Culture

GESSEN, Masha • The Man without a face, The unlikely rise of Vladimir Putin

The Man Without a Face is the chilling account of how a low- level, small-minded KGB operative ascended to the Russian presidency and, in an astonishingly short time, destroyed years of progress and made his country once more a threat to her own people and to the world

Handpicked as a successor by the « family » surrounding an ailing and increasingly unpopular Boris Yeltsin, Vladimir Putin seemed like a perfect choice for the oligarchy to shape according to its own designs. Suddenly the boy who had stood in the shadows, dreaming of ruling the world, was a public figure, and his popularity soared. Russia and an infatuated West were determined to see the progressive leader of their dreams, even as he seized control of media, sent political rivals and critics into exile or to the grave, and smashed the country’s fragile electoral system, concentrating power in the hands of his cronies.

As a journalist living in Moscow, Masha Gessen experienced this history firsthand, and for The Man Without a Face she has drawn on information and sources no other writer has tapped. Her account of how a « faceless » man maneuvered his way into absolute-and absolutely corrupt-power has the makings of a classic of narrative nonfiction.

Ce n’est pas la première fois que je parle du président russe sur Autumn & Latte à travers une chronique littéraire. Il y a quelques semaines, j’ai publié mon avis sur Vladimir Vladimirovitch de Bernard Chambraz, qui propose une biographie romancée de Poutine. Je n’ai pas spécialement gardé de bons souvenirs de cette dernière et je tente une dernière fois l’aventure avec The Man without a face, The unlikely rise of Vladimir Putin de la journaliste russe, Masha Gessen.

À lire également : Vladimir Vladimirovitch de Bernard Chambraz

Malheureusement, je ressors de cette lecture plutôt mitigée. Elle n’est pas inintéressante, mais il y a de nombreux points sur lesquels j’ai à redire et ce sont surtout ces derniers que je vais aborder un par un. Avant, je pense que je dois aborder la question de mes attentes concernant cet ouvrage pour comprendre ma déception sur cette biographie. Le sous-titre est The unlikely rise of Vladimir Putin. En soi, le sujet m’intéresse : savoir comme un presque inconnu est devenue le président de la Russie et se maintient  depuis près de vingt ans au pouvoir. Le programme semble intéressant et vendeur.

Or, ce n’est pas réellement ce que j’ai eu l’impression de lire. Je parle d’une biographie écrite par une journaliste russe. Je m’attends à un minimum d’objectivité, de présenter des faits sans montrer de préférences personnelles. Dès le départ, les positions de Masha Gessen sont claires et cela transparaît dans chacun des mots, à chacune des pages. Je partage son point de vue et je reste choquée par la corruption qui règne en Russie. Cependant, je n’aime pas qu’un auteur me force la main et m’impose son point de vue, et encore plus quand je lis un essai. Je veux en savoir plus, comprendre et surtout me forger ma propre opinion. C’est un de reproches que je formule à l’encontre de cet ouvrage. Il y a beaucoup trop de biais pour permettre au lecteur de se former une idée à soi. Masha Gessen amène trop d’émotions personnelles. Le livre n’est plus vraiment une biographique ou un essai politique, mais quelque chose qui se rapproche plus des mémoires de l’auteur avec quelques passages trop romancés.

J’ai lu quasiment la moitié et, p our un livre traitant de Vladimir Poutine, il est étonnant de voir qu’il apparaît très peu, au final, dans cette première partie. Il s’intègre dans une chronologie qui est celle des dernières années du régime communiste, sa chute et l’après. À vrai dire, j’ai vraiment apprécié ce côté très historique qui sont vraiment intéressants, surtout pour ce qui se passe après la chute du communisme et la manière dont la Russie s’est cherchée politiquement. Cependant, ce n’est pas l’objectif principal de l’ouvrage, ni même la raison pour laquelle je l’ai commencé en premier lieu. Le contexte est amplement développé et très présent. Cela permet de bien tout situer et de comprendre ce qu’a été la Russie après le communisme. J’en reviens au fait que ce n’est pas le but de ce livre et un décalage s’est ainsi crée.

