her chronic illness has always kept the kind of love she writes about out of reach.

But when her diversity-conscious publisher insists she write a Hanukkah romance, her well of inspiration suddenly runs dry. Hanukkah’s not magical. It’s not merry. It’s not Christmas. Desperate not to lose her contract, Rachel’s determined to find her muse at the Matzah Ball, a Jewish music celebration on the last night of Hanukkah, even if it means working with her summer camp archenemy—Jacob Greenberg.

August 1914. England is at war. As Evie Elliott watches her brother, Will, and his best friend, Thomas Harding, depart for the front, she believes—as everyone does—that it will be over by Christmas, when the trio plan to celebrate the holiday among the romantic cafes of Paris.

But as history tells us, it all happened so differently… Evie and Thomas experience a very different war. Frustrated by life as a privileged young lady, Evie longs to play a greater part in the conflict—but how?—and as Thomas struggles with the unimaginable realities of war he also faces personal battles back home where War Office regulations on press reporting cause trouble at his father’s newspaper business. Through their letters, Evie and Thomas share their greatest hopes and fears—and grow ever fonder from afar. Can love flourish amid the horror of the First World War, or will fate intervene?

Christmas 1968. With failing health, Thomas returns to Paris—a cherished packet of letters in hand—determined to lay to rest the ghosts of his past. But one final letter is waiting for him…

Lors d’une terrible nuit d’hiver, la petite ville de Coventry fut frappée par une tempête de neige d’une rare violence, qui fit de nombreuses victimes et disparus, laissant une marque indélébile sur l’esprit des survivants. Douze ans après, alors que la vie a repris son cours à Coventry, se produit une série d’événements étranges : les disparus de cette fameuse nuit maudite semblent être de retour… et une nouvelle tempête s’annonce, cette fois-ci prête à tout dévaster sur son passage.

Jack, dix-sept ans, part à la conquête du Grand Nord pour devenir chercheur d’or. Plus intéressé par l’aventure que par la richesse, il espère se mesurer aux rigueurs du climat et affronter la nature sauvage. Mais Jack est loin de s’attendre aux obstacles qui se dresseront sur sa route: des bandits sans scrupules, prêts à tout pour faire fortune, et surtout des créatures redoutables qui incarnent ce que l’homme abrite de plus sombre en son coeur. Son animal-totem, le loup, l’aidera à traverser les épreuves… pourvu que Jack reste en vie.

Quand Mariah Ellison reçoit en guise de cadeau de Noël un boulet de canon sur le pas de sa porte, elle se rappelle un meurtre, survenu il y a vingt ans, qui a brisé l’une de ses plus fortes amitiés. Comprenant que cette vieille affaire refait surface, elle se rend dans le Surrey dans l’espoir de se réconcilier avec son amie et de résoudre enfin le crime qui les a séparées.

Top 5 Wednesday • Great Leaders

Le thème de cette semaine fait écho à l’actualité américaine de ces derniers jours, puisque des élections ont lieu, notamment pour trois postes de gouverneurs. Pour marquer cet événement, il nous est proposé de répondre à la question suivante : parmi nos personnages préférés, lesquels sont ou feraient de grands leaders ? Il m’en manquerait un, mais j’ai beaucoup réfléchir et je n’en ai aucune idée.

Scout • Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee

Elle est certes très jeune dans ce roman, mais je pense sincèrement qu’en grandissant, elle fera un grand leader. Elle mène déjà son petit monde à la baguette et fait preuve d’une grande intelligence, notamment émotionnelle. Elle est honnête et loyale, des qualités que j’attends d’une meneuse.

Ethel Williams • Le Siècle de Ken Follet

Une femme de caractère qui a ses convictions et qui n’a pas peur de les crier haut et fort. C’est un personnages sans concession qu’il me tarde de retrouver dans le deuxième tome cette trilogie de Ken Follet. Elle a déjà parcouru beaucoup de chemin dans La chute des géants.

Keyne • Sistersong de Lucy Holland

De par son histoire dans ce livre, je pense qu’iel rentre parfaitement dans cette catégorie des grands leaders. Iel ferait preuve de fermeté, mais surtout de justesse et de tolérance envers son peuple. J’aimerai beaucoup que l’auteur lui consacre un roman après les événements de Sistersong.

Melora Persedeus • Lore d’Alexandra Bracken

Tout au long du roman, elle démontre qu’elle est une grande meneuse d’homme, loyale et juste. Elle a toutes les qualités que l’on peut attendre d’un tel personnage.

Sorties VO • Novembre 2021

Nouveau mois, nouvelles sorties VO… Encore des secrets de famille, des lectures fantastiques et de l’historique…

The Haunting of Leigh Harker • Darcy Coates • Poisoned Pen Press • 1 novembre • 272 pages

Sometimes the dead reach back…

Leigh Harker’s quiet suburban home was her sanctuary for more than a decade, until things abruptly changed. Curtains open by themselves. Radios turn off and on. And a dark figure looms in the shadows of her bedroom door at night, watching her, waiting for her to finally let down her guard enough to fall asleep.

Pushed to her limits but unwilling to abandon her home, Leigh struggles to find answers. But each step forces her towards something more terrifying than she ever imagined.

A poisonous shadow seeps from the locked door beneath the stairs. The handle rattles through the night and fingernails scratch at the wood. Her home harbours dangerous secrets, and now that Leigh is trapped within its walls, she fears she may never escape.

Do you think you’re safe?

You’re wrong.

Parting the veil • Paulette Kennedy • Lake Union Publishing • 1 novembre • 368 pages

Some houses hold secrets that are meant to be kept forever…

When Eliza Sullivan inherits an estate from a recently deceased aunt, she leaves behind a grievous and guilt-ridden past in New Orleans for rural England and a fresh start. Eliza arrives at her new home and finds herself falling for the mysterious lord of Havenwood, Malcolm Winfield. Despite the sinister rumors that surround him, Eliza is drawn to his melancholy charm and his crumbling, once-beautiful mansion. With enough love, she thinks, both man and manor could be repaired.

