Mon expérience Erasmus #3 / Les cours au Trinity College de Dublin

La vie étudiante et les cours étaient un des aspects que j’étais impatiente de découvrir en allant en Irlande. J’avais envie de voir si c’était comme dans les films et les séries que j’ai pu voir. Comment sont les cours au Trinity College ? Est-ce si différent de la France ? Vous saurez tout !

Les cours et les travaux dirigés

Une des premières choses que j’ai dû faire en arrivant est d’établir mon contrat pédagogique définitif. En d’autres termes, de choisir les matières que je suivrai tout au long de l’année. Malheureusement, le choix fut quelque peu limité, car certains cours que j’avais prévu de suivre n’étaient pas ouverts aux étudiants Erasmus. J’en avais aussi suivi certains en France. Cependant, j’ai pu suivre quelques-uns qui étaient absolument passionnants : la Grande-Bretagne à l’époque romaine, l’art irlandais et l’art japonais. J’ai adoré ces cours qui changeaient de ce que j’avais l’habitude d’étudier. C’était aussi une des raisons de mon départ. Après, le format est le même qu’en France : des cours magistraux et des travaux dirigés.

Il y a aussi pas mal de différences par rapport à la France. La portée des lectures et des connaissances personnelles n’est pas la même. Les cours sont relativement généraux et pas assez développés pour le travail que les professeurs demandent (les essais autant que les partiels). J’ai passé de longues heures à la bibliothèque à éplucher des bouquins. Toutefois, ce fut très formateur pour mon mémoire. Ces petites dissertations d’une quinzaine de pages devaient être argumentées de manière scientifique, les sources devaient être citées selon les normes et de manière la plus pertinente possible. La bibliographie contenait au moins une dizaine d’ouvrages de référence. J’ai apprécié le fait d’être traitée comme une étudiante classique du Trinity College et pas comme une étudiante étrangère. C’était parfois un véritable défi à relever, mais très formateur.

Une de mes plus grosses appréhensions était la langue. Arriverai-je à m’exprimer correctement en anglais et être comprise de tous, à ne pas être ridicule ? À écrire mes devoirs en anglais ? À comprendre le cours et à le prendre en note ? Les deux premières semaines de cours étaient difficiles et éprouvantes. Je me suis rapidement adaptée. Depuis, j’ai l’impression que je peux faire face à toutes les situations ou presque. De plus, les professeurs sont très accessibles. Certains se faisaient même appeler par leurs prénoms. Ils étaient très patients avec les étudiants, étrangers ou non.

La vie étudiante irlandaise

Elle n’a strictement rien à voir avec la vie étudiante française qui se résume surtout aux fêtes du jeudi soir. L’Irlande a des sociétés, des espèces d’associations étudiantes. Toutefois, elles ne se rattachent pas à un cursus universitaire en particulier. Il peut y avoir un club de droit ouvert à toutes les personnes intéressées par le droit, et pas uniquement les étudiants de cette filière. Elles sont plus ouvertes, et il est surtout possible de s’investir dans des domaines très différents : autour de la mode, du sport, des langues, du journalisme… Pour ma part, j’étais inscrite au club des étudiants étrangers, la Fashion Society, la Phil Society et un club littéraire.

Toutes les semaines, la programmation change et vous avez de quoi la remplir avec des activités très différentes. Je participais tous les mois à un club de lecture qui m’obligeait à lire et à débattre en anglais. J’adorais ce rendez-vous qui me sortait quelque peu de ma zone de confort. Il y avait des soirées cinéma ou quizz, des conférences (j’ai ainsi pu participer à une conférence de David Yates qui était venu parler de son travail sur le premier Fantastic Beast). Il y a bien sûr des fêtes et soirées étudiantes, mais ce n’est pas tout ce que la vie étudiante irlandaise a à offrir. Cette diversité et ce dynamisme me manquent depuis mon retour en France.

La bibliothèque universitaire

Ce fut un peu le point noir de cette année d’étude. J’ai l’habitude des bibliothèques étudiantes relativement ouvertes. Au Trinity, il était impossible de rentrer sans carte étudiante. Il m’est souvent arrivé de vouloir travailler à la bibliothèque, mais sans carte… Impossible d’y accéder. Le nombre de livres qui peuvent être empruntés est ridiculement faible. Un livre sur dix est empruntante, les nouveautés ou les dernières éditions ne sont pas toujours en rayon et il faut les demander. C’était parfois un peu galère de demander les livres, de les consulter dans le temps imparti.

Publicités

L’envers du décor #2 Qu’est-ce que j’ai bien pu apprendre depuis que je blogue ?

L’envers du décor est un rendez-vous qui a été mis en place par Sur un petit nuage qui propose tous les mois d’écrire autour de nos blogs selon une thématique déterminée. Le thème du mois de mai est de parler des leçons que nous avons appris en tenant un blog. Tout un programme.

