Top 5 Wednesday • Debut Novels

Le thème de cette semaine met en avant le premier roman publié d’un auteur. Quels sont mes cinq préférés ? J’ai essayé de me le limiter à ceux lus depuis le début d’année.

The Lost Apothecary • Sarah Penner

Rule #1: The poison must never be used to harm another woman.

Rule #2: The names of the murderer and her victim must be recorded in the apothecary’s register.

One cold February evening in 1791, at the back of a dark London alley in a hidden apothecary shop, Nella awaits her newest customer. Once a respected healer, Nella now uses her knowledge for a darker purpose—selling well-disguised poisons to desperate women who would kill to be free of the men in their lives. But when her new patron turns out to be a precocious twelve-year-old named Eliza Fanning, an unexpected friendship sets in motion a string of events that jeopardizes Nella’s world and threatens to expose the many women whose names are written in her register.

In present-day London, aspiring historian Caroline Parcewell spends her tenth wedding anniversary alone, reeling from the discovery of her husband’s infidelity. When she finds an old apothecary vial near the river Thames, she can’t resist investigating, only to realize she’s found a link to the unsolved “apothecary murders” that haunted London over two centuries ago. As she deepens her search, Caroline’s life collides with Nella’s and Eliza’s in a stunning twist of fate—and not everyone will survive.

The lights of Prague • Nicole Jarvis

In the quiet streets of Prague all manner of otherworldly creatures lurk in the shadows. Unbeknownst to its citizens, their only hope against the tide of predators are the dauntless lamplighters – a secret elite of monster hunters whose light staves off the darkness each night. Domek Myska leads a life teeming with fraught encounters with the worst kind of evil: pijavice, bloodthirsty and soulless vampiric creatures. Despite this, Domek find solace in his moments spent in the company of his friend, the clever and beautiful Lady Ora Fischerová– a widow with secrets of her own.

When Domek finds himself stalked by the spirit of the White Lady – a ghost who haunts the baroque halls of Prague castle – he stumbles across the sentient essence of a will-o’-the-wisp, a mischievous spirit known to lead lost travellers to their death, but who, once captured, are bound to serve the desires of their owners.

After discovering a conspiracy amongst the pijavice that could see them unleash terror on the daylight world, Domek finds himself in a race against those who aim to twist alchemical science for their own dangerous gain.

The lost village • Camilla Sten

Documentary filmmaker Alice Lindstedt has been obsessed with the vanishing residents of the old mining town, dubbed “The Lost Village,” since she was a little girl. In 1959, her grandmother’s entire family disappeared in this mysterious tragedy, and ever since, the unanswered questions surrounding the only two people who were left—a woman stoned to death in the town center and an abandoned newborn—have plagued her. She’s gathered a small crew of friends in the remote village to make a film about what really happened.

But there will be no turning back.

Not long after they’ve set up camp, mysterious things begin to happen. Equipment is destroyed. People go missing. As doubt breeds fear and their very minds begin to crack, one thing becomes startlingly clear to Alice:

They are not alone. They’re looking for the truth… But what if it finds them first?

The Miniaturist • Jesse Burton

On a brisk autumn day in 1686, eighteen-year-old Nella Oortman arrives in Amsterdam to begin a new life as the wife of illustrious merchant trader Johannes Brandt. But her new home, while splendorous, is not welcoming. Johannes is kind yet distant, always locked in his study or at his warehouse office—leaving Nella alone with his sister, the sharp-tongued and forbidding Marin.

Lien vers l’article

The Year of the Witching • Alexis Henderson

A young woman living in a rigid, puritanical society discovers dark powers within herself in this stunning, feminist fantasy debut.

In the lands of Bethel, where the Prophet’s word is law, Immanuelle Moore’s very existence is blasphemy. Her mother’s union with an outsider of a different race cast her once-proud family into disgrace, so Immanuelle does her best to worship the Father, follow Holy Protocol, and lead a life of submission, devotion, and absolute conformity, like all the other women in the settlement.

But a mishap lures her into the forbidden Darkwood surrounding Bethel, where the first prophet once chased and killed four powerful witches. Their spirits are still lurking there, and they bestow a gift on Immanuelle: the journal of her dead mother, who Immanuelle is shocked to learn once sought sanctuary in the wood.

Fascinated by the secrets in the diary, Immanuelle finds herself struggling to understand how her mother could have consorted with the witches. But when she begins to learn grim truths about the Church and its history, she realizes the true threat to Bethel is its own darkness. And she starts to understand that if Bethel is to change, it must begin with her. 

Sorties VO • Août 2021

A lesson in vengeance • Victoria Lee • Delacorte Press • 3 août • 384 pages

Felicity Morrow is back at Dalloway School.

Perched in the Catskill mountains, the centuries-old, ivy-covered campus was home until the tragic death of her girlfriend. Now, after a year away, she’s returned to graduate. She even has her old room in Godwin House, the exclusive dormitory rumored to be haunted by the spirits of five Dalloway students—girls some say were witches. The Dalloway Five all died mysteriously, one after another, right on Godwin grounds.

Witchcraft is woven into Dalloway’s history. The school doesn’t talk about it, but the students do. In secret rooms and shadowy corners, girls convene. And before her girlfriend died, Felicity was drawn to the dark. She’s determined to leave that behind her now; all Felicity wants is to focus on her senior thesis and graduate. But it’s hard when Dalloway’s occult history is everywhere. And when the new girl won’t let her forget.

It’s Ellis Haley’s first year at Dalloway, and she’s already amassed a loyal following. A prodigy novelist at seventeen, Ellis is a so-called “method writer.” She’s eccentric and brilliant, and Felicity can’t shake the pull she feels to her. So when Ellis asks Felicity for help researching the Dalloway Five for her second book, Felicity can’t say no. Given her history with the arcane, Felicity is the perfect resource.

The Dead & the Dark • Courtney Gould • Wednesday Books • 3 août • 352 pages

Something is wrong in Snakebite, Oregon. Teenagers are disappearing, some turning up dead, the weather isn’t normal, and all fingers seem to point to TV’s most popular ghost hunters who have just returned to town. Logan Ortiz-Woodley, daughter of TV’s ParaSpectors, has never been to Snakebite before, but the moment she and her dads arrive, she starts to get the feeling that there’s more secrets buried here than they originally let on.

Ashley Barton’s boyfriend was the first teen to go missing, and she’s felt his presence ever since. But now that the Ortiz-Woodleys are in town, his ghost is following her and the only person Ashley can trust is the mysterious Logan. When Ashley and Logan team up to figure out who—or what—is haunting Snakebite, their investigation reveals truths about the town, their families, and themselves that neither of them are ready for. As the danger intensifies, they realize that their growing feelings for each other could be a light in the darkness.

The Turnout • Megan Abbott • Putnam’s Son • 3 août • 352 pages

Ballet flows through their veins. Dara and Marie Durant were dancers since birth, with their long necks and matching buns and pink tights, homeschooled and trained by their mother. Decades later the Durant School of Dance is theirs. The two sisters, together with Charlie, Dara’s husband and once their mother’s prize student, inherited the school after their parents died in a tragic accident nearly a dozen years ago. Marie, warm and soft, teaches the younger students; Dara, with her precision, trains the older ones; and Charlie, back broken after years of injuries, rules over the back office. Circling around each other, the three have perfected a dance, six days a week, that keeps the studio thriving. But when a suspicious accident occurs, just at the onset of the school’s annual performance of The Nutcracker, a season of competition, anxiety, and exhilaration, an interloper arrives and threatens the delicate balance of everything they’ve worked for.