Not long into their marriage, Eliza fears that she should have listened to the locals. There’s something terribly wrong at Havenwood Manor: Forbidden rooms. Ghostly whispers in the shadows. Strangely guarded servants. And Malcolm’s threatening moods, as changeable as night and day.

As Eliza delves deeper into Malcolm’s troubling history, the dark secrets she unearths gain a frightening power. Has she married a man or a monster? For Eliza, uncovering the truth will either save her or destroy her. 

The London House • Katherine Reay • Harper Muse • 2 novembre • 368 pages

Caroline Payne thinks it’s just another day of work until she receives a call from Mat Hammond, an old college friend and historian. But pleasantries are cut short. Mat has uncovered a scandalous secret kept buried for decades: In World War II, Caroline’s British great-aunt betrayed family and country to marry her German lover.

Determined to find answers and save her family’s reputation, Caroline flies to her family’s ancestral home in London. She and Mat discover diaries and letters that reveal her grandmother and great-aunt were known as the “Waite sisters.” Popular and witty, they came of age during the interwar years, a time of peace and luxury filled with dances, jazz clubs, and romance. The buoyant tone of the correspondence soon yields to sadder revelations as the sisters grow apart, and one leaves home for the glittering fashion scene of Paris, despite rumblings of a coming world war.

Each letter brings more questions. Was Caroline’s great-aunt actually a traitor and Nazi collaborator, or is there a more complex truth buried in the past? Together, Caroline and Mat uncover stories of spies and secrets, love and heartbreak, and the events of one fateful evening in 1941 that changed everything.

Seven dirty secrets • Nathalie D. Richards • Sourcebooks Fire • 320 pages

I know seven secrets:
One caused the fall. One did nothing. One saw it all.
One didn’t care. One used their head. One played the hero.
One was left for dead.

On her eighteenth birthday, Cleo receives a mysterious invitation to a scavenger hunt. She’s sure her best friend Hope or her brother Connor is behind it, but no one confesses. And as Cleo and Hope embark on the hunt, the seemingly random locations and clues begin to feel familiar.

In fact, all of the clues seem to be about Cleo’s dead boyfriend, Cyrus, who drowned on a group rafting trip exactly a year ago. A bracelet she bought him. A song he loved. A photo of the rafting group, taken just before Cyrus drowned. And then the phone calls start, Cyrus’s voice taunting Cleo with a cryptic question: You ready?

As the clock on the scavenger hunt ticks down, it becomes clear that someone knows what really happened to Cyrus. And that person will stop at nothing to make sure Cleo and her friends pay. Can they solve the hunt before someone else winds up dead?

Watching Darkness Fall: FDR, His Ambassadors, and the Rise of Adolf Hitler • David McKean • Saint Martin’s Press • 2 novembre • 416 pages

As German tanks rolled toward Paris in late May 1940, the U.S. Ambassador to France, William Bullitt, was determined to stay put, holed up in the Chateau St. Firmin in Chantilly, his country residence. Bullitt told the president that he would neither evacuate the embassy nor his chateau, an eighteenth Renaissance manse with a wine cellar of over 18,000 bottles, even though “we have only two revolvers in this entire mission with only forty bullets.”

As German forces closed in on the French capital, Bullitt wrote the president, “In case I should get blown up before I see you again, I want you to know that it has been marvelous to work for you.” As the fighting raged in France, across the English Channel, Ambassador to Great Britain Joseph P. Kennedy wrote to his wife Rose, “The situation is more than critical. It means a terrible finish for the allies.”

Watching Darkness Fall will recount the rise of the Third Reich in Germany and the road to war from the perspective of four American diplomats in Europe who witnessed it firsthand: Joseph Kennedy, William Dodd, Breckinridge Long, and William Bullitt, who all served in key Western European capitals―London, Berlin, Rome, Paris, and Moscow―in the years prior to World War II. In many ways they were America’s first line of defense and they often communicated with the president directly, as Roosevelt’s eyes and ears on the ground. Unfortunately, most of them underestimated the power and resolve of Adolf Hitler and Germany’s Third Reich.

The Churchill Sisters: The Extraordinary Lives of Winston and Clementine’s Daughters • Rachel Trethewey • Saint Martin’s Press • 23 novembre • 320 pages

Bright, attractive and well-connected, in any other family the Churchill girls – Diana, Sarah, Marigold and Mary – would have shone. But they were not in another family, they were Churchills, and neither they nor anyone else could ever forget it. From their father – ‘the greatest Englishman’ – to their brother, golden boy Randolph, to their eccentric and exciting cousins, the Mitford Girls, they were surrounded by a clan of larger-than-life characters which often saw them overlooked. While Marigold died too young to achieve her potential, the other daughters lived lives full of passion, drama and tragedy.

Diana, intense and diffident; Sarah, glamorous and stubborn; Mary, dependable yet determined – each so different but each imbued with a sense of responsibility toward each other and their country. Far from being cosseted debutantes, these women were eyewitnesses at some of the most important events in world history, at Tehran, Yalta and Potsdam. Yet this is not a story set on the battlefields or in Parliament; it is an intimate saga that sheds light on the complex dynamics of family set against the backdrop of a tumultuous century.

Gilded • Marissa Meyer • Faber & Faber • 2 novembre • 512 pages

Cursed by the god of lies, a miller’s daughter has developed a talent for storytelling – but are all of her tales as false as they appear?

When one of Serilda’s stories draws the attention of the devastating Erlking, she finds herself swept away into a world of enchantment, where ghouls prowl the earth, and ravens track her every move. The king locks Serilda in a castle dungeon and orders her to spin straw into gold, or be killed for lying. In despair, Serilda unwittingly summons a mysterious young man to her aid. And he agrees to help her, for a price. But love wasn’t meant to be part of the bargain.

All of us villain • Amanda Foody & Christine Lynn Herman • Tor Teen • 4 novembre • 400 pages

After the publication of a salacious tell-all book, the remote city of Ilvernath is thrust into worldwide spotlight. Tourists, protesters, and reporters flock to its spellshops and ruins to witness an ancient curse unfold: every generation, seven families name a champion among them to compete in a tournament to the death. The winner awards their family exclusive control over the city’s high magick supply, the most powerful resource in the world.