S’il y a une leçon que j’ai apprise de toutes mes années de blogging est d’écouter mes envies. Pendant un long moment, je consultais fébrilement les blogs tels No Tuxedo ou tous les articles mis en avant par Hellocoton qui promettait d’être une meilleure blogueuse. J’essayais d’appliquer leurs conseils à la lettre. Pour autant, je n’ai jamais vraiment vu d’effets positifs sur mon blog. Au contraire, c’était contraignant pour une blogueuse non-professionnelle. Il y avait quelques indications utilises sur la manière de présenter un article, par exemple, sur les ressources, notamment les photographies libres de droit. Suivre leurs recommandations a aussi eu un effet pervers. Cela m’a totalement dégoûté de tenir un blog et je me sentais presque coupable de ne pas tenir compte de ce qui se fait ou non. Pendant quelques temps, je me suis éloigné de la blogosphère, éloignement qui fut bénéfique. Depuis, j’ai appris une leçon importante sur ma pratique du blogging : je ne suis pas faite pour les contraintes.

Exit la règle de tout chroniquer

Dès mes premiers blogs, je m’étais fixée comme objectif de chroniquer tous les livres que je lisais. Quand mes sites ont commencé à évoluer et que j’ai voulu parler aussi de films et de séries, puis de tout autre sujet, je gardais la volonté de tout mettre sur le blog. Que j’ai ou non quelque chose de pertinent ou intéressant à dire sur le sujet. Au fur et à mesure, je me retrouvais avec une liste absolument ingérable de billets à rédiger, qui me faisait un peu peur. L’envie et la motivation m’avaient totalement quittée. Faire un billet pour absolument tout était, pour moi, humainement impossible. Pire encore, j’avais le sentiment que mes articles perdaient en qualité, qu’ils commençaient à être un peu trop formaté, avec toujours la même manière d’aborder mon avis, les mêmes structures de phrases… Il n’y avait plus de personnalité derrière. Cela faisait beaucoup trop de contraintes.

Désormais, une infime partie de ce que j’ai lu et vu se retrouve sur le blog. J’ai arrêté d’écrire sur ce qui ne m’inspire pas et je m’en porte mieux. Du coup, je prends également plus de temps pour rédiger un article, faire la mise en page. Je suis plus attentive à la qualité, je fais mes propres photographies… La série d’articles La Culture avec un grand A et du latte fonctionne comme un bilan mensuel où j’évoque tout ce que j’ai vu et lu durant le mois. Parfois, les lecteurs réagissent à l’un ou l’autre qui ne feront pas l’objet d’un article, et de créer tout de même un petit débat.

Adieu calendrier de publication et ligne éditorial

Parmi les nombreux conseils dispensés aux nouveaux blogueurs, la mise en place d’une ligne éditoriale est un des premiers avec le calendrier de publication qui en découle. J’ai essayé, vraiment, de choisir une ligne éditoriale, le domaine de la culture étant suffisamment vaste pour pouvoir parler de mes lectures et différents visionnées, d’exposition et d’art… Cependant, écrire sur ma vie étudiante, mon Erasmus n’entraient pas forcément dans cette ligne. Pour autant, je n’avais pas envie de limiter à cause cette dernière.

J’avais également tenté le calendrier de publication et je reconnais ses avantages : une certaine rationalité dans la publication, avoir quelques articles d’avance… C’était trop contraignante, car je n’ai aucune régularité dans ma pratique au blogging, et ce depuis le tout début. J’ai toujours publié selon mes envies et mon emploi du temps.

Je garde la vision de mon blog comme un espace personnel où je suis libre d’évoquer les sujets que je veux. De nombreux blogs que je suis et d’autres qui m’inspirent osait aussi parler de choses différentes. C’est aussi ce que j’apprécie chez les autres, la diversité. Je ne culpabilise plus quand je veux parler de quelque chose qui ne rentre pas dans la thématique principale du blog. Je me suis aussi rendu compte qu’une chronique littéraire qu’un article sur mon Erasmus et le temps que j’ai passé en Irlande. Ce ne sont pas toujours le même type de visiteurs et de réactions, de discussions. Mais j’aime aussi cette variété. Publier au petit bonheur la chance, quand j’ai le temps et l’envie m’évite aussi d’en avoir marre de tenir un blog. Il doit rester avant tout mon plaisir et je ne culpabilise plus si je n’ai publié depuis des jours. Me libérer des contraintes a un effet salvateur, j’ai pu ainsi retrouver le plaisir d’avoir mon petit site.

