Top 5 Wednesday #2 • Family Dynamics

Le thème de cette semaine m’inspire énormément. Le 15 mai a eu lieu la journée mondiale de la famille, d’où ce sujet pour ce mercredi. Il est pris dans un sens très large, car il est autant question des liens du sang que de la famille que l’on se crée. J’ai essayé, dans la mesure du possible, de piocher dans mes récentes lectures. La semaine dernière, sur le thème des « lieux communs », j’écrivais que j’aimais beaucoup les sagas familiales… Cet article est un peu la continuité de ce dernier.

Thème : Family dynamics

Among the leaving and the dead d’Inara Verzemnieks

Inara Verzemnieks was raised by her Latvian grandparents in Washington State, among expatriates who scattered smuggled Latvian sand over coffins, the children singing folk songs about a land none of them had visited. Her grandmother Livija’s stories vividly recreated the home she fled during the Second World War, when she was separated from her sister, Ausma, whom she wouldn’t see again for more than fifty years.

Journeying back to their remote village, Inara comes to know Ausma and her trauma as an exile to Siberia under Stalin, while reconstructing Livija’s survival through her years as a refugee. In uniting their stories, Inara honors both sisters in a haunting and luminous account of loss, survival, resilience, and love.

Cet ouvrage est un plus un essai autour de la famille, l’importance de cette dernière dans la construction d’un individu et de son histoire. L’auteur écrit à propos de sa grand-mère et de la soeur de cette dernière, de sa volonté de comprendre ses racines, leurs histoires. Il est dommage que parfois l’écriture poétique et lyrique de l’auteur prend trop le pas sur le sujet abordé, apportant des longueurs.

L’Assommoir d’Émile Zola

Qu’est-ce qui nous fascine dans la vie « simple et tranquille » de Gervaise Macquart ? Pourquoi le destin de cette petite blanchisseuse montée de Provence à Paris nous touche-t-il tant aujourd’hui encore? Que nous disent les exclus du quartier de la Goutte-d’Or version Second Empire? L’existence douloureuse de Gervaise est avant tout une passion où s’expriment une intense volonté de vivre, une générosité sans faille, un sens aigu de l’intimité comme de la fête. Et tant pis si, la fatalité aidant, divers « assommoirs » – un accident de travail, l’alcool, les « autres », la faim – ont finalement raison d’elle et des siens. Gervaise aura parcouru une glorieuse trajectoire dans sa déchéance même. Relisons L’Assommoir, cette « passion de Gervaise », cet étonnant chef-d’oeuvre, avec des yeux neufs.

Comment ne pas parler de dynamiques familiales sans évoquer Zola ? Sa série Les Rougon-Macquart rentre pleinement dans cette catégorique. Elle est en l’exemple même, car Zola étudie à travers une famille les prédispositions à l’alcoolisme, par exemple, ou à la folie… J’en suis au septième tome, L’Assommoir et jusqu’à présent, rares sont les tomes qui m’ont déçue.

After Alice fell de Kim Taylor Blackemore

New Hampshire, 1865. Marion Abbott is summoned to Brawders House asylum to collect the body of her sister, Alice. She’d been found dead after falling four stories from a steep-pitched roof. Officially: an accident. Confidentially: suicide. But Marion believes a third option: murder.

Returning to her family home to stay with her brother and his second wife, the recently widowed Marion is expected to quiet her feelings of guilt and grief—to let go of the dead and embrace the living. But that’s not easy in this house full of haunting memories.

Just when the search for the truth seems hopeless, a stranger approaches Marion with chilling words: I saw her fall.

Now Marion is more determined than ever to find out what happened that night at Brawders, and why. With no one she can trust, Marion may risk her own life to uncover the secrets buried with Alice in the family plot.

Sorti cette année, ce roman serait presque un huis clos au sein d’une famille. En effet, la mort de la plus jeune soeur, Alice, rend les relations tendues entre Marion et son frère et sa belle-soeur. Il n’y a pas que la mort de la plus jeune des soeurs qui empoisonne l’atmosphère, mais bien d’autres sombres secrets. C’est un roman que j’ai beaucoup aimé.