In the past, the villainous Lowes have won nearly every tournament, and their champion is prepared to continue his family’s reign. But this year, thanks to the influence of their newfound notoriety, each of the champions has a means to win. Or better yet–a chance to rewrite their story.

But this is a story that must be penned in blood.

Bilan des sorties VO lues • Janvier à Juin 2021

Depuis un peu plus d’un an, je propose un tour d’horizon des sorties VO (en anglais) qui me tentent énormément. J’en lis un certain nombre, mais sans toujours les chroniquer sur le blog. Le mois de Juin vient de toucher à sa fin et, avec lui, la moitié de l’année. L’occasion parfaite pour un petit bilan mi-parcours des parutions déjà lues et celles que j’aimerai encore découvrir.

En cliquant sur les mois, vous accédez à l’article sur les sorties VO correspondant.

Janvier

Livres lus

The House on Vesper Sands – Padraic O’Donnell

On the case is Inspector Cutter, a detective as sharp and committed to his work as he is wryly hilarious. Gideon Bliss, a Cambridge dropout in love with one of the missing girls, stumbles into a role as Cutter’s sidekick. And clever young journalist Octavia Hillingdon sees the case as a chance to tell a story that matters—despite her employer’s preference that she stick to a women’s society column. As Inspector Cutter peels back the mystery layer by layer, he leads them all, at last, to the secrets that lie hidden at the house on Vesper Sands.

J’avais hâte de pouvoir le lire, car il avait de bons arguments : un policier historique, la période victorienne, un meurtre qui semble mettre en oeuvre des forces occultes… Mais au bout d’un gros tiers, l’intrigue n’a toujours pas démarré et le livre commence à devenir trop lent et mon attention descendait en flèche. Même en dépassant la centaine de pages, je n’avais pas le sentiment que l’intrigue avait réellement commencé alors que quasiment un tiers était lu.

The Heiress, The Revelations of Anne de Bourgh – Molly Greeley

As a fussy baby, Anne de Bourgh’s doctor prescribed laudanum to quiet her, and now the young woman must take the opium-heavy tincture every day. Growing up sheltered and confined, removed from sunshine and fresh air, the pale and overly slender Anne grew up with few companions except her cousins, including Fitzwilliam Darcy. Throughout their childhoods, it was understood that Darcy and Anne would marry and combine their vast estates of Pemberley and Rosings. But Darcy does not love Anne or want her.

After her father dies unexpectedly, leaving her his vast fortune, Anne has a moment of clarity: what if her life of fragility and illness isn’t truly real? What if she could free herself from the medicine that clouds her sharp mind and leaves her body weak and lethargic? Might there be a better life without the medicine she has been told she cannot live without?

In a frenzy of desperation, Anne discards her laudanum and flees to the London home of her cousin, Colonel John Fitzwilliam, who helps her through her painful recovery. Yet once she returns to health, new challenges await. Shy and utterly inexperienced, the wealthy heiress must forge a new identity for herself, learning to navigate a “season” in society and the complexities of love and passion. The once wan, passive Anne gives way to a braver woman with a keen edge—leading to a powerful reckoning with the domineering mother determined to control Anne’s fortune . . . and her life.

Le livre prend place dans l’univers de Jane Austen et notamment Pride & Prejudice, en s’intéressant à la cousine de Fitzwilliam Darcy, Anne de Bourgh. Pas un coup de coeur car, malheureusement, le roman souffre de trop nombreuses longueurs. Cependant, Anne est un personnage attachant à suivre, surtout quand elle sort de son cocon. L’aspect historique est également bien développé.

Lore – Alexandra Bracken

Every seven years, the Agon begins. As punishment for a past rebellion, nine Greek gods are forced to walk the earth as mortals, hunted by the descendants of ancient bloodlines, all eager to kill a god and seize their divine power and immortality.

Long ago, Lore Perseous fled that brutal world in the wake of her family’s sadistic murder by a rival line, turning her back on the hunt’s promises of eternal glory. For years she’s pushed away any thought of revenge against the man–now a god–responsible for their deaths.

Yet as the next hunt dawns over New York City, two participants seek out her help: Castor, a childhood friend of Lore believed long dead, and a gravely wounded Athena, among the last of the original gods.

The goddess offers an alliance against their mutual enemy and, at last, a way for Lore to leave the Agon behind forever. But Lore’s decision to bind her fate to Athena’s and rejoin the hunt will come at a deadly cost–and still may not be enough to stop the rise of a new god with the power to bring humanity to its knees.

Lore est un roman d’action qui s’inspire de la mythologie grecque. Ce n’est pas totalement un coup de coeur, mais j’ai vraiment passé un bon moment. Il y a une bonne dose d’actions, de rebondissements… L’idée de départ est originale et bien développée.

Don’t tell a soul – Kirsten Miller

All Bram wanted was to disappear—from her old life, her family’s past, and from the scandal that continues to haunt her. The only place left to go is Louth, the tiny town on the Hudson River where her uncle, James, has been renovating an old mansion. But James is haunted by his own ghosts. Months earlier, his beloved wife died in a fire that people say was set by her daughter. The tragedy left James a shell of the man Bram knew—and destroyed half the house he’d so lovingly restored.

The manor is creepy, and so are the locals. The people of Louth don’t want outsiders like Bram in their town, and with each passing day she’s discovering that the rumors they spread are just as disturbing as the secrets they hide. Most frightening of all are the legends they tell about the Dead Girls. Girls whose lives were cut short in the very house Bram now calls home. The terrifying reality is that the Dead Girls may have never left the manor. And if Bram looks too hard into the town’s haunted past, she might not either.

En un seul mot… Creepy. L’histoire est dérangeante à souhaite et il y a quelques moments qui font bien frissonner. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de devoir le mettre de côté, quand j’étais toute seule en soirée. L’auteur maîtrise parfaitement le suspens et à chaque page tournée, je voulais connaître la vérité, car il y avait quelques bizarreries qui interviennent durant la lecture… J’ai adoré l’évolution de l’intrigue et le livre est un coup de coeur.