Prendre mes propres photographies

Quand je voulais illustrer une de mes chroniques littéraires, je mettais simplement la couverture que j’avais trouvé sur Internet. À vrai dire, je n’allais jamais chercher plus loin. S’il y a bien une chose que j’ai appris après toutes mes années de blogging, c’est l’importance que peut revêtir le fait d’utiliser des photographies que j’ai moi-même réalisé. J’ai aussi pris conscience de la propriété intellectuelle. Je n’ai pas envie de voir mes images sur d’autres plateformes. J’ai pris le temps de la cadrer, de la mettre en scène, de la retoucher… Il y a aussi une certaine fierté de pouvoir illustrer un article que j’ai écrit avec ma photo. Cela me permet aussi de m’améliorer, de trouver de meilleurs angles de vue… Sans pour autant investir dans un appareil ! Si l’image n’est pas de moi, elle provient alors de sites proposant des images libres de droit. J’ai totalement banni d’en rechercher sur Google ou Pinterest.

Parmi mes envies et mes projets pour le blog, j’aimerais réellement continuer à utiliser de plus en plus mes propres images. À termes, mon souhait serait de me constituer ma propre banque d’images. Ce serait une des ressources que je pourrai utiliser sans culpabilité à propos de la propriété intellectuelle et avec une certaine fierté. J’ai aussi le sentiment de m’investir pour mon blog dans un sens que j’apprécie énormément. Cela me permet aussi de travailler ma créativité, ce qui est aussi important dans le cadre de mes études.

EnregistrerEnregistrer

Au banc des essais #2

Je vous propose une petite sélection de trois essais que j’ai lus dernièrement. Deux sont relativement proches et un autre change de sujet du tout ou tout. J’essaie, dans la mesure du possible, de présenter des ouvrages qui soient accessibles à tous, qui n’ont pas besoin de connaissances poussées dans le domaine pour les apprécier. Ma volonté est vraiment de mettre plus en avant ce genre littéraire, parfois boudé des blogs.

La voiture du peuple et le sac Vuitton de Éve Charrin

Glisser dans un sac à main le désarroi de nos classes moyennes. Caser dans une petite voiture low-cost la croissance rapide et inégalitaire des grands pays émergents, ou montrer qu’un climatiseur peut souffler, à l’occasion, l’air frais de la démocratie… Dire le monde en une quinzaine d’objets, c’est le pari de ce livre. Porteurs de désirs et d’espoirs, nés du travail et de l’argent, les objets reflètent notre imaginaire et trahissent les rapports de force qui façonnent une époque. Luxueux ou modestes, ils sont les héros de ces fables contemporaines qui mènent de Paris à Bombay en passant par Londres et Dubaï. Dans le prolongement des Mythologies de Roland Barthes, Ève Charrin combine la lucidité de l’enquête et la subjectivité du récit pour explorer ce que nous révèlent les choses.

L’idée de départ est d’établir des liens avec des objets iconiques avec un fait de société. Elle aborde, par exemple, le sac Pliage Longchamp qui parle à toutes les générations et à toutes les classes sociales. C’est un texte qui m’a, du coup, énormément plu, car j’en possède moi-même pas moins de cinq ou six différents. J’ai ainsi pu m’identifier à ses propos, voir dans quelle catégorie elle allait me mettre… Dans un autre texte, elle se pose la question suivante : comment la pomme, un des fruits les plus accessibles, peut également devenir un objet de luxe ou qui véhicule un message politique ?

Ce sont des courts textes qui ne sont pas sans rappeler les Mythologies de Roland Barthes, mais en plus accessibles, et passionnants, car elle se situe réellement dans notre époque. Nous connaissons les objets dont elle parle, ce qui n’est pas toujours le cas avec Barthes. Cet essai fut vraiment une bonne surprise, malgré des textes d’une qualité très variable, dont un qui m’a semblé quelque peu hors sujet. Certains m’ont paru très justes dans l’analyse de notre société, notamment celui sur le sac Vuitton. Je n’ai pas spécialement de notions de sociologie, ce qui ne m’a pas empêché de comprendre ce qu’elle voulait dire.

Mythologies de Roland Barthes

Notre vie quotidienne se nourrit de mythes : le catch, le striptease, l’auto, la publicité, le tourisme… qui bientôt nous débordent. Isolés de l’actualité qui les fait naître, l’abus idéologique qu’ils recèlent apparaît soudain. Roland Barthes en rend compte ici avec le souci – formulé dans l’essai sur le mythe aujourd’hui qui clôt l’ouvrage – de réconcilier le réel et les hommes, la description et l’explication, l’objet et le savoir. « Nous voguons sans cesse entre l’objet et sa démystification, impuissants à rendre sa totalité : car si nous pénétrons l’objet, nous le libérons mais nous le détruisons ; et si nous lui laissons son poids, nous le respectons, mais nous le restituons encore mystifié ».