Un des points qui m’a le plus gêné est l’absence de preuves concrètes. Masha Gessen base tout un ouvrage en pointant des coïncidences (certes, troublantes, je suis d’accord), des concours de circonstances des on-m’a-dit… Je suis désolée, mais ce n’est pas suffisant pour moi. J’ai besoin que le propos soit étayé par des preuves. De ce point de vue, je suis une pure juriste qui ne peut pas se contenter de ce que l’auteur présente. J’adore les notes de bas de pages, les documents, les bibliographies… Je nuance tout de suite mon propos également. Trouver les preuves et plus encore les publier doit aussi relever d’un véritable parcours du combattant ou d’une mission impossible. Masha Gessen a tout de même le mérite de pointer des choses qui vont pas dans son pays et dont nous ne sommes pas forcément au courant. The Man without a face, The unlikely rise of Vladimir Putin reste un ouvrage intéressant pour celui qui se passionne véritablement pour le sujet.

Pour ma part, je ne suis pas allée jusqu’au bout. Au final, ce n’était pas tant le fond que la forme qui m’a déçu. Les biographies et autobiographies ne sont pas ma tasse de thé et il arrive bien souvent que je ne les termine pas. De plus, ce livre n’est pas ce à quoi je m’attendais en le commençant. La lecture a parfois été laborieuse, le timing n’a pas été le bon… Je suis totalement passée à côté de cet essai.

Publicités

LACOMBE Benjamin & ECHEGOYEN Paul • Léonard & Salaï, Il Salaïno (2014)

Ce roman graphique atypique nous entraîne dans l’intimité d’un homme devenu l’incarnation du génie créateur, un artiste au talent jamais égalé.

Qui pourraient être mieux placés que deux hommes, deux artistes, pour vous conter l’histoire d’amour qui lia, pendant près de trente ans, Léonard de Vinci à un jeune apprenti qu’il baptisa Salaï (« petit diable »).

Immergez-vous au cœur de cette évocation romanesque qui présente une autre vision de Léonard de Vinci, de son entourage et de sa vie. Au-delà du mythe, de ses incroyables inventions et de sa modernité (fervent écologiste, végétarien, humaniste…), il était détesté par ses pairs, autant pour son immense talent que pour son physique avantageux, ou encore pour la cour qui l’encerclait.

Comment a-t-il vécu, aimé, souffert ? L’histoire s’intéresse à son amour pour Salaï, personnage oublié, écorché vif, petit voyou fainéant au grand talent, et dont on attribua certaines œuvres au Maître, à son Maître.

Je connais les dessins et illustrations de Benjamin Lacombe, dont j’ai souvent admiré le travail sur différentes couvertures, mais je n’ai jamais dépassé ce stade. Léonard & Salaï est véritablement le premier ouvrage de cet artiste que je découvre et je ne pouvais pas mieux tomber pour commencer que d’être en compagnie de Léonard de Vinci, un des grands génies de la Renaissance dont nous fêtons les cinq cent ans de la mort cette année. En tant qu’ancienne étudiante en histoire de l’art, le livre avait de fortes chances de me plaire.

Léonard de Vinci, Étude pour la tête de Léda, 1504-1506.
Encre brune et pierre noire.
Windsor Castle, Royal Library.

J’avais toutefois quelques attentes et appréhensions en le commençant. Même si Léonard de Vinci n’est pas mon peintre préféré, je connais très bien ses oeuvres et dessins et je peux pas m’empêcher de les admirer. Ce sont des tableaux et des projets magnifiques dont un de deux que j’adore est le projet de tête pour Léda et le Cygne dont le tableau est perdu. J’espérais vraiment de voir son travail, ainsi que la manière dont il s’intègre dans la vie de l’artiste. Je ne suis pas déçue de ce point de vue. Le lecteur peut découvrir ce que cela implique réellement d’être un peintre durant la Renaissance italienne, de devoir souvent se mettre au service d’un protecteur ou d’un riche mécène pour pouvoir survivre et que même des grands peintres de renom comme Léonard de Vinci ont rencontré (des difficultés financières, de réaliser des commandes en temps et en heure…). Dans ce magnifique ouvrage, Benjamin Lacombe et Paul Echegoyen démystifient un peu la figure de ce peintre et c’est intéressant d’avoir cette vision, plus proche de la réalité historique et de ce qui a réellement été la carrière de Vinci, tout en gardant en tête qu’il était un homme peu commun. Je ne m’attendais pas à ce que les auteurs aillent aussi loin et la surprise a été des plus agréables. Juste grâce à cet aspect, je recommande les yeux fermés Léonard & Salaï.

