Sorties VO • Avril 2022

1955 in New York City: the city of instant coffee, bagels at Katz’s Deli, new-fangled TVs.  But in the Perlman’s walk-up in Chelsea, the past is as close as the present. Rachel came to Manhattan in a wave of displaced Jews who managed to survive the horrors of war. Her Uncle Fritz fleeing with her, Rachel hoped to find freedom from her pain in New York and in the arms of her new American husband, Aaron.
 
But this child of Berlin and daughter of an artist cannot seem to outrun her guilt in the role of American housewife, not until she can shed the ghosts of her past.  And when Uncle Fritz discovers, in a dreary midtown pawn shop, the most shocking portrait that her mother had ever painted,  Rachel’s memories begin to terrorize her, forcing her to face the choices she made to stay alive—choices that might be her undoing.


The girl knows she has a destiny before she even knows her name. She grows up in the wild, in a cave with her mother, but visions of a faraway lake come to her on the spring breeze, and when she hears a traveler speak of Artos, king of Caer Leon, she knows that her future lies at his court.

And so, brimming with magic and eager to test her strength, she breaks her covenant with her mother and, with a broken hunting spear and mended armour, rides on a bony gelding to Caer Leon. On her adventures she will meet great knights and steal the hearts of beautiful women. She will fight warriors and sorcerers. And she will find her love, and the lake, and her fate.


Poland, July 1944. Sixteen-year-old Maria is making her way home after years of forced labor in Nazi Germany, only to find her village destroyed and her parents killed in a war between the Polish Resistance and Ukrainian nationalists. To Maria’s shock, the local Resistance unit is commanded by her older brother, Tomek―who she thought was dead. He is now a “Silent Unseen,” a special-operations agent with an audacious plan to resist a new and even more dangerous enemy sweeping in from the East. When Tomek disappears, Maria is determined to find him, but the only person who might be able to help is a young Ukrainian prisoner and the last person Maria trusts―even as she feels a growing connection to him that she can’t resist.


The death of Edvard’s parents when he was three has always been a mystery but he knows that the fate of his grandfather’s brother, Einar, is somehow connected. One day a coffin is delivered to the farm for his grandfather, long before the grandfather’s death––a meticulous, beautiful, and unique piece of craftsmanship with the hallmarks of a certain master craftsman––raising the thought that Einar isn’t dead after all. Edvard is now driven to unravel the mystery of his parents’ death. Following a trail of clues from Norway to the Shetland Islands to the battlefields of France and sixteen ancient walnut trees colored by poison gas in World War I, Edvard ultimately discovers a very unusual inheritance.


Home is certainly not where Del’s heart is. After a local scandal led to her parents’ divorce and the rest of her family turned their backs on her, Del left her small town and cut off contact.

Now, with both of her parents gone, a chance has arrived for Del to retaliate.

Her uncle wants the one thing Del inherited: the family home.

Instead of handing the place over, and with no other resources at her disposal, Del decides she will tear the place apart herself—piece by piece.

But Del will soon discover, the task stirs up more than just old memories as relatives—each in their own state of unraveling—come knocking on her door.


Shortly after midnight on April 15, 1912, the captain of the Carpathia, Arthur Rostron, wakes to a distress signal from the Titanic, which has struck an iceberg on its maiden voyage. Though information is scarce, Rostron leaps into action, determined to answer the call for help. But the Carpathia is more than four hours away, and there are more questions than answers: Will his ship hold together if pushed to never-before-tested speeds? What if he also strikes an iceberg? And with the freezing temperatures, will there be any survivors by the time the Carpathia arrives?

Kate Connolly is a third-class passenger on Titanic, and she is among the last to receive instruction and help after it hits an iceberg. Despite the chaos of abandoning ship, Kate is able to board a lifeboat, though after seeing the Titanic sink into the abyss and hearing the cries from hundreds of people still in the water, she wonders if any rescue is even possible.


In 1986, renowned nuclear scientist, Anna Berkova, is sleeping in her bed in the Soviet Union when Chernobyl’s reactor melts down. It’s the exact moment she tears through time—and it’s an accident. When she opens her eyes, she’s landed in 1992 only to discover Molly, her estranged daughter, shot in the chest. Molly, with her dying breath, begs Anna to go back in time and stop the disaster, to save Molly’s daughter Raisa, and put their family’s future on a better path.

In ‘60s Philadelphia, Molly is coming of age as an adopted refusenik. Her family is full of secrets and a past they won’t share. She finds solace in comic books, drawing her own series, Atomic Anna, and she’s determined to make it as an artist. When she meets the volatile, charismatic Viktor, their romance sets her life on a very different course.

In the ‘80s, Raisa, is a lonely teen and math prodigy, until a quiet, handsome boy moves in across the street and an odd old woman shows up claiming to be her biological grandmother. As Raisa finds new issues of Atomic Anna in unexpected places, she notices each comic challenges her to solve equations leading to one impossible conclusion: time travel. And she finally understands what she has to do.


New York, 1880. Elizabeth van den Broek is the only female reporter at the Herald, the city’s most popular newspaper. Then she and her bohemian friend Carlotta Ackerman find a woman’s body wrapped like a mummy in a freshly dug hole in Central Park—the intended site of an obelisk called Cleopatra’s Needle. The macabre discovery takes Elizabeth away from the society pages to follow an investigation into New York City’s darkest shadows.

When more bodies turn up, each tied to Egyptian lore, Elizabeth is onto a headline-making scoop more sinister than she could have imagined. Her reporting has readers spellbound, and each new clue implicates New York’s richest and most powerful citizens. And a serial killer is watching every headline.

Now a madman with an indecipherable motive is coming after Elizabeth and everyone she loves. She wants a good story? She may have to die to get it. 