Un des classiques du genre et qui a inspiré de nombreuses générations de sociologues après lui, dont l’essai que j’ai évoqué plus haut. Ce sont des textes plus ou moins longs sur différentes thématiques, comme la nouvelle Citroën, le plastique qui venait d’apparaître et d’être très largement produit, les pages horoscope du magazine Elle (qui semble un bon sujet d’étude, car il revient souvent)… Il réagit à l’actualité de son temps.

Du coup, certains textes peuvent nous sembler légèrement dépassés, et nous ne savons plus vraiment de quoi il parle. Cependant, juste pour la méthodologie, la manière de penser, de construire le propos, je pense qu’il reste passionnant à lire voire essentiel. D’autres peuvent encore avoir des échos à l’heure actuelle. J’avoue avoir eu parfois du mal avec quelques textes et j’ai mis plusieurs mois à le terminer. Ce n’est pas un ouvrage que j’ai réussi à lire d’un bout à l’autre, mais par petits essais. J’en avais pourtant déjà lu et étudié. Toutefois, ce n’est pas un ouvrage qui se laisse facilement appréhendé, par moment.

Le musée disparu d’Hector Feliciano

Printemps 1940 : au fur et à mesure de la progression de la Wehrmacht sur le territoire français, des services nazis de confiscation, spécialement institués, entreprennent, à partir de listes établies bien avant le déclenchement de la guerre, le pillage et la confiscation, qui dureront tout le temps de l’Occupation, de milliers d’œuvres d’art. Des collections publiques et privées, des tableaux mais aussi des millions de livres, manuscrits, meubles et objets de valeur partent vers l’Allemagne. Volés systématiquement et méthodiquement, ou plus fortuitement par les officiers et les soldats, nombre n’ont aujourd’hui encore pas été retrouvés. En 1995, Hector Feliciano publiait en France le fruit de huit années d’enquête, au terme desquelles il avait retrouvé la trace de certaines œuvres. Les traductions de cet ouvrage à l’étranger l’enrichirent chaque fois de découvertes nouvelles, puisqu’elles s’inscrivaient dans le mouvement international de restitution aux héritiers des biens confisqués et presque toujours récupérés après la guerre par les États nationaux, mais pas par les familles, faute le plus souvent d’informations. 

Fruit de huit années de recherches et d’enquêtes, Hector Feliciano aborde le pillage des musées, mais surtout des collections privées de marchands d’art, de banquiers, d’industriels juifs… Son ouvrage est très amplement documenté et absolument passionnant. Il se lit presque comme un roman, une saga historique dramatique où l’Histoire se fait implacable. À la lecture, j’ai pu croiser les Rotschild, Paul Rosenberg, mais également Braque, Picasso… Ce sont des noms de collectionneurs et marchands d’art que je connaissais. Ils ont joué un rôle primordial en faisant connaître et en supportant des artistes de l’avant-garde. En revanche, j’ignorais tout du sort de leurs collections.

C’est un sujet qui était relativement peu abordé. Malgré quelques années à dévorer tout ce que je pouvais (ou presque) autour de la Seconde Guerre mondiale, l’art, les collections privées et publiques et le patrimoine n’ont quasiment jamais été abordés. J’en ai seulement pris conscience avec la sortie du film Monument Men, inspiré d’une autre enquêté, réalisée par Robert M. Edsel, puis d’un autre film, La femme au tableau qui aborde la question de la restitution des oeuvres. Le musée disparu s’intéresse surtout au cas de la France, une raison de plus de le lire. J’ai aussi appris que certaines oeuvres n’ont jamais été retrouvées. Parfois, des visuels existent permettant de se faire une idée. Mais, au final, combien d’oeuvres ne pourrons-nous jamais voir ? Où sont les oeuvres qui ont disparu ?

Sincèrement, je recommande cette lecture enrichissante qui m’a appris plein de choses que j’ignorais… Le tout dans un style très accessible qui peut faire penser aux romans d’enquête. Si ces questions vous intéressent, c’est le premier à lire, je pense.

EnregistrerEnregistrer

Faire le pari des pièces de seconde main

Deux ans auparavant, je regardais un documentaire sur Netflix… The True Cost. Ce dernier abordait la question de l’industrie de la mode et, pour la première fois, je prenais conscience de l’impact écologique et humain de la mode. Bien plus que les articles que j’avais pu lire à l’époque, ce documentaire a engagé ma réflexion autour d’une consommation plus éthique et responsable de la mode, en me demandant ce que je pouvais faire à mon niveau.

En deux ans, j’ai pu voir de véritables changements, et de plus en plus de blogs évoquent cette question, proposant leurs solutions. Au départ, je souhaitais explorer deux pistes : ne choisir que du made in France ou de regarder du côté des boutiques vintage, les dépôts-ventes et boutiques de seconde main. Une amie a testé la première solution et a dressé le constat suivant : ce n’était pas forcément bon pour un budget étudiant. La fabrication française a un certain coût et n’était pas si facile à trouver à l’époque. Depuis, ça s’est bien développé avec l’émergence de marques comme Make my Lemonade ou Opullence. Il serait peut-être intéressant de réitérer cette expérience du made in France.

