Fantastique

Mes 10 livres de 2018

En 2018, j’ai lu 122 livres, soit une dizaine de moins que pour 2017, mais j’ai dévoré de nombreux pavés, notamment de la littérature russe. En un an, cela représente 38.181 pages (merci Goodreads de tenir le compte).

En cliquant sur les titres, vous pouvez lire la chronique que j’ai publié sur le livre et avoir mon avis complet.

Quels sont les dix livres qui m’ont marqué durant 2018 et que je recommande les yeux fermés ?

1 – The Miniaturist de Jesse Burton

On a brisk autumn day in 1686, eighteen-year-old Nella Oortman arrives in Amsterdam to begin a new life as the wife of illustrious merchant trader Johannes Brandt. But her new home, while splendorous, is not welcoming. Johannes is kind yet distant, always locked in his study or at his warehouse office, leaving Nella alone with his sister, the sharp-tongued and forbidding Marin.

L’intrigue prend place durant l’âge d’or hollandais à Amsterdam. Elle est remplie de mystères, de secrets de famille et de non-dits qui en font un parfait page-tourner dans une ambiance lugubre des plus réussies.

2 – Lumikko de Pasi Ilmari Jääskeläienen

Au sein d’un petit village finlandais prospère une étrange société littéraire secrète composée de neuf écrivains réunis autour de la figure tutélaire de Laura Lumikko, auteur à succès d’une série de livres fantastiques pour la jeunesse. En pénétrant peu à peu dans l’intimité de cette société – grâce à un Jeu aux règles complexes permettant d’arracher la vérité aux membres de la société – Ella, une jeune professeur de finlandais aux ovaires déficients, découvre le sombre secret de leur inspiration. Pendant ce temps, Laura Lumikko disparaît, tandis qu’une étrange peste semble s’être abattue sur les livres de la bibliothèque : certains livres voient leur fin subtilement altérer…

Ce roman est peut-être l’un des ouvrages les plus bizarres que j’ai pu lire cette année. Dès les premières pages, je ne savais pas où l’auteur m’emmenait ou quel était son but… Je me suis laissée porter et j’ai adoré le fait que Jääskeläienen flirtait parfois avec le fantastique, brouillant très souvent les frontières avec la réalité. Encore une très belle atmosphère.

3 – Little Monsters de Kara Thomas

« Vous est-il déjà arrivé de vouloir quelque chose au point d’en mourir ?  » Quand elle emménage à Broken Falls, une nouvelle vie commence pour Kacey. Tout le monde ici est tellement gentil. Et elle se fait même des amies, Bailey et Jade, qui l’accueillent à bras ouverts. Mais, soudaine, ces dernières se montrent étrangement distantes. Et elles omettent de l’inviter à la plus grosse soirée de l’année. Kacey, décidée à confronter ses amies, n’en aura pourtant jamais l’occasion : après la fête Bailey disparaît sans laisser de traces. Broken Falls ne semble plus si chaleureuse. Surtout pour elle, la nouvelle. Kacey est sur le point d’apprendre deux choses très importantes : parfois, les apparences peuvent se révéler trompeuses. Et parfois, quand on est la nouvelle, il ne faut faire confiance à personne.

Mon premier Kara Thomas est sûrement pas mon dernier. L’auteur nous livre un des meilleurs thrillers psychologiques que j’ai pu lire cette année. L’intrigue est incroyablement menée et il faut se méfier des apparences. Elles sont souvent bien trompeuses.

4 – the princess saves herself in this one d’amanda lovelace

« Ah, life – the thing that happens to us while we’re off somewhere else blowing on dandelions & wishing ourselves into the pages of our favorite fairytales. » A poetry collection divided into four different parts : the princess, the damsel, the queen, & you. The princess, the damsel, & the queen piece together the life of the author in three stages, while you serves as a note to the reader & all of humankind. Explores lives & all of its love, loss, grief, healing, empowerment, & inspirations. 

Depuis Rupi Kaur et son premier recueil de poésie, je m’essaie de plus en plus à la poésie contemporaine. Durant l’année, j’ai découvert r.h. sin et amanda lovelace et je garde surtout cette dernière en mémoire. J’adore sa poésie féministe, bienveillante avec des thèmes qui me parlent.

