Sorties VO • Octobre 2021

The Lighthouse Witches • C.J. Cooke • Berkley Books • 368 pages • 1 octobre

When single mother Liv is commissioned to paint a mural in a 100-year-old lighthouse on a remote Scottish island, it’s an opportunity to start over with her three daughters–Luna, Sapphire, and Clover. When two of her daughters go missing, she’s frantic. She learns that the cave beneath the lighthouse was once a prison for women accused of witchcraft. The locals warn her about wildlings, supernatural beings who mimic human children, created by witches for revenge. Liv is told wildlings are dangerous and must be killed.

Twenty-two years later, Luna has been searching for her missing sisters and mother. When she receives a call about her youngest sister, Clover, she’s initially ecstatic. Clover is the sister she remembers–except she’s still seven years old, the age she was when she vanished. Luna is worried Clover is a wildling. Luna has few memories of her time on the island, but she’ll have to return to find the truth of what happened to her family. But she doesn’t realize just how much the truth will change her.

The First Christmas • Stephen Mitchell • St Martin’s Essential • 224 pages • 12 octobre

In The First Christmas, Stephen Mitchell brings the Nativity story to vivid life as never before. A narrative that is only sketched out in two Gospels becomes fully realized here with nuanced characters and a setting that reflects the culture of the time. Mitchell has suffused the birth of Jesus with a sense of beauty that will delight and astonish readers.

In this version, we see the world through the eyes of a Whitmanesque ox and a visionary donkey, starry-eyed shepherds and Zen-like wise men, each of them providing a unique perspective on a scene that is, in Western culture, the central symbol for good tidings of great joy. Rather than superimposing later Christian concepts onto the Annunciation and Nativity scenes, he imagines Mary and Joseph experiencing the angelic message as a young Jewish woman and man living in the year 4 bce might have experienced it, with terror, dismay, and ultimate acceptance. In this context, their yes becomes an act of great moral courage.

Why We Fought: Inspiring Stories of Resisting Hitler and Defending Freedom • Jerry Borrowman • Shadow Mountain • 208 pages • 5 octobre

The struggle to combat the Nazis during World War II encompassed front lines far beyond conventional battlefields. In a panoramic and compelling account, author Jerry Borrowman shares seven largely untold stories of people who undertook extraordinary efforts to defeat the Third Reich at enormous personal risk.

Some were soldiers like the Ghost Army, an eclectic group of former artists, actors, and engineers who engaged in top-secret tactical deceptions by staging ingenious decoy armies. Using inflatable tanks, radio transmissions, and sound effects, they were able to trick the Germans throughout the course of the war, often working close to the front lines of the fiercest fighting.

Some were ordinary citizens like William Sebold, a German immigrant and US citizen, who could have been a deadly foe, but instead chose the Allied cause. When he was coerced by the Gestapo into becoming a spy in America, he instead approached the FBI and offered to become a double agent. His efforts successfully helped bring down a dangerous German spy network that was dedicated to stealing industrial and wartime secrets and sabotaging America on home soil.

These dramatic and inspiring personal stories shed light on some of the darkest days of World War II and one of the most perilous times in human history. As the Nazis swept through Europe, citizens around the world faced an individual and national complex moral question: How do you respond to the tyranny and bloodthirsty madness of the Nazis? These are stories of ordinary men and women who would not surrender or compromise. They resisted and fought with total commitment for freedom and democracy despite the personal cost. 

Medusa • Jessie Burton • Bloomsbury • 224 pages • 28 octobre

Exiled to a far-flung island by the whims of the gods, Medusa has little company except the snakes that adorn her head instead of hair. But when a charmed, beautiful boy called Perseus arrives on the island, her lonely existence is disrupted with the force of a supernova, unleashing desire, love, betrayal and destiny itself.

Filled with glorious full-colour illustrations by award-winning Olivia Lomenech Gill, this astonishing retelling of Greek myth is perfect for readers of Circe and The Silence of the Girls. Illuminating the girl behind the legend, it brings alive Medusa for a new generation. 