Pour ma part, je me suis orientée vers des pièces de seconde main, malgré quelques a priori au départ. J’avais encore dans l’idée ce stéréotype de boutiques sombres, pleines de poussières et de vieilleries. Or, depuis deux ans que je fréquente plus ou moins assidûment ce genre de magasins, j’ai pu me rendre compte qu’il s’agissait plutôt de l’exception qui confirme la règle, et il y a de véritables pépites à dénicher.

Pourquoi les pièces de seconde main ?

Pull Love Moschino, acheté de seconde main dans un dépôt/vente, 50 euros.

Je me suis plutôt décidée pour des boutiques vintage ou des dépôts-ventes. Je recherche souvent des pièces de qualité qui dureront longtemps et que je n’aurai pas besoin de renouveler à chaque saison comme les jeans ou les pulls, notamment. De plus, entrent aussi en compte des considérations économiques. Si j’apprécie toujours la mode, j’ai juste de moins en moins envie de payer le prix fort. Et puis, j’avoue également mon amour pour des marques comme Sessun, Cos, Dehry, Ralph Lauren…

Choisir des boutiques vintage ou des dépôts ventes me semblaient le mieux pour combiner des considérations parfois contradictoires : préserver l’environnement, une mode qui soit plus éthique et responsable, un budget « vêtement » que je réduis volontairement pour pouvoir voyager, mon amour des belles pièces… Cela reste des raisons très personnelles.

Avez-vous déjà acheté des vêtements de seconde main ou qu’est-ce qui vous retient de le faire ?

Vers une armoire totalement de seconde main ?

À l’heure actuelle, si je devais déterminer la proportion entre vêtements neufs et vêtements à qui je donne une deuxième vie, je dirai que ces derniers forment le quart de mon dressing. Je compte également ceux que j’échange avec mes amies. C’est aussi une solution qui peut être envisagée. Parmi les articles « neufs », j’ai des pièces qui sont là depuis des années. Certains de mes manteaux ont presque dix ans et sont dans un état quasiment neuf. J’aurai quand même du mal à acheter certaines choses en seconde main : les manteaux et les chaussures en tête.

Cependant, en deux ans, j’ai tout de même changé mes habitudes de consommation en matière. Je ressors de plus en plus de chez H&M, Mango et Zara et autres les mains vides. J’achète encore du neuf chez Levi’s, Ralph Lauren… J’ai aussi mis l’accent sur ce dont j’ai réellement besoin. Je m’autorise peut-être une ou deux pièces à la mode du moment par saison. J’essaie toujours de les garder les plus longtemps possible. Je me rends aussi compte de plus en plus que passer dans mes boutiques de seconde main préférées est devenu une routine, un passage obligé.

Quelles sont vos bonnes adresses ?

Quel avenir pour mes vêtements ?

Petit sac Longchamp, environ 1980, 55 euros.

Je jette ce qui doit l’être, sans aucun souci. Le reste, ce qui peut encore être porté, est le plus souvent donné ou échangé avec mes soeurs, ma mère ou mes amies, parfois même des collègues de travail. C’est ce que je fais en priorité et, jusqu’à maintenant, j’ai toujours trouvé quelqu’un dans mon entourage pour reprendre mes vêtements et leur offrir une autre vie. J’ai peu vendu, de temps à autre sur des brocantes.

La Culture avec un grand A et du latte #3

Mon mois d’avril fut pris par mon stage, qui fut intense, mais qui m’a permis d’apprendre de nouvelles compétences professionnelles, comme la rédaction de communiqués de presse. J’ai pu vraiment m’investir dans la vie de la Fondation, faire des propositions. J’ai adoré chaque minute passé là-bas. Du coup, j’en ai un peu oublié certaines choses.

Honte à moi ! En tant qu’étudiante dans le domaine de la culture, je n’ai visité aucun musée ni exposition durant le mois. Je compte bien me rattraper durant le mois de mai. Je compte aller voir la nouvelle exposition du Centre Pompidou de Metz, Couples modernes. J’aimerais aussi voir un peu plus d’oeuvres de l’incroyable exposition se déroulant dans la ville de Strasbourg, Industrie magnifique. Je suis déjà allée voir le mammouth se situant à côté de la cathédrale. Le 19 mai, c’est également la Nuit européenne des musées. Je n’ai pas encore arrêté de programme, mais j’y réfléchis.