Once there were wolves • Charlotte McConaghy • Flatiron Books • 3 août • 272 pages

Inti Flynn arrives in Scotland with her twin sister, Aggie, to lead a team of biologists tasked with reintroducing fourteen gray wolves into the remote Highlands. She hopes to heal not only the dying landscape, but Aggie, too, unmade by the terrible secrets that drove the sisters out of Alaska.

Inti is not the woman she once was, either, changed by the harm she’s witnessed—inflicted by humans on both the wild and each other. Yet as the wolves surprise everyone by thriving, Inti begins to let her guard down, even opening herself up to the possibility of love. But when a farmer is found dead, Inti knows where the town will lay blame. Unable to accept her wolves could be responsible, Inti makes a reckless decision to protect them. But if the wolves didn’t make the kill, then who did? And what will Inti do when the man she is falling for seems to be the prime suspect?

The family plot • Megan Collins • Atria Books • 17 août • 320 pages

At twenty-six, Dahlia Lighthouse has a lot to learn when it comes to the real world. Raised in a secluded island mansion deep in the woods and kept isolated by her true crime-obsessed parents, she has spent the last several years living on her own, but unable to move beyond her past—especially the disappearance of her twin brother Andy when they were sixteen.

With her father’s death, Dahlia returns to the house she has avoided for years. But as the rest of the Lighthouse family arrives for the memorial, a gruesome discovery is made: buried in the reserved plot is another body—Andy’s, his skull split open with an ax.

Each member of the family handles the revelation in unusual ways. Her brother Charlie pours his energy into creating a family memorial museum, highlighting their research into the lives of famous murder victims; her sister Tate forges ahead with her popular dioramas portraying crime scenes; and their mother affects a cheerfully domestic façade, becoming unrecognizable as the woman who performed murder reenactments for her children. As Dahlia grapples with her own grief and horror, she realizes that her eccentric family, and the mansion itself, may hold the answers to what happened to her twin.

In my dreams I hold a knife • Ashley Winstead • Sourcebooks Landmark • 31 août • 368 pages

A college reunion turns dark and deadly in this chilling and propulsive suspense novel about six friends, one unsolved murder, and the dark secrets they’ve been hiding from each other—and themselves—for a decade.

Ten years after graduation, Jessica Miller has planned her triumphant return to southern, elite Duquette University, down to the envious whispers that are sure to follow in her wake. Everyone is going to see the girl she wants them to see—confident, beautiful, indifferent—not the girl she was when she left campus, back when Heather’s murder fractured everything, including the tight bond linking the six friends she’d been closest to since freshman year. Ten years ago, everything fell apart, including the dreams she worked for her whole life—and her relationship with the one person she wasn’t supposed to love.

But not everyone is ready to move on. Not everyone left Duquette ten years ago, and not everyone can let Heather’s murder go unsolved. Someone is determined to trap the real killer, to make the guilty pay. When the six friends are reunited, they will be forced to confront what happened that night—and the years’ worth of secrets each of them would do anything to keep hidden.

The Witch Haven • Sasha Peyton Smith • Simon & Schuster • 31 août • 448 pages

In 1911 New York City, seventeen-year-old Frances Hallowell spends her days as a seamstress, mourning the mysterious death of her brother months prior. Everything changes when she’s attacked and a man ends up dead at her feet—her scissors in his neck, and she can’t explain how they got there.

Before she can be condemned as a murderess, two cape-wearing nurses arrive to inform her she is deathly ill and ordered to report to Haxahaven Sanitarium. But Frances finds Haxahaven isn’t a sanitarium at all: it’s a school for witches. Within Haxahaven’s glittering walls, Frances finds the sisterhood she craves, but the headmistress warns Frances that magic is dangerous. Frances has no interest in the small, safe magic of her school, and is instead enchanted by Finn, a boy with magic himself who appears in her dreams and tells her he can teach her all she’s been craving to learn, lessons that may bring her closer to discovering what truly happened to her brother.

Frances’s newfound power attracts the attention of the leader of an ancient order who yearns for magical control of Manhattan. And who will stop at nothing to have Frances by his side. Frances must ultimately choose what matters more, justice for her murdered brother and her growing feelings for Finn, or the safety of her city and fellow witches. What price would she pay for power, and what if the truth is more terrible than she ever imagined?

The woods are always watching • Stephanie Perkins • Dutton Books • 31 août • 304 pages

A traditional backwoods horror story set–first page to last–in the woods of the Pisgah National Forest in the Blue Ridge Mountains.

Two girls go backpacking in the woods. Things go very wrong.

And, then, their paths collide with a serial killer. 

The bookseller’s secret • Michelle Gable • Graydon House • 17 août • 400 pages

In 1942, London, Nancy Mitford is worried about more than air raids and German spies. Still recovering from a devastating loss, the once sparkling Bright Young Thing is estranged from her husband, her allowance has been cut, and she’s given up her writing career. On top of this, her five beautiful but infamous sisters continue making headlines with their controversial politics.

Eager for distraction and desperate for income, Nancy jumps at the chance to manage the Heywood Hill bookshop while the owner is away at war. Between the shop’s brisk business and the literary salons she hosts for her eccentric friends, Nancy’s life seems on the upswing. But when a mysterious French officer insists that she has a story to tell, Nancy must decide if picking up the pen again and revealing all is worth the price she might be forced to pay.

Eighty years later, Heywood Hill is abuzz with the hunt for a lost wartime manuscript written by Nancy Mitford. For one woman desperately in need of a change, the search will reveal not only a new side to Nancy, but an even more surprising link between the past and present…

The Women of Troy • Pat Baker • Doubleday • 24 août • 304 pages

Troy has fallen. The Greeks have won their bitter war. They can return home victors, loaded with their spoils: their stolen gold, stolen weapons, stolen women. All they need is a good wind to lift their sails.

But the wind does not come. The gods have been offended – the body of Priam lies desecrated, unburied – and so the victors remain in limbo, camped in the shadow of the city they destroyed, pacing at the edge of an unobliging sea. And, in these empty, restless days, the hierarchies that held them together begin to fray, old feuds resurface and new suspicions fester.

Largely unnoticed by her squabbling captors, Briseis remains in the Greek encampment. She forges alliances where she can – with young, dangerously naïve Amina, with defiant, aged Hecuba, with Calchus, the disgraced priest – and begins to see the path to a kind of revenge. Briseis has survived the Trojan War, but peacetime may turn out to be even more dangerous…

The Real Valkyrie: The Hidden History of Viking Warrior Women • Nancy Marie Brown • St Martin’s Press • 31 août • 336 pages

In 2017, DNA tests revealed to the collective shock of many scholars that a Viking warrior in a high-status grave in Birka, Sweden was actually a woman. The Real Valkyrie weaves together archaeology, history, and literature to imagine her life and times, showing that Viking women had more power and agency than historians have imagined.

