Moïra Rowley-Doyle • All the bad apples (2019)

All the bad apples • Moïra Rowley-Doyle • Kathy Dawson Books • Août 2019 • 320 pages

When Deena’s wild older sister Mandy goes missing, presumed dead, Deena refuses to believe it’s true. Especially when letters start arriving–letters from Mandy–which proclaim that their family’s blighted history is not just bad luck or bad decisions but a curse, handed down to women from generation to generation. Mandy’s gone to find the root of the curse before it’s too late for Deena. But is the curse even real? And is Mandy still alive? Deena’s desperate, cross-country search for her beloved sister–guided only by the notes that mysteriously appear at each destination, leading her to former Magdalene laundry sites and more–is a love letter to women and a heartbreaking cathartic journey.

•••

All the bad apples, publié à l’été 2019, est un véritable coup de coeur. Ce n’est pas seulement un livre avec une couverture magnifique, mais un roman à mettre entre toutes les mains. À travers la malédiction d’une famille, Moïra Rowley-Doyle évoque l’histoire de l’Irlande et ses plus sombres secrets. C’est un des rares pays dont je connais bien l’histoire, ayant eu l’occasion de pouvoir étudier son art et son histoire lors de mon séjour Erasmus. Cependant, je ne pensais pas que l’auteur allait sur ces sentiers, mais c’est aussi ce qui m’a le plus plu dans ce roman, l’ancrant également dans une actualité plus récente.

Le point de départ de l’intrigue est la malédiction familiale, autour des pommes. Elle est annoncée par les Banshees, créatures qui annoncent généralement une mort prochaine. Fowley-Doyle lie le mauvais sort avec la mythologie irlandaise… Un premier point positif. Pour ce faire, elle s’inscrit dans la mouvance du réalisme magique. Je ne connaissais pas du tout ce genre littéraire. Je l’ai découvert cette année avec la lecture de The World that we knew d’Alice Hoffmann. Le terme est d’abord issu du monde de l’art, et plus précisément de la peinture, pour désigner les tableaux présentant une réalité modifiée. Il a fini par qualifier la production littéraire des écrivains sud-Américains tels que Gabriel Garcia Marquez. Dans All the bad apples, les éléments magiques se manifestent non seulement par les Banshees, mais également par les fantômes. Leur présence est plus que nécessaire, car ils lancent la quête de la vérité, la recherche de l’identité familiale… Ils font vivre les voix des femmes irlandaises à travers le temps, pour lier le passé et le présent. Elles rappellent ce qu’elles ont vécu.

All the bad apples est un roman féministe et engagé. L’auteur explore de nombreuses thématiques dans l’Irlande du passé et du présent. Sur chaque sujet abord, il y a un espèce d’avant/après qui se met en place. Il permet de se rendre compte que, finalement, en plus d’un siècle, les choses ont parfois peu évolué. L’Irlande que j’ai connu n’avait pas encore accès à l’avortement (depuis, la loi a été votée). Ce thème est d’ailleurs l’un des principaux du roman. Il est évoqué à la fois dans le passé et dans le présent avec une scène qui m’a révolté au « planning familial » de Dublin, alors qu’un des personnages féminins cherche à avorter. La possibilité d’aller en Angleterre et les difficultés sont évoquées. J’ai trouvé cet aspect du roman absolument passionnant et criant de vérité. Le deuxième sujet important est les relations homosexuelles et bisexuelles, au fil du temps. De manière générale, l’auteur écrit sur la difficulté des femmes à faire entendre leurs voix, de prendre leurs décisions, surtout par rapport à leurs corps. Elles passent pour des folles ou des sorcières si elles dévient de ce que leurs pères ou maris, voire les autres hommes de la société, leur ordonnent. Il y a toute sortes d’abus qui sont évoqués et que les femmes subissent en silence. Certains sont suggérés à demi-mot, mais le lecteur comprend.

Le roman brosse le portrait de la société irlandaise avec l’importance de la religion catholique. Au fil des pages, cela se ressent bien. Un des points que j’ai apprécié autour de l’histoire de l’Irlande est la mention des blanchisseries Magdalene, tenues par des religieuses. C’est une histoire absolument révoltante sur laquelle il faut véritablement se renseigner. Au sein du roman, elle combine tous les éléments que j’ai évoqués précédemment : la religion bien ancrée dans la société et les moeurs, le silence imposé aux femmes, le fait qu’elles ne peuvent pas disposer de leurs corps…

Tous ces points s’emboîtent dans cette histoire de famille et la quête de Deena pour retrouver sa soeur Mandy et rompre ainsi la malédiction. Elle voyage dans différents endroits d’Irlande pour découvrir les secrets et les non-dits d’une famille et d’un pays. Certaines révélations se devinent bien avant les dernières pages, mais je n’ai pas boudé mon plaisir. Au final, ce n’est pas l’aspect essentiel du roman. J’ai tout de même apprécié les trois soeurs, si différentes et qui ont chacune leurs blessures. Elles sont terriblement attachantes, et, tout au long du roman, j’ai espéré qu’elles allaient retrouver leur sérénité, se retrouver entre soeur.

All the bad apples est un énorme coup de coeur dont je n’arrive à trouver aucun défaut. Tout est si parfait, maîtrisé. L’émotion est présente du début à la fin, avec une histoire qui prend aux tripes. Je n’ai jamais pu le mettre de côté et je le recommande chaudement, car il aborde des thèmes essentiels et importants.

•••

Pour aller plus loin, voici quelques suggestions de lectures, de films ou de séries sur des thèmes similaires ou proches.

  • Philomena (2013) de Stephen Frears avec Judi Dench : dans mon article, j’ai évoqué les blanchisseries Magdalene qui a été à l’origine d’un énorme scandale en Irlande. Ce film est inspiré d’une histoire vraie d’une femme ayant accouché dans un de ses établissements et à qui on a enlevé et fait adopter son enfant, sans son consentement. [Fiche Sériebox]

3 réflexions sur “Moïra Rowley-Doyle • All the bad apples (2019)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s