Quand Hitler s’empara du lapin rose de Judith Kerr

Imaginez que le climat se détériore dans votre pays, au point que certains citoyens soient menacés dans leur existence. Imaginez surtout que votre père se trouve être l’un de ces citoyens et qu’il soit obligé d’abandonner tout et de partir sur-le-champ, pour éviter la prison et même la mort. C’est l’histoire d’Anna dans l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler. Elle a neuf ans et ne s’occupe guère que de crayons de couleur, de visites au zoo avec son « oncle » Julius et de glissades dans la neige. Brutalement les choses changent. Son père disparaît sans prévenir. Puis, elle-même et le reste de sa famille s’expatrient pour le rejoindre à l’étranger. Départ de Berlin qui ressemble à une fuite. Alors commence la vie dure – mais non sans surprises – de réfugiés. D’abord la Suisse, près de Zurich. Puis Paris. Enfin Londres. Odyssée pleine de fatigues et d’angoisses mais aussi de pittoresque et d’imprévu – et toujours drôles – d’Anna et de son frère Max affrontant l’inconnu et contraints de vaincre toutes sortes de difficultés – dont la première et non la moindre: celle des langues étrangères! Ce récit autobiographique de Judith Kerr nous enchante par l’humour qui s’en dégage, et nous touche par cette particulière vibration de ton propre aux souvenirs de famille, quand il apparaît que la famille fut une de celles où l’on s’aime…

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ce roman et son adaptation cinématographique sur le blog. [lien] C’est une très belle histoire d’une famille qui reste unie malgré les épreuves et qui fait preuve d’une grande résilience. Il y a un beau message dans ce roman, où la famille, le fait de rester ensemble malgré les difficultés sont les choses les plus importantes.

Guerre & Paix de Léon Tolstoï

1805 à Moscou, en ces temps de paix fragile, les Bolkonsky, les Rostov et les Bézoukhov constituent les personnages principaux d’une chronique familiale. Une fresque sociale où l’aristocratie, de Moscou à Saint-Pétersbourg, entre grandeur et misérabilisme, se prend au jeu de l’ambition sociale, des mesquineries, des premiers émois.

1812, la guerre éclate et peu à peu les personnages imaginaires évoluent au sein même des événements historiques. Le conte social, dépassant les ressorts de l’intrigue psychologique, prend une dimension d’épopée historique et se change en récit d’une époque. La “Guerre” selon Tolstoï, c’est celle menée contre Napoléon par l’armée d’Alexandre, c’est la bataille d’Austerlitz, l’invasion de la Russie, l’incendie de Moscou, puis la retraite des armées napoléoniennes.

Entre les deux romans de sa fresque, le portrait d’une classe sociale et le récit historique, Tolstoï tend une passerelle, livrant une réflexion philosophique sur le décalage de la volonté humaine aliénée à l’inéluctable marche de l’Histoire ou lorsque le destin façonne les hommes malgré eux.

Un autre auteur spécialisé dans les chroniques familiales, Léon Tolstoï. Dans ce récit, il s’intéresse à plusieurs familles de l’aristocratie russe. Il montre les relations au sein d’une même famille et celles qu’elles entretiennent entre elles. C’est une très bonne lecture que je recommande. Mon avis est disponible sur le blog. [lien]

Léon Tolstoï • Guerre & Paix (1863)

Guerre & Paix • Léon Tolstoï • 1863

1805 à Moscou, en ces temps de paix fragile, les Bolkonsky, les Rostov et les Bézoukhov constituent les personnages principaux d’une chronique familiale. Une fresque sociale où l’aristocratie, de Moscou à Saint-Pétersbourg, entre grandeur et misérabilisme, se prend au jeu de l’ambition sociale, des mesquineries, des premiers émois.

1812, la guerre éclate et peu à peu les personnages imaginaires évoluent au sein même des événements historiques. Le conte social, dépassant les ressorts de l’intrigue psychologique, prend une dimension d’épopée historique et se change en récit d’une époque. La “Guerre” selon Tolstoï, c’est celle menée contre Napoléon par l’armée d’Alexandre, c’est la bataille d’Austerlitz, l’invasion de la Russie, l’incendie de Moscou, puis la retraite des armées napoléoniennes.

Entre les deux romans de sa fresque, le portrait d’une classe sociale et le récit historique, Tolstoï tend une passerelle, livrant une réflexion philosophique sur le décalage de la volonté humaine aliénée à l’inéluctable marche de l’Histoire ou lorsque le destin façonne les hommes malgré eux.


Je continue mon exploration de la littérature russe avec Guerre & Paix de Tolstoï, un de ses romans qui m’effrayait le plus de commencer au regard du nombre de pages il y a encore quelques années. Depuis, les auteurs russes ont trouvé leur place dans ma bibliothèque et Tolstoï tout particulièrement. Il signe ici un témoignage, certes romancé, des campagnes napoléoniennes et le portrait de l’aristocratie russe.