Ceux que j’aimerais lire

Our darkest night de Jennifer Robson ; The Divines d’Ellie Eaton ; The last garden in England de Julia Kelly ; Faye, faraway d’Helen Fisher ; The Historians de Cecilia Eckbäck ; In the garden of spite de Camilla Bruce ; The Children’s train de Viola Ardone.

Février

Livres lus

The Paris Dressmaker – Kristy Cambron

Paris, 1939. Maison Chanel has closed, thrusting haute couture dressmaker Lila de Laurent out of the world of high fashion as Nazi soldiers invade the streets and the City of Lights slips into darkness. Lila’s life is now a series of rations, brutal restrictions, and carefully controlled propaganda while Paris is cut off from the rest of the world. Yet in hidden corners of the city, the faithful pledge to resist. Lila is drawn to La Resistance and is soon using her skills as a dressmaker to infiltrate the Nazi elite. She takes their measurements and designs masterpieces, all while collecting secrets in the glamorous Hôtel Ritz—the heart of the Nazis’ Parisian headquarters. But when dashing René Touliard suddenly reenters her world, Lila finds her heart tangled between determination to help save his Jewish family and bolstering the fight for liberation.

Paris, 1943. Sandrine Paquet’s job is to catalog the priceless works of art bound for the Führer’s Berlin, masterpieces stolen from prominent Jewish families. But behind closed doors, she secretly forages for information from the underground resistance. Beneath her compliant façade lies a woman bent on uncovering the fate of her missing husband . . . but at what cost? As Hitler’s regime crumbles, Sandrine is drawn in deeper when she uncrates an exquisite blush Chanel gown concealing a cryptic message that may reveal the fate of a dressmaker who vanished from within the fashion elite.

Je ressors extrêmement déçue par ce roman. En soi, il avait de quoi me plaire : la mode et plus particulièrement la Maison Chanel, Paris sous l’Occupation, la Résistance et le destin de deux femmes… Malheureusement, l’auteur alterne non seulement les deux points de vue, et deux époques différentes : le début de la guerre et 1944. Cela fait quatre trames différentes, et elles ne sont pas d’égal intérêt. J’ai eu du mal à m’attacher à Simone et Lila.

The Shadow War – Lindsay Smith

World War II is raging, and five teens are looking to make a mark. Daniel and Rebeka seek revenge against the Nazis who slaughtered their family; Simone is determined to fight back against the oppressors who ruined her life and corrupted her girlfriend; Phillip aims to prove that he’s better than his worst mistakes; and Liam is searching for a way to control the portal to the shadow world he’s uncovered, and the monsters that live within it–before the Nazi regime can do the same. When the five meet, and begrudgingly team up, in the forests of Germany, none of them knows what their future might hold.

As they race against time, war, and enemies from both this world and another, Liam, Daniel, Rebeka, Phillip, and Simone know that all they can count on is their own determination and will to survive. With their world turned upside down, and the shadow realm looming ominously large–and threateningly close–the course of history and the very fate of humanity rest in their hands. Still, the most important question remains: Will they be able to save it?

Il y a de bonnes idées : la Seconde Guerre mondiale, des forces occultes et un monde parallèle, une mission impossible… L’intrigue possède beaucoup trop de personnages et de points de vues différents pour que la lecture soit agréable. Je m’y perdais. Par ailleurs, les personnages sont plus des archétypes que réellement travaillés et nuancés. L’histoire traine en longueur alors que je m’attendais à plus d’action.

The Witch’s Heart – Genevieve Gornichec

Angrboda’s story begins where most witches’ tales end: with a burning. A punishment from Odin for refusing to provide him with knowledge of the future, the fire leaves Angrboda injured and powerless, and she flees into the farthest reaches of a remote forest. There she is found by a man who reveals himself to be Loki, and her initial distrust of him transforms into a deep and abiding love.

Their union produces three unusual children, each with a secret destiny, who Angrboda is keen to raise at the edge of the world, safely hidden from Odin’s all-seeing eye. But as Angrboda slowly recovers her prophetic powers, she learns that her blissful life—and possibly all of existence—is in danger.

With help from the fierce huntress Skadi, with whom she shares a growing bond, Angrboda must choose whether she’ll accept the fate that she’s foreseen for her beloved family…or rise to remake their future. From the most ancient of tales this novel forges a story of love, loss, and hope for the modern age.

J’adore les réécritures, que ce soit de contes ou de la mythologique. Genevieve Gornichec s’inspire d’une des épouses de Loki, Angrboda la sorcière. Ce type d’ouvrages se veut dans une lignée féministe, mais il rate quelque peu son effet. J’en ai lu la moitié avant d’abandonner. Le livre a été d’un tel ennui que je suis même étonnée d’avoir eu la patience de tenir jusque là.

Ceux que j’aimerais lire

While Paris slept de Ruth Druart ; The house upstairs de Julia Fine ; The invisible woman d’Erika Robuck ; A history of what come next de Sylvain Neuvel ; All Girls d’Emily Layden ; The kitchen front de Jennifer Ryan.

Mars

Livres lus

After Alice felll – Kim Taylor Blakemore

New Hampshire, 1865. Marion Abbott is summoned to Brawders House asylum to collect the body of her sister, Alice. She’d been found dead after falling four stories from a steep-pitched roof. Officially: an accident. Confidentially: suicide. But Marion believes a third option: murder.

Returning to her family home to stay with her brother and his second wife, the recently widowed Marion is expected to quiet her feelings of guilt and grief—to let go of the dead and embrace the living. But that’s not easy in this house full of haunting memories. Just when the search for the truth seems hopeless, a stranger approaches Marion with chilling words: I saw her fall.

Now Marion is more determined than ever to find out what happened that night at Brawders, and why. With no one she can trust, Marion may risk her own life to uncover the secrets buried with Alice in the family plot. 

Un roman rempli de secrets de famille avec une atmosphère loure. Malgré quelques lenteurs qui peuvent parfois ponctuer le livre, les pages se tournent facilement, car l’envie de savoir ce qui est arrivé à Alice est plus forte, tout comme celle de découvrir le ou les secrets du frère de Marion et de son épouse. Pas un coup de coeur, mais une bonne lecture.