5 – Nord et Sud d’Elizabeth Gaskell

C’est le choc de deux Angleterre que le roman nous invite à découvrir : le Sud, paisible, rural et conservateur, et le Nord, industriel, énergique et âpre. Entre les deux, la figure de l’héroïne, la jeune et belle Margaret Hale. Après un long séjour à Londres chez sa tante, elle regagne le presbytère familial dans un village du sud de l’Angleterre. Peu après son retour, son père renonce à l’Eglise et déracine sa famille pour s’installer dans une ville du Nord. Margaret va devoir s’adapter à une nouvelle vie en découvrant le monde industriel avec ses grèves, sa brutalité et sa cruauté. Sa conscience sociale s’éveille à travers les liens qu’elle tisse avec certains ouvriers des filatures locales, et les rapports difficiles qui l’opposent à leur patron, John Thornton.

Cela faisait des années que je souhaitais me lancer dans ce classique de la littérature anglaise. Chose faite ! J’ai apprécié chacune des pages, les personnages et la relation amoureuse qui se tisse doucement ainsi que la période historique.

6 – Bernie Gunther, Les ombres de Katyn de Philip Kerr

Mars 1943. Le Reich vient de perdre Stalingrad. Pour Joseph Gobbels, il faut absolument redonner le moral à l’armée allemande et porter un coup aux Alliés. Or, sur le territoire soviétique, près de la frontière biélorusse, à Smolensk, ville occupée par les Allemands, depuis 1941, la rumeur enfle. Des milliers de soldats polonais auraient été assassinés et enterrés dans les fosses communes. L’Armée rouge serait responsable de ce massacre. Goebbels, qui voit là l’occasion de discréditer les Russes et d’affaiblir les Alliés, décide l’ouverture d’une enquête. Le capitaine Bernie Gunther du Bureau des crimes de guerres, organisme réputé antinazi, est la personne idéale pour accomplir cette délicate mission.

2018 a été marqué par la perte de mon auteur préféré, Philip Kerr. J’ai lu plusieurs de ses ouvrages autour de son détective allemand cette année. Tous étaient très bons, mais Les ombres de Katyn m’a époustouflé. C’est un de ses meilleurs.

7 – The Romanovs de Simon Sebag-Montefiore

The Romanovs were the most successful dynasty of modern times, ruling a sixth of the world’s surface for three centuries. How did one family turn a war-ruined principality into the world’s greatest empire? And how did they lose it all? This is the intimate story of twenty tsars and tsarinas, some touched by genius, some by madness, but all inspired by holy autocracy and imperial ambition. Simon Sebag-Montefiore’s gripping chronicle reveals their secret world of unlimited rivalries, sexual decadence and wild extravagance, with a global cast of adventurers, courtesans, revolutionaries and poets, from Ivan the Terrible to Tolstoy and Pushkin, to Bismarck, Lincoln, Queen Victoria and Lenin.

En 2018, la Russie a été à l’honneur sur le blog à travers la lecture de nombreux classiques et des auteurs plus contemporains, des essais, des films… Cet ouvrage de Simon Sebag-Montefiore est un des meilleurs et des plus complets que j’ai pu lire sur les Romanov.

8 – La saga moscovite de Vassili Axionov

À travers les destinées des Gradov, grands médecins, grands militaires, et celles de petites gens qui les entourent, c’est toute la Russie qui respire… Comme elle peut, en l’une des périodes les plus dramatiques qu’elle ait connues : 1924-1953, dates du « règne » de Staline. Les Gradov sont des personnages bien romanesques, pris dans une vie quotidienne faite d’ambition, de dévouement, de contradictions, de passions, de rires. Les véritables sagas modernes sont, dans la littératures universelle, rarissimes. Celle-ci mérite bien son nom tant l’horizon qu’elle embrasse est vaste, tant sa phrase est exubérante et précise, tant ses personnages et leur fortune sont attachants. Telle est la magie d’un grand écrivain.

Lu sur les sages recommandations de V., les deux tomes de cette saga familiale m’ont passionné. Une fois commencé, elle est impossible à mettre de côté. J’ai toujours voulu savoir quel allait être le destin des membres du clan Gradov. Une fois la dernière page tournée, j’ai eu un énorme pincement au coeur de savoir qu’il n’y avait pas de troisième tome.

9 – Asking for it de Louise O’Neill

It’s the beginning of the summer in a small town in Ireland. Emma O’Donovan is eighteen years old, beautiful, happy, confident. One night, there’s a party. Everyone is there. All eyes are on Emma.

The next morning, she wakes on the front porch of her house. She can’t remember what happened, she doesn’t know how she got there. She doesn’t know why she’s in pain. But everyone else does.

Photographs taken at the party show, in explicit detail, what happened to Emma that night. But sometimes people don’t want to believe what is right in front of them, especially when the truth concerns the town’s heroes…

Le roman qui m’a le plus bouleversé et révolté cette année. Il est à mettre entre toutes les mains, car l’histoire est criante de vérité et encore et toujours d’actualité.

