Sorties VO • Décembre 2020

The Last Resort Susi Holliday • 1 décembre • Thomas & Mercer • 300 pages

When Amelia is invited to an all-expenses-paid retreat on a private island, the mysterious offer is too good to refuse. Along with six other strangers, she’s told they’re here to test a brand-new product for Timeo Technologies. But the guests’ excitement soon turns to terror when the real reason for their summons becomes clear.

Each guest has a guilty secret. And when they’re all forced to wear a memory-tracking device that reveals their dark and shameful deeds to their fellow guests, there’s no hiding from the past. This is no luxury retreat—it’s a trap they can’t get out of.

As the clock counts down to the lavish end-of-day party they’ve been promised, injuries and in-fighting split the group. But with no escape from the island—or the other guests’ most shocking secrets—Amelia begins to suspect that her only hope for survival is to be the last one standing. Can she confront her own dark past to uncover the truth—before it’s too late to get out?

Marion Lane and the Midnight Murder • T.A. Willberg • 29 décembre • Park Row • 336 pages

Marion Lane and the Midnight Murder plunges readers into the heart of London, to the secret tunnels that exist far beneath the city streets. There, a mysterious group of detectives recruited for Miss Brickett’s Investigations & Inquiries use their cunning and gadgets to solve crimes that have stumped Scotland Yard.

Late one night in April 1958, a filing assistant for Miss Brickett’s named Michelle White receives a letter warning her that a heinous act is about to occur. She goes to investigate but finds the room empty. At the stroke of midnight, she is murdered by a killer she can’t see—her death the only sign she wasn’t alone. It becomes chillingly clear that the person responsible must also work for Miss Brickett’s, making everyone a suspect.

Almost unwillingly, Marion Lane, a first-year Inquirer-in-training, finds herself being drawn ever deeper into the investigation. When her friend and mentor is framed for the crime, to clear his name she must sort through the hidden alliances at Miss Brickett’s and secrets dating back to WWII. Masterful, clever and deliciously suspenseful, Marion Lane and the Midnight Murder is a fresh take on the Agatha Christie—style locked-room mystery with an exciting new heroine detective at the helm. 

The Cousins • Karen McManus • 1 décembre • Delacorte Press • 336 pages

Milly, Aubrey, and Jonah Story are cousins, but they barely know each another, and they’ve never even met their grandmother. Rich and reclusive, she disinherited their parents before they were born. So when they each receive a letter inviting them to work at her island resort for the summer, they’re surprised . . . and curious.

Their parents are all clear on one point–not going is not an option. This could be the opportunity to get back into Grandmother’s good graces. But when the cousins arrive on the island, it’s immediately clear that she has different plans for them. And the longer they stay, the more they realize how mysterious–and dark–their family’s past is.

The entire Story family has secrets. Whatever pulled them apart years ago isn’t over–and this summer, the cousins will learn everything.

The Chanel Sisters • Judithe Little • 29 décembre • Graydon House • 400 pages

Antoinette and Gabrielle “Coco” Chanel know they’re destined for something better. Abandoned by their family years before, they’ve grown up under the guidance of pious nuns preparing them for simple lives as the wives of tradesmen or shopkeepers. At night, their secret stash of romantic novels and magazine cutouts beneath the floorboards are all they have to keep their dreams of the future alive.

The walls of the convent can’t shield them forever, and when they’re finally of age, the Chanel sisters set out together with a fierce determination to prove themselves worthy to a society that has never accepted them. Their journey propels them out of poverty and to the stylish cafés of Moulins, the dazzling performance halls of Vichy—and to a small hat shop on the rue Cambon in Paris, where a business takes hold and expands to the glamorous French resort towns. But when World War I breaks out, their lives are irrevocably changed, and the sisters must gather the courage to fashion their own places in the world, even if apart from each other.

The Mystery of Mrs. Christie • Marie Benedict • 29 décembre • Sourcebooks Landmarks • 288 pages

In December 1926, Agatha Christie goes missing. Investigators find her empty car on the edge of a deep, gloomy pond, the only clues some tire tracks nearby and a fur coat left in the car—strange for a frigid night. Her husband and daughter have no knowledge of her whereabouts, and England unleashes an unprecedented manhunt to find the up-and-coming mystery author. Eleven days later, she reappears, just as mysteriously as she disappeared, claiming amnesia and providing no explanations for her time away. 