The Women of Château Lafayette – Stephanie Dray

A founding mother…
1774. Gently-bred noblewoman Adrienne Lafayette becomes her husband’s political partner in the fight for American independence. But when their idealism sparks revolution in France and the guillotine threatens everything she holds dear, Adrienne must choose to renounce the complicated man she loves, or risk her life for a legacy that will inspire generations to come.

A daring visionary…
1914. Glittering New York socialite Beatrice Astor Chanler is a force of nature, daunted by nothing–not her humble beginnings, her crumbling marriage, or the outbreak of war. But after witnessing the devastation in France and delivering war-relief over dangerous seas, Beatrice takes on the challenge of a lifetime: convincing America to fight for what’s right.

A reluctant resistor…
1940. French school-teacher and aspiring artist Marthe Simone has an orphan’s self-reliance and wants nothing to do with war. But as the realities of Nazi occupation transform her life in the isolated castle where she came of age, she makes a discovery that calls into question who she is, and more importantly, who she is willing to become. 

Lafayette revient à la mode après la sortie de la comédie musicale Hamilton. Stephanie Dray en fait l’élément central de son nouveau roman en explorant le destin de trois femmes durant la Révolution française, la Première et la Deuxième Guerre mondiale. Même si les époques sont totalement différentes pour ne pas être confondues, certaines sont plus intéressantes que d’autres. Néanmoins, cela reste un livre que j’ai abandonné.

Ceux que j’aimerais lire

Under the light of the Italian moon de Jennifer Anton ; Vera de Carol Edgarian ; The lost village de Camilla Sten ; The Rose Code de Kate Quinn ; The lost apothecary de Sarah Penner.

Avril

Livres lus

Sistersong – Lucy Holland

535 AD. In the ancient kingdom of Dumnonia, King Cador’s children inherit a fragmented land abandoned by the Romans.

Riva, scarred in a terrible fire, fears she will never heal.
Keyne battles to be seen as the king’s son, when born a daughter.
And Sinne, the spoiled youngest girl, yearns for romance.

All three fear a life of confinement within the walls of the hold – a last bastion of strength against the invading Saxons. But change comes on the day ash falls from the sky, bringing Myrddhin, meddler and magician, and Tristan, a warrior whose secrets will tear the siblings apart. Riva, Keyne and Sinne must take fate into their own hands, or risk being tangled in a story they could never have imagined; one of treachery, love and ultimately, murder. It’s a story that will shape the destiny of Britain.

Le résumé me faisait penser à une pièce de Shakespeare : trois soeurs aux destins différentes et dramatiques. J’ai adoré suivre l’histoire de ces soeurs, d’apprendre à les connaître, leurs secrets, leurs rêves et leurs espoirs. Elles sont différentes et je ne saurai dire laquelle a été ma préférée. Elles m’ont plu pour des raisons diverses. J’ai adoré à la fois le contexte historique (la Grande-Bretagne après la chute de l’Empire romain) et fantastique (la présence de magie et de Merlin). Le coup de coeur n’était pas loin, mais c’est un très bon roman que je ne regrette pas d’avoir découvert.

Ceux que j’aimerais lire

Ariadne de Jennifer Saint ; Near the bone de Christina Henry ; Ophelia de Norman Bacal ; The Mary Shelley Club de Goldy Moldavsky ; The last bookshop of London de Madeline Martin ; The Dictionnary of lost words de Pip Williams.

Mai

Ceux que j’aimerais lire

The Radio Operator d’Ulla Lenze ; Madam de Phoebe Wynne ; The lights of Prague de Nicole Jarvis.

Juin

Ceux que j’aimerais lire

The Wolf and the Woodsman d’Ava Reid ; Daughter of Sparta de Claire M. Andrews ; The nature of the witches de Rachel Griffin ; The Maidens d’Alex Michaelides ; For the Wolf d’Hannah F. Whitten.

Top 5 Wednesday #2 • Family Dynamics

Le thème de cette semaine m’inspire énormément. Le 15 mai a eu lieu la journée mondiale de la famille, d’où ce sujet pour ce mercredi. Il est pris dans un sens très large, car il est autant question des liens du sang que de la famille que l’on se crée. J’ai essayé, dans la mesure du possible, de piocher dans mes récentes lectures. La semaine dernière, sur le thème des « lieux communs », j’écrivais que j’aimais beaucoup les sagas familiales… Cet article est un peu la continuité de ce dernier.

Thème : Family dynamics

Among the leaving and the dead d’Inara Verzemnieks

Inara Verzemnieks was raised by her Latvian grandparents in Washington State, among expatriates who scattered smuggled Latvian sand over coffins, the children singing folk songs about a land none of them had visited. Her grandmother Livija’s stories vividly recreated the home she fled during the Second World War, when she was separated from her sister, Ausma, whom she wouldn’t see again for more than fifty years.

Journeying back to their remote village, Inara comes to know Ausma and her trauma as an exile to Siberia under Stalin, while reconstructing Livija’s survival through her years as a refugee. In uniting their stories, Inara honors both sisters in a haunting and luminous account of loss, survival, resilience, and love.

Cet ouvrage est un plus un essai autour de la famille, l’importance de cette dernière dans la construction d’un individu et de son histoire. L’auteur écrit à propos de sa grand-mère et de la soeur de cette dernière, de sa volonté de comprendre ses racines, leurs histoires. Il est dommage que parfois l’écriture poétique et lyrique de l’auteur prend trop le pas sur le sujet abordé, apportant des longueurs.

L’Assommoir d’Émile Zola

Qu’est-ce qui nous fascine dans la vie « simple et tranquille » de Gervaise Macquart ? Pourquoi le destin de cette petite blanchisseuse montée de Provence à Paris nous touche-t-il tant aujourd’hui encore? Que nous disent les exclus du quartier de la Goutte-d’Or version Second Empire? L’existence douloureuse de Gervaise est avant tout une passion où s’expriment une intense volonté de vivre, une générosité sans faille, un sens aigu de l’intimité comme de la fête. Et tant pis si, la fatalité aidant, divers « assommoirs » – un accident de travail, l’alcool, les « autres », la faim – ont finalement raison d’elle et des siens. Gervaise aura parcouru une glorieuse trajectoire dans sa déchéance même. Relisons L’Assommoir, cette « passion de Gervaise », cet étonnant chef-d’oeuvre, avec des yeux neufs.