Midnight in Everwood • M.A. Kuzniar • HQ • 384 pages • 28 octobre

There’s nothing Marietta Stelle loves more than ballet, but after Christmas, her dreams will be over as she is obligated to take her place in Edwardian society. While she is chafing against such suffocating traditions, a mysterious man purchases the neighbouring townhouse. Dr Drosselmeier is a charming but calculating figure who wins over the rest of the Stelle family with his enchanting toys and wondrous mechanisms.

When Drosselmeier constructs an elaborate set for Marietta’s final ballet performance, she discovers it carries a magic all of its own. On the stroke of midnight on Christmas Eve, she is transported to a snowy forest, where she encounters danger at every turn: ice giants, shadow goblins and the shrieking mist all lurk amidst the firs and frozen waterfalls and ice cliffs. After being rescued by the butterscotch-eyed captain of the king’s guard, she is escorted to the frozen sugar palace. At once, Marietta is enchanted by this glittering world of glamorous gowns, gingerbread houses, miniature reindeer and the most delicious confectionary.

But all is not as it seems and Marietta is soon trapped in the sumptuous palace by the sadistic King Gelum, who claims her as his own. She is confined to a gilded prison with his other pets; Dellara, whose words are as sharp as her teeth, and Pirlipata, a princess from another land. Marietta must forge an alliance with the two women to carve a way free from this sugar-coated but treacherous world and back home to follow her dreams. Yet in a hedonistic world brimming with rebellion and a forbidden romance that risks everything, such a path will never be easy.

The Grimrose Girl • Laura Pohl • Sourcebooks Fire • 384 pages • 26 octobre

After the mysterious death of their best friend, Ella, Yuki, and Rory are the talk of their elite school, Grimrose Académie. The police ruled it a suicide, but the trio are determined to find out what really happened.

When Nani Eszes arrives as their newest roommate, it sets into motion a series of events they couldn’t have imagined. As the girls retrace their friend’s last steps, they uncover dark secrets about themselves and their destinies, discovering they’re all cursed to repeat the brutal and gruesome endings to their stories until they can break the cycle.

This contemporary take on classic fairytales reimagines heroines as friends attending the same school. While investigating the murder of their best friend, they uncover connections to their ancient fairytale curses and attempt to forge their own fate before it’s too late.

The City Beautiful • Aden Polydoros • Inkyard Press • 480 pages • 5 octobre

Chicago, 1893. For Alter Rosen, this is the land of opportunity, and he dreams of the day he’ll have enough money to bring his mother and sisters to America, freeing them from the oppression they face in his native Romania.
 
But when Alter’s best friend, Yakov, becomes the latest victim in a long line of murdered Jewish boys, his dream begins to slip away. While the rest of the city is busy celebrating the World’s Fair, Alter is now living a nightmare: possessed by Yakov’s dybbuk, he is plunged into a world of corruption and deceit, and thrown back into the arms of a dangerous boy from his past. A boy who means more to Alter than anyone knows.
 
Now, with only days to spare until the dybbuk takes over Alter’s body completely, the two boys must race to track down the killer—before the killer claims them next.

Little Thieves • Margaret Owen • Henry Holt & Company • 512 pages • 29 octobre

Vanja Schmidt knows that no gift is freely given, not even a mother’s love–and she’s on the hook for one hell of a debt. Vanja, the adopted goddaughter of Death and Fortune, was Princess Gisele’s dutiful servant up until a year ago. That was when Vanja’s otherworldly mothers demanded a terrible price for their care, and Vanja decided to steal her future back… by stealing Gisele’s life for herself.

The real Gisele is left a penniless nobody while Vanja uses an enchanted string of pearls to take her place. Now, Vanja leads a lonely but lucrative double life as princess and jewel thief, charming nobility while emptying their coffers to fund her great escape. Then, one heist away from freedom, Vanja crosses the wrong god and is cursed to an untimely end: turning into jewels, stone by stone, for her greed.

Vanja has just two weeks to figure out how to break her curse and make her getaway. And with a feral guardian half-god, Gisele’s sinister fiancé, and an overeager junior detective on Vanja’s tail, she’ll have to pull the biggest grift yet to save her own life.