Piper Sullivan was in a strange hiking accident last month and has been in a coma ever since. Her older sister, Savannah, can’t pretend to be optimistic about it; things look bad. Piper will likely never wake up, and Savannah will never get any answers about what exactly happened.

But then Savannah finds a note in Piper’s locker, inviting Piper to a meeting of their school’s wilderness club…at the very place and on the very day that she fell. Which means there was a chance that Piper wasn’t alone. Someone might’ve seen something. Worse, someone might’ve done something. But who would want to hurt the perfect Piper Sullivan…and why?

To discover the truth, Savannah joins the club on their weekend-long camping trip on the same mountain where her sister fell. But she better be careful; everyone in the club is a suspect, and everyone seems to be keeping secrets about that tragic day.


What happened to the Lost Colony of Roanoke remains a mystery, but the women who descended from Eleanor Dare have long known that the truth lies in what she left behind: a message carved onto a large stone and the contents of her treasured commonplace book. Brought from England on Eleanor’s fateful voyage to the New World, her book was passed down through the fifteen generations of daughters who followed as they came of age. Thirteen-year-old Alice had been next in line to receive it, but her mother’s tragic death fractured the unbroken legacy and the Dare Stone and the shadowy history recorded in the book faded into memory. Or so Alice hoped.

In the waning days of World War II, Alice is a young widow and a mother herself when she is unexpectedly presented with her birthright: the deed to Evertell, her abandoned family home and the history she thought forgotten. Determined to sell the property and step into a future free of the past, Alice returns to Savannah with her own thirteen-year-old daughter, Penn, in tow. But when Penn’s curiosity over the lineage she never knew begins to unveil secrets from beneath every stone and bone and shell of the old house and Eleanor’s book is finally found, Alice is forced to reckon with the sacrifices made for love and the realities of their true inheritance as daughters of Eleanor Dare.


Germany, 1939

As the war begins, Hanna Rombauer, a young German woman, is sent to live with her aunt and uncle after her mother’s death. Thrown into a life of luxury she never expected, Hanna soon finds herself unwillingly matched with an SS officer. The independence that her mother lovingly fostered in her is considered highly inappropriate as the future wife of an up-and-coming officer and she is sent to a « bride school. » There, in a posh villa on the outskirts of town, Hanna is taught how to be a « proper » German wife. The lessons of hatred, prejudice, and misogyny disturb her and she finds herself desperate to escape.

For Mathilde Altman, a German Jewish woman, the war has brought more devastation than she ever thought possible. Torn from her work, her family, and her new husband, she fights to keep her unborn baby safe. But when the unthinkable happens, Tilde realizes she must hide. The risk of discovery grows greater with each passing day, but she has no other options.

When Hanna discovers that Tilde hiding near the school, she knows she must help her however she can. For Tilde, fear wars with desperation. The women must take extraordinary risks to save the lives of mother and baby.


Schoolteacher and single mom Frankie Barrera has always been fiercely protective of her younger sister Izzy—whether Izzy wants her to be or not. But over the years, Izzy’s risky choices have tested Frankie’s loyalty. Never so much as on a night five years ago, when a frantic phone call led Frankie to the scene of a car accident—and a drunk and disoriented Izzy who couldn’t remember a thing.

Though six friends partied on the outskirts of town that night, one girl was never seen again .

Now, an Amber alert puts Frankie in the sights of the local police. Her truck has been described as the one used in the abduction of a girl from a neighboring town. And the only other person with access to Frankie’s truck is Izzy.

This time around, Frankie will have to decide what lengths she’s willing to go to in order to protect Izzy—what lies she’s willing to tell, and what secrets she’s willing to keep—because the dangerous game that six friends once played on a warm summer night isn’t over yet.


The House of Atreus is cursed. A bloodline tainted by a generational cycle of violence and vengeance. This is the story of three women, their fates inextricably tied to this curse, and the fickle nature of men and gods.

Clytemnestra
The sister of Helen, wife of Agamemnon – her hopes of averting the curse are dashed when her sister is taken to Troy by the feckless Paris. Her husband raises a great army against them, and determines to win, whatever the cost.

Cassandra
Princess of Troy, and cursed by Apollo to see the future but never to be believed when she speaks of it. She is powerless in her knowledge that the city will fall.

Elektra
The youngest daughter of Clytemnestra and Agamemnon, Elektra is horrified by the bloodletting of her kin. But, can she escape the curse, or is her own destiny also bound by violence?


Alex, a single mother-of-two, is determined to make a fresh start for her and her children. In an effort to escape her troubled past, she seeks refuge in a rural community. Pine Ridge is idyllic; the surrounding forests are beautiful and the locals welcoming. Mostly.

But Alex finds that she may have disturbed barely hidden secrets in her new home. As a chain of bizarre events is set off, events eerily familiar to those who have lived there for years, Alex realizes that she and her family might be in greater danger than ever before. And that the only way to protect them all is to confront the shadows lurking in Pine Ridge.


After years of seeing her sisters suffer at the hands of an abusive prince, Marra—the shy, convent-raised, third-born daughter—has finally realized that no one is coming to their rescue. No one, except for Marra herself.

Seeking help from a powerful gravewitch, Marra is offered the tools to kill a prince—if she can complete three impossible tasks. But, as is the way in tales of princes, witches, and daughters, the impossible is only the beginning.

On her quest, Marra is joined by the gravewitch, a reluctant fairy godmother, a strapping former knight, and a chicken possessed by a demon. Together, the five of them intend to be the hand that closes around the throat of the prince and frees Marra’s family and their kingdom from its tyrannous ruler at last. 


