La Culture avec un grand A et du latte #3

Mon mois d’avril fut pris par mon stage, qui fut intense, mais qui m’a permis d’apprendre de nouvelles compétences professionnelles, comme la rédaction de communiqués de presse. J’ai pu vraiment m’investir dans la vie de la Fondation, faire des propositions. J’ai adoré chaque minute passé là-bas. Du coup, j’en ai un peu oublié certaines choses.

Honte à moi ! En tant qu’étudiante dans le domaine de la culture, je n’ai visité aucun musée ni exposition durant le mois. Je compte bien me rattraper durant le mois de mai. Je compte aller voir la nouvelle exposition du Centre Pompidou de Metz, Couples modernes. J’aimerais aussi voir un peu plus d’oeuvres de l’incroyable exposition se déroulant dans la ville de Strasbourg, Industrie magnifique. Je suis déjà allée voir le mammouth se situant à côté de la cathédrale. Le 19 mai, c’est également la Nuit européenne des musées. Je n’ai pas encore arrêté de programme, mais j’y réfléchis.

Du point de vue des lectures, j’ai enchaîné avec des livres moyens ou des grosses déceptions. Je n’ai eu littéralement aucun coup de coeur ce mois-ci où j’ai presque joué de malchance ! Parmi les romans que je qualifierai de sympathique, mais sans plus, j’ai pu lire le premier tome de la trilogie Wicked de Jennifer L. Armentrout, auteur que je découvrais par la même occasion. Je retiens l’univers qui se développe autour des faës et de la Nouvelle-Orléans. Malheureusement, j’ai trouvé que la romance prenait parfois toute la place, au détriment de l’intrigue. De plus, la fin fut sans surprise également. C’est le reproche que je fais également à Poppy de Mary Hooper. Je pense en reparler plus longuement sur le blog en novembre, car je développe un petit projet dans lequel ce roman s’intègre parfaitement. Toutefois, si je devais retenir un seul ouvrage, ce serait Le musée disparu d’Hector Feliciano. C’est une enquête menée par un journaliste sur les oeuvres disparues durant la Seconde Guerre mondiale, très bien écrit et accessible.

En revanche, grosse déception pour le premier tome de L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante. J’en avais entendu tellement de bien sur la blogosphère et il était absolument partout. J’ai fini par craquer, après avoir longuement hésité. Le prologue m’avait quelque peu charmé, mais, très vite, je me suis ennuyée. J’ai trouvé le style de l’auteur mécanique et froid, voire impersonnel, des faits sans sentiments. Je ne me suis jamais attachée aux deux amies et j’ai fini par abandonner. Autre grosse déception pour The Muse de Jessie Burton. Il fera l’objet d’un prochain article, aussi, je ne vais pas m’étendre dessus.

Pour finir sur le récapitulatif de mes lectures du mois, je signale également Release de Patrick Ness (un article viendra dans quelques jours), Mrs Dalloway de Virginia Woolf que j’ai abandonné. Je n’ai jamais réussi à dépasser les cinq premières pages et j’ai essayé plusieurs fois, sans grand succès. Cela faisait presque un an que j’avais commencé The travels de Marco Polo. Même avec toute la bonne volonté du monde, je n’ai jamais réussi à dépasser les vingt pages lus…

En revanche, j’ai eu plus de chance avec les films et les séries que j’ai pu voir. Clairement, le mois d’avril fut placé sous le signe des zombies avec la sortie de la deuxième saison de Santa Clarita Diet, que j’ai dévoré en quelque jour. Encore un coup de coeur pour cette série qui change un peu de ce qui se fait autour des morts-vivants. C’est drôle, complètement loufoque et déjanté. Je ris franchement à chaque épisode. J’ai aussi regardé deux saisons de Z Nation, qui restera un de mes plaisirs coupables. Du côté des films, j’avoue ma passion pour les comédies horrifiques autour des zombies. Plus c’est nul, plus j’aime… Manuel de survie à l’apocalypse zombie était plutôt sympathique, avec des scènes bien comiques, frôlant parfois le grand n’importe quoi. J’ai également revu World War Z. Il se laisse voir.

Cependant, mon coup de coeur absolu du mois est dans un tout autre registre. J’ai plus qu’adoré… Roulements de tambour… Pierre Lapin. Oui, oui, Pierre Lapin. Je ne savais pas à quoi m’attendre en le voyant. Certainement pas à adorer chaque minute de ce dernier, à rire tout du long. Un article est déjà préparé pour vous expliquer le pourquoi du comment. J’ai commencé le mois avec un autre film sur les animaux, qui reste un classique du genre, sans vraiment de surprise. La fin est connue avant même d’avoir débuté le film. Benji reste toutefois un film adorable à voir, mais qui ne me laissera pas de souvenirs impérissable. Je dirai la même chose du troisième Pitch Perfect. Je ne regrette pas de ne pas l’avoir vu au cinéma. Il est mieux que le deuxième, mais moins bien que le premier.

Publicités

Une chambre à soi (1929) | Virginia Woolf

« Je sais vous m’avez demandé de parler des femmes et du roman. Quel rapport, allez-vous me dire, existe-t-il entre ce sujet et une « chambre à soi ? », interroge Virginia Woolf en ouverture d’une conférence sur le féminisme qu’elle dispensa aux étudiantes de l’université de Cambridge. Avec une irritation voilée d’ironie, Virginia Woolf rappelle dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu’à une époque toute récente, les femmes ont été savamment placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes et, par voie de conséquence, réduites au silence. Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie de quoi vivre, du temps et une chambre à soi. »

Ecrit en 1929, Une chambre à soi est le résultat des réflexions de Virginia Wool sur les femmes et le roman. Considérée comme une des grandes écrivaines féministes de la première moitié du XX siècle, il serait réducteur de la voir uniquement sous ce prisme. Ce serait courir le risque de passer à côté de ses qualités littéraires indéniables.

Cet essai se déroule comme une promenade. Tout d’abord, elle commence par une douce balade poétique au bord de l’eau lors d’une belle journée d’automne, puis dans les rues de Londres où l’auteur imagine les vies, les espoirs de ces femmes inconnues qu’elle croise et dont peu d’hommes s’intéressent dans leurs écrits ou leurs opinions. C’est avec cette première marche à Oxbridge, une université imaginaire inspirée d’Oxford et Cambridge, que Virginia Woolf ouvre son ouvrage. Ce premier chapitre m’a rendu un peu confuse sur ce qu’allait être la suite.

Je n’ai pas l’habitude de lire des essais dont le style se rapproche bien plus de celui de l’oeuvre littéraire romanesque que de l’ouvrage scientifique qui expose de manière peut-être un peu plus brute les idées. Pourtant, cela n’atténue en rien les propos de l’auteur et leur force dès lors qu’on choisit de se laisser porter par ses réflexions et ses choix stylistiques. Je pense qu’il ne faut pas tout de suite se heurter au fait qu’elle n’entre pas tout de suite dans le vif du sujet de cette chambre à soi, des femmes écrivains et pas seulement celle du XX siècle. Elle montre aussi le processus créatif, de la réflexion et ce n’est pas inintéressant d’avoir ainsi un aperçu de la manière dont une auteur de sa renommée travaille.

Man Ray, Virginia Woolf, 1935

Elle nous propose une autre balade, celle-ci littéraire et qui se déroule dans une bibliothèque et au fil des ouvrages qui retiennent son attention. A partir de là, elle va commencer à véritablement entrer dans le coeur de son sujet, tout en rendant hommage aux femmes de lettres, certaines qui ont été oubliées comme d’autres plus connues. Elle analyse les oeuvres de Charlotte Brontë, Jane Austen, par exemple. Elle se concentre sur leur manière d’écrire, leur rapport aux hommes tout autant que sur les conditions dans lesquelles elles ont peu écrire leurs ouvrages, proclamant que les femmes écrivent moins bien que les hommes car elles n’ont pas cette chambre à soi « dont la porte est pourvue d’une serrure« .

J’ai été convaincue par son argumentation, même quasiment cent ans plus tard. Une chambre à soi, pour reprendre les termes de l’auteur, me semble quelque chose de fondamental, d’essentiel en 2017. Pour autant, une des forces de cet essai est la capacité de Virginia Woolf à nous faire prendre conscience de cette pièce à nous, de la chance que nous pouvons avoir d’avoir ce lieu où nous pouvons nous adonner, en tout tranquilité, à nos activités intellectuelles, culturelles sans être dérangé, un endroit où nous pouvons avoir un moment de tranquilité et d’intimité. Finalement, au fur et à mesure de la lecture, le titre du livre prend toute son ampleur. Ce fut à mon tour de me poser des questions. Et si Jane Austen avait eu son lieu à elle, au lieu d’écrire dans un salon commun où elle devait s’interrompre dès lors que des visiteurs entraient et cacher son manuscrit, à quel point Orgueil & Préjugés serait-il différent de celui que nous connaissons aujourd’hui et qui est pourtant considéré comme un chef d’oeuvre de la littérature classique anglaise ?

Pour continuer sur la place des femmes dans la vie littéraire et culturelle des sociétés, Virginia Woolf imagine une soeur à William Shakespeare et elle lui invente une vie avec le même don que son illustre frère. Cependant, c’est une femme. Je n’arrive pas tellement à m’expliquer pourquoi son exemple m’a autant marqué. Sûrement parce que ça sonne terriblement juste, que quelque part, elle nous raconte une histoire d’injustice que nous avons toutes pu vivre à un moment donné. A titre personnelle, cette anecdote inventée me rappelle une question que j’ai très souvent croisé dans les différentes lectures féministes que j’ai pu faire ou dans les documentaires vus : en tant que femme, ai-je les mêmes chances que les hommes dans la vie ? J’ose imaginer que oui. Virginia Woolf termine d’ailleurs son ouvrage/intervention en reprenant cette histoire, dans un très beau passage qui nous enjoint de reprendre le flambeau de cette soeur de Shakespeare.

Cette soeur de Shakespeare mourut jeune… Hélas, elle n’écrit jamais le moindre mot. (…) Or, j’ai la conviction que cette poétesse, qui n’a jamais écrit un mot (…) vit encore. Elle vit en vous et moi, et en nombre d’autres femmes qui ne sont pas présentes ici ce soir, car elles sont en train de laver la vaisselle et de coucher leurs enfants. Mais elle vit ; car les grands poètes ne meurent pas ; ils ont des présences éternelles ; ils attendent seulement l’occasion pour apparaître parmi nous en chair et en os. Cette occasion, je le crois, il est à présent en votre pouvoir de la donner à la soeur de Shakespeare. Car voici ma conviction : si nous vivons encore un siècle environ (…) et que nous ayons toutes cinq cent livres de rente et des chambres qui soient à nous seules ; si nous acquérons l’habitude de la liberté et le courage d’écrire exactement ce que nous pensons (…) alors l’occasion se présentera pour la poétesse qui était la soeur de Shakespeare de prendre cette forme humaine à laquelle il lui a si souvent fallu renoncer.

Une des premières questions qu’elle se pose également et qui sera un deuxième fil rouge est la suivante : « Pourquoi un sexe est-il si prospère et l’autre si pauvre ? » La relation femme/homme l’intéresse beaucoup et elle en a une vision très égalitaire. Toutefois, ce n’est pas tant ce qui m’a marqué dans ce livre. C’est plutôt la manière dont elle appréhende les hommes. Il y a un passage étonnant où elle lit des ouvrages écrits par des hommes sur les femmes où ils invoquent notre sensibilité trop débordante, nos capacités intellectuelles plus limitées… Elle est en colère contre leurs écrits et leurs opinions, contre le fait qu’elle ne peut accéder à la bibliothèque sans une lettre d’introduction ou de recommandation car ce n’est pas un lieu pour les femmes… Cependant, elle n’a absolument rien contre eux. Elle ne formule aucune attaque virulente ou violente à leur encontre ou à clamer que les femmes seraient mieux sans eux. Je m’attendais à plus de véhémence mais Virginia Woolf fait preuve d’une certaine élégance, parfois teintée d’ironie que j’ai beaucoup apprécié.

Pour une première découverte de l’oeuvre de Virginia Woolf, je n’aurai pas pu mieux tomber. Une chambre à soi est un court ouvrage passionnant et qui porte à réflexion, extrêmement bien écrit, avec beaucoup de poésie. Il faut prendre le temps de découvrir le texte, de le faire sien doucement. Je ne compte pas m’arrêter là pour l’oeuvre de Virginia Woolf. Elle a plutôt été productive, écrivant romans et nouvelles. Son mari a également publié ses lettres et son journal à titre posthume et je m’y attarderai aussi.