Brown uses science to link the Birka warrior, whom she names Hervor, to Viking trading towns and to their great trade route east to Byzantium and beyond. She imagines her life intersecting with larger-than-life but real women, including Queen Gunnhild Mother-of-Kings, the Viking leader known as The Red Girl, and Queen Olga of Kyiv. Hervor’s short, dramatic life shows that much of what we have taken as truth about women in the Viking Age is based not on data, but on nineteenth-century Victorian biases. Rather than holding the household keys, Viking women in history, law, saga, poetry, and myth carry weapons. These women brag, “As heroes we were widely known—with keen spears we cut blood from bone.” In this compelling narrative Brown brings the world of those valkyries and shield-maids to vivid life.

The last Mona Lisa • Jonathan Santlofer • Sourcebook Landmark • 17 août • 400 pages

August, 1911: The Mona Lisa is stolen by Vincent Peruggia. Exactly what happens in the two years before its recovery is a mystery. Many replicas of the Mona Lisa exist, and more than one historian has wondered if the painting now in the Louvre is a fake, switched in 1911.

Present day: art professor Luke Perrone digs for the truth behind his most famous ancestor: Peruggia. His search attracts an Interpol detective with something to prove and an unfamiliar but curiously helpful woman. Soon, Luke tumbles deep into the world of art and forgery, a land of obsession and danger.

A gripping novel exploring the 1911 theft and the present underbelly of the art world, The Last Mona Lisa is a suspenseful tale, tapping into our universal fascination with da Vinci’s enigma, why people are driven to possess certain works of art, and our fascination with the authentic and the fake. 

Emily Gray Tredrowe • The talented Miss Farwell (2020)

The talented Miss Farwell • Emily Gray Tedrowe • Custom House • Septembre 2020 • 352 pages

At the end of the 1990s, with the art market finally recovered from its disastrous collapse, Miss Rebecca Farwell has made a killing at Christie’s in New York City, selling a portion of her extraordinary art collection for a rumored 900 percent profit. Dressed in couture YSL, drinking the finest champagne at trendy Balthazar, Reba, as she’s known, is the picture of a wealthy art collector. To some, the elusive Miss Farwell is a shark with outstanding business acumen. To others, she’s a heartless capitalist whose only interest in art is how much she can make.

But a thousand miles from the Big Apple, in the small town of Pierson, Illinois, Miss Farwell is someone else entirely—a quiet single woman known as Becky who still lives in her family’s farmhouse, wears sensible shoes, and works tirelessly as the town’s treasurer and controller. 

No one understands the ins and outs of Pierson’s accounts better than Becky; she’s the last one in the office every night, crunching the numbers. Somehow, her neighbors marvel, she always finds a way to get the struggling town just a little more money. What Pierson doesn’t see—and can never discover—is that much of that money is shifted into a separate account that she controls, “borrowed” funds used to finance her art habit. Though she quietly repays Pierson when she can, the business of art is cutthroat and unpredictable. 

But as Reba Farwell’s deals get bigger and bigger, Becky Farwell’s debt to Pierson spirals out of control. How long can the talented Miss Farwell continue to pull off her double life? 


J’apprécie énormément quand un ouvrage évoque l’histoire ou le marché de l’art. Je suis plutôt demandeuse de ce type d’histoire, regardant avec attention les nouvelles parutions. The talented Miss Farwell avait retenu toute ma curiosité : une collectionneuse, une arnaque… Ça avait de quoi me plaire. Malheureusement, cela n’a pas été le cas.

Le roman commençait bien. Emily Gray Tedrowe nous présente Becca, une jeune fille intelligente qui aurait pu faire de grandes études si elle n’avait pas dû s’occuper de son père malade. Sa vie aurait pu être monotone, mais son chemin a croisé celui d’un tableau. Elle s’est mise en tête qu’elle avait un besoin viscéral de la posséder. J’aurais aimé que ce point soit développé, car cela aurait pu être intéressant, notamment pour moi, historienne de l’art, que de le retrouver dans un roman. Cependant, l’auteur botte bien souvent en touche, donnant aussi au personnage principal un manque de profondeur. Elle est timide et effacée, sauf quand elle se rend dans des galeries ou des foires d’art contemporain. C’est donc un aspect essentiel de sa personnalité, mais c’est trop superficiel pour moi.

Je m’attendais à plus d’actions, mais surtout à plus de suspens en commençant ce livre. Malheureusement, ils ne sont pas au rendez-vous. Que les premières pages peuvent paraître un peu lentes, je veux bien le pardonner. Il faut toujours un peu de temps pour mettre en place les principaux éléments de l’intrigue, présenter la double vie de Becca. Puis l’intrigue démarre réellement. J’ai abandonné ce livre alors que je n’étais pas si loin de la fin. Tout simplement, l’histoire ne semblait pas prendre une direction claire. Sans suspens ou élément de surprise qui viennent donner une impulsion à l’intrigue, un rythme qui s’accélère, The talented Miss Farwell en devient très ennuyeux.

Un autre point sur lequel j’ai envie de réagir est la description du monde de l’art. Le roman met l’accent sur le côté glamour et spectaculaire du marché de l’art avec des sommes folles dépensées dans des oeuvres, des fêtes où le champagne coule à flot, la présence du luxe… Cet aspect amène un fort contraste avec la vie de Becca dans sa petite ville et son double, Rebba, collectionneuse qui se crée progressivement une réputation. Je n’ai pas trop cherché à savoir si c’était réaliste ou non, tout simplement, cela amenait un peu de changement dans l’ennui absolu que sont la vie de Becca et les passages qui lui sont consacrés.

Ennui renforcé par le fait que l’auteur m’a totalement perdu dans ses explications sur la manière dont Becca trouvait l’argent, comment elle en remboursait une partie… Elle va très loin dans ce domaine et avec les petites bases en comptabilité que j’ai, ce n’était pas suffisant pour pouvoir suivre tous les mouvements. Si ce n’était qu’un passage où elle expose toutes les ficelles de la combine une bonne fois pour toutes, ça aurait pu passer. Cependant, ce sont des paragraphes assez récurrents. Cet aspect du roman participe à sa lourdeur et à son côté assommant.

The talented Miss Farwell est un roman qui semblait prometteur aux premiers abords, avec un thème central qui me passionne depuis des années. Malheureusement, j’ai vraiment été déçue, et je m’attendais à une histoire plus rythmée et pleine de suspens et rebondissements. Aucun des personnages ne m’a réellement marqué, durant et après ma lecture. Becca est à l’image du livre, plate et inintéressante. J’ai quelque peu le sentiment d’avoir perdu mon temps avec ce livre.

Elizabeth MacNeal • The Doll Factory (2019)

The Doll Factory • Elizabeth MacNeal • 2019 • Picador • 336 pages

London. 1850. The Great Exhibition is being erected in Hyde Park and among the crowd watching the spectacle two people meet. For Iris, an aspiring artist, it is the encounter of a moment – forgotten seconds later, but for Silas, a collector entranced by the strange and beautiful, that meeting marks a new beginning. 