The Death of Jane Lawrence • Caitlin Starling • St Martin’s Press • 368 pages • 5 octobre

Practical, unassuming Jane Shoringfield has done the calculations, and decided that the most secure path forward is this: a husband, in a marriage of convenience, who will allow her to remain independent and occupied with meaningful work. Her first choice, the dashing but reclusive doctor Augustine Lawrence, agrees to her proposal with only one condition: that she must never visit Lindridge Hall, his crumbling family manor outside of town. Yet on their wedding night, an accident strands her at his door in a pitch-black rainstorm, and she finds him changed. Gone is the bold, courageous surgeon, and in his place is a terrified, paranoid man—one who cannot tell reality from nightmare, and fears Jane is an apparition, come to haunt him.

By morning, Augustine is himself again, but Jane knows something is deeply wrong at Lindridge Hall, and with the man she has so hastily bound her safety to. Set in a dark-mirror version of post-war England, Starling crafts a new kind of gothic horror from the bones of the beloved canon. This Crimson Peak-inspired story assembles, then upends, every expectation set in place by Shirley Jackson and Rebecca, and will leave readers shaken, desperate to begin again as soon as they are finished.

Nothing but blackened teeth • Cassandra Khaw • Nightfire • 128 pages • 19 octobre

A Heian-era mansion stands abandoned, its foundations resting on the bones of a bride and its walls packed with the remains of the girls sacrificed to keep her company.

It’s the perfect wedding venue for a group of thrill-seeking friends.

But a night of food, drinks, and games quickly spirals into a nightmare. For lurking in the shadows is the ghost bride with a black smile and a hungry heart.

And she gets lonely down there in the dirt.

Top 5 Wednesday • Debut Novels

Le thème de cette semaine met en avant le premier roman publié d’un auteur. Quels sont mes cinq préférés ? J’ai essayé de me le limiter à ceux lus depuis le début d’année.

The Lost Apothecary • Sarah Penner

Rule #1: The poison must never be used to harm another woman.

Rule #2: The names of the murderer and her victim must be recorded in the apothecary’s register.

One cold February evening in 1791, at the back of a dark London alley in a hidden apothecary shop, Nella awaits her newest customer. Once a respected healer, Nella now uses her knowledge for a darker purpose—selling well-disguised poisons to desperate women who would kill to be free of the men in their lives. But when her new patron turns out to be a precocious twelve-year-old named Eliza Fanning, an unexpected friendship sets in motion a string of events that jeopardizes Nella’s world and threatens to expose the many women whose names are written in her register.

In present-day London, aspiring historian Caroline Parcewell spends her tenth wedding anniversary alone, reeling from the discovery of her husband’s infidelity. When she finds an old apothecary vial near the river Thames, she can’t resist investigating, only to realize she’s found a link to the unsolved “apothecary murders” that haunted London over two centuries ago. As she deepens her search, Caroline’s life collides with Nella’s and Eliza’s in a stunning twist of fate—and not everyone will survive.

The lights of Prague • Nicole Jarvis

In the quiet streets of Prague all manner of otherworldly creatures lurk in the shadows. Unbeknownst to its citizens, their only hope against the tide of predators are the dauntless lamplighters – a secret elite of monster hunters whose light staves off the darkness each night. Domek Myska leads a life teeming with fraught encounters with the worst kind of evil: pijavice, bloodthirsty and soulless vampiric creatures. Despite this, Domek find solace in his moments spent in the company of his friend, the clever and beautiful Lady Ora Fischerová– a widow with secrets of her own.

When Domek finds himself stalked by the spirit of the White Lady – a ghost who haunts the baroque halls of Prague castle – he stumbles across the sentient essence of a will-o’-the-wisp, a mischievous spirit known to lead lost travellers to their death, but who, once captured, are bound to serve the desires of their owners.

After discovering a conspiracy amongst the pijavice that could see them unleash terror on the daylight world, Domek finds himself in a race against those who aim to twist alchemical science for their own dangerous gain.