1978: At her renowned treatment center in picturesque Vermont, the brilliant psychiatrist, Dr. Helen Hildreth, is acclaimed for her compassionate work with the mentally ill. But when’s she home with her cherished grandchildren, Vi and Eric, she’s just Gran—teaching them how to take care of their pets, preparing them home-cooked meals, providing them with care and attention and love.

Then one day Gran brings home a child to stay with the family. Iris—silent, hollow-eyed, skittish, and feral—does not behave like a normal girl.

Still, Violet is thrilled to have a new playmate. She and Eric invite Iris to join their Monster Club, where they catalogue all kinds of monsters and dream up ways to defeat them. Before long, Iris begins to come out of her shell. She and Vi and Eric do everything together: ride their bicycles, go to the drive-in, meet at their clubhouse in secret to hunt monsters. Because, as Vi explains, monsters are everywhere.

2019: Lizzy Shelley, the host of the popular podcast Monsters Among Us, is traveling to Vermont, where a young girl has been abducted, and a monster sighting has the town in an uproar. She’s determined to hunt it down, because Lizzy knows better than anyone that monsters are real—and one of them is her very own sister.


History is told by the conquerors. Across the Western world, museums display the spoils of war, of conquest, of colonialism: priceless pieces of art looted from other countries, kept even now. 

Will Chen plans to steal them back.

A senior at Harvard, Will fits comfortably in his carefully curated roles: a perfect student, an art history major and sometimes artist, the eldest son who has always been his parents’ American Dream. But when a mysterious Chinese benefactor reaches out with an impossible—and illegal—job offer, Will finds himself something else as well: the leader of a heist to steal back five priceless Chinese sculptures, looted from Beijing centuries ago. 

His crew is every heist archetype one can imag­ine—or at least, the closest he can get. A con artist: Irene Chen, a public policy major at Duke who can talk her way out of anything. A thief: Daniel Liang, a premed student with steady hands just as capable of lockpicking as suturing. A getaway driver: Lily Wu, an engineering major who races cars in her free time. A hacker: Alex Huang, an MIT dropout turned Silicon Valley software engineer. Each member of his crew has their own complicated relationship with China and the identity they’ve cultivated as Chinese Americans, but when Will asks, none of them can turn him down. 

Because if they succeed? They earn fifty million dollars—and a chance to make history. But if they fail, it will mean not just the loss of everything they’ve dreamed for themselves but yet another thwarted at­tempt to take back what colonialism has stolen.

Bilan 2021 • Vintage et Seconde Main

2022 est déjà bien attaquée que j’essaie encore tant bien à rattraper mon retard dans la rédaction et la publication des mes articles. Je viens à peine d’attaquer ce que je devais publier en début d’année, malgré le fait que j’ai augmenté le nombre de publications par semaine ! Un des billets que je souhaitais publier est un rapide bilan de mon année 2021 au niveau de la seconde main et du vintage qui est une catégorie du blog que je souhaite faire un peu plus vivre. C’est une habitude bien ancrée dans mon quotidien désormais, et j’ai aussi sauté le pas l’année dernière avec les livres.

Mon meilleur achat.

J’ai longtemps hésité entre le blazer tartan Gérard Darel [article] ou le sac Longchamp bordeaux, et je penche définitivement pour ce dernier. Tout simplement, je l’ai cherché pendant près de trois ans, dans cette taille et cette couleur bien précise. C’est aussi une des pièces que j’ai le plus porté (avec ce blazer également).

L’achat que je regrette le plus.

Ce petit chemisier. Il est beaucoup plus vers un rose saumon que sur la photo. Je l’ai porté une ou deux fois, mais je ne suis pas à l’aise dedans. Je l’adore sur cintre, avec son col, la couleur. Mais pas du tout sur moi. Je me laisse encore une saison pour le porter. Des petites recherches Pinterest m’ont donné quelques idées pour l’associer, dans un style un peu plus années 40 notamment.

La pièce que je ne pensais jamais acheter.

Ce pantalon, car tout simplement, je n’achète jamais de pantalon de seconde main. Surtout que je ne peux pas les essayer, ce qui est le cas de celui-ci. Cependant, le coup de coeur a été immédiat et j’ai tenté le coup. J’ai tout de suite adoré ce dernier sur moi. Il me rappelle les pantalons des années 40 et je l’ai déjà porté plusieurs fois, surtout durant l’été.

La plus belle surprise.

Cette jupe écossaise 100% laine et fabriquée en Grande-Bretagne… Une pièce intemporelle que je cherchais depuis un moment et celle-ci allait parfaitement, dans des couleurs que j’adore. Autant dire que j’étais aux anges quand je l’ai acheté.

La pièce la plus achetée.

Les pulls et gilets, très clairement. Jusqu’à présent, j’avais un gilet et un pull pour l’hiver, car c’est tout simplement ce que je déteste le plus acheté et porté. J’en ai trouvé des adorables de seconde main que je n’ai pas quitté de l’hiver.

Le lieu où j’ai le plus acheté.

Sans hésiter, Emmaüs Chambéry. J’en ai fait plusieurs et c’est définitivement celui que je préfère. J’ai trouvé des petites merveilles et j’ai hâte de pouvoir y retourner.

Encanto, La fantastique famille Madrigal (2021)

Durée : 1 heure 43 minutes

Dans un mystérieux endroit niché au cœur des montagnes de Colombie, la fantastique famille Madrigal habite une maison enchantée dans une cité pleine de vie, un endroit merveilleux appelé Encanto. L’Encanto a doté chacun des enfants de la famille d’une faculté magique allant d’une force surhumaine au pouvoir de guérison. Seule Mirabel n’a reçu aucun don particulier. Mais lorsque la magie de l’Encanto se trouve menacée, la seule enfant ordinaire de cette famille extraordinaire va peut-être se révéler leur unique espoir…


Encanto est le dernier Disney sorti au cinéma et mon dernier coup de coeur de la franchise. J’ai adoré cette histoire et les musiques, car elles m’ont énormément parlé.