Mais pas uniquement grâce à ce point, car Benjamin Lacombe et Paul Echegoyen m’ont également surprise par le style des illustrations. Avec un ouvrage abordant la carrière et la vie intime de Léonard de Vinci, je ne savais pas à quel type de styles j’allais avoir affaire : celui des deux illustrateurs ou quelques chose qui se rapproche plus de celui du peintre. Le choix opéré est surprenant et, pourtant, il fonctionne à merveille dans une émulation commune entre les trois artistes, et plus particulièrement entre Léonard de Vinci et Benjamin Lacombe. Il a d’abord choisi une palette chromatique proche de celle des tableaux et de l’Italien avec beaucoup d’ocres, de brun et des touches de cramoisi… L’impression qui s’en dégage est celle de plonger dans le monde, l’univers pictural de Léonard et notamment de ses carnets à dessin qui, aujourd’hui, ont cette couleur sépia, tout en lui rendant un bel hommage.

Léonard de Vinci, Saint Jean Baptiste, 1513-1515. Huile sur toile. Paris, Musée du Louvre Salaï aurait posé pour ce tableau. Nous pouvons voir les points communs avec la couverture.

Cependant, je retiens plus précisément la manière dont Benjamin Lacombe se réappropriai les différents tableaux de de Vinci. Il garde l’idée originale et l’adapte à sa propre vision et à sa manière propre de dessiner. C’est un mélange que j’ai trouvé amplement réussi et respectueux l’un de l’autre. Esthétiquement, chaque planche est une petite merveille. Tout au long de ma lecture, j’ai eu envie de voir quelle proposition les auteurs allaient montrer et je n’ai jamais été déçue. Ce sont des images de toute beauté à chaque fois et je ne me lasse pas de les admirer, notamment les pleines-pages.

Léonard & Salaï est un coup de foudre total. J’en oublierai presque le personnage de Salaï, qui donne le sous-titre à ce premier tome, m’a parfois légèrement porté sur les nerfs. Cependant, c’est presque anodin comparé au reste. La seule chose qui me chagrine est que la fin laisse présager un deuxième tome, mais je n’ai trouvé aucune information à ce sujet, mais je doute qu’il paraisse un jour. Dommage, mais j’ai encore tous les autres ouvrages de Benjamin Lacombe à découvrir.

Mes 3 découvertes musicales de 2018

En 2018, je me suis ouverte aux découvertes musicales en quittant de temps à autre mes artistes et genres favoris. J’ai fait plusieurs nouvelles rencontres musicales comme Charlotte Cardin (Main Girl), Moriarty (Jimmy) ou Barns Courtney (Glitter and Gold)… Cependant, mes trois gros coups de coeur vont pour trois artistes féminines aux univers musicaux très éloignés de ce que je peux écouter habituellement. Je suis très folk et pop. Je ne peux désormais plus m’en passer.

K.Flay

Ma première découverte de l’année a été pour cette artiste américaine au style indéfinissable. Il y a des influences hip-hop, rock et électronique. Le mélange est étonnant et détonnant. La rencontre s’est faite grâce au film Lara Croft dont elle signe la chanson phare, Run for your Life, titre absolument parfait. Par curiosité, je suis allée voir plus loin et là… Révélation pour son deuxième album Every where is some where. Il est dynamique, efficace et décoiffant avec des titres incroyables comme The Giver, Black Wave, Blood in the cut À écouter sans modération, surtout pour cette ambiance un peu dark.

Billie Eilish

Je ne sais plus vraiment comment ou pourquoi elle a atterri dans ma playlist, mais j’ai commencé par You should see me in a crown (une des répliques les plus géniales de la série Sherlock, mais rien à voir). Le coup de foudre a été immédiat. Comment peut-on avoir à peine seize ans et déjà un talent fou ? C’est une pop mélancolique et un peu dark, avec des sons électroniques qui donnent des morceaux très léchés. Les textes sont très matures. Écouter Billie Eilish, c’est un moment à part, hors du temps. Il faut écouter Bellyache, Lovelyou When the party’s over… 

Bishop Briggs

Depuis 2017 et la sortie de son EP, River tourne en boucle dans mes playlists. Encore un mélange d’influences avec des passages un peu plus folk comme avec Dream, de la pop et des sonorités électroniques comme avec Dark side. Ses textes sont authentiques et parfois un peu sombres, mais ils arrivent toujours à me toucher. Elle a aussi une voix rauque incroyable et puissante, facilement reconnaissable. Son album Church of scars est sorti cette année et chaque titre est parfait. Aucun ne m’a déçu… C’est une artiste à suivre.