10 – Anna Karénine de Léon Tolstoï

La quête d’absolu s’accorde mal aux convenances hypocrites en vigueur dans la haute société pétersbourgeoise de cette fin du XIXe siècle. Anna Karénine en fera la douloureuse expérience. Elle qui ne sait ni mentir ni tricher – l’antithèse d’une Bovary – ne peut ressentir qu’un profond mépris pour ceux qui condamnent au nom de la morale sa passion adultère. Et en premier lieu son mari, l’incarnation parfaite du monde auquel il appartient, lui plus soucieux des apparences que véritablement peiné par la trahison d’Anna. Le drame de cette femme intelligente, sensible et séduisante n’est pas d’avoir succombé à la passion dévorante que lui inspire le comte Vronski, mais de lui avoir tout sacrifié, elle, sa vie de femme, sa vie de mère. Vronski, finalement lassé, retrouvera les plaisirs de la vie mondaine. Dans son insondable solitude, Anna, qui ne peut paraître à ses côtés, aura pour seule arme l’humiliante jalousie pour faire vivre les derniers souffles d’un amour en perdition. Mais sa quête est vaine, c’est une « femme perdue ».

Encore de la littérature russe pour terminer ce top 10 de mes meilleures lectures pour l’année 2018. Il n’est pas besoin de le présenter et j’ai enfin pris le temps de le relire. Il est toujours aussi exceptionnel et un régal à lire.

Publicités

SULLIVAN, Deirdre • Tangleweed & Brine (2017)

A collection of twelve dark, feminist retellings of traditional fairytales are given a witchy makeover, not for the faint-hearted, from one of Ireland’s leading writers for young people. You make candles from stubs of other candles. You like light in your room to read. Gillian wants thick warm yellow fabric, soft as butter. Lila prefers cold. All icy blues. Their dresses made to measure. No expense spared. And dancing slippers. One night’s wear and out the door like ash. You can’t even borrow their cast-offs. You wear a pair of boots got from a child. Of sturdy stuff, that keeps the water out and gets you around.

L’ouvrage retenu pour le club de lecture de novembre de la librairie anglaise de Montpellier a été Tangleweed & Brine de l’auteur irlandaise Deirdre Sullivan. Ce sont des réécritures de contes célèbres qui se déclinent sous la forme de petites nouvelles d’une quinzaine de pages, chacune étant illustrée par une pleine page de Karen Vaughan.

Comme bien souvent avec les recueils de nouvelles, j’ai eu quelques préférences pour l’une ou l’autre des histoires. Bien souvent, je retiens les réécritures des contes que j’ai toujours appréciés comme Le Petit Chaperon rouge, La Petite Sirène ou La Belle et la Bête. Ce sont des récits dont je me souviens encore parfaitement des rebondissements et des enjeux. Je les connais presque par coeur. D’autres n’ont que de vagues résonances comme Raiponce ou Peau d’âne. Cependant, cela ne veut pas dire qu’elles ont été moins appréciées. Bien au contraire, je les découvre. C’est aussi là que réside le talent de l’auteur. Elle propose une lecture inédite et originale de ces histoires qui ont marqué notre enfance.

Deirdre Sullivan prend un point de vue qui est très intéressant. Elle laisse la parole aux princesses des contes. Ces dernières sont loin d’être les gentilles héroïnes à la Disney. Elles nous montrent leur côté sombre qu’elles embrassent sans aucune honte. Elles ne font pas ce qu’elles attendent d’elles, préférant vivre leurs vies. Elles utilisent la magie pour se venger… Bref, ce sont autant de personnages qui s’éloignent de notre vision d’elles. J’ai adoré ces différents portraits de femmes et filles, pris sous un angle plus sombre, plus psychologique et plus féministe.

Et c’est d’autant plus un plaisir à lire que chacune des réécritures sont parrainent écrites. Chacune d’entre elles est un petit bijou. Le style d’écriture du conte est présent et empreint de poésie. C’est de la belle prose anglaise et les illustrations de Karen Vaughan renforce la magie des nouvelles proposées par l’auteur. Elles sont magnifiques et collent parfaitement à l’ambiance très noire et torturée, tout en célébrant la beauté de la femme.

Tangleweed & Brine est une belle surprise et j’en garde définitivement un bon souvenir dans la mesure où il change de ce que j’ai pu lire jusqu’à maintenant dans ce genre littéraire. C’est encore un roman catégorisé « young adult » qui pourrait se retrouver dans toutes les mains.