Depuis ma séance, en décembre, j’écoute en boucle les différentes musiques du film. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas eu un tel coup de coeur pour les chansons d’un film Disney (depuis Moana). Il m’a fallu un peu de temps pour apprécier celles de Coco. En revanche, à peine sortie de la salle que je fredonnais déjà Ne parlons pas de Bruno ou Sous les apparences. Comme beaucoup de monde, cette chanson m’a énormément touché et je pense qu’elle parle à tous. En dehors, tout comme le personnage de Luisa, on montre un visage calme qui ne montre pas le stress et la pression. C’est aussi l’hymne parfaite de tous les grands frères et grandes soeurs. Une autre chanson que j’ai adoré est J’attends le miracle, qui reflète le profond mal-être de Mirabel. Disney nous offre ici deux chansons relativement matures, qui abordent des thèmes comme la santé mentale, et d’après mes souvenirs, c’est une grande première… D’où mon coup de coeur !

J’ai également apprécié la dynamique des relations familiales et leur complexité. Les spectateurs découvrent une famille qui semble soudée et aimante sous bien des aspects. Et pourtant, tout va s’écrouler, à l’image de leur casita bien aimée, qui est clairement le reflet des liens de la famille. La grand-mère se révèle plus dure qu’elle en a l’air. Elle règne sur sa maison d’une Maine de fer, elle est la source des pressions que vivent les membres de la famille et dont Luisa et sa chanson Sous la pression en sont le parfait. Isabella est également un personnage qui montre les exigences de la grand-mère, en faisant exactement ce qu’on lui demande ou attend d’elle. Après, on reste dans un Disney et la fin est convenue d’avance. Elle est pleine de bons sentiments et la morale de l’histoire est qu’il faut accepter chacun comme il est. J’ai néanmoins apprécié l’effort que fait la franchise depuis quelques années de proposer des histoires qui ne tournent pas autour de la poursuite du prince charmant.

Visuellement, le film est très coloré, avec des explosions de couleurs qui se marient bien avec le dynamisme de l’histoire et des musiques. Encanto commence fort, par une chanson rythmée et entêtante. J’ai aimé l’univers de chacun pour leurs chambres. J’ai été happée dans cette jolie histoire qui m’a fait passer par toutes les émotions. Les personnages sont attachants et j’ai tout de suite apprécié Bruno.

Daniel Lee • Le fauteuil de l’officier SS (2020)

Le fauteuil de l’officier SS • Daniel Lee • 2020 • Liana Lévi • 416 pages

Des documents enfouis dans un fauteuil pendant soixante-dix ans peuvent transformer un historien en détective, a fortiori s’ils sont estampillés de la croix gammée. Le nazisme est un sujet que Daniel Lee connaît bien, pourtant le nom du propriétaire de ces papiers lui est inconnu. Lorsqu’il décide de retracer son itinéraire, il découvre qu’il s’agit d’un officier SS qui, dans les années 1930, a exercé comme juriste à l’hôtel Silber, quartier général de la Gestapo à Stuttgart. Au fil des recherches, l’univers familial de l’inconnu s’esquisse: la branche paternelle qui a vécu pendant plusieurs générations à La Nouvelle- Orléans dans un climat de haine raciale, les parents qui ont reconstitué à Stuttgart une villa digne de la Louisiane, la femme déclarée «apte» au mariage par la SS et les deux filles qui ignorent tout du passé de leur père. Peu à peu se dessine le parcours de l’officier qui a sillonné la France et ensuite l’Ukraine au sein de la Wehrmacht. Son rôle et sa responsabilité dans la machine criminelle du Troisième Reich se précisent dans cette étonnante chronique du quotidien d’un «nazi ordinaire». Une quête acharnée de la vérité qui est aussi un puissant révélateur des non-dits et des silences familiaux du narrateur.


Le fauteuil de l’officier SS est un ouvrage quelque peu hybride qui me rappelle ceux d’un autre auteur anglais, Philippe Sands dont j’ai présenté récemment son dernier ouvrage. C’est une non-fiction qui n’est pas totalement un essai historique, ni un roman, mais avec des aspects qui tiennent également du journal. J’adore ce genre d’ouvrages pour plusieurs raisons.

Ils montrent leurs manière de travailler, de mener des recherches ou leur enquête. C’est un aspect que j’aime beaucoup, de pouvoir voir l’envers du décors d’un essai historique, de voir l’entièreté du processus et non pas seulement le résultat. Le lecteur voit le temps pris pour les recherches nécessaires, qu’elles ne se limitent pas qu’à la consultation des seules archives. En effet, Daniel Lee, tout comme Philippe Sands d’ailleurs, se rend sur les lieux, rencontrer les principaux intéressés pour essayer de comprendre tous les aspects d’une même question.

Ce type d’ouvrage démontre également que l’histoire est une science dynamique, qui ne consiste pas uniquement à se plonger dans des archives poussiéreuses, mais que c’est un travail de terrain aussi. Elle s’écrit à tout moment et pour des raisons diverses. Le point de départ de l’enquête a été la découverte complètement fortuite de documents cachés dans le rembourrage d’un fauteuil. Ces derniers appartenaient à un officier SS du nom de Griesinger, et ils comprenaient notamment des papiers d’identité.

Cela donne des essais amplement documentés et les auteurs le prouvent en évoquant leurs recherches, les difficultés qu’ils ont rencontrés. L’histoire est également une science où il faut accepter qu’il y ait des zones d’ombres, des informations que l’on ne connaitra jamais.