Mes 10 livres de 2018

En 2018, j’ai lu 122 livres, soit une dizaine de moins que pour 2017, mais j’ai dévoré de nombreux pavés, notamment de la littérature russe. En un an, cela représente 38.181 pages (merci Goodreads de tenir le compte).

En cliquant sur les titres, vous pouvez lire la chronique que j’ai publié sur le livre et avoir mon avis complet.

Quels sont les dix livres qui m’ont marqué durant 2018 et que je recommande les yeux fermés ?

1 – The Miniaturist de Jesse Burton

On a brisk autumn day in 1686, eighteen-year-old Nella Oortman arrives in Amsterdam to begin a new life as the wife of illustrious merchant trader Johannes Brandt. But her new home, while splendorous, is not welcoming. Johannes is kind yet distant, always locked in his study or at his warehouse office, leaving Nella alone with his sister, the sharp-tongued and forbidding Marin.

L’intrigue prend place durant l’âge d’or hollandais à Amsterdam. Elle est remplie de mystères, de secrets de famille et de non-dits qui en font un parfait page-tourner dans une ambiance lugubre des plus réussies.

2 – Lumikko de Pasi Ilmari Jääskeläienen

Au sein d’un petit village finlandais prospère une étrange société littéraire secrète composée de neuf écrivains réunis autour de la figure tutélaire de Laura Lumikko, auteur à succès d’une série de livres fantastiques pour la jeunesse. En pénétrant peu à peu dans l’intimité de cette société – grâce à un Jeu aux règles complexes permettant d’arracher la vérité aux membres de la société – Ella, une jeune professeur de finlandais aux ovaires déficients, découvre le sombre secret de leur inspiration. Pendant ce temps, Laura Lumikko disparaît, tandis qu’une étrange peste semble s’être abattue sur les livres de la bibliothèque : certains livres voient leur fin subtilement altérer…

Ce roman est peut-être l’un des ouvrages les plus bizarres que j’ai pu lire cette année. Dès les premières pages, je ne savais pas où l’auteur m’emmenait ou quel était son but… Je me suis laissée porter et j’ai adoré le fait que Jääskeläienen flirtait parfois avec le fantastique, brouillant très souvent les frontières avec la réalité. Encore une très belle atmosphère.

3 – Little Monsters de Kara Thomas

« Vous est-il déjà arrivé de vouloir quelque chose au point d’en mourir ?  » Quand elle emménage à Broken Falls, une nouvelle vie commence pour Kacey. Tout le monde ici est tellement gentil. Et elle se fait même des amies, Bailey et Jade, qui l’accueillent à bras ouverts. Mais, soudaine, ces dernières se montrent étrangement distantes. Et elles omettent de l’inviter à la plus grosse soirée de l’année. Kacey, décidée à confronter ses amies, n’en aura pourtant jamais l’occasion : après la fête Bailey disparaît sans laisser de traces. Broken Falls ne semble plus si chaleureuse. Surtout pour elle, la nouvelle. Kacey est sur le point d’apprendre deux choses très importantes : parfois, les apparences peuvent se révéler trompeuses. Et parfois, quand on est la nouvelle, il ne faut faire confiance à personne.

Mon premier Kara Thomas est sûrement pas mon dernier. L’auteur nous livre un des meilleurs thrillers psychologiques que j’ai pu lire cette année. L’intrigue est incroyablement menée et il faut se méfier des apparences. Elles sont souvent bien trompeuses.

4 – the princess saves herself in this one d’amanda lovelace

« Ah, life – the thing that happens to us while we’re off somewhere else blowing on dandelions & wishing ourselves into the pages of our favorite fairytales. » A poetry collection divided into four different parts : the princess, the damsel, the queen, & you. The princess, the damsel, & the queen piece together the life of the author in three stages, while you serves as a note to the reader & all of humankind. Explores lives & all of its love, loss, grief, healing, empowerment, & inspirations. 

Depuis Rupi Kaur et son premier recueil de poésie, je m’essaie de plus en plus à la poésie contemporaine. Durant l’année, j’ai découvert r.h. sin et amanda lovelace et je garde surtout cette dernière en mémoire. J’adore sa poésie féministe, bienveillante avec des thèmes qui me parlent.