Mes trois lectures d’Halloween

Cette période de l’année rime avec Halloween et, pour l’occasion, j’aime toujours me plonger dans quelques lectures frissonnantes. J’ai choisi trois lectures abordant des thèmes différents. Malheureusement, 2018 n’a pas été une très bonne année avec cette sélection.

Asylum de Madeleine Roux

For sixteen-year-old Dan Crawford, New Hampshire College Prep is more than a summer program—it’s a lifeline. An outcast at his high school, Dan is excited to finally make some friends in his last summer before college. But when he arrives at the program, Dan learns that his dorm for the summer used to be a sanatorium, more commonly known as an asylum. And not just any asylum—a last resort for the criminally insane.

As Dan and his new friends, Abby and Jordan, explore the hidden recesses of their creepy summer home, they soon discover it’s no coincidence that the three of them ended up here. Because the asylum holds the key to a terrifying past. And there are some secrets that refuse to stay buried.

Le premier ouvrage de ma sélection. Pour ma part, les asiles sont des lieux d’horreur et d’épouvante par excellence, détestant tout, absolument tout ce qui touche au monde du médical. Ils sont même à la première place. À vrai dire, c’est plutôt à cause de ma peur panique de ce milieu que ce roman de Madeleine Roux m’a fait peur… Et encore ! Il est loin de m’avoir donné des cauchemars ou m’empêcher de le lire une fois la nuit venue. De ce point de vue, qui est juste primordial à mes yeux, l’effet est un peu raté.

Cependant, ce livre n’est pas non plus une totale déception. Tout au long de ma lecture, j’ai toujours eu envie d’en savoir plus, d’apprendre ce qui allait arriver aux différents personnages et pourquoi ils semblaient lier à cet endroit. Il y a quelques petites interrogations intéressantes et dont j’ai eu envie de connaître les réponses. La fin m’a tout de même fait dire « tout ça, pour ça…« . Le roman se termine de manière satisfaisante, tous les mystères trouvant leurs résolutions, je ne compte pas lire la suite.

The Call de Peadar O Guilin

Imagine a world where you might disappear any minute, only to find yourself alone in a grey sickly land, with more horrors in it than you would ever wish to know about. And then you hear a horn and you know that whoever lives in this hell has got your scent and the hunt has already begun.

Could you survive the Call?

De ma pré-sélection, c’est le roman que j’étais le plus impatiente de découvrir. Il a fait l’objet d’un club de lecture au Trinity College, le seul que j’ai manqué. Ce premier tome avait réellement tout pour me plaire : l’action se déroulant en Irlande, l’utilisation du folklore et de la mythologie irlandaise et une idée de départ très originale.

Très vite, le drame ! Malgré un univers amplement développé et très bien expliqué, l’auteur prenant son temps pour disposer les différents éléments de l’intrigue, le tout manque presque d’un peu de dynamisme et je me suis profondément ennuyée. Certains aspects sont plaisants : savoir ce qui se passe durant l’Appel de quelques personnages. Toutefois, ils sont secondaires voire tertiaires dans l’intrigue et le lecteur peut parfois s’y perdre. Pour ma part, je me suis posée la question si l’auteur n’en a pas oublié Nessa, son personnage principale. J’ai eu le sentiment d’attendre trop longtemps pour que ça soit son tour que je me suis lassée de voir les autres encore et encore. Petit à petit, j’ai perdu tout intérêt pour ce roman au point de l’abandonner.

Harmony House de Nic Sheff

Jen Noonan’s father thinks a move to Harmony House is the key to salvation, but to everyone who has lived there before, it is a portal to pure horror.

After Jen’s alcoholic mother’s death, her father cracked. He dragged Jen to this dilapidated old manor on the shore of New Jersey to “start their new lives”—but Harmony House is more than just a creepy old estate. It’s got a chilling past—and the more Jen discovers its secrets, the more the house awakens. Strange visions follow Jen wherever she goes, and her father’s already-fragile sanity disintegrates before her eyes. As the forces in the house join together to terrorize Jen, she must find a way to escape the past she didn’t know was haunting her—and the mysterious and terrible power she didn’t realize she had.

Changement de thématiques avec cette fois-ci une maison hantée. Le roman m’a attiré par sa couverture et son résumé. Je me suis dit qu’il serait parfait pour frissonner lors de la période d’Halloween. Le prologue et le premier chapitre ont été une bonne surprise et m’ont laissé comme un bon présage pour la suite. Malheureusement, le livre ne s’est pas totalement révélé à la hauteur de mes espérances.