C’est beaucoup le cas pour Le fauteuil de l’officier SS. Cela peut être frustrant pour le lecteur, mais pour moi, c’est essentiel d’attester de cet état de fait. Il y a des fois où on peut juste émettre des hypothèses. Par ailleurs, cela donne aussi des livres plus accessibles à un large public qu’un véritable essai.

Le contenu m’a passionné d’un bout à l’autre. Il y a énormément d’ouvrages autour de la SS, mais surtout en tant que groupe. Les auteurs qui vont s’intéresser à des destins individuels écrivent plutôt sur les hauts dignitaires comme Himmler, Heydrich ou Eichmann, par exemple, mais pas forcément les subalternes de manière individuelle. L’auteur évoque la vie de Griesinger, de la montée du nazisme, sa volonté d’intégrer la SS jusqu’à la chute de Prague et sa mort. Cependant, l’aspect du livre que j’ai le plus apprécié est l’omerta qui existe sur ce sujet. Les filles de Griesinger ne connaissaient pas cet aspect de la vie de leur père. Il y a le silence de toute une génération, même encore aujourd’hui. C’est un sujet relativement tabou.

En effet, certaines personnes que l’auteur rencontre manifestent le souhait de ne pas être interrogées, de ne vouloir rien à voir avec ces histoires, ne serait-ce que par la peur du « mais qu’en dira-t-on ». C’est totalement compréhensible. Le seul point négatif est que l’auteur, pour moi, ne respecte pas toujours leur volonté. Certes, il ne donne pas les noms, mais au regard de tous les autres éléments donnés, je pense qu’il est plutôt aisé de mener une petite enquête.

Le fauteuil de l’officier SS n’est pas un coup de coeur, mais j’ai tout de même apprécié ce livre, que ce soit le style ou le contenu. C’est clairement le genre d’ouvrages que j’apprécie de lire et que je recherche, à la croisée de plusieurs genres.

Marina et Sergueï Diatchenko • Les Métamorphoses, Numérique (2021)

Les Métamorphoses, Numérique • Marina & Sergueï Diatchenko • 2021 • L’Atalante • 416 pages

Testeur de jeux vidéo d’une nouvelle génération ? Une aubaine pour Arsène, ce gamer surdoué d’à peine quinze ans. Mais, ce job en or, il n’est pas le seul à y postuler et la compétition sera rude.

Tout cela pour le compte de l’insaisissable Maxime, dont les desseins sont ambigus. Pur charlatan ? Aimable manipulateur ? Visionnaire d’un monde virtuel à venir ? Ou plus déconcertant encore ? « Je transfigure le matériel en immatériel et inversement. »

Entre désir et réalité, demi-vérités et faux-semblants, entre virtuel et réel, Arsène apprend à naviguer d’un monde à l’autre, là où les frontières s’estompent. Mais pour aller où ? L’enjeu est rien moins qu’innocent.


L’année dernière, j’ai découvert Marina et Sergueï Diatchenko, deux auteurs ukrainiens avec Vita Nostra, le premier tome d’un triptyque intitulé Les Métamorphoses. Ils s’inspirent de l’oeuvre éponyme d’Ovide. Après un premier roman orienté vers la magie, Numérique se tourne vers les jeux en ligne.

C’est un univers qui m’a tout de même moins plu que Vita Nostra. Je suis un peu plus charmée par des mondes proches de la magie que les jeux vidéos. Néanmoins, je conviens que les auteurs offrent un univers incroyable. Il est très bien développé et même pour une néophyte dans ce domaine, comme moi. Je n’ai pas eu de difficultés à me plonger dans ce roman et à suivre les aventures d’Arsène. Certes, le monde dans lequel il évolue est étoffé et technique, mais les explications données sont simples et je ne me suis pas sentie perdue.

Par ailleurs, j’ai trouvé absolument brillante la manière dont s’opère progressivement le glissement vers l’étrange. La quatrième de couverture évoque les films Matrix et il y a de cela, en effet, dans ce roman. Les frontières entre le monde numérique et la réalité se brouillent et, comme Arsène, le lecteur ne s’est plus si ce qu’il vit relève du jeu ou de la réalité. L’atmosphère devient petit à petit plus anxiogène. Comme le personnage principal, on se sent pris au piège entre deux mondes, et il n’y a aucun choix possible entre l’un ou l’autre.

Le basculement est inattendu. Pendant quelques chapitres, j’ai attendu le moment où la vie d’Arsène allait être définitivement bouleversée. Il arrive de manière subtile. Une seule petite phrase au moment parfait nous fait comprendre que la métamorphose a commencé. J’ai dû la lire plusieurs fois pour être certaine d’avoir bien compris.

Le style d’écriture des Diatchenko est vraiment époustouflant. C’est un véritable régal de les lire. Ils débordent d’imagination et la plume est également au rendez-vous, même avec deux univers différents. Ils nous propulsent à chaque fois entre rêve et réalité. La métamorphose du personnage principal est toujours au coeur de l’intrigue. Dans Numérique, celle-ci est celle de l’homme en machine ou ordinateur, dans une réécriture moderne des Métamorphoses d’Ovide. Le style est dynamique avec un emploi parfait des mots pour rendre compte des idées de l’auteur.

J’ai eu un peu plus de mal à accrocher avec le personnage d’Arsène que la jeune femme du premier tome. Je me suis sentie plus proche d’elle. Elle a envie de faire ses preuves, de montrer qu’elle peut être la meilleure. Arsène est un adolescent de quatorze ans, passionné par les jeux vidéos. Il est quelque peu éloigné de mes préoccupations. Cependant, il reste un personnage intéressant à suivre.