Comment ne pas parler de dynamiques familiales sans évoquer Zola ? Sa série Les Rougon-Macquart rentre pleinement dans cette catégorique. Elle est en l’exemple même, car Zola étudie à travers une famille les prédispositions à l’alcoolisme, par exemple, ou à la folie… J’en suis au septième tome, L’Assommoir et jusqu’à présent, rares sont les tomes qui m’ont déçue.

After Alice fell de Kim Taylor Blackemore

New Hampshire, 1865. Marion Abbott is summoned to Brawders House asylum to collect the body of her sister, Alice. She’d been found dead after falling four stories from a steep-pitched roof. Officially: an accident. Confidentially: suicide. But Marion believes a third option: murder.

Returning to her family home to stay with her brother and his second wife, the recently widowed Marion is expected to quiet her feelings of guilt and grief—to let go of the dead and embrace the living. But that’s not easy in this house full of haunting memories.

Just when the search for the truth seems hopeless, a stranger approaches Marion with chilling words: I saw her fall.

Now Marion is more determined than ever to find out what happened that night at Brawders, and why. With no one she can trust, Marion may risk her own life to uncover the secrets buried with Alice in the family plot.

Sorti cette année, ce roman serait presque un huis clos au sein d’une famille. En effet, la mort de la plus jeune soeur, Alice, rend les relations tendues entre Marion et son frère et sa belle-soeur. Il n’y a pas que la mort de la plus jeune des soeurs qui empoisonne l’atmosphère, mais bien d’autres sombres secrets. C’est un roman que j’ai beaucoup aimé.

Quand Hitler s’empara du lapin rose de Judith Kerr

Imaginez que le climat se détériore dans votre pays, au point que certains citoyens soient menacés dans leur existence. Imaginez surtout que votre père se trouve être l’un de ces citoyens et qu’il soit obligé d’abandonner tout et de partir sur-le-champ, pour éviter la prison et même la mort. C’est l’histoire d’Anna dans l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler. Elle a neuf ans et ne s’occupe guère que de crayons de couleur, de visites au zoo avec son « oncle » Julius et de glissades dans la neige. Brutalement les choses changent. Son père disparaît sans prévenir. Puis, elle-même et le reste de sa famille s’expatrient pour le rejoindre à l’étranger. Départ de Berlin qui ressemble à une fuite. Alors commence la vie dure – mais non sans surprises – de réfugiés. D’abord la Suisse, près de Zurich. Puis Paris. Enfin Londres. Odyssée pleine de fatigues et d’angoisses mais aussi de pittoresque et d’imprévu – et toujours drôles – d’Anna et de son frère Max affrontant l’inconnu et contraints de vaincre toutes sortes de difficultés – dont la première et non la moindre: celle des langues étrangères! Ce récit autobiographique de Judith Kerr nous enchante par l’humour qui s’en dégage, et nous touche par cette particulière vibration de ton propre aux souvenirs de famille, quand il apparaît que la famille fut une de celles où l’on s’aime…

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ce roman et son adaptation cinématographique sur le blog. [lien] C’est une très belle histoire d’une famille qui reste unie malgré les épreuves et qui fait preuve d’une grande résilience. Il y a un beau message dans ce roman, où la famille, le fait de rester ensemble malgré les difficultés sont les choses les plus importantes.

Guerre & Paix de Léon Tolstoï

1805 à Moscou, en ces temps de paix fragile, les Bolkonsky, les Rostov et les Bézoukhov constituent les personnages principaux d’une chronique familiale. Une fresque sociale où l’aristocratie, de Moscou à Saint-Pétersbourg, entre grandeur et misérabilisme, se prend au jeu de l’ambition sociale, des mesquineries, des premiers émois.

1812, la guerre éclate et peu à peu les personnages imaginaires évoluent au sein même des événements historiques. Le conte social, dépassant les ressorts de l’intrigue psychologique, prend une dimension d’épopée historique et se change en récit d’une époque. La “Guerre” selon Tolstoï, c’est celle menée contre Napoléon par l’armée d’Alexandre, c’est la bataille d’Austerlitz, l’invasion de la Russie, l’incendie de Moscou, puis la retraite des armées napoléoniennes.

Entre les deux romans de sa fresque, le portrait d’une classe sociale et le récit historique, Tolstoï tend une passerelle, livrant une réflexion philosophique sur le décalage de la volonté humaine aliénée à l’inéluctable marche de l’Histoire ou lorsque le destin façonne les hommes malgré eux.

Un autre auteur spécialisé dans les chroniques familiales, Léon Tolstoï. Dans ce récit, il s’intéresse à plusieurs familles de l’aristocratie russe. Il montre les relations au sein d’une même famille et celles qu’elles entretiennent entre elles. C’est une très bonne lecture que je recommande. Mon avis est disponible sur le blog. [lien]

Top 5 Wednesday #1 • Favorite Tropes

J’inaugure un nouveau rendez-vous sur le blog avec le Top 5 Wednesday. Je ne pense pas forcément participer toutes les semaines, mais si le thème me plait et me parle, c’est avec plaisir que j’y réagirai. Les sujets sont annoncés chaque mois sur le groupe Goodreads.

Thème : Favorite Tropes

Avant de me lancer dans cet article, j’ai fait quelques recherches sur ce terme de tropes et sur ce qu’il pouvait signifiait en français. Le meilleur terme que j’ai trouvé est celui de lieux communs. À titre d’exemples, dans les romances, ce seraient les fausses relations amoureuses ou tout ce qui touche à la royauté, les mariages de convenance… Pour le fantastique, ce sont les thématiques d’un•e Élu•e, sauver le monde… Pour mes cinq « lieux communs » préférés, j’ai essayé de tirer un exemple parmi mes plus récentes lectures, ou, du moins, depuis le début d’année.