When Iris is asked to model for pre-Raphaelite artist Louis Frost, she agrees on the condition that he will also teach her to paint. Suddenly her world begins to expand, to become a place of art and love.

But Silas has only thought of one thing since their meeting, and his obsession is darkening…

The Doll Factory est le premier roman de l’écrivaine écossaise, Elizabeth MacNeal dont l’inspiration lui vient d’un essai qu’elle a écrit durant ses études. Ce dernier portait sur la littérature anglaise des années 1850. Sur son site officiel, elle parle aussi de sa fascination pour Lizzie Suddal, muse et compagne de Dante Gabriel Rossetti, pour le Londres de cette époque, bouillonnante d’inspirations et d’ambitions que cristallise l’organisation de la toute première Exposition universelle de 1851. À cette occasion, le Crystal Palace sera construit.

Ce sont autant d’aspects historiques qui se retrouvent dans ce roman, pour mon plus grand bonheur. L’auteur évoque la construction du Crystal Palace, une des premières architectures de verre et d’acier et qui s’inspire des serres. En effet, Joseph Praxton (1803-1865), son concepteur, était avant tout un jardinier. Le roman fourmille de petites anecdotes historiques qui étoffent l’intrigue, la rendent vraisemblable, mais surtout elles donnent au lecteur l’impression de marcher au côté d’Iris dans le Londres de 1850. Une petite anecdote que j’ai adoré retrouver est celle autour des wombats, animaux que les Préraphaélites appréciaient énormément. La rumeur voulait que le wombat de Rossetti soit mort après avoir mangé une boîte de cigares… Rumeur fausse, bien entendu.

Il y a d’autres aspects historiques dans ce roman qui m’ont énormément plu et qui ne tiennent pas seulement à l’Exposition universelle. Il y a surtout la présence centrale des Préraphaélites, mouvement artistique anglais que j’adore et qui est largement abordé dans ce livre (de la place des artistes dans la société par rapport à l’Académie, le rôle important des critiques au XIX siècle qui se développent énormément, le rôle des muses, leurs méthodes de travail…). Il y a également tout un développement sur les conditions de vie et de travail des pauvres, notamment à travers le personnage tellement attachant d’Albie. Les femmes tiennent également un grand rôle dans cette intrigue. Elizabeth MacNeal montre bien la manière dont la femme était perçue à cette époque, la condition qui lui était assignée : épouse et mère ; travailleuse ou prostituée. La volonté de reconnaissance et d’ascension sociale est amplement évoquée avec Silas, un personnage qui fait froid dans le dos.

Cette impression est renforcée par, à la fois, son métier et sa psychologie. Elizabeth MacNeal a fait un excellent travail sur la description des différents personnages, mais pour Silas, je trouve qu’elle a mis un cran au-dessus. Dès sa première apparition, le lecteur sent qu’il y a quelque chose de malsain chez lui. Sa passion pour tout ce qui est morbide, les curiosités, la taxidermie ne joue pas en sa faveur. Je l’ai détesté et, tout au long du roman, j’ai espéré qu’il n’arrive jamais à ses fins, surtout après la révélation de certains secrets le concernant.

C’est à travers ce dernier que la tension psychologique du roman se crée. En le commençant, je ne m’attendais pas à ce qu’il prenne une telle direction. Mais, progressivement, d’un roman historique, The Doll Factory devient un thriller psychologique. Pour un premier roman, Elizabeth MacNeal m’a étonnée par sa maîtrise de la tension, du drame. J’ai retenu mon souffle tout au long des pages, tout en ayant beaucoup d’espoir, de la peur et de la colère. J’ai été prise dans cette intrigue rapidement, prenant à coeur le destin d’Iris.

J’ai beaucoup aimé cette jeune femme courageuse et brillante, elle ose sortir des conventions en suivant ses rêves de devenir une artiste. On peut réellement voir la fascination qu’a exercée Lizzie Suddal sur l’auteur à travers Iris. Elles partagent un certain nombre de points communs. Elles ont toutes les deux étaient découvertes alors qu’elles travaillaient dans des boutiques. Elles sont toutes les deux rousses, une couleur de cheveux qui obsédait les artistes préraphaélites. Elles sont toutes les deux muses et artistes. Cela peut donner quelques pistes de réflexion sur le destin d’Iris, même si je ne l’espère pas pour elle. Lizzie Suddal apparaît d’ailleurs dans le roman, aux côtés de Rossetti et Millais.

The Doll Factory a presque été un coup de coeur. Il y a quelques petits coups de mou parfois, entre l’introduction des personnages, puis quand l’aspect thriller psychologique commence réellement. Cependant, c’est vraiment un excellent roman, avec une écriture de qualité. Je serai curieuse de lire d’autres ouvrages de l’auteur et je recommande ce premier roman étonnant. Tout au long de ma lecture, je me suis dit que c’est le genre d’histoire que j’aimerais beaucoup voir adapter au cinéma ou en série.

Anne de Rochas • La femme qui reste (2020)

La femme qui reste • Anne de Rochas • Août 2020 • Les Escales • 400 pages

« Que cherchez-vous, mademoiselle ? » À la question posée par Walter Gropius, Clara répond : « Une vie. »

Dans l’Allemagne exsangue et tumultueuse des années 1920, le Bauhaus est plus qu’une école d’art. C’est une promesse. Une communauté dont le but est de mettre en forme l’idée de l’Homme nouveau. En 1926, l’école s’installe à Dessau. Dans le grand bâtiment de verre et d’acier, Clara, Holger et Théo se rencontrent, créant une sorte de Jules et Jim. À Berlin, toute proche, le temps s’assombrit. Les convictions artistiques ou politiques ne sont pas les seuls facteurs qui décident du cours d’une vie. Ce sont aussi, entre rêves d’Amérique et désirs de Russie, d’autres raisons et déraisons. Lorsque l’école sera prise dans les vents contraires de l’Histoire, les étudiants feront leurs propres choix. À qui, à quoi rester fidèle, lorsqu’il faut continuer ?

•••

Il est rare que je m’intéresse outre mesure à la rentrée littéraire. Je dois noter un ou deux titres chaque année sur la pléthore de livres qui sort à ce moment-là. Cette année, j’en ai noté deux, des romans historiques : La race des orphelins d’Oscar Lalo, que je n’ai pas encore lu, et La femme qui reste d’Anne de Rochas qui retrace l’histoire du Bauhaus. Il ne m’en fallait pas plus, je l’avoue. Malheureusement, je suis passée totalement à côté de ce livre.

Depuis de très longues années, je me passionne pour la période de l’entre-deux-guerres en Allemagne et surtout à Berlin, à la fois d’un point de vue historique, sociétale et, bien entendu, artistique. Les années 20 et 30 sont celles d’Otto Dix, Félix Nussbaum, Georg Grosz, par exemple, mais également du Bauhaus. Ce n’est pas uniquement un courant architectural, car il y avait aussi de la création textile, du design, de la scénographie pour le théâtre… C’est un des points forts du titre, à mon avis, que de remettre le mouvement dans son contexte historique, de rappeler son histoire mouvementée. Quand le roman démarre, Walter Gropius n’est plus à Weimar, la ville ne voulant plus vraiment de son école. Il a fait un court arrêt à Halle, d’où l’héroïne est originaire, pour poursuivre finalement l’aventure à Dessau.