Cette dernière est souvent le « personnage principal » des oeuvres de cet auteur. Et c’est ce que j’aime énormément chez Tolstoï. Il ne cache rien de ces hautes sphères de la société russe. Il dévoile leurs faiblesses, leurs vanités et frivolités, leur inconscience, parfois. Cela est d’autant plus vrai que la guerre fait rage, et se rapproche dangereusement de Moscou, avant que la ville ne soit abandonnée aux mains des Français. Certains des personnages semblent totalement déconnectés de la réalité, tant que le conflit n’est pas à leur porte et que leurs possessions matérielles ne sont pas en danger. L’auteur n’est vraiment pas très tendre avec cette aristocratie désoeuvrée et qu’il connait bien, puisqu’il est lui-même un comte. Le paraître est au coeur des préoccupations.

Elles se retrouvent même sur le champ de bataille, notamment au sein du haut commandement où la réputation compte plus que les compétences, où il faut se faire bien voir de ses supérieurs ou de l’empereur pour avoir de l’avancement. À lire le récit de cette campagne, nous pouvons nous demander comment les Russes ont pu gagner ce conflit au regard des défaites, des alliances de pouvoir, la volonté de contrecarrer certains ordres que l’on pense inefficace, ou parce qu’on ne trouve pas l’officier qui doit le donner à ses troupes, ou parce que la personne qui a pris la décision n’est pas appréciée… Il y a aussi les initiatives personnelles, par sens du devoir et de l’honneur, ou pour être bien vu. L’auteur fait ressentir au lecteur cette confusion et, finalement, j’ai appris à apprécier ces passages évoquant la guerre contre les troupes de Napoléon III. Au début, ils me semblaient arides à lire et peu passionnant. Cependant, petit à petit, j’y ai vu de l’intérêt. L’armée est aussi un lieu de parade. Ils sont beaucoup plus présents dans le deuxième tome (de la version Folio).

Ce deuxième tome possède quelques chapitres captivants. Tolstoï livre ses réflexions autour de l’Histoire, sur la manière de l’écrire, comment elle peut être interprétée différemment d’un pays à l’autre. Je comprends parfaitement que cet aspect de l’ouvrage peut paraître un peu fastidieux à la lecture. C’est très philosophique, mais ça s’intègre parfaitement dans cette fresque historique et sociale. En effet, ses observations touchent également à ceux qui font l’Histoire, les grandes gens comme les petites. J’ai aimé cette fin (plus que celle d’Anna Karénine d’ailleurs), car il écrit sur un sujet passionnant.

Pour en revenir aux différents personnages, Tolstoï nous en dévoile un certain nombre. Caractéristique de la littérature russe, on m’avait donné une fois comme conseil de commencer la lecture avec une petite fiche personnage, qui peut facilement se trouver sur Internet. Cela aide vraiment au début et je ne peux que recommander cette technique. Après, une fois dans l’intrigue, il est aisé de s’en passer.

Guerre & Paix est l’histoire de trois familles : les Rostov, avec notamment la charmante Natacha, les Bolkony et les Bézoukhov. Je me suis rendue compte, en relisant plusieurs fois Anna Karénine, qu’à chaque fois, un autre aspect et un autre personnage du roman avaient mon attention et ma préférence. Les oeuvres de Tolstoï sont foisonnantes, les personnages sont variés, tout comme leur motivation, leurs destins. Ils représentent parfois une qualité, une valeur ou un défaut. Si Pierre Bézhoukov représente la paresse et l’indolence, la princesse Marie serait l’abnégation, quitte à s’oublier. Cette dernière a été un des personnages que j’ai préféré et que je retiens de cette première lecture. Elle m’a touchée par l’austérité de sa vie, le peu de reconnaissance qu’elle a de son père alors qu’elle sacrifie sa vie pour lui. Elle est l’antagonisme de Natacha Rostov, frivole et insouciante. Elle a toutefois une évolution intéressante, tout au long des quasiment deux mille pages de cette fresque. Je me suis moins penchée sur les personnages masculins, je l’avoue. À part Pierre Bézhoukov qui m’a marqué, mais dans un sens très positif, les autres ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable.

Guerre & Paix faisait partie des classiques de la littérature russe qui m’effrayait les lus, mais que j’ai adoré et dévoré au final. C’est un roman passionnant, qui se lit aisément. Tolstoï est définitivement un de mes auteurs fétiches et il me reste encore de ses écrits à découvrir, et ce pour mon plus grand bonheur. C’est une lecture que je ne peux que recommander. Il y a tellement de choses à évoquer autour de cette oeuvre sur des aspects très différents. Le tout est servi par une plume incroyable.