Ce prologue n’a pas grand chose à voir avec le reste de l’intrigue. C’est une récurrence tout au fil du roman. L’auteur introduit souvent des nouveaux éléments dans son histoire qu’il exploite et qu’il évacue tout aussi vite. Ce prologue n’est qu’un exemple parmi d’autres. L’impression qui s’en dégage est brouillonne et inachevée. Pourquoi amener des aspects nouveaux dans l’histoire si ce n’est pas pour les utiliser ? À cela s’ajoutent des révélations et des événements qui arrivent comme un cheveu sur la soupe. Ils s’enchaînent parfois très mal et il y a de nombreux passages que j’ai dû relire. Il y a pourtant du potentiel avec des moments où la tension et le super naturel forment un bon mélange, plutôt bien dosé. Cependant, tout s’enchaîne trop vite. Je suis vraiment très déçue par ce roman.

GALINA, Maria • L’Organisation (2009)

URSS, 1979, à la veille des Jeux Olympiques. En cette période de stagnation, la vie est rude : pénurie de biens, queues interminables et suspicion partout. Rosa, 17 ans, accepte à contrecoeur un emploi au service sanitaire du port, bureau SSE/2. Ce qu’elle est censée y faire n’est pas évident, et ce ne sont pas ses collègues revêches qui vont l’aider à y voir plus clair. Peu importe, entre deux rapports à saisir, Rosa s’évade sur les traces d’Angélique, marquise des anges… Il y a bien Vassili, le « spécialiste » du SSE/2, mais ce qu’il raconte n’a aucun sens : que sont ces parasites de deuxième catégorie qu’il traque ? Quel lien avec les cadavres atrocement mutilés découverts par la police ? Et quelle est cette ombre qui la suit dans la nuit ? En découvrant le véritable rôle du SSE/2, Rosa va vivre une aventure qui surpasse de loin celles de son héroïne préférée…

En attendant le lancement officiel du mois russe en décembre prochain, je tâte un peu le terrain en avance. Notamment pour savoir vers quels auteurs me diriger. Maria Galina est une auteur russe contemporaine dont je n’ai jamais entendu parler jusqu’à présent. Je me suis perdue dans les méandres de son Organisation grâce à sa couverture colorée et à son résumé qui rappelle un peu Ghostbuster et les chasses aux fantômes. Un bon programme en perspective !

En refermant ce livre, je suis un peu déboussolée. Clairement, ce roman ne m’a pas laissé indifférente, mais de là à dire que j’ai adoré, ce serait peut-être exagéré. J’ai eu tout au long de l’intrigue une relation d’amour/haine avec ce livre. Des éléments qui ont pu me plaire pendant quelques pages pouvaient m’énerver après. Ça a été surtout le cas des personnages qui passent d’intéressants à agaçants, puis j’ai eu envie d’en savoir plus sur eux. Ils sont parfois attachants et bien souvent, je me suis retrouvée prise entre deux positions contradictoires.

Je peux aussi ramener ça à l’intrigue. J’ai pu avaler des pages entières en le trouvant absolument génial et voulant toujours en connaître davantage. À d’autres moments, j’ai été à deux doigts d’abandonner ma lecture. Je n’ai jamais eu de demi-mesure avec ce roman.

Il m’a aussi fait connaître quelques frustrations. Maria Galina a l’art de passer du coq à l’âne sans prévenir. J’ai été souvent prise au dépourvu, me demandant si je n’avais pas raté quelques pages. J’ai relu un certain nombre de paragraphes pour voir quelle était la suite logique. Il n’y en a pas ou pas toujours. C’est un style parfois déroutant. Deuxième frustration également avec la fin du roman, où j’ai eu le sentiment que beaucoup choses sont restées en suspend.

Cependant, il y a quelque chose dans ce roman que je ne saurai décrire et qui a su me charmer, faisant pencher la balance vers le positif. Est-ce l’univers ? Il est original et, en quelques mots, l’auteur arrive parfaitement à créer un monde avec une organisation, des objectifs à atteindre… Il y a aussi un réalisme social qui m’a plu. Le contexte historique et social est passionnant et il s’en ressent dans chacune des pages : l’atmosphère un peu lugubre, le moral au plus bas, les magasins quasiment vides… Ce sont autant de petit plus qui, au final, font que je garde tout de même une bonne impression de ce roman.

Pour une première immersion dans la littérature russe contemporaine, je ne suis pas déçue. Maria Galina a su me transporter dans son monde et me faire vivre aux côtés de son Organisation. Il s’agit malheureusement de l’unique roman traduit en français de l’auteur.