5 – Nord et Sud d’Elizabeth Gaskell

C’est le choc de deux Angleterre que le roman nous invite à découvrir : le Sud, paisible, rural et conservateur, et le Nord, industriel, énergique et âpre. Entre les deux, la figure de l’héroïne, la jeune et belle Margaret Hale. Après un long séjour à Londres chez sa tante, elle regagne le presbytère familial dans un village du sud de l’Angleterre. Peu après son retour, son père renonce à l’Eglise et déracine sa famille pour s’installer dans une ville du Nord. Margaret va devoir s’adapter à une nouvelle vie en découvrant le monde industriel avec ses grèves, sa brutalité et sa cruauté. Sa conscience sociale s’éveille à travers les liens qu’elle tisse avec certains ouvriers des filatures locales, et les rapports difficiles qui l’opposent à leur patron, John Thornton.

Cela faisait des années que je souhaitais me lancer dans ce classique de la littérature anglaise. Chose faite ! J’ai apprécié chacune des pages, les personnages et la relation amoureuse qui se tisse doucement ainsi que la période historique.

6 – Bernie Gunther, Les ombres de Katyn de Philip Kerr

Mars 1943. Le Reich vient de perdre Stalingrad. Pour Joseph Gobbels, il faut absolument redonner le moral à l’armée allemande et porter un coup aux Alliés. Or, sur le territoire soviétique, près de la frontière biélorusse, à Smolensk, ville occupée par les Allemands, depuis 1941, la rumeur enfle. Des milliers de soldats polonais auraient été assassinés et enterrés dans les fosses communes. L’Armée rouge serait responsable de ce massacre. Goebbels, qui voit là l’occasion de discréditer les Russes et d’affaiblir les Alliés, décide l’ouverture d’une enquête. Le capitaine Bernie Gunther du Bureau des crimes de guerres, organisme réputé antinazi, est la personne idéale pour accomplir cette délicate mission.

2018 a été marqué par la perte de mon auteur préféré, Philip Kerr. J’ai lu plusieurs de ses ouvrages autour de son détective allemand cette année. Tous étaient très bons, mais Les ombres de Katyn m’a époustouflé. C’est un de ses meilleurs.

7 – The Romanovs de Simon Sebag-Montefiore

The Romanovs were the most successful dynasty of modern times, ruling a sixth of the world’s surface for three centuries. How did one family turn a war-ruined principality into the world’s greatest empire? And how did they lose it all? This is the intimate story of twenty tsars and tsarinas, some touched by genius, some by madness, but all inspired by holy autocracy and imperial ambition. Simon Sebag-Montefiore’s gripping chronicle reveals their secret world of unlimited rivalries, sexual decadence and wild extravagance, with a global cast of adventurers, courtesans, revolutionaries and poets, from Ivan the Terrible to Tolstoy and Pushkin, to Bismarck, Lincoln, Queen Victoria and Lenin.

En 2018, la Russie a été à l’honneur sur le blog à travers la lecture de nombreux classiques et des auteurs plus contemporains, des essais, des films… Cet ouvrage de Simon Sebag-Montefiore est un des meilleurs et des plus complets que j’ai pu lire sur les Romanov.

8 – La saga moscovite de Vassili Axionov

À travers les destinées des Gradov, grands médecins, grands militaires, et celles de petites gens qui les entourent, c’est toute la Russie qui respire… Comme elle peut, en l’une des périodes les plus dramatiques qu’elle ait connues : 1924-1953, dates du « règne » de Staline. Les Gradov sont des personnages bien romanesques, pris dans une vie quotidienne faite d’ambition, de dévouement, de contradictions, de passions, de rires. Les véritables sagas modernes sont, dans la littératures universelle, rarissimes. Celle-ci mérite bien son nom tant l’horizon qu’elle embrasse est vaste, tant sa phrase est exubérante et précise, tant ses personnages et leur fortune sont attachants. Telle est la magie d’un grand écrivain.

Lu sur les sages recommandations de V., les deux tomes de cette saga familiale m’ont passionné. Une fois commencé, elle est impossible à mettre de côté. J’ai toujours voulu savoir quel allait être le destin des membres du clan Gradov. Une fois la dernière page tournée, j’ai eu un énorme pincement au coeur de savoir qu’il n’y avait pas de troisième tome.