Patricia Falvey • The Girls of Ennismore (2017)

The Girls of Ennismore • Patricia Falvey • 2017 • Editions Corvus • 480 pages

It’s the early years of the twentieth century, and Victoria Bell and Rosie Killeen are best friends. Growing up in rural Ireland’s County Mayo, their friendship is forged against the glorious backdrop of Ennismore House. However, Victoria, born of the aristocracy, and Rosie, daughter of a local farmer, both find that the disparity of their class and the simmering social tension in Ireland will push their friendship to the brink… 

J’ai découvert ce roman grâce à Céline, du blog Le monde de Sapotille. Nous l’avons lu ensemble dans le cadre de son challenge littéraire autour de l’Irlande. Roman historique se déroulant en Irlande, je suis déçue par cet ouvrage qui ne m’a pas du tout transporté.

J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux deux personnages principaux, Victoria et Rosie. Dès les premières pages, alors qu’elles sont encore en enfance, je n’ai réussi à créer aucun lien avec elles. Même quand elles grandissent, je ne me suis pas investie dans leurs nouvelles vies et ambitions. Rosie est peut-être celle que j’ai le plus apprécié (tout en nuançant mon propos). Son destin est un peu plus intéressant, mais son orgueil m’a parfois découragé. Victoria, la jeune aristocrate, n’est pas un personnage qui m’a convaincu. Sa rébellion sonnait faux à mes yeux. Je ne sais pas si elle faisait pour dire de faire, d’ennuyer sa mère en étant en conflit constant avec elle ou parce qu’elle s’intéressait vraiment à l’indépendance irlandaise. Je pense que cela est notamment dû au manque de profondeur des personnages. En tant que lectrice, j’ai trouvé que l’accès à leurs pensées, motivations profondes ne transparaît qu’à travers les dialogues.

Le début du roman a également été difficile avec les trop nombreuses ellipses narratives. J’ai eu du mal à suivre ces bons dans le temps, mais, à la rigueur, j’en comprenais certaines : mettre rapidement des éléments en place pour arriver plus vite au coeur du sujet. Je pensais réellement qu’une fois l’intrigue bien mise en place, il n’y en aurait plus. Je me trompais. J’ai encore eu ce sentiment de sauter parfois du coq à l’âne ou d’avoir raté un épisode. Il y a des événements ou des annonces qui tombent comme un cheveu sur la soupe à cause de cette omniprésence d’ellipses. L’effet de surprise est quelque peu plat, à mon avis. À cela s’ajoutent un manque de suspens et des épisodes qui se voient venir… Non, merci.

De plus, du fait de ces ellipses narratives à répétition, le rythme et la qualité du roman sont très inégaux d’un chapitre à l’autre, ou même d’une sous-partie à l’autre. Il y a quelques aspects qui m’ont dérangé. En premier lieu, Patricia Falvey situe son roman durant une époque très intéressante. Le début du XIX siècle est mouvementé avec des bouleversements sociaux, le rejet de la société de classe avec le déclin progressif des aristocrates et des grands propriétaires terriens que le naufrage du Titanic, mais surtout la Première Guerre mondiale vont accélérer. Ces points sont évoqués dans le roman, mais ils manquent sérieusement de développement à mon goût. Tout comme pour les personnages, beaucoup de choses semblent simplement survoler.

Par exemple, l’héritier mâle d’Ennismore décède lors du naufrage du Titanic. Il s’agit aussi de l’exemple type d’annonce qui arrive sans réel suspens à partir du moment où l’auteur évoque un voyage en Amérique sur un nouveau paquebot prodigieux, mais aussi dont l’effet tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. J’ai trouvé les conséquences de l’après traitées de manière très légère alors qu’il s’agit tout de même d’un grand chamboulement. En contrepartie, Patricia Falvey passe du temps sur d’autres aspects qui m’ont semblé bien moins intéressants. J’aurai apprécié ce livre, s’il y avait bien une centaine de pages en moins.

C’est une période historique également mouvementée pour l’Irlande, car en 1916, se déroule l’insurrection de Pâques. C’est un échec militaire du fait de l’absence de mobilisation populaire à Dublin (et Enniscorthy). La déclaration d’indépendance a lieu le 21 janvier 1919, et s’ensuit la guerre d’indépendance de janvier 1919 à juillet 1921. Elle aboutit à la création de la République d’Irlande. Arrivée à la moitié environ de cette fresque historique, avec de décider d’abandonner cette lecture, j’ai eu du mal à voir le frémissement d’une volonté de voir l’Irlande indépendante dans les deux personnages principaux. Les domestiques l’évoquent rapidement, mais plus contre les classes sociales, l’écrasement qui subissent de la part des aristocrates. J’y ai plus vu une lutte des classes que réellement une lutte indépendantiste.

The Girls of Ennismore est une fresque historique qui avait tout pour me plaire : le destin de deux femmes courageuses à une époque où elles sont cantonnées à trois rôles différents (mère et épouse, forces de travail ou prostituées) ; l’Irlande à l’aube de son indépendance avec également l’évocation du naufrage du Titanic et le premier conflit mondial. L’auteur évoque l’émancipation des femmes. Toutefois, de trop nombreux points m’ont déçue. Ce roman n’a pas su me charmer et m’impliquer dans les destins de Rosie et Victoria. Il sera bien vite oublié.