The puzzle of those missing eleven days has persisted. With her trademark exploration into the shadows of history, acclaimed author Marie Benedict brings us into the world of Agatha Christie, imagining why such a brilliant woman would find herself at the center of such a murky story. 

The Berlin Girl • Mandy Robotham • 8 décembre • Avon • 400 pages

Berlin, 1938: It’s the height of summer, and Germany is on the brink of war. When fledgling reporter Georgie Young is posted to Berlin, alongside fellow Londoner Max Spender, she knows they are entering the eye of the storm.

Arriving to a city swathed in red flags and crawling with Nazis, Georgie feels helpless, witnessing innocent people being torn from their homes. As tensions rise, she realises she and Max have to act – even if it means putting their lives on the line.

But when she digs deeper, Georgie begins to uncover the unspeakable truth about Hitler’s Germany – and the pair are pulled into a world darker than she could ever have imagined…

The Berlin Shadow: Living with the Ghosts of the Kindertransport • Jonathan Lichtenstein •15 décembre • Brown Spark • 320 pages

In 1939, Jonathan Lichtenstein’s father Hans escaped Nazi-occupied Berlin as a child refugee on the Kindertransport. Almost every member of his family died after Kristallnacht, and, upon arriving in England to make his way in the world alone, Hans turned his back on his German Jewish culture.

Growing up in post-war rural Wales where the conflict was never spoken of, Jonathan and his siblings were at a loss to understand their father’s relentless drive and sometimes eccentric behavior. As Hans enters old age, he and Jonathan set out to retrace his journey back to Berlin.

Mandy Robotham • The Secret Messenger (2019)

The Secret Messenger • Mandy Robotham • Décembre 2019 • Avon • 400 pages

Venice, 1943
The world is at war, and Stella Jilani is leading a double life. By day she works in the lion’s den as a typist for the Reich; by night, she risks her life as a messenger for the Italian resistance. Against all odds, Stella must impart Nazi secrets, smuggle essential supplies and produce an underground newspaper on her beloved typewriter.

But when German commander General Breugal becomes suspicious, it seems he will stop at nothing to find the mole, and Stella knows her future could be in jeopardy.

London, 2017
Years later, Luisa Belmont finds a mysterious old typewriter in her attic. Determined to find out who it belonged to, Luisa delves into the past and uncovers a story of fierce love, unimaginable sacrifice and, ultimately, the worst kind of betrayal…

•••

Mandy Robotham est une auteure américaine dont la bibliographie se compose surtout de livres se déroulant durant la Seconde Guerre mondiale. The Secret Messenger est son deuxième roman et il a déjà été traduit en français sous le titre La Messagère de l’ombre, publié chez City.

Cet ouvrage m’avait interpellé car, pour une fois, l’intrigue se déroule en Italie et notamment dans la ville de Venise. Les fictions autour de la Résistance se déroulent majoritairement en France. Je lis énormément sur ce sujet et il est vrai que je commence à chercher l’originalité, un autre point vue ou sortir du schéma de la Résistance française (voire même parisienne). The Secret Messenger nous plonge dans la Résistance vénitienne, que je n’ai jamais croisée pour le moment. Rien que pour cet aspect, je garde une très bonne impression de ce livre. Je le referme en ayant appris de nouvelles informations. Même si le roman n’est pas totalement un coup de coeur, je ne pense pas que je l’oublierai rapidement.

En effet, l’histoire telle que nous l’apprenons laisse toujours penser qu’il n’y a jamais eu de résistances au sein des régimes ou pays fascistes de la part de leur population. Que ce soit pour l’Allemagne ou pour l’Italie, c’est un sujet qui est peu évoqué, notamment en littérature. Je n’ai que Seul dans Berlin d’Hans Fallada qui me vient à l’esprit (qui a aussi fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2016 avec Brendan Gleeson et Emma Thompson). The Secret Messenger garde tout de même une vision romantique de la guerre que le roman d’Hans Fallada, par exemple. La guerre est prétexte aux grandes histoires d’amour. En commençant ce genre d’ouvrages, je sais dans quoi je m’engage. Je vais y retrouver des relations amoureuses compliquées ou impossibles, des trahisons, des drames, des rebondissements et des révélations. Parfois, cela fonctionne parfaitement, comme ici, et d’autres fois, pas du tout.