9 – Asking for it de Louise O’Neill

It’s the beginning of the summer in a small town in Ireland. Emma O’Donovan is eighteen years old, beautiful, happy, confident. One night, there’s a party. Everyone is there. All eyes are on Emma.

The next morning, she wakes on the front porch of her house. She can’t remember what happened, she doesn’t know how she got there. She doesn’t know why she’s in pain. But everyone else does.

Photographs taken at the party show, in explicit detail, what happened to Emma that night. But sometimes people don’t want to believe what is right in front of them, especially when the truth concerns the town’s heroes…

Le roman qui m’a le plus bouleversé et révolté cette année. Il est à mettre entre toutes les mains, car l’histoire est criante de vérité et encore et toujours d’actualité.

10 – Anna Karénine de Léon Tolstoï

La quête d’absolu s’accorde mal aux convenances hypocrites en vigueur dans la haute société pétersbourgeoise de cette fin du XIXe siècle. Anna Karénine en fera la douloureuse expérience. Elle qui ne sait ni mentir ni tricher – l’antithèse d’une Bovary – ne peut ressentir qu’un profond mépris pour ceux qui condamnent au nom de la morale sa passion adultère. Et en premier lieu son mari, l’incarnation parfaite du monde auquel il appartient, lui plus soucieux des apparences que véritablement peiné par la trahison d’Anna. Le drame de cette femme intelligente, sensible et séduisante n’est pas d’avoir succombé à la passion dévorante que lui inspire le comte Vronski, mais de lui avoir tout sacrifié, elle, sa vie de femme, sa vie de mère. Vronski, finalement lassé, retrouvera les plaisirs de la vie mondaine. Dans son insondable solitude, Anna, qui ne peut paraître à ses côtés, aura pour seule arme l’humiliante jalousie pour faire vivre les derniers souffles d’un amour en perdition. Mais sa quête est vaine, c’est une « femme perdue ».

Encore de la littérature russe pour terminer ce top 10 de mes meilleures lectures pour l’année 2018. Il n’est pas besoin de le présenter et j’ai enfin pris le temps de le relire. Il est toujours aussi exceptionnel et un régal à lire.

Le Musée de la Romanité de Nîmes et ses dispositifs numériques

Depuis toute jeune, l’Antiquité romaine est une période historique qui me fascine et sur laquelle j’ai pu mettre l’accent durant mes années de licence d’Histoire de l’art. Au début de l’été 2018, la ville de Nîmes a inauguré un nouveau musée retraçant l’histoire et l’évolution de la ville durant cette période. Il est l’un des plus grands d’Europe dédié à ce sujet. J’aurai pu parler de l’architecture, de la scénographie… Mais les dispositifs numériques d’aide à la médiation sont omniprésents au sein de cette nouvelle institution. J’en ai jamais vu autant et, tout au long du parcours muséographique, il y en a 65.

Que trouvons-nous parmi ces dispositifs numériques ?

Des projections immersives avec notamment des reconstitutions en trois dimensions de monuments qui ne sont plus visibles en élévation comme le sanctuaire de la Fontaine, des cartes interactives, de nombreuses vidéos explicatives, des dispositifs de réalité augmentée pour se déguiser en romain(e)… Il y a des applications vraiment variées et le Musée de la Romanité est un parfait exemple de ce que le numérique peut apporter à un musée, notamment en terme de médiation et d’expérience immersive.

Ce type de dispositifs se développe très vite et devient quasiment une évidence, surtout pour des musées nouvellement crées. La question de la place du numérique dans les institutions est un des grands thèmes liés au monde de la culture qui me passionne avec la restitution d’oeuvres d’art.

Qu’ai-je pensé de ces dispositifs ? Qu’est-ce que j’en retiens ?

L’émerveillement avant la lassitude

Dès le début du parcours, les dispositifs de médiation numériques sont présents et ils s’enchainent rapidement. Dans chacune des salles, il peut y avoir jusqu’à deux ou trois dispositifs différents. Au début, je dois avouer que j’ai été émerveillée par leur diversité et l’envie de tout tester était présente. Je me suis prise au jeu, allant presque tout de suite vers les bornes en entrant dans la salle d’exposition et puis, au bout d’un moment, je les ai délaissées pour ne quasiment plus les regarder à partir du milieu du parcours.