The lost village • Camilla Sten

Documentary filmmaker Alice Lindstedt has been obsessed with the vanishing residents of the old mining town, dubbed “The Lost Village,” since she was a little girl. In 1959, her grandmother’s entire family disappeared in this mysterious tragedy, and ever since, the unanswered questions surrounding the only two people who were left—a woman stoned to death in the town center and an abandoned newborn—have plagued her. She’s gathered a small crew of friends in the remote village to make a film about what really happened.

But there will be no turning back.

Not long after they’ve set up camp, mysterious things begin to happen. Equipment is destroyed. People go missing. As doubt breeds fear and their very minds begin to crack, one thing becomes startlingly clear to Alice:

They are not alone. They’re looking for the truth… But what if it finds them first?

The Miniaturist • Jesse Burton

On a brisk autumn day in 1686, eighteen-year-old Nella Oortman arrives in Amsterdam to begin a new life as the wife of illustrious merchant trader Johannes Brandt. But her new home, while splendorous, is not welcoming. Johannes is kind yet distant, always locked in his study or at his warehouse office—leaving Nella alone with his sister, the sharp-tongued and forbidding Marin.

Lien vers l’article

The Year of the Witching • Alexis Henderson

A young woman living in a rigid, puritanical society discovers dark powers within herself in this stunning, feminist fantasy debut.

In the lands of Bethel, where the Prophet’s word is law, Immanuelle Moore’s very existence is blasphemy. Her mother’s union with an outsider of a different race cast her once-proud family into disgrace, so Immanuelle does her best to worship the Father, follow Holy Protocol, and lead a life of submission, devotion, and absolute conformity, like all the other women in the settlement.

But a mishap lures her into the forbidden Darkwood surrounding Bethel, where the first prophet once chased and killed four powerful witches. Their spirits are still lurking there, and they bestow a gift on Immanuelle: the journal of her dead mother, who Immanuelle is shocked to learn once sought sanctuary in the wood.

Fascinated by the secrets in the diary, Immanuelle finds herself struggling to understand how her mother could have consorted with the witches. But when she begins to learn grim truths about the Church and its history, she realizes the true threat to Bethel is its own darkness. And she starts to understand that if Bethel is to change, it must begin with her. 

La Culture avec un grand A et du latte #3

Mon mois d’avril fut pris par mon stage, qui fut intense, mais qui m’a permis d’apprendre de nouvelles compétences professionnelles, comme la rédaction de communiqués de presse. J’ai pu vraiment m’investir dans la vie de la Fondation, faire des propositions. J’ai adoré chaque minute passé là-bas. Du coup, j’en ai un peu oublié certaines choses.

Honte à moi ! En tant qu’étudiante dans le domaine de la culture, je n’ai visité aucun musée ni exposition durant le mois. Je compte bien me rattraper durant le mois de mai. Je compte aller voir la nouvelle exposition du Centre Pompidou de Metz, Couples modernes. J’aimerais aussi voir un peu plus d’oeuvres de l’incroyable exposition se déroulant dans la ville de Strasbourg, Industrie magnifique. Je suis déjà allée voir le mammouth se situant à côté de la cathédrale. Le 19 mai, c’est également la Nuit européenne des musées. Je n’ai pas encore arrêté de programme, mais j’y réfléchis.

Du point de vue des lectures, j’ai enchaîné avec des livres moyens ou des grosses déceptions. Je n’ai eu littéralement aucun coup de coeur ce mois-ci où j’ai presque joué de malchance ! Parmi les romans que je qualifierai de sympathique, mais sans plus, j’ai pu lire le premier tome de la trilogie Wicked de Jennifer L. Armentrout, auteur que je découvrais par la même occasion. Je retiens l’univers qui se développe autour des faës et de la Nouvelle-Orléans. Malheureusement, j’ai trouvé que la romance prenait parfois toute la place, au détriment de l’intrigue. De plus, la fin fut sans surprise également. C’est le reproche que je fais également à Poppy de Mary Hooper. Je pense en reparler plus longuement sur le blog en novembre, car je développe un petit projet dans lequel ce roman s’intègre parfaitement. Toutefois, si je devais retenir un seul ouvrage, ce serait Le musée disparu d’Hector Feliciano. C’est une enquête menée par un journaliste sur les oeuvres disparues durant la Seconde Guerre mondiale, très bien écrit et accessible.

En revanche, grosse déception pour le premier tome de L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante. J’en avais entendu tellement de bien sur la blogosphère et il était absolument partout. J’ai fini par craquer, après avoir longuement hésité. Le prologue m’avait quelque peu charmé, mais, très vite, je me suis ennuyée. J’ai trouvé le style de l’auteur mécanique et froid, voire impersonnel, des faits sans sentiments. Je ne me suis jamais attachée aux deux amies et j’ai fini par abandonner. Autre grosse déception pour The Muse de Jessie Burton. Il fera l’objet d’un prochain article, aussi, je ne vais pas m’étendre dessus.

Pour finir sur le récapitulatif de mes lectures du mois, je signale également Release de Patrick Ness (un article viendra dans quelques jours), Mrs Dalloway de Virginia Woolf que j’ai abandonné. Je n’ai jamais réussi à dépasser les cinq premières pages et j’ai essayé plusieurs fois, sans grand succès. Cela faisait presque un an que j’avais commencé The travels de Marco Polo. Même avec toute la bonne volonté du monde, je n’ai jamais réussi à dépasser les vingt pages lus…

En revanche, j’ai eu plus de chance avec les films et les séries que j’ai pu voir. Clairement, le mois d’avril fut placé sous le signe des zombies avec la sortie de la deuxième saison de Santa Clarita Diet, que j’ai dévoré en quelque jour. Encore un coup de coeur pour cette série qui change un peu de ce qui se fait autour des morts-vivants. C’est drôle, complètement loufoque et déjanté. Je ris franchement à chaque épisode. J’ai aussi regardé deux saisons de Z Nation, qui restera un de mes plaisirs coupables. Du côté des films, j’avoue ma passion pour les comédies horrifiques autour des zombies. Plus c’est nul, plus j’aime… Manuel de survie à l’apocalypse zombie était plutôt sympathique, avec des scènes bien comiques, frôlant parfois le grand n’importe quoi. J’ai également revu World War Z. Il se laisse voir.

Cependant, mon coup de coeur absolu du mois est dans un tout autre registre. J’ai plus qu’adoré… Roulements de tambour… Pierre Lapin. Oui, oui, Pierre Lapin. Je ne savais pas à quoi m’attendre en le voyant. Certainement pas à adorer chaque minute de ce dernier, à rire tout du long. Un article est déjà préparé pour vous expliquer le pourquoi du comment. J’ai commencé le mois avec un autre film sur les animaux, qui reste un classique du genre, sans vraiment de surprise. La fin est connue avant même d’avoir débuté le film. Benji reste toutefois un film adorable à voir, mais qui ne me laissera pas de souvenirs impérissable. Je dirai la même chose du troisième Pitch Perfect. Je ne regrette pas de ne pas l’avoir vu au cinéma. Il est mieux que le deuxième, mais moins bien que le premier.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Jessie Burton • The Miniaturist (2014)

The Miniaturist • Jessie Burton • Picador • 2014 • 424 pages

On a brisk autumn day in 1686, eighteen-year-old Nella Oortman arrives in Amsterdam to begin a new life as the wife of illustrious merchant trader Johannes Brandt. But her new home, while splendorous, is not welcoming. Johannes is kind yet distant, always locked in his study or at his warehouse office—leaving Nella alone with his sister, the sharp-tongued and forbidding Marin.

•••

Les intérieurs de Vermeer, Pieter de Hooch, Samuel van Hoogstraten, les petites rues et ruelles, les places qui sont peintes nous ont toujours donné à voir la vie quotidienne des Hollandais des XVI et XVII siècle. Cependant, ils gardent tout de même une part de mystères sur la vie privée et intime, même s’il y a quelques tableaux dans ce sens. The Miniaturist de Jessie Burton imagine ce qu’il peut se passer derrière ces fenêtres et ces portes.

L’âge d’or hollandais fait partie de ces périodes historiques que j’adore que j’ai eu la chance de pouvoir étudier. En revanche, ce roman est véritablement un des premiers que je lis concernant cette période. Après avoir terminé celui-ci, je ne pense pas m’arrêter en si bon chemin, car il fut un coup de coeur sous bien des aspects dont l’un des premiers tient au talent de l’auteur pour faire revivre la société hollandaise de cette époque. Elle se rapproche d’une vérité historique, même si le livre a un petit côté fantastique, fantasmagorique. Les principaux éléments sont présents : l’importance de la ville (tout doit être fait pour sa gloire, et notamment par delà ses murs), l’importance également accordée à l’argent quoi doit être autant montré que caché, une société marchande avant tout, la religion et sa place parfois ambiguë… Je les ai trouvé bien développés dans la mesure où ils m’ont donné l’impression de vivre et d’évoluer aux côtés de Nella et de sa nouvelle vie à Amsterdam. Je n’ai pas eu l’impression d’un gros décalage historique ou d’énormes anachronismes.

L’aspect historique est un premier positif. Cependant, couplé à l’ambiance que Jessie Burton met doucement en place, il ne m’en fallait pas plus pour que le coup de coeur s’annonce. Je suis relativement friande de mystères qui se cachent derrière les portes, de secrets de famille bien cachés… J’ai vraiment été servie, car dans The Miniaturist, l’auteur propose révélations sur révélations. Elles peuvent paraître parfois un peu rocambolesques, mais elles ont sur aussi me charmaient, car elles me montraient différents aspects de la société d’Amsterdam en mettant en scène un personnage de couleur, un homosexuel, des femmes de toute conditions. La manière dont ils essaient de composer avec la société qui les observe et les juge constamment, prête à sauter sur leur moindre faux pas, renforce l’ambiance pesante du roman. Comme les personnages, le lecteur ne sait plus sur quel pied danser et à qui faire confiance. Cette oppression, ce sentiment lugubre qui habite la maison de Nella se retrouve aussi dans les descriptions de la ville et du temps. Du coup, le sentiment d’évoluer auprès des personnages s’en trouve renforcé. J’ai véritablement été immergée dans leurs vies quotidiennes et leurs drames. Impossible de lâcher le livre avant de savoir la fin.

De plus, j’ai trouvé toute l’intrigue autour du miniaturiste et de la maison de poupée absolument génial. Le fait qu’elle permettait au personnage principal d’en apprendre plus sur son entourage m’a énormément plu. J’ai adoré cette idée et la manière dont elle a été développée. Elle apporte aussi sa touche de mystère. Tout comme Nella, j’attendais avec impatience la prochaine livraison. Avec un peu d’anxiété également ! C’est un élément étonnant de l’intrigue qui apporte quelque chose en plus, sans pour autant prendre toute la place. Cette maison n’est parfois qu’une présence fantomatique.

Le roman m’a enfin marqué par l’ensemble des personnages féminins, notamment les trois femmes de la famille Brandt : Petronella, la jeune mariée ; Marin, la soeur d’un riche marchand et célibataire, et Cornelia, la servante. Elles démontrent trois types de conditions, mais aussi la manière dont elles essaient de se faire une place dans la société avec les libertés qui leurs sont laissées. J’ai vraiment aimé le portrait que Jessie Burton fait d’elles. Je les ai toutes appréciées, chacune pour de raisons différentes. Cornelia, par exemple, m’a plu pour sa loyauté à toute épreuve. Nella m’a impressionné par son évolution au fil des pages. D’une jeune fille peu sûre d’elle, elle s’impose doucement mais sûrement au point d’avoir le destin de sa famille entre ses mains… Elles furent toutes les trois le genre de personnages que je retiens.

The Miniaturist fut ma première découverte de la plume de Jessie Burton et je ne pense pas m’arrêter là. Elle a publié un deuxième roman, The Muse, qui propose une histoire prenant place dans le monde de l’art qui ne pourrait que me plaire. Depuis, j’ai aussi appris que le livre a été adapté par une mini-série, par la BBC. Ils sont généralement très bons pour les period dramas. Je pense m’y plonger prochainement.

EnregistrerEnregistrer

La Culture avec un grand A et du latte #1

Parmi mes résolutions de 2018, j’avais envie d’explorer de nouveaux genres littéraires et cinématographiques. En 2017, j’avais lu et adoré de la poésie et de la science-fiction, sortant ainsi de mes habitudes. Je voulais continuer durant la nouvelle année, mais sans avoir d’idées précises. Le mois de Janvier fut relativement classique. Je ne suis pas vraiment partie à la découverte, mais je me suis rattrapée en Février.

Une conférence sur l’image de la femme dans les westerns américains m’a fait prendre conscience que je n’y connaissais absolument rien en la matière. Je pense en avoir vu deux dans toute ma vie : Django Unchained (2013) et Le bon, la brute et le cinglé (2008). Le conférencier a donné un grand nombre de références et de classiques dont même le nom ne me disait rien. Du coup, il faut que je répare cela. Cependant, j’ai expliqué l’univers des westerns par une pièce de théâtre qui s’interrogeait aussi sur les femmes et leurs conditions à cette époque qui sont limitées à trois rôles : l’épouse, la prostituée et l’esclave. Wild West Women était joué par trois femmes de talent : deux actrices et une bruiteuse qui était à couper le souffle et qui rendait la pièce encore plus vivante. Les deux actrices étaient tout aussi incroyables. Elles jouaient plusieurs personnages en même temps et arrivaient toujours à leur donner parfaitement vie les uns après les autres. Je n’ai pas vu les trois heures quarante-cinq minutes que durait la pièce. C’est un énorme coup de coeur pour des performances à vous couper le souffle… Et quel bonheur de retourner au théâtre.

En revanche, je n’ai pas vu encore de westerns, mais pourquoi pas en mars. Du point de vue des films vus durant Février, le bilan est plutôt mitigé. Ma seule véritable surprise tenait à Wonder (2017). Il ne me disait rien et pourtant… C’est une très belle histoire d’amitié, d’acceptation de soi et de l’autre, des différences. Ce film fut un mélange incroyable de moments d’émotion, de bonheur et de joie de vivre. Pour ma déception du mois, le grand gagnant est sûrement The Shape of water (2018), le nouveau film de Guillermo del Toro. Ce film a beaucoup fait parler de lui et j’avais encore en tête l’incroyable Labyrinthe de Pan (2006). J’ai pu retrouver la touche esthétique de Del Toro avec des plans travaillés, des couleurs sombres et bleutées. Je n’ai rien à redire des performances des principaux acteurs, Sally Hawkins et Michael Shannon. Là où je suis déçue, c’est concernant l’intrigue. L’histoire est sans surprise et la fin se devine bien avant qu’elle arrive. Elle n’apporte rien de plus au thème de la différence.

Parmi les autres films vus, il y a eu The Snowman (2017), Invincible (2014) qui est un bon film historique, La Tour sombre (2017). Elle fait partie des nombreuses adaptations de l’oeuvre de Stephen King de 2017. Malheureusement, je n’ai pas été conquise par cet univers (ou ce qu’ils en ont fait). Rien n’est abouti, l’univers et les personnages sont à peine effleurés. Je pense qu’il y avait matière à faire quelque chose de bien mieux. A futile and stupid gesture (2017) ainsi que Jupiter, Le destin de l’univers (2015) ne me laisseront pas un souvenir impérissable. Ils m’ont même un peu ennuyée… J’ai aussi vu (enfin) Dunkerque (2017) et ce fut une bonne surprise. Les plans aériens étaient époustouflants. Ce n’est pas non plus un coup de coeur, mais un film intéressant, plein de tension. J’avais un peu peu d’un Harry Styles acteur, mais ça passait. Le Crime de l’Orient Express (2017) fut le dernier film vue pour Février et il se finit sur une bonne note. Visuellement irréprochable, il réunit un très bon casting. Je ne me suis pas ennuyée et je me suis facilement prise au jeu, devinant un peu avant le dénouement le coupable. Une victoire pour moi ! De plus, il m’a vraiment donné envie de me plonger dans l’oeuvre d’Agatha Christie que je connais très mal, ayant seulement lu Dix petits nègres.