Sorties VO • Mars 2021

The Ladies of the Secret Circus • Constance Sayers • RedHooks • 23 mars • 469 pages

Paris, 1925: To enter the Secret Circus is to enter a world of wonder-a world where women tame magnificent beasts, carousels take you back in time, and trapeze artists float across the sky. But each daring feat has a cost. Bound to her family’s strange and magical circus, it’s the only world Cecile Cabot knows-until she meets a charismatic young painter and embarks on a passionate love affair that could cost her everything.

Virginia, 2005: Lara Barnes is on top of the world-until her fiancé disappears on their wedding day. Desperate, her search for answers unexpectedly leads to her great-grandmother’s journals and sweeps her into the story of a dark circus and a generational curse that has been claiming payment from the women in her family for generations.

In the Quick • Kate Hope Day • Random House • 2 mars • 272 pages

June is a brilliant but difficult girl with a gift for mechanical invention, who leaves home to begin a grueling astronaut training program. Six years later, she has gained a coveted post as an engineer on a space station, but is haunted by the mystery of Inquiry, a revolutionary spacecraft powered by her beloved late uncle’s fuel cells. The spacecraft went missing when June was twelve years old, and while the rest of the world has forgotten them, June alone has evidence that makes her believe the crew is still alive.

She seeks out James, her uncle’s former protégée, also brilliant, also difficult, who has been trying to discover why Inquiry’s fuel cells failed. James and June forge an intense intellectual bond that becomes an electric attraction. But the love that develops between them as they work to solve the fuel cell’s fatal flaw threatens to destroy everything they’ve worked so hard to create–and any chance of bringing the Inquiry crew home alive.

Under the light of the Italian Moon • Jennifer Anton • Amsterdam Publishers • 8 mars • 396 pages

Fonzaso Italy, between two wars

Nina Argenta doesn’t want the traditional life of a rural Italian woman. The daughter of a strong-willed midwife, she is determined to define her own destiny. But when her brother emigrates to America, she promises her mother to never leave.

When childhood friend Pietro Pante briefly returns to their mountain town, passion between them ignites while Mussolini forces political tensions to rise. Just as their romance deepens, Pietro must leave again for work in the coal mines of America. Nina is torn between joining him and her commitment to Italy and her mother.

As Mussolini’s fascists throw the country into chaos and Hitler’s Nazis terrorise their town, each day becomes a struggle to survive greater atrocities. A future with Pietro seems impossible when they lose contact and Nina’s dreams of a life together are threatened by Nazi occupation and an enemy she must face alone…

The phone booth at the edge of the world • Laura Imai Messina • The Overlook Press • 9 mars 416 pages

When Yui loses both her mother and her daughter in the tsunami, she begins to mark the passage of time from that date onward: Everything is relative to March 11, 2011, the day the tsunami tore Japan apart, and when grief took hold of her life. Yui struggles to continue on, alone with her pain.

Then, one day she hears about a man who has an old disused telephone booth in his garden. There, those who have lost loved ones find the strength to speak to them and begin to come to terms with their grief. As news of the phone booth spreads, people travel to it from miles around.

Soon Yui makes her own pilgrimage to the phone booth, too. But once there she cannot bring herself to speak into the receiver. Instead she finds Takeshi, a bereaved husband whose own daughter has stopped talking in the wake of her mother’s death. Simultaneously heartbreaking and heartwarming, The Phone Booth at the Edge of the World is the signpost pointing to the healing that can come after.

The Girl in the painting • Tea Cooper • Thomas Nelson • 9 mars • 384 pages

Australia, 1906 

Orphan Jane Piper is nine years old when philanthropist siblings Michael and Elizabeth Quinn take her into their home to further her schooling. The Quinns are no strangers to hardship— having arrived in Australia as penniless immigrants, they now care for others as lost as they once were.

Despite Jane’s mysterious past, her remarkable aptitude for mathematics takes her far over the next seven years, and her relationship with Elizabeth and Michael flourishes as she plays an increasingly prominent part in their business.

But when Elizabeth reacts in terror to an exhibition at the local gallery, Jane realizes no one knows Elizabeth after all—not even Elizabeth herself. As the past and the present converge and Elizabeth’s grasp on reality loosens, Jane sets out to unravel Elizabeth’s story before it is too late.

From the gritty reality of the Australian goldfields to the grand institutions of Sydney, this compelling novel takes us on a mystery across continents and decades as both women finally discover a place to call home.