GENSLER, Sonia • The Dark Between (2013)

At the turn of the twentieth century, Spiritualism and séances are all the rage—even in the scholarly town of Cambridge, England. While mediums dupe the grief-stricken, a group of local fringe scientists seeks to bridge the gap to the spirit world by investigating the dark corners of the human mind. Each running from a shadowed past, Kate, Asher, and Elsie take refuge within the walls of Summerfield College. But their peace is soon shattered by the discovery of a dead body nearby. Is this the work of a flesh-and-blood villain, or is something otherworldly at play? This unlikely trio must illuminate what the scientists have not, and open a window to secrets taken to the grave—or risk joining the spirit world themselves.

Aujourd’hui, la période victorienne est à l’honneur pour le mois anglais. À cette occasion, je vous présente ma dernière lecture, The dark between de Sonia Gensler. L’intrigue se situe à la toute fin de cette période historique fascinante qui continue d’inspirer les auteurs. Gensler s’intéresse au spiritisme qui a rencontré un franc succès sous le règle de Victoria. Si je me fiais à la couverture et au résumé, son roman avait tout pour me plaire : une touche de surnaturel, une ambiance qui rappelle les romans gothiques et creepy à souhait, des mystères…

L’histoire démarre plutôt bien. Elle s’ouvre sur une séance de spiritisme qui ne se déroule pas comme prévue. Le ton est donné et cette première scène est pleine de promesses pour la suite. Malheureusement, tout s’est rapidement effondré dès la fin du premier chapitre. Je n’ai pas retrouvé le frisson de ce petit passage, ni même l’ambiance. La suite se révèle décevante. Elle est plate. L’auteur met en place une trace de mystères pour chacun des personnages. Quel est l’objet de la dispute entre Asher et son père ? Est-ce qu’Elsie a des pouvoirs ? Comment est mort le père de Kate ? Pourtant, il a manqué l’étincelle, car, à aucun miment, j’ai eu envie d’en savoir plus. Il manque un petit « je-ne-sais-quoi » pour créer l’envie et l’attente. J’ai abandonné ma lecture aux alentours d’une centaine de pages, car l’histoire est devenue longue et peu intéressante.

La succession des points de vue entre les trois personnages n’arrange pas le rythme du roman. J’ai apprécié Elsie. Du trio, elle est la plus intéressante, mais elle n’est pas le personnage principal. C’est dommage, car elle est la seule qui a une trame qui m’a plu. Quant à Asher et Kate, ils sont presque fades en comparaison. Je ne me suis pas du tout attachée à eux. C’est une autre raison de mon abandon. Ils n’ont pas apporté le petit plus que j’espérais pour ne pas abandonner ma lecture.

Je n’ai pas retrouvé l’ambiance des premières pages, malgré les secrets et les meurtres. Ce n’est plus aussi sombre et pesant. Je suis déçue par cet aspect du roman, sur lequel j’ai placé tout de même beaucoup placé beaucoup d’espoir. La présence du surnaturel est presque négligeable. J’ai été en attente de voir apparaître quelques fantômes ou esprits. J’en ai eu quasiment aucun et je me suis lassée à force.

The dark between est une déception. J’ai placé quelques espérances dans ce roman. En définitif, je suis passée totalement à côté de l’histoire, des personnages alors qu’il y a de quoi faire une bonne intrigue.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Dark, Saison 1

Un enfant disparu lance quatre familles dans une quête éperdue pour trouver des réponses. La chasse au coupable fait émerger les péchés et les secrets d’une petite ville.

Avec : Louis Hofmann ; Oliver Masucci ; Jördis Triebel…

Netflix nous gâte en cette fin d’année en nous proposant une nouvelle série dont le trailer m’avait déjà happé dans cette petite ville de Winden, en Allemagne. Dark m’a passionné d’un bout à l’autre et il s’agit d’une des rares séries allemandes sur la plateforme, d’où ma curiosité. J’ai toujours apprécié ce qu’ils pouvaient proposer, dès lors que j’arrive à en trouver, car je suis friande de leurs comédies romantiques, notamment celles de Matthias Schweighöfer et Till Schweiger.

Malgré mon intérêt pour le cinéma allemand, le seul acteur que je connaissais était Oliver Masucci qui a joué Adolf Hitler dans le frappant et glaçant Il est de retour (David Wnendt, 2015). Il a un vrai potentiel dramatique dans Dark, devenant un des personnages que j’ai préféré alors que ce n’est pas celui qui a le plus de secrets, du moins dans cette première saison. Mais, je l’ai trouvé juste dans son jeu, dans sa douleur et dans sa quête… C’était un plaisir de le retrouver à chaque fois pour suivre sa progression.