1. La quête

L’exemple le plus parlant est sans conteste la quête du Graal. Je pense aussi au Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. C’est un lieu commun que j’apprécie beaucoup. Dans mon esprit, il y a toujours le côté partir à l’aventure, aller vers l’inconnu, sortir de sa zone de confort… Le personnage principal va tirer des connaissances, des expériences de son voyage.

Un des derniers livres que j’ai pu lire et qui représente parfaitement cette idée de quête est le troisième tome de la série La Passe-Miroir, La mémoire de Babel. De manière général, la série raconte la quête d’Ophélie et Thorn pour découvrir l’identité de Dieu et l’arrêter.

Thorn a disparu depuis deux ans et demi et Ophélie désespère. Les indices trouvés dans le livre de Farouk et les informations livrées par Dieu mènent toutes à l’arche de Babel, dépositaire des archives mémorielles du monde. Ophélie décide de s’y rendre sous une fausse identité.

2. Une relique ou un artefact puissant•e

S’il est doublé d’une quête, c’est encore mieux ! Je pense que mon amour pour ce genre de lieux communs vient d’Indiana Jones, qui est présenté comme un chasseur de reliques et de trésor (même si, en réalité, il est plus un pilleur de tombes). Certaines d’entre elles ont des propriétés magiques. En littérature, il y a, à nouveau, la quête du Graal, ou les thrillers ésotériques, genres dont je raffole.

Et c’est justement un thriller ésotérique que je vais prendre en exemple avec une des mes toutes dernières lectures. Elle date du début du mois. Il s’agit du troisième tome de la dernière série d’Éric Giacometti et Jacques Ravenne, Soleil noir, La relique du chaos. Les reliques (très particulières pour le coup) ont un caractère mystique et magique.

Juillet 1942. Jamais l’issue du conflit n’a semblé aussi incertaine. Si l’Angleterre a écarté tout risque d’invasion, la Russie de Staline plie sous les coups de boutoir des armées d’Hitler. L’Europe est sur le point de basculer. À travers la quête des Swastikas, la guerre occulte se déchaîne pour tenter de faire pencher la balance. Celui qui s’emparera de l’objet sacré remportera la victoire. Tristan Marcas, agent double au passé obscur, part à la recherche du trésor des Romanov, qui cache, selon le dernier des tsars, l’ultime relique. À Berlin, Moscou et Londres, la course contre la montre est lancée, entraînant dans une spirale vertigineuse Erika, l’archéologue allemande et Laure, la jeune résistante française…

3. Un amour impossible

La faute à Roméo et Juliette de Shakespeare, qui est une de mes pièces préférées au monde. Je prend ce thème ou lieux commun dans un sens très large, car des raisons pour lesquelles un amour peut être impossible sont variées.

Un des derniers livres que j’ai lu et qui peut illustrer ce sujet est Follow me to ground de Sue Rainsford. Il s’agit d’une histoire d’amour entre une sorcière et un mortel qui est vu d’un mauvais oeil par les familles des deux protagonistes.

LIEN VERS L’ARTICLE

Ada and her father, touched by the power to heal illness, live on the edge of a village where they help sick locals—or “Cures”—by cracking open their damaged bodies or temporarily burying them in the reviving, dangerous Ground nearby. Ada, a being both more and less than human, is mostly uninterested in the Cures, until she meets a man named Samson. When they strike up an affair, to the displeasure of her father and Samson’s widowed, pregnant sister, Ada is torn between her old way of life and new possibilities with her lover—and eventually comes to a decision that will forever change Samson, the town, and the Ground itself.

4. Un conflit avec un dieu

C’est un lieu commun qui, pour le coup, brasse très large. Il me rappelle à la fois les récits bibliques, la mythologie grecque… Je pense aussi à des livres fantastiques ou de science-fiction, les réécritures autour des mythes et légendes.

Un livre que j’ai très récemment lu (et apprécié) et dans lequel l’intrigue a pour origine un conflit avec un dieu est Lore d’Alexandra Bracken. Le conflit est entre Zeus et les dieux, les anciens et les nouveaux dieux, les dieux avec les chasseurs… L’auteur s’inspire de la mythologie grecque.

Every seven years, the Agon begins. As punishment for a past rebellion, nine Greek gods are forced to walk the earth as mortals, hunted by the descendants of ancient bloodlines, all eager to kill a god and seize their divine power and immortality. Long ago, Lore Perseous fled that brutal world in the wake of her family’s sadistic murder by a rival line, turning her back on the hunt’s promises of eternal glory. For years she’s pushed away any thought of revenge against the man–now a god–responsible for their deaths.

Yet as the next hunt dawns over New York City, two participants seek out her help: Castor, a childhood friend of Lore believed long dead, and a gravely wounded Athena, among the last of the original gods.

The goddess offers an alliance against their mutual enemy and, at last, a way for Lore to leave the Agon behind forever. But Lore’s decision to bind her fate to Athena’s and rejoin the hunt will come at a deadly cost–and still may not be enough to stop the rise of a new god with the power to bring humanity to its knees.

5. Les sagas familiales

Je lis pas mal de sagas familiales, surtout par des auteurs russes. J’aime suivre le destin d’une famille sur une ou plusieurs générations. J’ai tellement d’exemples qui me viennent à l’esprit comme La saga moscovite de Vassily Axionov, Guerre & Paix de Léon Tolstoï (terminé en début d’année).

Cependant, si je dois prendre un exemple dans mes lectures très récentes, ce sont les Rougon-Macquart de Zola qui arrivent en premier. C’est aussi un des grands exemples de sagas familiales et celle-ci compte près de vingt tomes. Au début du mois, j’ai terminé le septième tome, L’Assommoir qui est un coup de coeur.

Qu’est-ce qui nous fascine dans la vie « simple et tranquille » de Gervaise Macquart ? Pourquoi le destin de cette petite blanchisseuse montée de Provence à Paris nous touche-t-il tant aujourd’hui encore ? Que nous disent les exclus du quartier de la Goutte-d’Or version Second Empire ? L’existence douloureuse de Gervaise est avant tout une passion où s’expriment une intense volonté de vivre, une générosité sans faille, un sens aigu de l’intimité comme de la fête. Et tant pis si, la fatalité aidant, divers «assommoirs» – un accident de travail, l’alcool, les «autres», la faim – ont finalement raison d’elle et des siens. Gervaise aura parcouru une glorieuse trajectoire dans sa déchéance même. Relisons L’Assommoir, cette «passion de Gervaise», cet étonnant chef-d’oeuvre, avec des yeux neufs.