Du point de vue des lectures, j’ai enchaîné avec des livres moyens ou des grosses déceptions. Je n’ai eu littéralement aucun coup de coeur ce mois-ci où j’ai presque joué de malchance ! Parmi les romans que je qualifierai de sympathique, mais sans plus, j’ai pu lire le premier tome de la trilogie Wicked de Jennifer L. Armentrout, auteur que je découvrais par la même occasion. Je retiens l’univers qui se développe autour des faës et de la Nouvelle-Orléans. Malheureusement, j’ai trouvé que la romance prenait parfois toute la place, au détriment de l’intrigue. De plus, la fin fut sans surprise également. C’est le reproche que je fais également à Poppy de Mary Hooper. Je pense en reparler plus longuement sur le blog en novembre, car je développe un petit projet dans lequel ce roman s’intègre parfaitement. Toutefois, si je devais retenir un seul ouvrage, ce serait Le musée disparu d’Hector Feliciano. C’est une enquête menée par un journaliste sur les oeuvres disparues durant la Seconde Guerre mondiale, très bien écrit et accessible.

En revanche, grosse déception pour le premier tome de L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante. J’en avais entendu tellement de bien sur la blogosphère et il était absolument partout. J’ai fini par craquer, après avoir longuement hésité. Le prologue m’avait quelque peu charmé, mais, très vite, je me suis ennuyée. J’ai trouvé le style de l’auteur mécanique et froid, voire impersonnel, des faits sans sentiments. Je ne me suis jamais attachée aux deux amies et j’ai fini par abandonner. Autre grosse déception pour The Muse de Jessie Burton. Il fera l’objet d’un prochain article, aussi, je ne vais pas m’étendre dessus.

Pour finir sur le récapitulatif de mes lectures du mois, je signale également Release de Patrick Ness (un article viendra dans quelques jours), Mrs Dalloway de Virginia Woolf que j’ai abandonné. Je n’ai jamais réussi à dépasser les cinq premières pages et j’ai essayé plusieurs fois, sans grand succès. Cela faisait presque un an que j’avais commencé The travels de Marco Polo. Même avec toute la bonne volonté du monde, je n’ai jamais réussi à dépasser les vingt pages lus…

En revanche, j’ai eu plus de chance avec les films et les séries que j’ai pu voir. Clairement, le mois d’avril fut placé sous le signe des zombies avec la sortie de la deuxième saison de Santa Clarita Diet, que j’ai dévoré en quelque jour. Encore un coup de coeur pour cette série qui change un peu de ce qui se fait autour des morts-vivants. C’est drôle, complètement loufoque et déjanté. Je ris franchement à chaque épisode. J’ai aussi regardé deux saisons de Z Nation, qui restera un de mes plaisirs coupables. Du côté des films, j’avoue ma passion pour les comédies horrifiques autour des zombies. Plus c’est nul, plus j’aime… Manuel de survie à l’apocalypse zombie était plutôt sympathique, avec des scènes bien comiques, frôlant parfois le grand n’importe quoi. J’ai également revu World War Z. Il se laisse voir.

Cependant, mon coup de coeur absolu du mois est dans un tout autre registre. J’ai plus qu’adoré… Roulements de tambour… Pierre Lapin. Oui, oui, Pierre Lapin. Je ne savais pas à quoi m’attendre en le voyant. Certainement pas à adorer chaque minute de ce dernier, à rire tout du long. Un article est déjà préparé pour vous expliquer le pourquoi du comment. J’ai commencé le mois avec un autre film sur les animaux, qui reste un classique du genre, sans vraiment de surprise. La fin est connue avant même d’avoir débuté le film. Benji reste toutefois un film adorable à voir, mais qui ne me laissera pas de souvenirs impérissable. Je dirai la même chose du troisième Pitch Perfect. Je ne regrette pas de ne pas l’avoir vu au cinéma. Il est mieux que le deuxième, mais moins bien que le premier.

Origine (2017) / Dan Brown

Bilbao, Espagne. Robert Langdon, le célèbre professeur en symbologie et iconographie religieuse, arrive au musée Guggenheim pour assister à une cérémonie historique avec l’annonce d’une découverte scientifique révolutionnaire. L’organisateur de cette soirée n’est autre que le grand futurologue Edmond Kirsch, un milliardaire de quarante ans dont les inventions et les prédictions audacieuses ont fait de lui une célébrité mondiale. Kirsch, qui a été dans sa jeunesse l’étudiant de Langdon à Harvard, est sur le point d’annoncer le résultat de ses recherches… et d’apporter enfin une réponse aux deux questions fondamentales de l’humanité.

C’est toujours avec une impatience non dissimulée que j’attends chacune des parutions de cet auteur américain. Son personnage de Robert Langdon est un de mes préférés et j’ai du mal à me passer de ses aventures qui mélangent savamment histoire, art, technologie et, souvent, théories du complot. Il y a une véritable recette « Dan Brown », qui se retrouve dans tous les romans de la série et, pour être honnête, ça ne marche pas toujours à 100%.