En parlant de romans, je dois avouer que c’est plutôt de ce côté que je suis sortie des sentiers battus en lisant deux romans de la rentrée littéraire de septembre 2017. Cela faisait un moment que je fuis non seulement les auteurs français mais également la rentrée littéraire. Je n’en ai plus lu depuis au moins quatre ans. J’y suis revenue avec deux ouvrages traitant de la Seconde Guerre mondial et qui furent récompensés par le prix Goncourt et le prix Renaudot. J’ai nommé L’ordre du jour d’Eric Vuillard et La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez. Si je suis un peu mitigée sur le livre de Vuillard, j’ai trouvé celui de Guez passionnant. Ils m’ont réconcilié avec les auteurs français. Au point d’en lire un autre qui sort également de mes lectures habituelles, une bande dessinée. Aveline m’a recommandé La Mort de Staline de Fabien Nury et Thierry Robin en prévision du film qui va bientôt sortir. Il a l’air franchement bien, quoique plus drôle que la BD. Bref, quasiment un sans faute pour les auteurs français et j’ai continué mon exploration en ce début du mois de Mars.

Pour les auteurs étrangers, j’ai adoré The Miniaturist de Jessie Burton qui propose une immersion dans les Pays-Bas de l’âge d’or. Il a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation sous la forme d’une mini-série par la BBC. Je compte également m’y intéresser car j’ai vraiment été conquise par cette histoire et les personnages. Je pense d’ailleurs lire son autre roman, The Muse dont l’intrigue se déroule dans le monde de l’art. Il ne peut que me plaire. Ma plus grande déception du mois va pour So near the horizon de Jessica Koch. Il m’a été chaudement recommandé et je parlerai plus en détail de ce livre dans un billet prochainement.

Du coup, dans mes envies de Mars, il y a encore des auteurs français. Je les découvre à nouveau et avec moins d’a priori qu’avant. 2018 commence sous leur signe, quand bien même ce n’était pas du tout ce que j’avais en tête pour de nouvelles découvertes. Je varie les plaisirs. J’aimerais aussi terminer Sapiens, A brief history of humankind de Yuval Noah Harari qui est un essai brillant et très bien écrit. Je ne fais aucune autre prévision que ce livre. Je ne suis pas habituée au pile à lire du mois, changeant souvent d’avis.

Pour finir, le mois de Février fut également riche culturellement, mais d’une autre manière. Je me suis enfin décidé à réellement me promener dans Metz. Je suis allé voir la Porte des Allemands, les vitraux de Jean Cocteau qui sont une merveille de beauté et de poésie. J’ai visité les deux expositions du Centre Pompidou. Dumb Types a un côté un peu dérangeant avec une scénographie plongée dans le noir, des bruits et des lumières qui clignotent. Et pourtant, certaines oeuvres avait un côté absolument fascinant. Elle est sincèrement à recommander, surtout que c’est la première fois que le collectif expose en France. Cependant, c’est avec la deuxième partie de Japanorama que j’ai été séduite. Je ne connaissais aucun des artistes présents, mais il y avait un certain nombre d’oeuvres sur lesquelles je me suis longuement attardée. Néanmoins, rien à comparer de l’Infinity Mirror Room de Yayoi Kusama. Ce fut un choc de la voir. Je pense qu’il s’agit de la plus belles oeuvres que j’ai pu voir de ma vie et je compte prochainement y retourner pour de nouveau m’y perdre. Je prépare un article dessus, il sera un peu différent de ce que je peux proposer sur le blog, mais j’ai envie d’un peu de changements.

Je vous retrouve le mois prochain pour un nouveau bilan culturel, de mes envies en la matière. Si vous avez des recommandations, des suggestions de westerns, de romans ou d’auteurs français, n’hésitez pas à me les laisser en commentaire.

EnregistrerEnregistrer