Numérique est un deuxième tome dans la lignée du premier, mais ce n’est pas le coup de coeur, comme pour Vita Nostra. Toutefois, c’est une excellente lecture.

Philippe Sands • The Ratline: Love, Lies, and Justice on the trail of a Nazi fugitive (2020)

The Ratline: Love, Lies, and Justice on the trail of a Nazi fugitive • Philippe Sands • 2020 • W&N • 411 pages

As Governor of Galicia, SS Brigadeführer Otto Freiherr von Wächter presided over an authority on whose territory hundreds of thousands of Jews and Poles were killed, including the family of the author’s grandfather. By the time the war ended in May 1945, he was indicted for ‘mass murder’. Hunted by the Soviets, the Americans, the Poles and the British, as well as groups of Jews, Wächter went on the run. He spent three years hiding in the Austrian Alps, assisted by his wife Charlotte, before making his way to Rome where he was helped by a Vatican bishop. He remained there for three months. While preparing to travel to Argentina on the ‘ratline’ he died unexpectedly, in July 1949, a few days after spending a weekend with an ‘old comrade’.

In The Ratline Philippe Sands offers a unique account of the daily life of a senior Nazi and fugitive, and of his wife. Drawing on a remarkable archive of family letters and diaries, he unveils a fascinating insight into life before and during the war, on the run, in Rome, and into the Cold War. Eventually the door is unlocked to a mystery that haunts Wächter’s youngest son, who continues to believe his father was a good man – what happened to Otto Wächter, and how did he die?


Philippe Sands est un auteur anglais d’essais historique que j’aime beaucoup. East West Street m’avait énormément marqué par le sujet et le style d’écriture. The Ratline a atterri tout de suite dans ma wish-list. J’ai mis un peu de temps avant de le découvrir, et je l’avoue qu’il ne m’a pas autant passionné que le premier.

Le livre évoque les filières d’évasion des hauts dignitaires nazis vers l’Amérique du Sud en prenant l’exemple d’Otto (von) Wächter, ancien gouverneur du district de Cracovie. C’est un sujet sur lequel je n’ai jamais lu et Philippe Sands est un excellent auteur pour commencer à aborder le sujet. J’apprécie sa manière d’écrire, qui est très personnelle. Il puise toujours son inspiration dans son histoire familiale. Les recherches historiques qu’il mène sont toujours extrêmement poussés, riches. Il a accès aux archives familiales des personnes dont il parle. Il interroge les principaux concernés pour confronter différents points de vue. C’est passionnant, même dans celui-ci.

Le livre fait référence à un documentaire, What our fathers did, datant de 2015. Je l’ai vu sur Netflix, mais il n’est malheureusement plus disponible. Il m’avait énormément marqué. Dans ce dernier, deux enfants d’anciens hauts gradés SS qui ont commis des meurtres de masse dans les territoires dont ils avaient la chargé évoquent leurs pères et la manière dont ils les perçoivent. Il est question de savoir s’ils arrivent à leur pardonner, à comprendre leurs actions… Il s’agit des fils de Hans Frank, Niklas Frank, et Horst Wächter, le fils d’Otto Wächter. Leurs positions sont diamétralement opposées.

Dans The Ratline, la première partie évoque ce documentaire, quand il a été filmé, ces deux hommes. Tout simplement, Philippe Sands les a rencontré, car il a participé au tournage. Le fait de connaître déjà en partie ce dont l’auteur parle a eu un impact sur la manière dont j’ai perçu ce roman. En effet, j’ai trouvé ces chapitres quelque peu ennuyants, et j’avais l’impression qu’il s’éloignait du sujet initial, celui des filières d’évasion. Il y a vient, mais un peu trop tardivement à mon goût. J’aurai aimé qu’il y vient plus rapidement au coeur du sujet.

Après, c’est un essai qui se laisse lire. Tout simplement, par le style d’écriture de l’auteur qui est intéressant et dynamique. Il mêle sa méthodologie de travail, la manière dont il mène ses recherches, avec des réflexions personnelles, de la documentation historique, ses relations avec les deux hommes avec ses hauts et ses bas… Il ne cache rien des difficultés qu’il rencontre, par exemple.

Ce n’est pas le coup de coeur que j’espérais, mais cela reste un excellent ouvrage avec un sujet passionnant et très bien documenté. Les propos ou réflexions de l’auteur sont toujours de qualité. Je les recommande, que ce soit The Ratline ou East West Street. Le livre a été traduit en français sous le titre La Filière.


Pour aller plus loin,

• Ma chronique sur East West Street : lien

• Une émission de France Culture sur cet essai historique : lien

Ellie Eaton • The Divines (2021)

The Divines • Ellie Eaton • 2021 • William Morrow • 320 pages

Can we ever really escape our past?

The girls of St John the Divine, an elite English boarding school, were notorious for flipping their hair, harassing teachers, chasing boys, and chain-smoking cigarettes. They were fiercely loyal, sharp-tongued, and cuttingly humorous in the way that only teenage girls can be. For Josephine, now in her thirties, the years at St John were a lifetime ago. She hasn’t spoken to another Divine in fifteen years, not since the day the school shuttered its doors in disgrace.

Yet now Josephine inexplicably finds herself returning to her old stomping grounds. The visit provokes blurry recollections of those doomed final weeks that rocked the community. Ruminating on the past, Josephine becomes obsessed with her teenage identity and the forgotten girls of her one-time orbit. With each memory that resurfaces, she circles closer to the violent secret at the heart of the school’s scandal. But the more Josephine recalls, the further her life unravels, derailing not just her marriage and career, but her entire sense of self. 