Origine ne fera peut-être pas partie de mes coups de coeur de la série, gardant une préférence très nette pour Da Vinci Code et Anges et Démons, les premiers que j’ai lu et qui parlaient beaucoup d’art et d’histoire, avec des intrigues tournant également autour de la religion catholique et du Vatican. L’auteur revient un peu à cette thématique en mettant en avant des groupes religieux catholiques qui peuvent s’apparenter à des sectes. Il évoque encore une fois la relation entre religion et technologie. Encore un point qu’il a déjà abordé, notamment dans Anges et Démons.

Aux premiers abords, j’ai peut-être eu un petit mouvement de recul en me disant que ça sentait le déjà-vu. Je me rappelle l’intrigue d’Anges et Démons (je sens que je vais beaucoup le citer !), autour de la particule de Dieu. Elle répondait aussi à la question d’où venons-nous ? Question qui est au coeur d’Origine, avec où allons-nous ? Ce sont véritablement des problématiques dans l’air du temps, en témoignent les best-sellers de l’écrivain Yuval Noah Harari. Je n’en parlerai pas plus, car je suis encore dans la lecture du premier tome. Dan Brown convoque la science et la technologie pour construire tout l’argumentaire d’un de ses personnages centraux qui détiendrait enfin la réponse. Pour être franche, je n’ai su que penser de ce passage du livre. Il y avait un petit côté prophétique qui me dérangeait un peu, même si j’arrive aisément à savoir pourquoi il propose cette réponse à la question « où allons-nous ? ». Pour le reste, je ne pense pas avoir les connaissances pour juger de son côté plausible. C’est une possibilité et l’auteur sait se montrer convaincant, tout en ne le suivant pas totalement dans cette voie.

Je n’irai pas non plus jusqu’à dire que je n’ai pas apprécié ce nouvel opus des aventures de Robert, que j’ai peut-être trouvé un peu plus mou que dans les autres tomes, avec moins de grandes explications sur l’histoire et l’art. Elles sont présentes, dans la mesure où il est question du Guggenheim de Bilbao (il fallait bien mettre en avant un grand musée, comme chacun des livres le fait) et de l’oeuvre de Gaudi, notamment la Sagrada Familia. Commencer un roman de Dan Brown est, pour moi, la certitude de voyager. Après Paris, Rome, Florence et Istanbul, Washington, direction Bilbao et Barcelone. L’art et la littérature trouvent toujours leur place, pour guider la quête, apportant ainsi peu de changement chez un auteur qui ne se renouvelle pas toujours et qui utilise encore ce qui a déjà marché pour d’autres romans.

Même si je suis un peu plus critique avec tome, je ne boude pas totalement mon plaisir d’avoir eu ce roman entre mes ains et de l’avoir dévoré en deux jours, le lisant même en cours, alors que je ne le fais jamais. J’avais aussi quelques attentes concernant ce livre, sachant que j’attendais la prochaine publication de Dan Brown de pieds fermes. Je voulais un certain renouveau de la « recette », avec l’abandon de partenaires féminines, belles et douées… Raté. La trame varie peu, et c’est dommage. Il y a quelques révélations inattendues, sans pour autant me faire l’effet d’un choc.

Origine fait partie de ceux que j’ai le moins aimé avec Le symbole perdu. Même si j’ai relevé énormément d’aspects du livre qui m’ont quelque peu déçue, Dan Brown reste un des auteurs que je préfère. Malgré tout, il reste un auteur qui arrive toujours à me divertir, à m’emporter dans des histoires plus rocambolesques les unes que les autres, mais qui me tiennent en haleine du début à la fin. J’ai encore et toujours envie de vivre de telles aventures aux côtés de Langdon, de découvrir les villes qu’il cite et leurs musées. Au final, malgré quelques défauts, n’est-ce pas le principal ? Pour ma part, oui, et je continuerai à le lire aussi longtemps qu’il publiera.

À la découverte de deux prix littéraires 2017

Pour la première fois depuis des années, je me suis à nouveau intéressée à la rentrée littéraire et à la production des auteurs français contemporains que je ne lisais plus du tout également. J’avoue que je faisais une petite overdose de les voir partout : dans les librairies, les blogosphères… Je fuyais ce rendez-vous littéraire incontournable, pour finalement mieux y revenir.

Cette rentrée littéraire 2017 fut placée sous le signe de la Seconde Guerre mondiale avec de nombreux livres publiés autour de cette thématique, mais surtout des livres récompensés. Retour à Lamberg de Philip Sands a eu le prix Médicis dans la catégorie essai. Le prix Goncourt a été attribué à Eric Vuillard pour L’ordre du jour, qui aborde également un aspect de cette période historique. Le prix Renaudot est allé à La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez. J’ai lu très récemment ces deux prix littéraires… Après tout le monde, je sais…

Cependant, ils ont eu un effet inattendu : ils m’ont réconcilié avec la littérature française, au point d’avoir continué dans ma lancée depuis. Je ne suis pas encore prête à lire du Zola, Balzac ou Proust, pour ne citer qu’eux, mais pourquoi pas ! Eric Vuillard et Olivier Guez me redonnent envie de voir ce qu’il se passe du côté des Français et plus uniquement des Anglo-Saxons.