Par ailleurs, je trouve que la position de la société pour la création contemporaine est bien montrée : entre curiosité, approbation et rejet, rejet qui va se faire de plus en plus entendre au fur et à mesure des années, avant d’être considérée comme dégénérée. Le Bauhaus en fera les frais avec le nazisme, puisqu’un certain nombre d’artistes, architectes et autres du mouvement s’exileront à New York. Adorant le Bauhaus, je me suis régalée.

Encore plus quand La femme qui reste me permet de côtoyer des artistes et architectes qui comptent parmi mes préférés comme Wassily Kandinsky, par exemple, ou Walter Gropius. Anne de Rochas s’est parfaitement documentée pour son livre et l’historienne de l’art que je suis à adorer voir la pensée du Bauhaus, sa manière un peu particulière d’enseigner, reprendre vie. C’est vraiment intéressant et passionnant. Toutefois, j’ai trouvé que l’auteur en faisait parfois trop et que cela amenait énormément de longueurs, mais aussi de lourdeurs au roman, au détriment de l’action et de l’évolution des personnages. En effet, elle part dans des envolées lyriques autour du Bauhaus, du processus artistique qui trop souvent n’apportent strictement rien à l’intrigue, ou à la compréhension de ce mouvement. D’autant plus, qu’ils sont également extrêmement redondants.

Un autre point positif est la description de la société allemande de l’entre-deux-guerres. La pauvreté est évoquée, tout comme les conséquences de la crise financière, contrebalancées par les grandes fortunes, souvent mécènes de l’art contemporain. Progressivement, par petites touches, la montée du nazisme et le changement d’attitudes sur l’art prennent le pas sur les Années Folles et celles de gloire du Bauhaus en Allemagne. J’ai vraiment eu l’impression d’y être, de flâner dans les rues de Dessau avec Clara et ses amis, de partager leurs difficultés au quotidien. Cependant, un autre point vient obscurcir le tableau : la temporalité du roman. En effet, Anne de Rochas change parfois d’époque et avance dans le temps. C’est quelque chose avec lequel j’ai souvent du mal, car cela casse le rythme. C’est le cas ici. J’aurais préféré que l’intrigue soit chronologiquement linéaires, sans bonds dans le temps, pour plusieurs raisons.

Premièrement, certains « sauts » dans le temps apportent de la confusion. Deuxièmement, j’aimais beaucoup plus les parties de la jeunesse et formation de Clara et je me demandais quelle allait être son évolution. Or, ces bonds de quelques années après gâchent une bonne partie de l’intrigue, en anticipant trop sur certains points alors que cela aurait pu créer un peu de suspense et d’attente. Le trio de personnages m’a tout de suite plu et, en tant que lectrice, j’ai senti rapidement qu’un drame allait arriver, qu’une cassure allait se produire. C’était inévitable. Malheureusement, le changement de temporalité cassait un peu la construction progressive du drame. C’est vraiment un aspect que j’ai trouvé dommage.

Ce point et les trop nombreuses longueurs et lourdeurs ont eu raison de moi. Pourtant La femme qui reste aurait pu être un coup de coeur absolu, le roman que je n’attendais plus sur le Bauhaus. J’ai abandonné bien avant la fin. La lecture s’est révélée de plus en plus houleuse au fur et à mesure. Grosse déception pour ce roman sur lequel j’avais placé énormément d’espoir.

Au banc des essais #2

Je vous propose une petite sélection de trois essais que j’ai lus dernièrement. Deux sont relativement proches et un autre change de sujet du tout ou tout. J’essaie, dans la mesure du possible, de présenter des ouvrages qui soient accessibles à tous, qui n’ont pas besoin de connaissances poussées dans le domaine pour les apprécier. Ma volonté est vraiment de mettre plus en avant ce genre littéraire, parfois boudé des blogs.

La voiture du peuple et le sac Vuitton de Éve Charrin

Glisser dans un sac à main le désarroi de nos classes moyennes. Caser dans une petite voiture low-cost la croissance rapide et inégalitaire des grands pays émergents, ou montrer qu’un climatiseur peut souffler, à l’occasion, l’air frais de la démocratie… Dire le monde en une quinzaine d’objets, c’est le pari de ce livre. Porteurs de désirs et d’espoirs, nés du travail et de l’argent, les objets reflètent notre imaginaire et trahissent les rapports de force qui façonnent une époque. Luxueux ou modestes, ils sont les héros de ces fables contemporaines qui mènent de Paris à Bombay en passant par Londres et Dubaï. Dans le prolongement des Mythologies de Roland Barthes, Ève Charrin combine la lucidité de l’enquête et la subjectivité du récit pour explorer ce que nous révèlent les choses.

L’idée de départ est d’établir des liens avec des objets iconiques avec un fait de société. Elle aborde, par exemple, le sac Pliage Longchamp qui parle à toutes les générations et à toutes les classes sociales. C’est un texte qui m’a, du coup, énormément plu, car j’en possède moi-même pas moins de cinq ou six différents. J’ai ainsi pu m’identifier à ses propos, voir dans quelle catégorie elle allait me mettre… Dans un autre texte, elle se pose la question suivante : comment la pomme, un des fruits les plus accessibles, peut également devenir un objet de luxe ou qui véhicule un message politique ?

Ce sont des courts textes qui ne sont pas sans rappeler les Mythologies de Roland Barthes, mais en plus accessibles, et passionnants, car elle se situe réellement dans notre époque. Nous connaissons les objets dont elle parle, ce qui n’est pas toujours le cas avec Barthes. Cet essai fut vraiment une bonne surprise, malgré des textes d’une qualité très variable, dont un qui m’a semblé quelque peu hors sujet. Certains m’ont paru très justes dans l’analyse de notre société, notamment celui sur le sac Vuitton. Je n’ai pas spécialement de notions de sociologie, ce qui ne m’a pas empêché de comprendre ce qu’elle voulait dire.

Mythologies de Roland Barthes

Notre vie quotidienne se nourrit de mythes : le catch, le striptease, l’auto, la publicité, le tourisme… qui bientôt nous débordent. Isolés de l’actualité qui les fait naître, l’abus idéologique qu’ils recèlent apparaît soudain. Roland Barthes en rend compte ici avec le souci – formulé dans l’essai sur le mythe aujourd’hui qui clôt l’ouvrage – de réconcilier le réel et les hommes, la description et l’explication, l’objet et le savoir. « Nous voguons sans cesse entre l’objet et sa démystification, impuissants à rendre sa totalité : car si nous pénétrons l’objet, nous le libérons mais nous le détruisons ; et si nous lui laissons son poids, nous le respectons, mais nous le restituons encore mystifié ».

Un des classiques du genre et qui a inspiré de nombreuses générations de sociologues après lui, dont l’essai que j’ai évoqué plus haut. Ce sont des textes plus ou moins longs sur différentes thématiques, comme la nouvelle Citroën, le plastique qui venait d’apparaître et d’être très largement produit, les pages horoscope du magazine Elle (qui semble un bon sujet d’étude, car il revient souvent)… Il réagit à l’actualité de son temps.