Une petite overdose se fait ressentir à force. Par mes études, mais également mes préférences personnelles, j’aime l’objet, pouvoir l’admirer et voir ce qu’il peut m’apprendre en premier lieu, sans avoir besoin de recourir tout de suite à une médiation, sous quelques formes que ce soient. Avec cette démultiplication du numérique, j’ai presque oublié l’objet en lui-même. Or, c’est pour ça que je me déplace dans un musée ou toute autre institution culturelles, pour admirer des oeuvres et non des tablettes numériques et autres dispositifs. J’ai vraiment trouvé qu’il y en avait beaucoup trop, surtout devant la beauté et la richesse des collections, qui se trouvent occultées par ces derniers. Pour donner un exemple, je n’ai pas compris pourquoi ils ont doublé de très jolies maquettes des lieux et monuments de Nîmes, qui parlent clairement d’elles-mêmes, de vidéos ou petits programmes d’immersion sur tablette. Et ce d’autres plus que je ne les ai pas trouvé très intuitifs.

Des aspects intéressants de ces médiations numériques

Je ne regrette pas tous les dispositifs numériques mis en place par le Musée de la Romanité, bien au contraire. Je regrette juste que certains ne présentent au final qu’un intérêt limité. D’autres ont vraiment été passionnants, apportant une réelle plus-value durant la visite. Ce sont eux que je retiens, même quelques semaines après ma visite. Ils auraient presque tous dû être ainsi. J’en garde trois en mémoire.

Le premier concerne les cartes. J’ai vraiment adoré la manière dont elles bougent pour montrer les flux migratoires ou les échanges commerciaux, le mouvement des frontières de l’Empire romain, l’expansion de la ville de Nîmes sur un support en relief reprenant la topographie des lieux par une projection zénithale. Animer ces différents éléments est tout simplement une idée brillante, à mon avis. J’ai toujours eu quelques soucis avec la géographie, la topographie, de visualiser des changements dans le temps. Avec ces cartes, j’ai pu visualiser parfaitement et me rendre plus facilement compte de certains aspects. Je fonctionne beaucoup par le visuel et elles étaient faite pour moi, car j’ai tendance à fuir les cartes simples habituellement. Le tout est fait de manière très claire et chaque couche d’informations vient progressivement pour un outil numérique à la fois pédagogique et ludique.

Le monde roman nous a laissé un large corpus d’inscriptions épigraphiques. Ce ne sont pas forcément les objets les plus faciles à mettre en valeur pour le public. Or, la manière dont elle sont valorisées et expliquées est très intelligente et elle rend ce type d’objets beaucoup plus accessibles. Ils ont mis en lumière l’inscription latine pendant quelques minutes, puis, toujours en projetant sur le bloc, une petite animation donne les principaux éléments d’explication et de contexte. Je n’ai jamais vu cela alors que je fréquente beaucoup ce type de musées qui ont ma préférence. J’ai adoré cette idée de voir la pierre s’animer et raconter son histoire. Pour moi, un musée, ce sont des objets qui racontent une histoire, la leur ou la grande Histoire… Avec ce dispositif, nous sommes pleinement dans ce concept et c’était incroyable et vraiment très bien réalisé.

Le troisième et dernier point de l’utilisation du numérique dans le parcours est quand je suis arrivée à la partie consacrée à la vie quotidienne où les fresques et les mosaïques sont présentées. Personnellement, ce sont deux catégories d’art que j’adore et admire. Je peux rester des heures devant une mosaïque. Afin de donner une idée de ce à quoi pouvait ressembler un intérieur roman, ils ont utilisé le numérique et toutes les possibilités qu’il peut offrir en proposant des reconstitutions avec les mosaïques au sol et la projection sur les murs des décors qui ont été retrouvés lors de fouilles. Ou bien, à partir des fragments de peintures murales retrouvées, de recomposer via la projection, l’entièreté du décor…

Le Musée de la Romanité présente une véritable diversité des dispositifs numériques. Peut-être trop à mon goût et, au final, je ne garde en souvenir que trois en particulier qui m’ont réellement intéressant et qui augmentent l’expérience de visite en apportant des informations complémentaires ou de manière plus claire. Le reste ne m’a pas marqué, parfois même, il était en trop.

3 documentaires autour de la Russie sur Netflix

Ce mois russe touche quasiment à sa fin et, aujourd’hui, c’est un article sur les documentaires évoquant la Russie que nous publions. Netflix en propose trois… Petit tour d’horizon.