Suspenseful, provocative, and compulsively readable, The Divines is a scorching examination of the power of adolescent sexuality, female identity, and the destructive class divide. Exposing the tension between the lives we lead as adults and the experiences that form us, Eaton probes us to consider how our memories as adults compel us to reexamine our pasts.


Un autre article rentrant dans la thématique de l’année autour des lycées et des universités pleins de mystères et de meurtres. The Divines est le premier roman d’Ellie Eaton, publié l’année dernière, et que j’avais très envie de découvrir.

Le roman commence sur les chapeaux de roue. Le prologue est mystérieux et il donne véritablement envie pour la suite, notamment au niveau de l’ambiance. Lors de ce qui ressemble à une cérémonie, quelque peu bizarre d’ailleurs, un accident survient qui entraîne la chute de ce pensionnat réputé pour jeunes filles de bonnes familles. Dès les premières pages, le lecteur a envie de savoir comment et pourquoi le drame est survenu. Le premier chapitre continue dans cette lancée, car Joséphine, le personne principal, revient dans son ancien lycée pour se rendre compte que les animosités entre les anciennes pensionnaires et les habitants du village sont toujours d’actualité. Des bons points pour commencer !

Le livre se présente sous la forme d’une alternance de temporalité entre l’adolescence de Joséphine au sein du pensionnat Saint-John-the-Divine et quand elle est adulte et tout juste mariée. Je n’ai pas du tout aimé cette manière de faire dans ce roman. Cela casse le rythme, car le changement n’intervient pas toujours au moment. Parfois, l’auteur est dans une bonne lancée : l’intrigue est intéressante, l’atmosphère au sein du pensionnat commence à se développer… Puis survient le point de vue du présent qui m’a plutôt déplu. Il n’apporte rien à l’histoire et ces passages avaient tendance à m’énerver.

En effet, j’avais du mal avec le personnage de Joséphine, surtout à l’âge adulte. Elle a tendance à se plaindre tout le temps. Elle a aussi un comportement ambigu par rapport à son ancienne école. Elle ne veut pas répondre aux interrogations, légitimes, de son mari. Pourtant, elle garde de nombreux petits souvenirs de son temps là-bas, et elle semble obsédée par cette école. Son mari est bien trop patient avec elle, bien plus que je ne l’ai été. Surtout quand ces chapitres n’apportent rien pour comprendre ce qui s’est passé le soir de la cérémonie.

J’ai préféré les passages se déroulant au pensionnat. Il y a un côté fascinant qui est loin de m’avoir déplu. Le lecteur sent qu’il y a peu de véritables amitiés entre les Divines, qu’il faut absolument rentrer dans le moule pour être accepté. L’auteur aborde une multitude de thématiques passionnantes autour de l’adolescence. Il est question de troubles du comportement alimentaire, de la sexualité et de harcèlement scolaire. Elle les évoque sans fard et je les ai trouvé plutôt bien développés dans l’ensemble, tout comme les personnages, même si j’ai eu du mal à créer un lien avec elles. Pourtant, elles vivent des expériences que j’ai également vécu. Mais en tant que lectrice, je suis restée très en extérieur de leurs problèmes.

Le dernier aspect du roman qui m’a déçue est l’absence de suspens. Je m’attendais à lire un thriller psychologique et le prologue semble tendre dans cette direction. Cependant, la tension redescend très vite et ne se reconstitue plus du tout après le prologue. C’est un point qui a véritablement joué sur mon appréciation du roman. Ce manque de suspens et de tension est l’étincelle qui manquait pour que je sois totalement happée et prise dans le tourbillon de l’histoire. Autrement dit, une fois le prologue passé, l’intrigue se révèle plate et il faut avoir de la patience pour continuer.

Pour autant, il y a des qualités indéniables présentes dans ce roman. La première est celle de l’écriture. Vient ensuite la manière dont elle traite des sujets difficiles, avec beaucoup de finesse, et de réalisme. Ce premier roman est prometteur et je pense que c’est une auteur qui a du potentiel. Il y a eu quelques points qui ont joué sur mon appréciation : le personnage principal énervant à l’âge adulte, l’alternance entre passé et présent qui est mal maîtrisée, le manque de suspens… Je reste curieuse de savoir ce qu’elle peut proposer ensuite.

Kendare Blake • All these bodies (2021)

All these bodies • Kendare Blake • 2021 • Quill Tree Books• 304 pages

Summer 1958—a string of murders plagues the Midwest. The victims are found in their cars and in their homes—even in their beds—their bodies drained, but with no blood anywhere. 

September 19- the Carlson family is slaughtered in their Minnesota farmhouse, and the case gets its first lead: 15-year-old Marie Catherine Hale is found at the scene. She is covered in blood from head to toe, and at first she’s mistaken for a survivor. But not a drop of the blood is hers.

Michael Jensen, son of the local sheriff, yearns to become a journalist and escape his small-town. He never imagined that the biggest story in the country would fall into his lap, or that he would be pulled into the investigation, when Marie decides that he is the only one she will confess to. 

As Marie recounts her version of the story, it falls to Michael to find the truth: What really happened the night that the Carlsons were killed? And how did one girl wind up in the middle of all these bodies? 


Kendare Blake est une autrice dont j’achète généralement les romans les yeux fermés. J’étais d’autant plus impatiente de lire celui-ci qu’elle semblait revenir à l’horreur. C’est le genre avec lequel je l’ai découverte. All these bodies est malheureusement loin d’être un coup de coeur.