Quels sont vos « lieux communs » préférés en littérature ? Quels en sont les meilleurs exemples ?

Judith Kerr • Quand Hitler s’empara du lapin rose (1971)

Quand Hitler s’empara du lapin rose • Judith Kerr • 1971 • Le Livre de Poche • 314 pages

Imaginez que le climat se détériore dans votre pays, au point que certains citoyens soient menacés dans leur existence. Imaginez surtout que votre père se trouve être l’un de ces citoyens et qu’il soit obligé d’abandonner tout et de partir sur-le-champ, pour éviter la prison et même la mort. C’est l’histoire d’Anna dans l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler. Elle a neuf ans et ne s’occupe guère que de crayons de couleur, de visites au zoo avec son « oncle » Julius et de glissades dans la neige. Brutalement les choses changent. Son père disparaît sans prévenir. Puis, elle-même et le reste de sa famille s’expatrient pour le rejoindre à l’étranger. Départ de Berlin qui ressemble à une fuite. Alors commence la vie dure – mais non sans surprises – de réfugiés. D’abord la Suisse, près de Zurich. Puis Paris. Enfin Londres. Odyssée pleine de fatigues et d’angoisses mais aussi de pittoresque et d’imprévu – et toujours drôles – d’Anna et de son frère Max affrontant l’inconnu et contraints de vaincre toutes sortes de difficultés – dont la première et non la moindre: celle des langues étrangères! Ce récit autobiographique de Judith Kerr nous enchante par l’humour qui s’en dégage, et nous touche par cette particulière vibration de ton propre aux souvenirs de famille, quand il apparaît que la famille fut une de celles où l’on s’aime…

J’ai ce roman dans ma liste d’envie depuis quelques années. Il a fallu que son adaptation soit disponible à la demande pour que je me décide enfin à l’acheter et à le lire. J’ai passé un très bon moment avec les deux.

Quand Hitler s’empara du lapin rose est un roman autobiographique. Judith Kerr s’est inspirée de sa propre histoire et celle de sa famille. Son frère et elle deviennent Max et Anna. Elle raconte son exil loin d’Allemagne, après les élections de 1933 qui ont vu l’arrivée des nazis au pouvoir. La famille a été contrainte de fuir, car le père, un intellectuel juif, a souvent pris position contre le national-socialisme. C’est une histoire prenante. Dès les premières pages ou minutes du film, j’ai pris à coeur le destin d’Anna. J’avais tout de même l’espoir que les siens puissent rentrer dans leur pays, même si, en tant qu’adulte et connaissant l’Histoire, je savais que c’était impossible. Finalement, la question a été de savoir où ils allaient définitivement s’installer et se reconstruire.

Il y a beaucoup d’émotions retranscrites et, en tant que lectrice, je suis passée par tellement de sentiments différents, en même temps que la famille Kemper : de la tristesse à la colère, de l’espoir au désespoir le plus total… J’ai été impressionnée par la résilience d’Anna et Max alors qu’ils sont si jeunes, ainsi que de leurs parents. Ils avancent, essaient constamment de se reconstruire. Ils tentent tant bien que mal de s’adapter à chaque fois à un nouveau pays, une nouvelle langue et de découvrir des coutumes différentes. C’est un aspect que j’ai énormément apprécié de ce roman. J’avoue que je n’ai pas pu m’empêcher de penser à mes grands-parents maternels, qui, dans un autre contexte, ont fui la guerre civile espagnole, puis la guerre d’Algérie.

C’est un roman que j’avais tout de même peur de ne pas apprécier à sa juste valeur par son côté très jeunesse. Le public visé est celui qui a l’âge d’Anna, c’est-à-dire une dizaine d’années. Le livre est écrit de son point de vue. Cependant, je l’ai vraiment apprécié par tous les aspects que j’ai évoqués auparavant : un récit d’exil, de résilience, de l’importance de la famille avec toutes les épreuves qu’elle doit traverser. Il y a aussi les différents personnages. La famille est attachante et il y a de très jolis passages. Comme le dit si bien Anna, tant qu’ils sont ensemble, tout va pour le mieux.

En 2019, Quand Hitler s’empara du lapin rose a fait l’objet d’une adaptation par un studio allemand avec Oliver Masucci dans le rôle du père. C’est un acteur que j’apprécie énormément. En France, il est notamment connu pour son rôle d’Ulrich dans la série Dark de Netflix. Je ne connaissais pas les autres acteurs. L’actrice qui joue Anna est très bien, mais elle ne crève pas l’écran non plus. Aucun d’eux d’ailleurs. Ils sont bons dans leurs rôles, mais je n’ai pas vu de performances exceptionnelles.

Cependant, cette adaptation est extrêmement fidèle. Je n’ai relevé que deux différences, sans qu’elles apportent de véritables chamboulements dans l’intrigue. Par exemple, par rapport au livre, il y a un personnage secondaire qui manque à l’appel, mais son absence ne m’a pas dérangé. Elle n’apportait pas grand chose à l’intrigue dans le livre. Le deuxième changement est lorsqu’ils sont à Paris. Ils reçoivent l’aide d’un membre de leur famille dans le livre, une tante si mes souvenirs sont bons, alors que dans le film, il s’agit d’un metteur en scène allemand dont le père d’Anna avait souvent fait la critique. En revanche, j’ai énormément aimé la musique qui accompagne parfaitement les émotions présentes.

Que ce soit pour le livre ou son adaptation cinématographique, je n’ai pas eu de gros coup de coeur. Ça se laisse lire ou regarder, mais je n’en garderai pas un souvenir impérissable. Ils s’arrêtent tous les deux alors que la famille arrive à Londres. Le livre a en effet un deuxième tome, Ici Londres. S’il croise ma route un jour, je le lirai avec plaisir, mais ce n’est pas ma priorité.