Inside Russia’s toughest prisons

For the first time, three prisons across Russia unlock their doors to an international film crew. Go inside a top security facility where cannibals, terrorists and killers live out the rest of their days, to Russia’s oldest prison, to a Siberian prison camp where temperatures linger at 50 below. Inside Black Dolphin prison, a cannibal reveals his crime, divulging how he boiled, fried and ate his victim. In infamous Vladimir Central, a convict opens up about killing his brother-in-law for disturbing his daughter’s peaceful night’s sleep. Inside Siberian Prison Camp 17, two friends are about to go their separate ways.

De l’univers carcéral russe, je connais surtout les tatouages et quelques-unes de leurs significations. Je me doutais également que les prisons dans ce pays ne sont pas une partie de plaisir. Ce documentaire confirme mes soupçons. De ce point de vue, je dois dire que ce dernier ne m’a pas réellement apporté de connaissances supplémentaires. J’ai même pensé que, parfois, celui qui a réalisé ce reportage a cherché le sensationnel, notamment dans la première partie.

Au final, j’ai préféré la présentation de la dernière prison sur les trois évoquées. Elle donne certes une meilleure image de ce milieu où la discipline est toujours de mise et l’isolement est le maître mot. Cependant, ce passage me semble plus nuancé, plus à visage humain. J’ai largement apprécié cette dernière partie qui semble un peu plus éloignée des clichés habituels.

La fortune cachée de Poutine

Ce film soutient que Vladimir Poutine a utilisé des manoeuvres politiques et des hommes de main impitoyables pour assurer son pouvoir et augmenter son immense fortune.

Un deuxième documentaire porte sur la manière dont l’actuel président de la Russie s’est enrichi au fil des années et sur le système de corruption étatique. Ce dernier point est ce qui m’a le plus passionné que de savoir à quoi ont servi les fonds détournés dans la mesure où nous pouvons nous en douter. Cependant, sur quelques aspects, c’est un reportage intéressant. Il permet de mieux comprendre l’économie de la Russie et la raison pour laquelle, par exemple, les Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi ont coûté plus cher en terme d’infrastructure que les devis initiaux.

De ce point de vue, le documentaire est bien fait, car il montre les divergences entre le discours officiel et la réalité. Il est intéressant de voir les deux points de vue et cela renforce le propos du réalisateur qui est de montrer la corruption au sein du gouvernement. Il est juste dommage que certains passages viennent se glisser et qui n’apportent pas grand chose.

Empire of the tsars

British historian Lucy Worsley travels to Russia to investigate the 300-year reign of the Romanov dynasty.

Des trois documentaires, Empire of the stars est celui que je retiens. Il se rapproche le plus de mes centres d’intérêts. Il évoque la famille des Romanovs à travers certaines de ses grandes figures : Pierre le Grand, Catherine de Russie… Il y a quelques mois, j’ai lu The Romanovs de Simon Sebag-Montefiore et ce documentaire apporte des visuels qui ont pu parfois me manquer. J’ai voyagé avec ce dernier, car il montre les palais, ce à quoi ressemblait un bateau de l’époque, la mode…

Il est vraiment bien fait, malgré quelques partis pris. Il est impossible d’évoquer la totalité des monarques que compte cette dynastie. Je comprends les choix effectués et ce documentaire semble être une bonne introduction à celles et ceux qui veulent en apprendre sur cette famille.

À lire également : The Romanovs de Simon Sebag-Montefiore

Playlist • Place rouge

Place Rouge • Le Concert Soundtrack

Concerto pour violon en ré majeur • Pyotr Iliytch Tchaikovsky

A rumor in Saint Petersburg • Anastasia Cast

The Neva flows • Anastasia Cast

Stay, I pray you • Anastasia Cast

Journey to the past • Anastasia Cast

Swan Lake, Op. 20, Acte II, n°10 • Pyotr Ilyitch Tchaikovsky

Nutcraker Suite • Pyotr Ilyitch Tchaikovsky

In the dark of the night • Anastasia

Kalinka • Les choeurs de l’Armée rouge

Valse n°2 • Dmitri Shostakovitch

Once upon a December (piano version) • Anastasia

Waltz of Flowers (The Nutcracker) • Pyotr Ilyitch Tchaikovsky

Pas de deux (The Nutcracker) • Pyotr Ilyitch Tchaikovsky