Il s’est montré d’une qualité inégale, tout au long de ma lecture. Il y a eu des passages qui m’ont également beaucoup plu. Ils m’ont fait frissonner et ils avaient un côté inquiétant que je retiens. Ils m’ont rappelé Anna dressed in blood que j’avais adoré. Dans ces moments-là, l’intrigue part au quart de tour et avance à grand pas. Le lecteur sent que des réponses importantes vont être donnés. D’un autre côté, il y a des passages qui présentent des longueurs, et j’avais l’impression de tourner en rond. L’enquête stagne et aucun élément de réponse n’est apportée. C’est surtout ce dernier sentiment qui a triomphé en refermant le livre.

J’ai aussi été frustrée par la manière dont l’enquête est menée, plus particulièrement vers la fin. Un des personnages apportent de nouvelles informations, dont certaines font office de véritables révélations. Pourtant, elles sont loin d’avoir été exploitées, autant qu’elles l’auraient mérité. Elles apportent un coup de fouet à l’intrigue qui piétinait quelque peu.

La fin arrive trop vite et elle est d’autant plus frustrante que je n’ai pas l’impression d’avoir eu des réponses à toutes mes questions. J’en avais même un peu plus. Les dernières pages laissent un arrière goût d’inachevé qui m’a déplu.

Il y a tout de même du positif et cela grâce aux personnages. J’ai aimé la relation entre Michael et Marie. Elle n’est pas aussi saine qu’elle en a l’air. Il y a certes de l’amitié entre eux, mais aussi de la manipulation. Chacun a des intérêts personnels dans cet interrogatoire. Marie essaie de gagner du temps et Michael espère que cette histoire lui ouvrira les portes d’un programme dans le milieu du journalisme. J’attendais avec impatience ces passages, car ils font notamment avancer l’intrigue. Par ailleurs, Marie est un personnage intéressant avec un côté fascinant et le lecteur sent qu’il faut tout de même se méfier d’elle.

All these bodies n’est pas le coup de coeur que j’espérai. Je suis vraiment déçue par le tournant qu’a pris le roman, la fin en particulier. Je m’attendais également à ce que l’horreur soit plus présent. Il y a quelques scènes intéressantes, mais elles se comptent sur les doigts d’une seule main.

Joseph O’Connor • Le Bal des Ombres (2019)

Le bal des ombres • Joseph O’Connor • 2019 • Rivages Poche • 430 pages

1878, Londres. Trois personnages gravitent autour du Lyceum Theatre : Ellen Terry, la Sarah Bernhardt anglaise; Henry Irving, grand tragédien shakespearien, puis Bram Stoker, administrateur du théâtre et futur auteur de Dracula. Loin d’une légende dorée où tous les pas mènent vers la gloire, la destinée de Bram Stoker se révèle un chemin chaotique mais exaltant. Dans ce livre inventif, Joseph O’Connor utilise toutes les ressources du romanesque pour donner vie au Londres foisonnant de l’époque victorienne. S’appuyant sur des personnages réels – outre Stoker, Irving et Terry ont aussi marqué leur temps –, il efface les frontières entre fiction et réalité. On croise ainsi le sulfureux Oscar Wilde, l’ombre de Jack L’Éventreur, ou encore… celle de Dracula. 


Ce roman traine dans ma wish-list depuis un moment et un petit tour à la médiathèque où il était mis en avant me l’a rappelé à mon bon souvenir. Je ne connaissais pas cet auteur irlandais autre que de nom et je ne ressors pas du tout convaincu par ce livre. Je l’ai abandonné, car rien n’y faisait, je n’accrochais pas au style de l’auteur.

En effet, le style d’écriture m’a totalement laissé de marbre et m’a également perdu dans l’intrigue. Il change sa manière d’écrire d’un chapitre à l’autre. Certains sont sous forme de journaux intimes, de dialogues comme ceux des théâtres ou d’interviews, de brochures de journaux, ou des passages plus littéraires. C’est déroutant, mais pas autant que les changements de points de vue, de chronologie et de sujets. Cela m’a quelque peu égaré et quand je le mettais trop longtemps de côté, j’avais du mal à rattacher les wagons entre ce que j’avais lu et ce que je lisais. Au bout d’un moment, je n’avais plus la force de faire cet effort.

Pourtant, le roman a de bons arguments. L’intrigue se déroule durant l’époque victorienne. Elle est bien évoquée et retranscrite. L’auteur montre la vie à Londres dans tous ses paradoxes : entre richesse et dénouement le plus total, que le monde du théâtre cristallise parfaitement. La vie et le monde culturel sont largement développer. Joseph O’Connor prend pour personnages principaux l’auteur irlandais Bram Stocker et deux acteurs anglais, Henry Irving et Ellen Terry. Le lecteur peut également croiser Oscar Wilde. J’ai beaucoup aimé cet aspect du roman où la fiction et la réalité se mélangent. De ce point de vue, c’est parfait.

Un autre aspect du livre que j’ai aimé est la manière dont l’auteur fait ressurgir des scènes ou des inspirations de Dracula, le roman de Bram Stocker, qui a connu un succès retentissant malheureusement après la mort de ce dernier. Cette oeuvre serait presque un autre personnage du Bal des ombres et je trouve qu’il y a vraiment des liens avec le titre. Ma relation avec Dracula est faite d’amour et d’ennui profond. Je sais que c’est une oeuvre qui peut réellement me plaire. J’adore les adaptations cinématographiques, les réécritures. Cependant, dès que je le commence, je fais un blocage et n’arrive jamais à dépasser la centaine de pages… J’ai essayé quasiment tous les ans pendant dix ans… Mais depuis que j’ai commencé la lecture audio, cela peut être une bonne manière d’enfin le découvrir entièrement.

Le style de l’auteur est ce qui m’a vraiment rebuté dans ce roman qui avait tout pour me plaire sur le papier : la période historique de ce Londres victorien qui me fascine, le fait de croiser des personnages historiques, tout l’aspect culturel et littéraire présent entre ces pages.