D’autant plus que l’histoire est prenante. Il n’y a pas d’actions rocambolesques ou héroïques à outrance à chaque chapitre. Mandy Robotham s’intéresse plutôt à l’importance des petits actes : tenir un journal résistant, par exemple, écrire une histoire chapitre par chapitre autour de ce que Stella vit et la diffuser dans Venise… Elle puise son inspiration dans le quotidien. J’ai véritablement apprécié cet aspect du roman. Il y avait un côté un peu plus réaliste de la Résistance. L’auteur montre bien que le plus important est l’information : la récupérer, la transmettre à tous les niveaux. Cela peut être informé la population de ce qui se passe réellement et non ce que les journaux de propagande écrivent. C’est aussi transmettre une formation vitale : un mouvement de troupes, un train de marchandises, une descente de la Gestapo ou des fascistes italiens… L’idée principale de ce roman est l’importance et l’impact que les mots peuvent avoir et la Seconde Guerre mondiale a aussi été une guerre des mots.

J’ai vu dans The Secret Messenger un hommage aux staffetas, ces milliers de femmes dont le rôle au sein de la Résistance était simplement de faire circuler des messages ou des objets. Cela pouvait être des grands-mères, attentives à tout, des jeunes mères avec leurs poussettes, des « amies » se rencontrant au café… J’ai adoré que le travail des « petites mains » soit évoqué et célébré. Il est abordé comme un travail absolument essentiel de l’effet de guerre. C’est rare les romans où cet aspect de la Résistance est abordé. Ce sont souvent les grands chefs qui évoqués, les actions héroïques. Il y en a eu et elles sont toutes aussi importantes, mais pour qu’elles aient eu lieu, il faut aussi ces personnes comme les staffetas italiennes.

Par ailleurs, comme bien souvent dans les romans se déroulant durant la Seconde Guerre mondiale, il y a une alternance de points de vue entre cette époque et la nôtre. La plupart du temps, je suis sceptique sur l’apport des changements de narrateur, surtout ceux proches de nous. C’est un aspect d’un livre sur lequel je peux être très critique. The Secret Messenger rentre dans ce schéma avec un changement entre Stella, la jeune résistante italienne, et Louisa, sa petite-fille. Classiquement, cette dernière cherche des réponses à ses questions après avoir trouvé un objet dans un grenier. De manière générale, les chapitres qui lui sont dévolus sont réservés à cette quête et les chapitres durant la guerre anticipent les réponses, donnent un autre point de vue…. Heureusement, Mandy Robotham limite drastiquement les points de vue de Louisa. Ils s’intercalent entre de nombreux chapitres dédiés à Stella. Gros point positif pour moi. L’essentiel de l’intrigue concerne les événements vénitiens.

Stella est un personnage attachant et bien construit. Elle sait faire preuve de force et de courage. Cependant, elle a aussi ses faiblesses et ses peurs. Elle s’inquiète pour sa famille, elle a conscience de ses limites. Ce n’est pas une super-héroïne, mais elle montre un visage humain. C’est la raison pour laquelle j’ai vraiment apprécié ce personnage. La romance ne m’a pas dérangé. La question est de savoir, entre ces deux hommes, qui est le mystérieux grand-père de Louisa. Pas de triangles amoureux, toutefois (point positif !), car les deux protagonistes masculins ne se connaissent pas et, donc, pas de compétition entre eux. Très rapidement, j’ai compris vers lequel des deux hommes le coeur de Stella balançait.

Il faut quand même un point négatif dans ce roman, et il concerne la fin. En effet, je l’ai trouvé un peu trop abrupte, notamment par rapport au reste du roman. Le rythme est relativement lent, l’action n’est pas toujours omniprésente, contrairement à la tension qui donne envie de toujours continuer. L’auteur prend son temps et les dernières pages m’ont laissé le sentiment que l’auteur ne savait pas comment finir et, en deux chapitres, c’était terminé à la fois pour la trame de Stella et Louisa. J’ai terminé The Secret Messenger sur une note moins positive que le reste.

Le coup de coeur n’est pas loin. Les dernières pages m’ont laissé un goût doux amer. Cependant, j’ai tout de même envie de découvrir d’autres romans de Mandy Robotham. A Woman of War, également intitulé The German Midwife est déjà dans ma PAL. Il est aussi traduit en français, L’Infirmière d’Hitler. Elle doit sortir le mois prochain un nouveau roman qui, personnellement, est déjà pré-commandé, The Berlin Girl.