The Vietri Project • Nicola DeRobertis-Theye • Harper • 23 mars • 240 pages

Working at a bookstore in Berkeley in the years after college, Gabriele becomes intrigued by the orders of signor Vietri, a customer from Rome whose numerous purchases grow increasingly mystical and esoteric. Restless and uncertain of her future, Gabriele quits her job and, landing in Rome, decides to look up Vietri. Unable to locate him, she begins a quest to unearth the well-concealed facts of his life.

Following a trail of obituaries and military records, a memoir of life in a village forgotten by modernity, and the court records of a communist murder trial, Gabriele meets an eclectic assortment of the city’s inhabitants, from the widow of an Italian prisoner of war to members of a generation set adrift by the financial crisis. Each encounter draws her unexpectedly closer to her own painful past and complicated family history—an Italian mother diagnosed with schizophrenia and institutionalized during her childhood, and an extended family in Rome still recovering from the losses and betrayals in their past. Through these voices and histories, Gabriele will discover what it means to be a person in the world; a member of a family and a citizen of a country—and how reconciling these stories may be the key to understanding her own. 

Murder & Magic, The Conductors • Nicole Glover • Del Rey • 4 mars • 432 pages

As an escaped slave, Hetty Rhodes helped dozens of people find their own freedom north using her wits and her magic. Now that the Civil War is over, Hetty and her husband, Benjy, still fight for their people by solving the murders and mysteries that the white authorities won’t touch. 

When they discover one of their friends brutally murdered in an alley, Hetty and Benjy mourn his loss by setting off to find answers. But the mystery of his death soon brings up more questions, more secrets, more hurt. To solve his death, they will have to not only face the ugly truths about the world but the ones about each other. 

After Alice fell • Kim Taylor Blakemore • Lake Union Publishing • 1 mars • 288 pages

New Hampshire, 1865. Marion Abbott is summoned to Brawders House asylum to collect the body of her sister, Alice. She’d been found dead after falling four stories from a steep-pitched roof. Officially: an accident. Confidentially: suicide. But Marion believes a third option: murder.

Returning to her family home to stay with her brother and his second wife, the recently widowed Marion is expected to quiet her feelings of guilt and grief—to let go of the dead and embrace the living. But that’s not easy in this house full of haunting memories. Just when the search for the truth seems hopeless, a stranger approaches Marion with chilling words: I saw her fall.

Now Marion is more determined than ever to find out what happened that night at Brawders, and why. With no one she can trust, Marion may risk her own life to uncover the secrets buried with Alice in the family plot. 

The Women of Chateau Lafayette • Stephanie Dray • Berkley • 30 Mars • 576 pages

A founding mother…
1774. Gently-bred noblewoman Adrienne Lafayette becomes her husband’s political partner in the fight for American independence. But when their idealism sparks revolution in France and the guillotine threatens everything she holds dear, Adrienne must choose to renounce the complicated man she loves, or risk her life for a legacy that will inspire generations to come.

A daring visionary…
1914. Glittering New York socialite Beatrice Astor Chanler is a force of nature, daunted by nothing–not her humble beginnings, her crumbling marriage, or the outbreak of war. But after witnessing the devastation in France and delivering war-relief over dangerous seas, Beatrice takes on the challenge of a lifetime: convincing America to fight for what’s right.

A reluctant resistor…
1940. French school-teacher and aspiring artist Marthe Simone has an orphan’s self-reliance and wants nothing to do with war. But as the realities of Nazi occupation transform her life in the isolated castle where she came of age, she makes a discovery that calls into question who she is, and more importantly, who she is willing to become. 

Red Island House • Andrea Lee • Scribner • 23 mars • 288 pages

Shay is surprised when her husband Senna declares his intention to build her a spectacular dream house on an idyllic beach in the tropical island nation of Madagascar.

But the Red Island House casts a spell from the moment she sees it, and before she knows it Shay has become the somewhat reluctant mistress of a sprawling household, caught between her privileged American upbringing and education, and her connection to the continent of her ancestors.

At first, she’s content to be an observer of the passionate affairs and fierce ambitions and rivalries around her. But as she and her husband raise children and establish their own rituals on the island, Shay finds herself drawn ever deeper into an extraordinary place with its own laws and logic, a provocative paradise full of magic and myth whose fraught colonial legacy continues to reverberate. Soon the collision of cultures comes right to Shay’s door, forcing her to make a life-altering decision.

Vera • Carol Edgarian • Scribner • 2 mars • 336 pages

Meet Vera Johnson, the uncommonly resourceful fifteen-year-old illegitimate daughter of Rose, notorious proprietor of San Francisco’s most legendary bordello and ally to the city’s corrupt politicians. Vera has grown up straddling two worlds—the madam’s alluring sphere, replete with tickets to the opera, surly henchmen, and scant morality, and the violent, debt ridden domestic life of the family paid to raise her.