Je ne saurais résumer le roman d’Eric Vuillard qui est assez particulier. Il part d’une rencontre entre les grands industriels allemands et le nouveau chancelier, Adolf Hitler, pour ensuite parler d’un homme politique autrichien qui a essayé de tenir tête au Führer, de l’Annexion de l’Autriche, pour passer par l’utilisation des prisonniers des camps dans les usines allemandes. Il finit par une petite morale qui rappelle que ses usines n’ont que peu été inquiétées à la fin de la guerre, étant toujours actives à l’heure actuelle pour certaines. Je suis plutôt mitigée sur cet Ordre du jour.

Même si c’est très bien écrit, avec beaucoup de fluidité, j’ai eu une impression de brouillon. Quel est le lien, le fil rouge entre tout ce qu’il évoque ? Je n’ai jamais réellement su où Eric Vuillard voulait en venir, sa finalité. Mon ressenti est que le lecteur suit un peu l’enchaînement des pensées de l’auteur, sans avoir la raison qui lui fait passer d’une idée à l’autre. Les premières pages m’avaient mis sur une piste de ce que le roman allait aborder : les industriels allemands durant le roman. Peut-être dans un des premiers tomes de la Trilogie berlinoise de Philip Kerr. Chez Vuillard, c’est juste le début et la fin.

Le résumé ne dévoilait rien de l’intrigue et ce fut la découverte. Même si certains aspects de l’histoire m’ont quelque peu chagriné, cela ne m’a pas empêché de dévorer ce roman d’un bout à l’autre. Il y a quand même un certain rythme, une volonté de savoir où l’auteur allait m’amener. Et, pour ne rien gâcher, c’est bien écrit ! Mais j’ai été plus convaincue par La disparition de Josef Mengele.. d’Olivier Guez. Déjà, je connaissais déjà un peu la vie de Josef Mengele… Enfin les très grandes lignes : il était médecin à Auschwitz et était considéré comme un criminel de guerre parmi les plus importants. Il s’est enfui en Amérique du Sud. Les éléments biographiques se limitaient à cela.

Je referme ce livre avec l’impression première d’avoir appris de nouveaux aspects de la traque des criminels nazis, l’accueil qui leur a été fit en Amérique, qui est également très bien évoquée dans le roman Une douce flamme de Philip Kerr, les réseaux d’entraide entre anciens hauts gradés et fonctionnaires. Olivier Guez apporte son regard de journaliste en mêlant habilement des éléments d’enquête et la narration qui vient aussi combler les vides biographiques. Les deux se mélangent habilement, au point de ne pas toujours différencier ce qui pouvait être vrai ou inventé. J’ai trouvé l’ensemble cohérent et crédible.

Surtout, j’ai été étonnée par la manière dont l’auteur fait revivre Josef Mengele et il imagine son caractère, sa psychologie. Il met en scène un homme qui s’inquiète de ne pas retrouver le même niveau de vie qu’il avait lors de la guerre, son absence de culpabilité par rapport à ce qu’il a fait. Il n’a jamais changé de discours durant toute sa vie, ni même montrer de remords. Finalement, c’est aussi un des aspects qui m’a fortement marqué dans ce roman. Olivier Guez dépeint l’endoctrinement, la croyance de certains hommes d’être supérieur aux autres de manière très forte. De nous donner accès à ses pensées m’a souvent mise mal à l’aise. Ça ne laisse pas le lecteur indifférent.

Je retiens aussi la façon dont il amène progressivement la paranoïa et la folie qui s’empare de lui. Sa peur d’être arrêté, de se voir jugé par un tribunal lui semble insupportable et il a l’impression de voir des agents israéliens à tous les coins de rue. C’est très bien décrit par l’auteur qui couple cela à son déclin physique. La fin place le lecteur dans une position inconfortable. Des sentiments contradictoires se sont emparés de moi : de la pitié de voir ce vieil homme relâcher les mêmes inepties, que sa punition a pu être la folie et la paranoïa qui s’est emparée, mais, en tant qu’ancienne étudiante en droit, j’aurai préféré en procès.

Finalement, La disparition de Josef Mengele est beaucoup plus marquant que le roman d’Eric Vuillard. Il a fait son petit effet et des deux que j’ai pu lire, c’est celui que je retiendrai. Cependant, les deux ouvrages m’ont réconcilié avec les auteurs français, mais pas encore totalement avec la rentrée littéraire.