Du coup, certains textes peuvent nous sembler légèrement dépassés, et nous ne savons plus vraiment de quoi il parle. Cependant, juste pour la méthodologie, la manière de penser, de construire le propos, je pense qu’il reste passionnant à lire voire essentiel. D’autres peuvent encore avoir des échos à l’heure actuelle. J’avoue avoir eu parfois du mal avec quelques textes et j’ai mis plusieurs mois à le terminer. Ce n’est pas un ouvrage que j’ai réussi à lire d’un bout à l’autre, mais par petits essais. J’en avais pourtant déjà lu et étudié. Toutefois, ce n’est pas un ouvrage qui se laisse facilement appréhendé, par moment.

Le musée disparu d’Hector Feliciano

Printemps 1940 : au fur et à mesure de la progression de la Wehrmacht sur le territoire français, des services nazis de confiscation, spécialement institués, entreprennent, à partir de listes établies bien avant le déclenchement de la guerre, le pillage et la confiscation, qui dureront tout le temps de l’Occupation, de milliers d’œuvres d’art. Des collections publiques et privées, des tableaux mais aussi des millions de livres, manuscrits, meubles et objets de valeur partent vers l’Allemagne. Volés systématiquement et méthodiquement, ou plus fortuitement par les officiers et les soldats, nombre n’ont aujourd’hui encore pas été retrouvés. En 1995, Hector Feliciano publiait en France le fruit de huit années d’enquête, au terme desquelles il avait retrouvé la trace de certaines œuvres. Les traductions de cet ouvrage à l’étranger l’enrichirent chaque fois de découvertes nouvelles, puisqu’elles s’inscrivaient dans le mouvement international de restitution aux héritiers des biens confisqués et presque toujours récupérés après la guerre par les États nationaux, mais pas par les familles, faute le plus souvent d’informations. 

Fruit de huit années de recherches et d’enquêtes, Hector Feliciano aborde le pillage des musées, mais surtout des collections privées de marchands d’art, de banquiers, d’industriels juifs… Son ouvrage est très amplement documenté et absolument passionnant. Il se lit presque comme un roman, une saga historique dramatique où l’Histoire se fait implacable. À la lecture, j’ai pu croiser les Rotschild, Paul Rosenberg, mais également Braque, Picasso… Ce sont des noms de collectionneurs et marchands d’art que je connaissais. Ils ont joué un rôle primordial en faisant connaître et en supportant des artistes de l’avant-garde. En revanche, j’ignorais tout du sort de leurs collections.

C’est un sujet qui était relativement peu abordé. Malgré quelques années à dévorer tout ce que je pouvais (ou presque) autour de la Seconde Guerre mondiale, l’art, les collections privées et publiques et le patrimoine n’ont quasiment jamais été abordés. J’en ai seulement pris conscience avec la sortie du film Monument Men, inspiré d’une autre enquêté, réalisée par Robert M. Edsel, puis d’un autre film, La femme au tableau qui aborde la question de la restitution des oeuvres. Le musée disparu s’intéresse surtout au cas de la France, une raison de plus de le lire. J’ai aussi appris que certaines oeuvres n’ont jamais été retrouvées. Parfois, des visuels existent permettant de se faire une idée. Mais, au final, combien d’oeuvres ne pourrons-nous jamais voir ? Où sont les oeuvres qui ont disparu ?

Sincèrement, je recommande cette lecture enrichissante qui m’a appris plein de choses que j’ignorais… Le tout dans un style très accessible qui peut faire penser aux romans d’enquête. Si ces questions vous intéressent, c’est le premier à lire, je pense.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

La Culture avec un grand A et du latte #3

Mon mois d’avril fut pris par mon stage, qui fut intense, mais qui m’a permis d’apprendre de nouvelles compétences professionnelles, comme la rédaction de communiqués de presse. J’ai pu vraiment m’investir dans la vie de la Fondation, faire des propositions. J’ai adoré chaque minute passé là-bas. Du coup, j’en ai un peu oublié certaines choses.

Honte à moi ! En tant qu’étudiante dans le domaine de la culture, je n’ai visité aucun musée ni exposition durant le mois. Je compte bien me rattraper durant le mois de mai. Je compte aller voir la nouvelle exposition du Centre Pompidou de Metz, Couples modernes. J’aimerais aussi voir un peu plus d’oeuvres de l’incroyable exposition se déroulant dans la ville de Strasbourg, Industrie magnifique. Je suis déjà allée voir le mammouth se situant à côté de la cathédrale. Le 19 mai, c’est également la Nuit européenne des musées. Je n’ai pas encore arrêté de programme, mais j’y réfléchis.

Du point de vue des lectures, j’ai enchaîné avec des livres moyens ou des grosses déceptions. Je n’ai eu littéralement aucun coup de coeur ce mois-ci où j’ai presque joué de malchance ! Parmi les romans que je qualifierai de sympathique, mais sans plus, j’ai pu lire le premier tome de la trilogie Wicked de Jennifer L. Armentrout, auteur que je découvrais par la même occasion. Je retiens l’univers qui se développe autour des faës et de la Nouvelle-Orléans. Malheureusement, j’ai trouvé que la romance prenait parfois toute la place, au détriment de l’intrigue. De plus, la fin fut sans surprise également. C’est le reproche que je fais également à Poppy de Mary Hooper. Je pense en reparler plus longuement sur le blog en novembre, car je développe un petit projet dans lequel ce roman s’intègre parfaitement. Toutefois, si je devais retenir un seul ouvrage, ce serait Le musée disparu d’Hector Feliciano. C’est une enquête menée par un journaliste sur les oeuvres disparues durant la Seconde Guerre mondiale, très bien écrit et accessible.

En revanche, grosse déception pour le premier tome de L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante. J’en avais entendu tellement de bien sur la blogosphère et il était absolument partout. J’ai fini par craquer, après avoir longuement hésité. Le prologue m’avait quelque peu charmé, mais, très vite, je me suis ennuyée. J’ai trouvé le style de l’auteur mécanique et froid, voire impersonnel, des faits sans sentiments. Je ne me suis jamais attachée aux deux amies et j’ai fini par abandonner. Autre grosse déception pour The Muse de Jessie Burton. Il fera l’objet d’un prochain article, aussi, je ne vais pas m’étendre dessus.

Pour finir sur le récapitulatif de mes lectures du mois, je signale également Release de Patrick Ness (un article viendra dans quelques jours), Mrs Dalloway de Virginia Woolf que j’ai abandonné. Je n’ai jamais réussi à dépasser les cinq premières pages et j’ai essayé plusieurs fois, sans grand succès. Cela faisait presque un an que j’avais commencé The travels de Marco Polo. Même avec toute la bonne volonté du monde, je n’ai jamais réussi à dépasser les vingt pages lus…

En revanche, j’ai eu plus de chance avec les films et les séries que j’ai pu voir. Clairement, le mois d’avril fut placé sous le signe des zombies avec la sortie de la deuxième saison de Santa Clarita Diet, que j’ai dévoré en quelque jour. Encore un coup de coeur pour cette série qui change un peu de ce qui se fait autour des morts-vivants. C’est drôle, complètement loufoque et déjanté. Je ris franchement à chaque épisode. J’ai aussi regardé deux saisons de Z Nation, qui restera un de mes plaisirs coupables. Du côté des films, j’avoue ma passion pour les comédies horrifiques autour des zombies. Plus c’est nul, plus j’aime… Manuel de survie à l’apocalypse zombie était plutôt sympathique, avec des scènes bien comiques, frôlant parfois le grand n’importe quoi. J’ai également revu World War Z. Il se laisse voir.

Cependant, mon coup de coeur absolu du mois est dans un tout autre registre. J’ai plus qu’adoré… Roulements de tambour… Pierre Lapin. Oui, oui, Pierre Lapin. Je ne savais pas à quoi m’attendre en le voyant. Certainement pas à adorer chaque minute de ce dernier, à rire tout du long. Un article est déjà préparé pour vous expliquer le pourquoi du comment. J’ai commencé le mois avec un autre film sur les animaux, qui reste un classique du genre, sans vraiment de surprise. La fin est connue avant même d’avoir débuté le film. Benji reste toutefois un film adorable à voir, mais qui ne me laissera pas de souvenirs impérissable. Je dirai la même chose du troisième Pitch Perfect. Je ne regrette pas de ne pas l’avoir vu au cinéma. Il est mieux que le deuxième, mais moins bien que le premier.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Jessie Burton • The Miniaturist (2014)

The Miniaturist • Jessie Burton • Picador • 2014 • 424 pages

On a brisk autumn day in 1686, eighteen-year-old Nella Oortman arrives in Amsterdam to begin a new life as the wife of illustrious merchant trader Johannes Brandt. But her new home, while splendorous, is not welcoming. Johannes is kind yet distant, always locked in his study or at his warehouse office—leaving Nella alone with his sister, the sharp-tongued and forbidding Marin.

•••

Les intérieurs de Vermeer, Pieter de Hooch, Samuel van Hoogstraten, les petites rues et ruelles, les places qui sont peintes nous ont toujours donné à voir la vie quotidienne des Hollandais des XVI et XVII siècle. Cependant, ils gardent tout de même une part de mystères sur la vie privée et intime, même s’il y a quelques tableaux dans ce sens. The Miniaturist de Jessie Burton imagine ce qu’il peut se passer derrière ces fenêtres et ces portes.

L’âge d’or hollandais fait partie de ces périodes historiques que j’adore que j’ai eu la chance de pouvoir étudier. En revanche, ce roman est véritablement un des premiers que je lis concernant cette période. Après avoir terminé celui-ci, je ne pense pas m’arrêter en si bon chemin, car il fut un coup de coeur sous bien des aspects dont l’un des premiers tient au talent de l’auteur pour faire revivre la société hollandaise de cette époque. Elle se rapproche d’une vérité historique, même si le livre a un petit côté fantastique, fantasmagorique. Les principaux éléments sont présents : l’importance de la ville (tout doit être fait pour sa gloire, et notamment par delà ses murs), l’importance également accordée à l’argent quoi doit être autant montré que caché, une société marchande avant tout, la religion et sa place parfois ambiguë… Je les ai trouvé bien développés dans la mesure où ils m’ont donné l’impression de vivre et d’évoluer aux côtés de Nella et de sa nouvelle vie à Amsterdam. Je n’ai pas eu l’impression d’un gros décalage historique ou d’énormes anachronismes.

L’aspect historique est un premier positif. Cependant, couplé à l’ambiance que Jessie Burton met doucement en place, il ne m’en fallait pas plus pour que le coup de coeur s’annonce. Je suis relativement friande de mystères qui se cachent derrière les portes, de secrets de famille bien cachés… J’ai vraiment été servie, car dans The Miniaturist, l’auteur propose révélations sur révélations. Elles peuvent paraître parfois un peu rocambolesques, mais elles ont sur aussi me charmaient, car elles me montraient différents aspects de la société d’Amsterdam en mettant en scène un personnage de couleur, un homosexuel, des femmes de toute conditions. La manière dont ils essaient de composer avec la société qui les observe et les juge constamment, prête à sauter sur leur moindre faux pas, renforce l’ambiance pesante du roman. Comme les personnages, le lecteur ne sait plus sur quel pied danser et à qui faire confiance. Cette oppression, ce sentiment lugubre qui habite la maison de Nella se retrouve aussi dans les descriptions de la ville et du temps. Du coup, le sentiment d’évoluer auprès des personnages s’en trouve renforcé. J’ai véritablement été immergée dans leurs vies quotidiennes et leurs drames. Impossible de lâcher le livre avant de savoir la fin.

De plus, j’ai trouvé toute l’intrigue autour du miniaturiste et de la maison de poupée absolument génial. Le fait qu’elle permettait au personnage principal d’en apprendre plus sur son entourage m’a énormément plu. J’ai adoré cette idée et la manière dont elle a été développée. Elle apporte aussi sa touche de mystère. Tout comme Nella, j’attendais avec impatience la prochaine livraison. Avec un peu d’anxiété également ! C’est un élément étonnant de l’intrigue qui apporte quelque chose en plus, sans pour autant prendre toute la place. Cette maison n’est parfois qu’une présence fantomatique.

Le roman m’a enfin marqué par l’ensemble des personnages féminins, notamment les trois femmes de la famille Brandt : Petronella, la jeune mariée ; Marin, la soeur d’un riche marchand et célibataire, et Cornelia, la servante. Elles démontrent trois types de conditions, mais aussi la manière dont elles essaient de se faire une place dans la société avec les libertés qui leurs sont laissées. J’ai vraiment aimé le portrait que Jessie Burton fait d’elles. Je les ai toutes appréciées, chacune pour de raisons différentes. Cornelia, par exemple, m’a plu pour sa loyauté à toute épreuve. Nella m’a impressionné par son évolution au fil des pages. D’une jeune fille peu sûre d’elle, elle s’impose doucement mais sûrement au point d’avoir le destin de sa famille entre ses mains… Elles furent toutes les trois le genre de personnages que je retiens.

The Miniaturist fut ma première découverte de la plume de Jessie Burton et je ne pense pas m’arrêter là. Elle a publié un deuxième roman, The Muse, qui propose une histoire prenant place dans le monde de l’art qui ne pourrait que me plaire. Depuis, j’ai aussi appris que le livre a été adapté par une mini-série, par la BBC. Ils sont généralement très bons pour les period dramas. Je pense m’y plonger prochainement.

EnregistrerEnregistrer

La Culture avec un grand A et du latte #1

Parmi mes résolutions de 2018, j’avais envie d’explorer de nouveaux genres littéraires et cinématographiques. En 2017, j’avais lu et adoré de la poésie et de la science-fiction, sortant ainsi de mes habitudes. Je voulais continuer durant la nouvelle année, mais sans avoir d’idées précises. Le mois de Janvier fut relativement classique. Je ne suis pas vraiment partie à la découverte, mais je me suis rattrapée en Février.

Une conférence sur l’image de la femme dans les westerns américains m’a fait prendre conscience que je n’y connaissais absolument rien en la matière. Je pense en avoir vu deux dans toute ma vie : Django Unchained (2013) et Le bon, la brute et le cinglé (2008). Le conférencier a donné un grand nombre de références et de classiques dont même le nom ne me disait rien. Du coup, il faut que je répare cela. Cependant, j’ai expliqué l’univers des westerns par une pièce de théâtre qui s’interrogeait aussi sur les femmes et leurs conditions à cette époque qui sont limitées à trois rôles : l’épouse, la prostituée et l’esclave. Wild West Women était joué par trois femmes de talent : deux actrices et une bruiteuse qui était à couper le souffle et qui rendait la pièce encore plus vivante. Les deux actrices étaient tout aussi incroyables. Elles jouaient plusieurs personnages en même temps et arrivaient toujours à leur donner parfaitement vie les uns après les autres. Je n’ai pas vu les trois heures quarante-cinq minutes que durait la pièce. C’est un énorme coup de coeur pour des performances à vous couper le souffle… Et quel bonheur de retourner au théâtre.

En revanche, je n’ai pas vu encore de westerns, mais pourquoi pas en mars. Du point de vue des films vus durant Février, le bilan est plutôt mitigé. Ma seule véritable surprise tenait à Wonder (2017). Il ne me disait rien et pourtant… C’est une très belle histoire d’amitié, d’acceptation de soi et de l’autre, des différences. Ce film fut un mélange incroyable de moments d’émotion, de bonheur et de joie de vivre. Pour ma déception du mois, le grand gagnant est sûrement The Shape of water (2018), le nouveau film de Guillermo del Toro. Ce film a beaucoup fait parler de lui et j’avais encore en tête l’incroyable Labyrinthe de Pan (2006). J’ai pu retrouver la touche esthétique de Del Toro avec des plans travaillés, des couleurs sombres et bleutées. Je n’ai rien à redire des performances des principaux acteurs, Sally Hawkins et Michael Shannon. Là où je suis déçue, c’est concernant l’intrigue. L’histoire est sans surprise et la fin se devine bien avant qu’elle arrive. Elle n’apporte rien de plus au thème de la différence.

Parmi les autres films vus, il y a eu The Snowman (2017), Invincible (2014) qui est un bon film historique, La Tour sombre (2017). Elle fait partie des nombreuses adaptations de l’oeuvre de Stephen King de 2017. Malheureusement, je n’ai pas été conquise par cet univers (ou ce qu’ils en ont fait). Rien n’est abouti, l’univers et les personnages sont à peine effleurés. Je pense qu’il y avait matière à faire quelque chose de bien mieux. A futile and stupid gesture (2017) ainsi que Jupiter, Le destin de l’univers (2015) ne me laisseront pas un souvenir impérissable. Ils m’ont même un peu ennuyée… J’ai aussi vu (enfin) Dunkerque (2017) et ce fut une bonne surprise. Les plans aériens étaient époustouflants. Ce n’est pas non plus un coup de coeur, mais un film intéressant, plein de tension. J’avais un peu peu d’un Harry Styles acteur, mais ça passait. Le Crime de l’Orient Express (2017) fut le dernier film vue pour Février et il se finit sur une bonne note. Visuellement irréprochable, il réunit un très bon casting. Je ne me suis pas ennuyée et je me suis facilement prise au jeu, devinant un peu avant le dénouement le coupable. Une victoire pour moi ! De plus, il m’a vraiment donné envie de me plonger dans l’oeuvre d’Agatha Christie que je connais très mal, ayant seulement lu Dix petits nègres.

En parlant de romans, je dois avouer que c’est plutôt de ce côté que je suis sortie des sentiers battus en lisant deux romans de la rentrée littéraire de septembre 2017. Cela faisait un moment que je fuis non seulement les auteurs français mais également la rentrée littéraire. Je n’en ai plus lu depuis au moins quatre ans. J’y suis revenue avec deux ouvrages traitant de la Seconde Guerre mondial et qui furent récompensés par le prix Goncourt et le prix Renaudot. J’ai nommé L’ordre du jour d’Eric Vuillard et La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez. Si je suis un peu mitigée sur le livre de Vuillard, j’ai trouvé celui de Guez passionnant. Ils m’ont réconcilié avec les auteurs français. Au point d’en lire un autre qui sort également de mes lectures habituelles, une bande dessinée. Aveline m’a recommandé La Mort de Staline de Fabien Nury et Thierry Robin en prévision du film qui va bientôt sortir. Il a l’air franchement bien, quoique plus drôle que la BD. Bref, quasiment un sans faute pour les auteurs français et j’ai continué mon exploration en ce début du mois de Mars.

Pour les auteurs étrangers, j’ai adoré The Miniaturist de Jessie Burton qui propose une immersion dans les Pays-Bas de l’âge d’or. Il a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation sous la forme d’une mini-série par la BBC. Je compte également m’y intéresser car j’ai vraiment été conquise par cette histoire et les personnages. Je pense d’ailleurs lire son autre roman, The Muse dont l’intrigue se déroule dans le monde de l’art. Il ne peut que me plaire. Ma plus grande déception du mois va pour So near the horizon de Jessica Koch. Il m’a été chaudement recommandé et je parlerai plus en détail de ce livre dans un billet prochainement.

Du coup, dans mes envies de Mars, il y a encore des auteurs français. Je les découvre à nouveau et avec moins d’a priori qu’avant. 2018 commence sous leur signe, quand bien même ce n’était pas du tout ce que j’avais en tête pour de nouvelles découvertes. Je varie les plaisirs. J’aimerais aussi terminer Sapiens, A brief history of humankind de Yuval Noah Harari qui est un essai brillant et très bien écrit. Je ne fais aucune autre prévision que ce livre. Je ne suis pas habituée au pile à lire du mois, changeant souvent d’avis.

Pour finir, le mois de Février fut également riche culturellement, mais d’une autre manière. Je me suis enfin décidé à réellement me promener dans Metz. Je suis allé voir la Porte des Allemands, les vitraux de Jean Cocteau qui sont une merveille de beauté et de poésie. J’ai visité les deux expositions du Centre Pompidou. Dumb Types a un côté un peu dérangeant avec une scénographie plongée dans le noir, des bruits et des lumières qui clignotent. Et pourtant, certaines oeuvres avait un côté absolument fascinant. Elle est sincèrement à recommander, surtout que c’est la première fois que le collectif expose en France. Cependant, c’est avec la deuxième partie de Japanorama que j’ai été séduite. Je ne connaissais aucun des artistes présents, mais il y avait un certain nombre d’oeuvres sur lesquelles je me suis longuement attardée. Néanmoins, rien à comparer de l’Infinity Mirror Room de Yayoi Kusama. Ce fut un choc de la voir. Je pense qu’il s’agit de la plus belles oeuvres que j’ai pu voir de ma vie et je compte prochainement y retourner pour de nouveau m’y perdre. Je prépare un article dessus, il sera un peu différent de ce que je peux proposer sur le blog, mais j’ai envie d’un peu de changements.

Je vous retrouve le mois prochain pour un nouveau bilan culturel, de mes envies en la matière. Si vous avez des recommandations, des suggestions de westerns, de romans ou d’auteurs français, n’hésitez pas à me les laisser en commentaire.

EnregistrerEnregistrer