Toutefois, il n’est pas le seul à retenir dans cette série. Quelques acteurs m’ont quelque peu laissé de marbre. Leurs interprétations n’étaient pas mauvaises mais ils sont peut-être moins intéressants ou marquants que d’autres. C’est le cas, par exemple, de Martha ou Katharina, la fille et la femme d’Ulrich Nielsen (Oliver Masucci). Elles sont un peu fades par rapport à d’autres. Louis Hofmann, jeune acteur allemand qui joue Jonas Kahnwald, le héros de Dark, efface relativement les autres acteurs de son âge. Il a un réel talent et j’ai pensé que son interprétation était parfaite d’un bout à l’autre. Il incarnait totalement son personnage. Il est, à mon humble avis, la révélation de cette nouvelle série signée Netflix.

Ce qui est intéressant dans Dark, outre l’histoire, c’est justement ces quatre familles que nous suivons à travers le temps et surtout trois époques : 1953, 1986 et 2019. Au départ, honnêtement, j’étais un peu perdue pour savoir qui était qui à travers le temps, leurs relations familiales, les amitiés… Cependant, une fois tous les liens et les personnages fixés dans mon esprit, ce fut un régal de voir leur évolution, que les secrets et les mystères sont là depuis le début… Et encore, je suis sûre que les scénaristes n’ont fait qu’effleurer la surface dans les dix épisodes qui constituent cette première saison. Hannah, par exemple, était un peu l’archétype de ce que je viens de dire. C’était un personnage que j’appréciais au début mais qui, petit à petit, révèle son vrai visage. J’ai adoré cette palette de personnages très différents avec de vrais caractères, très humains. J’ai envie de les retrouver au plus vite pour connaître davantage leurs secrets. Certains ont déjà été touchés du doigt.

C’est une constante dans Dark. L’intrigue est construite de manière à ce que le spectateur soit toujours en demande de plus. Tout était bien dosé entre l’avancement de l’intrigue, les révélations sur les personnages, les sauts dans le temps, les explications sur ce qu’il se passe à Winden. Rares sont les séries qui m’ont autant tenu en haleine. J’ai enchaîné tous les épisodes à un rythme effréné. Il y avait tout le temps un élément qui faisait que je continuais. Dark a un effet absolument fascinant et, une fois commencé, il fut impossible d’arrêter.

Souvent, je bâtissais des théories, parfois un peu folles sur qui était qui, les relations et les secrets. Je pensais quelques fois que c’était un peu fou et, à d’autres, j’avais raison… De manière assez improbable car je suis généralement pas très douée pour les devinettes et énigmes en tout genre. Les hypothèses peuvent être loufoques mais certaines se révèlent vraies. Cependant, elles gardent tout de même une cohérence d’un point de vue narratif. Je garde aussi à l’esprit qu’à la fin de cette première saison, une petite partie des choses ont été révélées. J’en sais un peu plus sur les comment du voyage dans le temps mais pas encore réellement pourquoi. Je veux des réponses à bien des interrogations qui sont encore en suspend : pourquoi Jonas ? Qu’est-ce qui va arriver à Ulrich ? Qui a encore des secrets ? Qu’est-ce que cache Noah et quel est son rôle ? La toute dernière scène ouvre également de nouvelles possibilités pour la suite. Ces dernières minutes m’ont totalement abasourdie, c’était inattendu mais ce fut totalement à l’image de la série.

J’espère vraiment une deuxième saison. Netflix arrête parfois des séries. Ils en proposent trop et font le tri en fonction des réactions du public. Dark est une série prometteuse, tant du point de vue de l’intrigue que des personnages et de l’esthétique. J’ai beaucoup l’ambiance avec un étalonnage de couleurs froides. J’ai vraiment vu un effort pour donner un visuel plutôt bien travaillé, qui est en accord avec l’histoire, les mystères et les secrets des habitants… Il y a une véritable corrélation entre le fond et la forme. Que dire de la musique ! Elle était incroyable, chaque épisode était une pépite pour les oreilles. J’ai pu retrouver du Fever Ray, par exemple.

Pour autant, la série n’est pas totalement parfaite et elle présente quelques incohérences. Une m’a particulièrement sauté aux yeux… Pourquoi les personnages du passé qui croisent des personnages du futur ne se souviennent absolument pas d’eux ? Je m’explique ! Jonas, pour citer un exemple, a effectué un retour en arrière où il a croisé sa mère quand elle n’était encore qu’une enfant. Quand il revient, cette dernière n’en a gardé aucun souvenir. Je trouvais cela bizarre et un peu perturbant dans la mesure où aucune explication n’est donné. C’est vraiment cet aspect qui m’a le plus dérangé en regardant la série, tout en ne m’empêchant pas d’adorer chaque seconde et d’avoir dévoré la série d’un bout à l’autre en deux-trois jours !