On the morning of the great quake, Vera’s worlds collide. As the shattered city burns and looters vie with the injured, orphaned, and starving, Vera and her guileless sister, Pie, are cast adrift. Vera disregards societal norms and prejudices and begins to imagine a new kind of life. She collaborates with Tan, her former rival, and forges an unlikely family of survivors. Together they navigate their way beyond disaster.

The Vines • Shelley Nolden • Freiling Publishing • 23 mars • 391 pages

In the shadows of New York City lies forbidden North Brother Island, where the remains of a shuttered hospital hide the haunting memories of century-old quarantines and human experiments. The ruins conceal the scarred and beautiful Cora, imprisoned by contagions and the doctors who torment her. When Finn, a young urban explorer, arrives on the island and glimpses an enigmatic beauty through the foliage, intrigue turns to obsession as he seeks to uncover her past—and his own family’s dark secrets. By unraveling these mysteries, will he be able to save Cora? Will Cora meet the same tragic ending as the thousands who’ve already perished on the island?

The lost village • Camilla Sten • Minotaur Books • 23 mars • 352 pages

Documentary filmmaker Alice Lindstedt has been obsessed with the vanishing residents of the old mining town, dubbed “The Lost Village,” since she was a little girl. In 1959, her grandmother’s entire family disappeared in this mysterious tragedy, and ever since, the unanswered questions surrounding the only two people who were left—a woman stoned to death in the town center and an abandoned newborn—have plagued her. She’s gathered a small crew of friends in the remote village to make a film about what really happened.

But there will be no turning back.

Not long after they’ve set up camp, mysterious things begin to happen. Equipment is destroyed. People go missing. As doubt breeds fear and their very minds begin to crack, one thing becomes startlingly clear to Alice:

They are not alone. They’re looking for the truth… But what if it finds them first?

The Rose Code • Kate Quinn • William Morrow • 9 mars • 656 pages

1940. As England prepares to fight the Nazis, three very different women answer the call to mysterious country estate Bletchley Park, where the best minds in Britain train to break German military codes. Vivacious debutante Osla is the girl who has everything—beauty, wealth, and the dashing Prince Philip of Greece sending her roses—but she burns to prove herself as more than a society girl, and puts her fluent German to use as a translator of decoded enemy secrets. Imperious self-made Mab, product of east-end London poverty, works the legendary codebreaking machines as she conceals old wounds and looks for a socially advantageous husband. Both Osla and Mab are quick to see the potential in local village spinster Beth, whose shyness conceals a brilliant facility with puzzles, and soon Beth spreads her wings as one of the Park’s few female cryptanalysts. But war, loss, and the impossible pressure of secrecy will tear the three apart. 

1947. As the royal wedding of Princess Elizabeth and Prince Philip whips post-war Britain into a fever, three friends-turned-enemies are reunited by a mysterious encrypted letter–the key to which lies buried in the long-ago betrayal that destroyed their friendship and left one of them confined to an asylum. A mysterious traitor has emerged from the shadows of their Bletchley Park past, and now Osla, Mab, and Beth must resurrect their old alliance and crack one last code together. But each petal they remove from the rose code brings danger–and their true enemy–closer…

The lost apothecary • Sarah Penner • Park Row • 2 mars • 320 pages

Rule #1: The poison must never be used to harm another woman.

Rule #2: The names of the murderer and her victim must be recorded in the apothecary’s register.

One cold February evening in 1791, at the back of a dark London alley in a hidden apothecary shop, Nella awaits her newest customer. Once a respected healer, Nella now uses her knowledge for a darker purpose—selling well-disguised poisons to desperate women who would kill to be free of the men in their lives. But when her new patron turns out to be a precocious twelve-year-old named Eliza Fanning, an unexpected friendship sets in motion a string of events that jeopardizes Nella’s world and threatens to expose the many women whose names are written in her register.

In present-day London, aspiring historian Caroline Parcewell spends her tenth wedding anniversary alone, reeling from the discovery of her husband’s infidelity. When she finds an old apothecary vial near the river Thames, she can’t resist investigating, only to realize she’s found a link to the unsolved “apothecary murders” that haunted London over two centuries ago. As she deepens her search, Caroline’s life collides with Nella’s and Eliza’s in a stunning twist of fate—and not everyone will survive.

Helen Simonson • L’Été avant la guerre (2016)

L’Été avant la guerre • Helen Simonson • 10/18 • 2017 • 664 pages

Été 1914, dans la campagne anglaise. La gentry de Rye reçoit pour un pique-nique sur le gazon fraîchement tondu. Les ombrelles et les chapeaux sont de sortie et c’est l’occasion pour Beatrice Nash, 23 ans, récemment débarquée dans la petite ville pour y prendre le poste de professeur de latin, de faire plus ample connaissance avec toutes les personnalités locales. Béatrice est orpheline de mère, et a grandi auprès de son père, un universitaire qu’elle a accompagné dans ses voyages et secondé dans ses travaux. Décédé un an plus tôt, il l’a laissée sous la tutelle de sa famille bien-pensante dont elle tente de s’émanciper en gagnant sa vie Elle est chaperonnée à Rye par Agatha Kent, une Anglaise excentrique comme on les aime, avec une bonne dose d’humour, quelques idées progressistes et une grande habileté diplomatique. Agatha a deux neveux : Daniel, qui rêve de lancer un journal de poésie à Paris, et son cousin Hugh, timide étudiant en médecine, qui courtise la fille un peu écervelée de son patron. Tous deux adoptent d’emblée la nouvelle venue. Et bientôt Hugh rougit un peu trop souvent en compagnie de Beatrice. Mais elle veut rester célibataire et devenir écrivain : deux choix difficiles pour une jeune fille instruite et sans le sou dans la société misogyne et conservatrice de ce début du siècle. L’entrée en guerre de la Grande-Bretagne va bouleverser ses projets et ceux de l’ensemble de la petite communauté, à tous les niveaux de l’échelle sociale. Des réfugiés belges sont recueillis et les hommes s’engagent : Daniel, le colonel Wheaton et son fils, Snout, le petit-fils des tsiganes qui vivent en marge de la ville, et Hugh, que Béatrice voit partir avec un sentiment qu’elle peine encore à nommer…

•••

Je ne suis pas certaine que j’aurai lu de moi-même ce roman, s’il ne m’avait pas été donné. Helen Simonson est une auteur anglaise qui écrit essentiellement des romans historiques. L’été avant la guerre a été une lecture en demi-teinte.

L’ambiance qui se dégage de ce livre est délicieusement anglaise avec des garden parties, du thé, une certaine douceur de vivre qui donne envie de s’installer sur les côtes anglaises (même si j’ai une préférence pour les Cotswolds). J’ai adoré les touches d’humour so British présentes dans le livre. Cet art de la petite pique… J’en suis très sensible et certaines sont particulièrement savoureuses. Pour moi, l’atmosphère générale est un point éminemment positif.

L’autre point positif est ce portrait de la société anglaise au début de la Première Guerre mondiale. Dans la ville de Rue, toutes les classes sociales se mêlent et côtoient, pour le meilleur et pour le pire. Elles peuvent très bien organiser des parades ensemble, mais un certain conservatisme est également présent. L’apparence et la réputation sont encore présentes dans les moeurs et jouent un rôle déterminant. Pourtant, à la lecture du roman, le lecteur peut sentir que c’est la fin d’une époque et que le conflit mondial va quelque peu redistribuer les cartes. En effet, les conséquences ont été de voir certaines familles aristocratiques éteintes par la mort de leurs jeunes hommes et héritiers.

Pour continuer sur la société anglaise, Helen Simonson s’intéresse aussi à la condition de la femme à travers le personnage principal, Beatrice Nash. La jeune femme est une orpheline qui espère pouvoir gagner sa vie seule. Elle va rencontrer de nombreux obstacles : l’absence d’une figure masculine (père, frère ou mari) pour gérer son argent, par exemple, les convenances qui m’empêchent d’être indépendante…Tout cet aspect historique et social du roman m’a énormément plu. L’Histoire fait partie de mes plus grandes passions. De ce point de vue, je me suis régalée, d’autant plus que les personnages sont terriblement attachants : Beatrice, Hugh, Daniel, Agatha… Leur destin, leurs peines m’ont touchée et bouleversée.

Cependant, par d’autres points, L’été avant la guerre n’est pas un coup de coeur. Il y a quelques longueurs, mais surtout un rythme très inégal tout au long. L’auteur prend son temps pour mettre en place les principaux éléments de l’intrigue : présenter les personnages, leurs relations… C’est très lent, presque un récit jour après jour. Puis, par moments, les événements se précipitent. Elle passe parfois trop vite sur des aspects qui sont intéressants. Je m’attendais à savoir ce que Beatrice Nash allait devenir ou faire durant le conflit, par exemple, ou la fille du colonel Wheaton, qui a épousé un aristocrate allemand. Elle va plutôt suivre Hugh à ce moment-là et vraiment survoler les années de guerre.

Helen Simonson est également l’auteur de La dernière conquête du Major Pettigrew qui a longtemps été dans ma wish list. Je ne le lirai sûrement pas après celui-ci.