Cette série allemande fut, pour ma part, une des révélations de 2017. Il y avait bien longtemps qu’une série ne m’avait pas autant rendu accro. J’étais dans un état proche de la fascination. Il m’en fallait toujours plus et, même des jours après l’avoir terminé, je ne cessais de me torturer l’esprit pour trouver des solutions, des explications plus ou moins logiques à certains problèmes. J’attends la deuxième saison de pieds fermes, même si je sens que je vais devoir prendre mon mal en patience, car Netflix n’est pas toujours pressé de sortir les saisons de nos séries préférées, en témoigne la troisième saison de Daredevil que j’espère depuis un petit moment maintenant.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

1922 (2017)

Une série de phénomènes persuadent un homme qu’il est hanté par son épouse dont il a commis le meurtre.

Durée : 1 heures 41 minutes

Un film de : Zak Hilditch

Avec : Thomas Jane ; Molly Parker ; Dylan Schmid ; Neal McDonough…

 

 

Même si le succès de Stephen King, dans les librairies ou par le biais des différentes adaptations cinématographiques et télévisées, est toujours au rendez-vous et ce, depuis près de quarante ans, 2017 semble être l’année de l’écrivain. Il y a eu pas moins de trois films tirés de son oeuvre dont le très attendu remake de Ca. Impossible d’échapper au phénomène Stephen King ! Pour ma part, c’est un auteur que je n’ai jamais lu, mais qui commence sérieusement à piquer ma curiosité.

L’histoire est relativement classique et n’est pas sans me rappeler les contes terrifiants d’Edgar Allan Poe. Cependant, 1922 reste une très bonne surprise pour plusieurs raisons. La première tient au fait que, visuellement, les plans sont très léchés. Ils permettent de mieux se plonger dans l’ambiance, tout en jouant sur l’idée d’absence et de présence des personnages, intérieur et extérieur. Ces couples renforcent ainsi le quasi huis-clos qui se déroule devant les yeux du spectateur ainsi que l’ambiance pesante.

De plus, après avoir vu le film, il devient plutôt clair que l’équipe du film a beaucoup misé sur le développement des personnages et sur l’ambiance globale. Tout au long, j’ai été plongée dans un intérieur oppressant et lourd, avec une violence parfois seulement silencieuse mais omniprésente. La musique joue aussi un rôle prépondérant dans cette adaptation. Elle est parfaitement calibrée pour le film avec des sons grinçants qui donnent la chair de poule et elle participe activement à l’attente psychologique, à la dégradation de l’esprit de Wilfred James, à la noirceur de ses pensées… Dans la première partie du film, j’avais ainsi le sentiment que quelque chose allait se passer et il faut attendre un peu avant que l’histoire ne bascule complètement, amenant quelques lenteurs à l’intrigue.

Dans la deuxième partie, les choses changent un peu. L’irréparable a été commis et 1922 devient intéressant à partir de ce moment. Le spectateur se demande si les événements peuvent aller encore plus dans l’horreur, dans l’insoutenable folie qui s’empare de cette maison. J’ai trouvé l’ambiance encore plus malsaine et les acteurs ont fait un travail fantastique. Je ne connaissais aucune des premiers rôles. Pourtant, le père et le fils étaient absolument parfaits et notamment Thomas Jane dans le rôle du fermier taciturne et proche de sa terre, Wilfred James. Il a beaucoup de charisme et cela rend d’autant plus plausible sa manipulation pernicieuse sur son fils. Ce dernier n’est pas en reste non plus. Ils forment tous les deux un très bon duo qui fonctionne très bien à l’écran, avec une réelle présence. Ils jouent énormément sur les regards, les tensions dans le langage corporel. Il y a peu de dialogues mais les acteurs les rendent superflus.

Au final, 1922 est un film avec une intrigue classique, presque un peu convenue. Cependant, il dispose d’arguments de choix en ce qui concernent l’atmosphère générale de l’adaptation et pour l’interprétation des personnages. Je m’attendais à un pur film d’horreur. En tout cas, la bande-annonce allait dans ce sens, mais il s’agit clairement d’un très bon thriller psychologique avec une maîtrise de la tension. Il y a quelques scènes qui peuvent heurter la sensibilité mais ce n’est pas l’objectif principal de l’adaptation qui est vraiment la psychologie des personnages, les relations familiales, la lente folie qui s’empare d’eux… Pour mon plus grand plaisir, d’ailleurs, car les films d’horreur ne sont pas ma tasse de thé. Par ailleurs, j’ai beaucoup aimé le rythme lent et contemplatif donné qui apporte une cohérence avec l’histoire, la musique…

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer